AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Mer 1 Aoû - 10:55
Fergus venait d'avoir 26 ans. Il y avait trois jours de cela. Cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Depuis longtemps, les années défilaient sans qu'il n'en ait cure. A dire vrai, il ne le réalisait pas vraiment. Pour lui, rien ne vaut l'instant présent, alors se projeter dans le passé pour réaliser le temps qui passe, ou dans le futur pour considérer celui qu'il vous reste, ne l'intéresse pas vraiment. De toute façon, il est impossible de savoir de quoi demain sera fait.
Prenez ce jour par exemple : il se trouvait dans une taverne réputée dans tout le monde sorcier et dont on avait cessé de lui râbacher le nom depuis qu'il était entré au ministère. Il n'y avait jamais mis les pieds jusqu'à aujourd'hui et il le faisait pour rencontrer le directeur adjoint de Poudlard, l'école où il allait devenir professeur. Cette idée le dérangeait un peu.
Normalement, si son père n'était pas mort, Fergus aurait dû faire sa scolarité dans cette même école, mais le destin en avait décidé autrement. Le jeune homme avait grandi en entendant des histoires qui avaient pour décor la célèvre école de magie et il avait toujours été curieux de la voir. Malheureusement, ce n'est pas le genre d'endroits où l'on peut simplement se rendre pour visiter. Et son travail ne lui avait jamais fourni de raison de s'y rendre. Aussi, allait-il découvrir le château plus tard.
Cela ne l'angoissait pas plus que cela. Depuis des années, il se déplaçait au gré de ses missions. Du coup, il avait l'habitude de s'adapter. Et puis, Poudlard avait l'immense privilège de se trouver en Ecosse. Il ne pouvait donc qu'avoir un excellent apriori sur son installation.
Le fait d'enseigner le laissait plus dubitatif. S'il était excellent lorsqu'il s'agit de créatures magiques, il n'était pas certain de savoir transmettre toutes ses connaissances. Mais le ministère l'avait convaincu du contraire. Et puis, il pourrait toujours faire marche arrière si vraiment il était trop mauvais. Pas pour son confort personnel (c'est une notion très abstraite pour le jeune homme), mais pour le bien des élèves. Apprendre est vital à tout jeune sorcier et sa matière était aussi importante que d'autres.
La vie a sa façon de vous envoyer des signes et de retourner votre existence dans tous les sens. Fergus n'était, en théorie, pas mécontent de ce changement. Depuis un moment, sa solitude lui pesait. Non pas à cause de la pression familiale qui voulait le voir marié à une sorcière de sang pur, mais bien sur un plan plus personnel. Interagir avec des personnes humaines, c'était agréable aussi. Et il souhaitait voir s'il pouvait développer des amitiés.
Il avait commandé un whisky pur malt pour patienter tandis qu'il attendait le directeur adjoint. Lorsque le ministère lui avait transmis son nom, Fergus était resté un instant sans réagir, puis il avait réalisé qu'il le connaissait déjà. Qu'il l'avait déjà vu et qu'il avait eu l'occasion de lui parler tout du moins. C'était à l'époque où il avait travaillé pour les McFusty, dans leur réserve de dragons. Il avait croisé Alexandre pendant l'été. Fergus se demandait s'il se souvenait de lui et s'il avait changé depuis cette époque.
C'était il y avait sept ans alors... Il n'eut pas besoin d'attendre beaucoup plus longtemps pour le savoir puisqu'il aperçut Alexandre qui pénétrait dans la taverne. Par politesse, il se leva pour l'accueillir dès que l'homme l'eut repéré, et il lui tendit une main franche et solide dès qu'il fut à portée.

_ Fergus McMillan, dit-il sans savoir s'il était utile de se présenter. Merci de me rencontrer pendant les vacances.

C'était en effet Fergus qui avait demandé cette entrevue. Il avait quelques questions pratiques à poser et il entendait bien obtenir des réponses avant la rentrée. Le noeud du problème constituerait ses chiens, mais il était hors de question pour lui de les abandonner. Il faudrait trouver une solution et Fergus n'était prêt à faire que des concessions limitées. A prendre ou à laisser donc.

avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Mer 1 Aoû - 16:19
Après deux jours de camping, une nuit à la belle étoile passée plus à admirer les cieux qu'autre chose, après une randonnée dans des sentiers escarpés – et un peu d'escalade – n'importe qui aurait du mal à sortir du lit. Alexandre n'était pas n'importe qui, on s'en doute. Déjà parce que c'est mon perso, et secondo, … Je n'ai pas de secondo. Enfin bref.
S'étirant pour sortir du lit, il bâille vaguement, et se dirige vers sa cuisine en passant devant la chambre d'un adolescent endormi. Il avise la pendule du regard. Début du matinée. Monsieur le Lève-Tôt avait encore frappé. Mais, par chance pour Duncan, il ne lui imposait pas son rythme de vie. Le gamin allait pouvoir rester au lit et vivre librement sa vie, comme souvent quand il était sur l'île – enfin tout est relatif bien sûr. Lui avait du boulot aujourd'hui, comme parfois pendant les vacances. Il lui était arrivé d'avoir à aller faire de l'information auprès de parents moldus d'un de ses futurs élèves. Et plus récemment, en sa qualité de directeur-adjoint, de régler quelques détails avec les futurs collègues... Et on ne parle pas de la mise en place des emplois du temps, et je vous passe les précisions administratives qui l'ennuient plus qu'autre chose.
Rien que pour cela, se disait-il, jamais il ne serait directeur de Poudlard.
Descendant l'étage, il agite sa baguette et observe le café se préparer tout seul d'un oeil un peu distrait. Il lui restait des courbatures, de ces deux jours d'efforts, d'escalade, de marche en dénivelé. Rien de bien méchant, mais assez pour lui faire regretter de ne pas avoir de femme à la maison pour le masser. Il fait craquer une épaule, attrape la tasse remplie et s'approche de la fenêtre. Enfin début d'après-midi, il devait aller à Pré-Au-Lard. Duncan devrait être éveillé, à ce moment-là, et serait probablement parti se dégourdir les jambes dans les îles après une dispute quelconque, ou par besoin de prendre l'air parce que son père n'était pas là pour quelques heures alors que lui était là – ah ces adolescents et leur besoin constant d'attention...

Il passe une main dans ses cheveux et prend la direction de la douche. Ce matin, ce serait dragons. Puis manger – quelque chose de vaguement identifiable et comestible, mais rien d'extraordinairement cuisiné... Peut-être proposerait-il à Duncan de manger chez ses grands-parents, histoire qu'ils mangent quelque chose de meilleur – puis enfin transplanage.
Et c'est exactement ainsi que sa journée se passera. Il échappera de justesse à une nouvelle brûlure, suite à un mouvement trop brusque d'un des jeunes gardiens, grognera sur les pommes de terre et les carottes refusant de se conformer à sa magie, fera la sourde oreilles aux potentielles protestations, gérémiades ou doléances de son fls – ou même les reproches – et enfin quittera son foyer, transplanant avec sa veste en cuir de dragon sur le dos, pour arriver à Pré-Au-Lard. Les cheveux en bataille, la barbe mal taillée roussie par endroits à cause des bêtes de la Réserve – il faudrait qu'il la rase avant de retourner à l'école, histoire qu'elle ait le temps de repousser – il guette l'environnement familier autour de lui et s'autorise un sourire. Finalement, que ce soit ici ou sur son archipel... Il se sentait chez lui. Enfonçant les mains dans le cuir qu'il porte malgré le soleil et la chaleur de l'été, il s'avance dans les rues de la cité sorcière, avec un air presque insouciant sur le visage.
Qu'il faisait bon ne pas avoir de soucis ! Ne pas avoir de problème de coeur, de femme pour l'embêter et l'enchaîner, si responsabilités vis à vis de son boulot... Enfin si, un peu, mais discuter avec un futur collègue n'était pas une corvée. Tant que ledit collègue n'était pas Summerton...
Non Alex. Heureux on a dit. Tranquille. Insouciant. Sans attache. Libre comme l'air. Levant les yeux vers les cieux, il esquisse un sourire en coin et les ferme alors qu'une brise vient caresser son visage. Adolescent, il avait rêvé de cette vie, même s'il l'imaginait plus tumultueuse. Mais ce côté trop aventureux avait été brusquement guéri par sa précédente carrière. Aujourd'hui plus sage, plus calme... Plus serein, en soit, il vivait presque au jour le jour, n'ayant pour seul réel repère que son fils.
Sa seule responsabilité.

Rouvrant les yeux, il retrouve son expression neutre habituelle, ni mauvaise ni forcément avenante et s'engouffre dans la taverne, cherchant du regard celui qui pourrait être un futur enseignant. Il vit du mouvement, un homme qui se levait et s'approchait. Oh. Pas de doute, c'était bien lui. Pourquoi en était-il aussi certain ? Le clan l'avait accueilli sur ses îles, l'embauchant comme main d'oeuvre pour s'occuper des Dragons blessés, comme il le faisait parfois, en des périodes où la population de bêtes était particulièrement importante, ou quand ils n'avaient plus assez de bras. Ils prenaient parfois des stagiaires, certes, mais il fallait avouer que pour ça, il y avait du piston : mieux valait avoir un homme du clan dans la poche.
Il prit sa main, lui rendant la poignée d'un geste ferme et parfaitement assuré.

« Alexandre MacFusty. Mais nous nous connaissons déjà, il me semble. » fit-il calmement en relâchant sa poigne. Il le suivit jusqu'à la table où il était installé, faisant simplement signe au barmaid pour qu'il lui serve un café. Pas de whisky à cette heure, c'était un peu tôt. Et puis, il connaissait ses vices... S'il commençait à cette heure, il allait finir la soirée dans un état épouvantable.
« J'imagine que vous avez des questions à me poser vis à vis de votre prise de poste prochaine, pour avoir demandé à me voir ? »
Hm ? Oui, il y va sans vraiment prendre de gants. Autant aller au coeur des choses dès le départ, ça posait l'ambiance et mettait en condition. Et puis ils n'étaient pas là pour échanger des mondainités... Peut-être après avoir réglé les détails pratique ~

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»
Song of Mor'Du

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Jeu 2 Aoû - 11:08
Fergus attendit que l'homme ne reprenne place pour s'aseoir à son tour. Poli jusqu'au bout des fesses le garçon ! Ensuite, il repoussa discrètement du dos de la main son verre vide. Il ne voulait pas laisser une mauvaise impression. D'ailleurs, il se demanda ce qui lui avait pris de commander cela avant de voir un de ses futurs patrons.
Sa dernière mission, qui avait duré plusieurs mois (quatre au total, si vous voulez tout savoir), l'avait conduit au fin fond de l'Amazonie et l'avait laissé seul la grande majorité du temps. Il fallait qu'il se mette en tête qu'il ne l'était plus à présent et qu'il évoluait à nouveau dans une société civilisée. Les autochtones locaux l'avaient évité autant que faire se peut, aussi il n'avait guère eu à se soucier de son avis. Tout changeait à présent. Il allait être professeur à Poudlard (il avait encore énormément de mal à se faire à l'idée). Il se devait de montrer une image irréprochable. Il y travaillerait, ne vous inquiétez pas monsieur le directeur adjoint.
Pour l'heure donc, ce dernier lui répondit, confirmant ce qu'il savait déjà. C'est que, Fergus se sait homme très discret. Il lui arrive régulièrement de ne pas marquer les esprits et peu lui importe. Par principe de précaution, il rappelait son nom en toutes circonstances ambigues, afin d'éviter le malaise de son interlocuteur pris en défaut le cas contraire. Fergus a une excellente mémoire des visages comme des noms, il a pris le coup quand il était enfant et que son père lui faisait apprendre son arbre généalogique, des vivants comme des morts. Pas question qu'un McMillan ne reconnaisse pas un membre de sa famille !
Il faut simplement savoir que, dans le sens écossais du terme, une famille regroupe un très large groupe d'individus. Ainsi, Fergus avait conscience de ses cousins remontant jusqu'au 5ème degré. Je ne sais pas si vous imaginez un peu...
Concrètement, cela ne lui a servi qu'à développer sa mémoire, mais ça, c'est une autre histoire.
Alasdair, comme l'appelaient les plus anciens de la réserve McFusty quand il y travaillait, se souvenait donc de lui. Tant mieux, cela consistuait un semblant de relation, la seule qu'il comptait à Poudlard pour le moment. Il ne pouvait même pas espérer retrouver des fantômes familiers étant donné qu'il n'avait pas étudié là. Décidément, cette question le travaillait plus qu'il ne l'avait cru. Mais l'heure venait de répondre au directeur adjoint dont le café arriva.

_ Un thé à la bergamote, demanda Fergus avant que la serveuse ne s'éloigne.

Où avait-il goûté à cette espèce de bonbon étrange au goût de plante ? Ah oui ! En France, à Nancy. Il se souvenait de la place du nom d'un ancien roi. Sympa la ville, à recommander...
Mais la narratrice s'égare dans un élan de mélancolie fort malvenu.

_ Je n'étais pas certain que vous vous souveniez de moi. Après tout, nous ne nous sommes que très peu côtoyés à la réserve de votre clan.

Il était encore et toujours poli. Ainsi, si Alex ne se souvenait pas de grand chose, il avait une sorte de bon de sortie. Une excuse toute trouvée fournie par Fergus lui-même.

_ Oui, j'ai plusieurs questions, mais la première concernera mes chiens. J'en en ai deux.

D'un regard, Fergus désigna les animaux qui l'attendaient, patiemment couché un peu à l'écart dans l'auberge. Il ne comprenait pas pourquoi tant de gens se méfiaient d'eux. Ils étaient parfaitement dressés. Et puis, Certes, Alby ressemblait à un loup blanc (en général les gens craignent assez peu Hélios, c'est qu'il est sociable l'animal), mais sachez que les chiens qui mordent le plus dans le monde sont vos chers labradors ! Et tous vos petits chouchous de vingt centimètres de haut son souvent bien plus nerveux que les grands et gros chiens. Mais ça, personne ne veut l'entendre.
Fergus, pour sa part, n'avait pas le moindre doute sur l'adaptation des animaux à Poudlard, à la condition qu'on les y laisse venir.

_ Hélios, le roux, est très sociable. Il sera du genre à aller quémander caresses et sucreries à tous. Alby, la blanche, restera à l'écart, sans doute à l'orée de cette forêt Interdite dont j'ai tant entendu parler. Sachez que je réponds entièrement d'eux. Ils ne s'en prendront à personne sous aucun prétexte. Tout au plus grogneront-ils si on les menace, mais je les ai dressé pour partir si on les provoque. Aucun élève ne risquera jamais rien avec eux, au contraire. Ce sont des protecteurs. Alby est à demi-loup. Son flair m'a été utile à plusieurs reprises. Si quoi que ce soit s'approche d'un peu trop près de l'école, elle me le signalera.

C'était probablement étrange pour quelqu'un de normal de l'entendre ainsi parler de ses animaux comme de personnes. Sans être hystérique et prêt à entrer en dépression si l'un d'eux venait à disparaître, Fergus considérait ses chiens comme les plus fidèles des compagnons. Ce n'étaient ni ses "bébés" ni les enfants qu'il n'a pas eu, c'étaient des bêtes. Mais elles étaient capables de sentiments, de sensations, elles étaient d'une loyauté sans faille et il leur avait déjà confié sa vie sans hésiter.
Pour lui, la preuve que les deux chiens possédaient une âme se résumait dans le fait qu'ils pouvaient rêver. Donc réfléchir et mémoriser. Donc ressentir.
Quelles différences avec les humains alors ? Des poils et un instinct plus présent, rien de plus.

_ Je ne sais pas quelle est la politique de l'école en la matière, personne n'a su me répondre au ministère. Sachez seulement que si vous les refusez en intérieur, je m'installerais dehors avec eux. J'ai l'habitude et j'ai tout le matériel nécessaire. Je n'ai pour ainsi dire fait que ça depuis que je travaille pour le ministère.

Légèrement tendu quoi que complètement ferme sur sa position, Fergus attendit la réponse. Si elle était négative et absolue, il annoncerait son refus du poste. C'était aussi simple que cela.

Spoiler:
 

________________________



Dernière édition par Fergus McMillan le Ven 3 Aoû - 13:47, édité 1 fois

avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Jeu 2 Aoû - 17:37
Du thé. Voilà qui étonnait Alexandre. Il avait remarqué le verre que Fergus avait poussé avec une certaine nonchalence, un verre qui avait du contenir un liquide ambré qu'il connaissait bien ; la forme du contenant ne trompait personne. Mais qui était-il pour juger, après tout ? Lui préférait ne pas y toucher, mais en aucun cas ne se permettrait de dire quoi que ce soit de quelqu'un qui le ferait.
Le thé lui semblait peu convenir à Fergus. Il l'aurait imaginé prendre un café noir, très serré, comme lui, plutôt qu'un breuvage léger, à l'arrière goût un peu acidulé. Enfin, les goûts ne collaient pas toujours aux personnalités. Ses yeux suivent, vaguement, le barmaid qui s'occupe de leur préparer leurs commandes, avant de poser les yeux sur celui qui serait son collègue dans les mois, peut-être années à venir.
Certes, il n'avait pas de souvenir précis à son sujet. Il se rappelait l'avoir aperçu, l'avoir côtoyé, lui avoir serré la main une fois ou deux entres deux dragons aux flammes destructrices. Mais il ne serait pas non plus du genre à s'accrocher à cette idée qu'ils n'avaient pas vraiment appris à se connaître pour s'éclipser ; de toute façon, il n'avait pas vraiment l'intention de rester là dessus. Ils étaient là pour des raisons professionnelles, une fois encore, pas pour papoter sur le bon vieux temps.

Et donc ainsi, après les échanges d'usages, les voici dans le vif du sujet. Fergus avait ainsi des interrogations vis à vis de ses chiens. Deux chiens. Silencieux, le directeur de maison suit le regard et les avise donc, dans un coin isolé de l'auberge, sages. Hm. D'une certaine taille. Des races inhabituelles sous leurs latitudes. Il n'avait rien contre les chiens – pas plus que contre les autres animaux à dire vrai. Lui, à part les dragons... Il n'aimait pas spécialement les chiens, ni les chats, ni les rats, ni les canaris, ni les lapins qu'il préférait avoir dans son assiette.
Il n'en avait pas peur non plus. Encore une fois, quand on a grandi avec des bestiaux qui font en moyenne dix mètres de long, six au garrot et dépassent largement les cinq tonnes, on a tendance à ne pas trop craindre les petits trucs de vingt kilos jappant énergiquement au niveau des genoux. Question de point de référence, forcément. Mais il n'empêchait qu'il n'aimait pas spécialement ces bêtes.
Attentif, il écoute les explications de spécialiste des bêtes, en silence. Ils ont le temps d'être servi, aussi peut-il lever sa tasse de café pour souffler sur la vapeur, signe d'un contenu encore trop chaud pour qu'il puisse l'avaler.
Le ministère n'avait pas pu le renseigner sur leur place dans l'école ; encore heureux. Le ministère n'avait pas à mettre son nez dans leurs affaires. Ni avant, ni maintenant, ni jamais. Quelles que soient les circonstances, et l'ambiance extérieure.

« L'école accepte, de la part des élèves, des rats, des chats, des crapauds. Les boursoufflets et les fléreurs sont tolérés, les caméléons aussi. » Bien qu'avant l'arrivée de Matthew dans l'équipe pédagogique, la question du caméléon ne s'était jamais trop posée. « Les professeurs se soumettent aux mêmes règlementations. Mais vous ne seriez pas le premier professeur à avoir un chien bien sûr... » Souvenez-vous de Hagrid. « … Donc on ne peut pas vous le refuser. Mais comme vous le souligniez à l'instant, ils ne pourront en aucun cas entrer dans les bâtiments ni être laissés seuls avec les élèves. Ces derniers ne se rendent pas toujours compte des barrières à ne pas franchir et risqueraient de les métamorphoser ou de leur lancer accidentellement des sorts... Ou de les énerver. »

Pour Alexandre, une bête restait une bête, avec des réactions de bêtes. Et il était totalement légitime pour eux de se retourner contre un agresseur, si sorcier soit-il. Mais les plus jeunes élèves ne voyaient pas forcément le mal qu'ils pouvaient faire avec la magie avec ces animaux, et pourraient ne pas comprendre. Et bien évidemment, toute attaque serait de la responsabilité de l'école et du professeur ; à éviter donc.

« Il faut prendre en compte, aussi, que la phobie des chats est peu répandue, mais pas celle des chiens. Il y a probablement des élèves qui auront peur d'eux, si inoffensifs et petits soient-ils. » Encore une fois : tout est relatif. « Mais puisque vous soulevez cette idée de rester hors du bâtiment principal avec vos bêtes, il est possible de vous confier aussi la responsabilité du Garde-Chasse dans l'école. Vous auriez accès à une cabane à l'entrée de la Forêt, près des serres et des enclos où vous pourrez avoir vos bêtes pour les cours. Ça peut être un bon compromis pour vous. »

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»
Song of Mor'Du

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Jeu 2 Aoû - 19:28
Fergus sentit dès qu'il eut fini de parler que la réponse n'allait pas être un franc et total oui. En même temps, il s'en était douté. Si l'école avait accepté tous les animaux de tout le monde, Poudlard serait devenu une ménagerie sans nom. Ce ne fut néanmoins pas un non ferme et définitif, encore heureux. Au contraire, le directeur commença par énumérer les animaux acceptés à l'école.
Fergus resta sans réaction apparente, sauf lorsqu'Alexandre souligna que les professeurs se soumettaient aux règles comme tout le monde. A ce moment là, Fergus acquiesça en silence. Cela lui avait semblé l'évidence même. Pas de passes-droits, il n'en voudrait pas de toute façon. Quelques privilèges, cela pouvait s'entendre, des différences de statuts aussi. Mais rien qui ne justifie une exception en la matière.
Alexandre souligna ensuite un détail auquel il n'avait pas encore songé. Il était vrai que les adolescents pouvaient être imprévisibles et parfois stupides. Tout être censé ne s'approche pas d'un animal qu'il ne connaît pas, surtout quand il s'agit de gros et moyen chiens mais allez savoir avec les élèves. Fergus pinça donc pensivement les lèvres, lançant un regard vers ses compagnons. Hélios dormait tranquillement mais Alby ne le lâchait pas des yeux. Il lui fit non de la tête puisque l'animal était prêt à le rejoindre.
Soumis mais guère enchanté, Alby poussa un soupir.
Revenant à Alexandre, Fergus réfléchissait aux moyens de protéger ses animaux des élèves. Parce que oui, ce serait bien dans ce sens là. L'invserse ne posait aucun problème, il le savait. Le sous-directeur souleva également le fait que les chiens pouvaient faire peur, ce que l'homme avait un peu de mal à comprendre dans la mesure où il savait que les créatures se tiendraient à l'écart. Il ne voyait pas en quoi le fait de passer à trente mètres d'un chien faisait peur, mais bon...
Enfin, Alexandre lui fit une proposition pour le moins innattendue. Fergus fronça légèrement les lèvres ; ce fut là sa seule réaction visible. Il réfléchit un instant, saisissant sa tasse de thé mais sans la porter à ses lèvres pour le moment, goûtant le fumet qu'elle dégageait.

_ En quoi consiste exactement la fonction de garde-chasse que vous me proposez ?

En effet, il y avait garde chasse et garde chasse et à Poudlard, Fergus voyait mal ce qu'il y avait à chasser. A moins qu'il ne s'agisse d'apprendre l'art de la chasse aux élèves, ce qui était possible. Fergus était un excellent traqueur, ça lui était utile dans son métier. Il avait également appris à tuer, pour se nourrir ou protéger, et cela ne lui posait pas de problème tant que c'était justifié. Il le faisait toujours de la manière la plus rapide et efficace possible ; une flèche en plein coeur en général.

_ Juste pour être clair : vous voudriez que je remplisse cette mission en plus des cours à donner, c'est bien cela ?

Fergus aimait les choses claires et précises.

_ Ca ne me pose aucun problème, précisa-t-il juste après.

Fergus n'avait jamais été le genre de personne à compter ses heures. Les horaires de travail était une notion très floue pour lui. Aussi, assumer deux tâches ne lui faisait pas peur, bien au contraire. Le simple fait d'engseigner ne lui prendrait pas tout son temps et à dire vrai l'aventurier qu'il était avait un peu peu de s'ennuyer ; preuve qu'il ne connaît pas Poudlard me direz-vous.

________________________


avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Ven 3 Aoû - 11:14
Le liquide chaud rencontre ses lèvres alors qu'il y porte sa tasse. Le mouvement de tête de son futur collègue ne lui a pas échappé, pas plus que la réaction de l'animal qui resta sagement dans son coin. Des bêtes bien dressées, pour sûr. Sans doute était-ce aussi pour cela qu'il avait du mal avec les chiens. Il avait grandi au milieu de créatures sauvages et indépendantes donc... Il avait moins de mal avec les chats et autres fléreurs. Moins de mal, mais il ne les appréciait pas particulièrement pour autant, contrairement à son fils à qui il comptait offrir un fléreur – c'était plus intelligent qu'un chat, et d'une fidélité imparable.
Reposant la tasse après avoir laissé le café lui brûler agréablement les papilles de son amertume, Alexandre hausse les sourcils à la question de Fergus sur les fonctions de garde-chasse, détournant le regard une seconde comme pour être sûr de ne rien oublier.

« Ce n'est pas quelque chose de très demandeur, pour être franc. Il s'agit surtout de veiller à ce que les animaux sauvages et parfois dangereux de la Forêt ne viennent pas s'aventurer dans le parc, faire attention à ce qu'aucun individu non-autorisé ne vienne dans l'enceinte de l'école, et s'occuper du troupeau de Sombrals de l'école. »

Il marque une pause, fronçant les sourcils. Fergus pouvait-il voir les Sombrals ? Ce n'était pas le cas de tous, après tout, et s'il savait qu'il était tout à fait possible de s'en occuper sans les voir, ça pouvait rester un handicap. Seulement, la politesse et la bienséance lui interdisaient de poser la question, même pour des raisons pratiques. Parce que sa réponse dévoilerait une partie de la vie de l'homme si elle était positive.
Et lui-même n'aurait aucun plaisir à avouer pouvoir les voir, même si les gens devaient bien se douter qu'il avait cet … Honneur ? Moui, faute d'un meilleur terme...
Nouvelle interrogation de Fergus ; complètement compréhensible. Et la précision derrière. Il aimait ce genre de caractère, quand on ne comptait pas les heures de travail pour qu'il soit bien fait. Bon point pour le collègue, donc.

« Oui, ce serait en plus des cours. Après, ne vous inquiètez pas pour le volume horaire ; votre matière est optionnelle, vous aurez donc un emploi du temps suffisamment léger pour remplir vos deux fonctions et pour vous occuper de vos bêtes. »

Sans doute même cet enseignement était-il facultif justement pour cela, pour permettre à l'enseignant de s'occuper des bêtes qu'il montrait lors de ses cours. Ou pour se les procurer. Réussir à faire entrer des licornes dans des enclots, par exemple, pouvait demander des semaines de travail – et échouer au final. Faire venir des hypogriffes était souvent difficile, à cause de la réglementation.
Faire venir des dragons ou des sphinx, par contre, était absolument impensable. Ce qui avait déçu Alexandre, lorsqu'il avait été élève, frustré de n'avoir pu faire que de la théorie au sujet de ces animaux qu'il connaissait sur le bout des doigts. C'était aussi une des nombreuses raisons qui avaient poussé l'adolescent qu'il était alors à ne pas garder cette matière après les BUSEs.
Croisant les mains devant lui, notre protagoniste pince les lèvres, signe qu'il allait s'aventurer sur un terrain plus délicat.

« En fait, le plus... Dérangeant, dans votre fonction de garde-chasse, ne sera pas forcément la gestion de bêtes sauvages. Enfin si, si tant est qu'on puisse qualifier un adolescent de bête sauvage. » Humour à l'Alexandre. Il paraît qu'on s'y fait, à son humour un peu particulier. « Vous aurez autant à empêcher les bêtes de sortir que les élèves d'y entrer. Ils ont du mal à comprendre que ce n'est pas l'endroit le plus sûr du monde. »
Se redressant sur sa chaise, il se passe la langue sur les lèvres, semblant chercher s'il n'avait rien oublié. Ah si.
« Après, il me semble que vous avez eu à faire à plusieurs genre de créatures magiques ? Parce que nous avons quand même quelques troupeaux assez dangereux dans la forêt, notamment des acromentules qui s'y cachent. Il y a également des centaures, souvent peu enclins à travailler avec les sorciers, donc bien sûr je vous recommande la plus grande prudence à leur égard. »

Bien sûr, les incidents avec les centaures étaient rares et très isolés. Chacun faisait sa popote dans son coin, en respectant l'autre et en veillant de loin. Mais mieux valait éviter tout problème, toute maladresse avec ce peuple fier et détestant être assimilé à de vulgaires créatures à l'intelligence sous-développée.

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»
Song of Mor'Du

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Ven 3 Aoû - 14:12
Fergus écouta avec attention Alexandre lui détailler ses futures missions. En effet, cela serait parfaitement dans ses cordes et Alby lui serait fort utile sur ce point. Hélios se contenterait de noter d'éventuels changements et les lui indiquerait, mais le shiba était plus un chien de compagnie qu'un compagnon de travail. Alby était une excellente chasseuse. A demi-louve, elle veillait sur lui d'une bien singulière manière. Il savait qu'elle donnerait sa vie pour la sienne et, aussi étrange ou pitoyable que cela puisse vous sembler, il en ferait autant.
Le dernier point soulevé par le directeur appelait à une réponse. Certes, ce dernier n'avait pas posé la question mais Fergus y répondit toutefois. Après tout, c'était plus simple ainsi.

_ Ce ne sera donc pas un problème.

C'était sommaire mais suffisant pour faire comprendre au sous-directeur qu'il pourrait s'occuper des sombrals, comme du reste. Celui-ci lui confirma que la combinaison des deux postes ne poserait pas de problèmes, ce dont Fergus ne doutait pas. Le cas échéant, il aurait su s'adapter. Il avait pris l'habitude de peu dormir et pouvait, sans angoisse, confier un tour de garde à Alby secondée par Hélios. Le shiba ronflait si fort que la semi-louve ne pourrait pas s'endormir.
Fergus resta de marbre face au trait d'esprit de son futur collègue. Non pas qu'il ne trouva pas la comparaison amusante, mais il était ainsi. Il admit la tendance, contre nature, qu'ont les adolescents à se mettre en danger c'est pourquoi il demanda le plus sérieusement du monde une question qui dut prendre son interlocuteur un peu au dépourvu.

_ Qu'ais-je le droit de faire, et de ne pas faire, pour maîtriser les élèves ?

Comme le sous-directeur ne semblait pas vraiment saisir les limites de sa question, il précisa sa pensée.

_ Puis-je, par exemple, poser des pièges magiques pour empêcher les intrusions ?

Là, il lui faisait à moitié peur aussi poursuivit-il.

_ Inoffensifs, naturellement. Simplement pour empêcher d'accéder à la forêt ? Ou alors des sortilèges de repoussement des sorciers non adultes ? Un sortilège de confusion, pour qu'ils ne trouvent pas la forêt ? Ou ne la voient pas ?

Oui, Fergus sous ses airs nonchalants avait plus d'un tour dans son sac. Il avait appris tout sur le tas, quand il s'était retrouvé dans la jungle amazonienne, à la recherche de créatures rares, ou quand il avait opéré dans les plaines très peuplées d'Afrique, pour le recensement des Eruptifs notamment, et ainsi de suite. Il avait un esprit vif également, il trouvait presque immédiatement des solutions aux problèmes qu'on lui posait.
D'ailleurs, quand, enfin, Alexandre aborda la question des créatures vivant dans la forêt, il était plus dans son élément.

_ J'ai déjà été confronté aux centaures. Je pense savoir comment les gérer sans soucis. De toute façon, j'imagine qu'autant que faire ce peut ils restent dans leur territoire et nous dans le nôtre. Pour les créatures dangereuses, je m'en sortirais aussi.

Principalement parce qu'il les connaissait bien et qu'il avait appris à réagir sous l'effet du danger avec autant d'aisance que dans une situation normale. Il avait une totale maîtrise de lui-même et savait prendre sur lui tant que c'était nécessaire.
Revenant à ses montons, Fergus passa du coq à l'âne, puisque c'était la question suivante qu'il se posait. Celle des chiens étant, à son vis, résolue.

_ Je me demandais aussi s'il y a un programme précis que je dois suivre ou si je peux choisir les créatures que je présente. J'imagine qu'il y a un degré de dangerosité interdit.

Dommage, il aurait adoré bluffer les élèves avec des dragons, éruptifs et autres créatures... Le pauvre Alexandre se confrontait à son esprit synthétique et à son laconisme légendaire.

________________________


avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Lun 6 Aoû - 12:59
La question soulevée par Fergus avait l'intérêt d'éveiller celui d'Alexandre. Ce qui était ou non permis en guise de punitions, de pièges et autres... Oh, il n'y avait pas de règlement précis à ce sujet. Bien sûr, la métamorphose et les châtiments corporels directs – enchainer un élève dans les cachots, le fouetter, ce genre de choses – étaient proscrits, mais autrement, ils avaient beaucoup de liberté ; et la punition la plus répandue tenait au travail fastidieux fait de manière moldue.
Alexandre avait tendance à aller plus loin en s'adaptant à l'élève en face. Il en profitait, autant que possible, pour faire des punitions à but pédagogique et pas seulement disciplinaire. Il avait ainsi, sans le moindre état d'âme, confronté certains élèves à leurs peurs les plus difficiles à surmonter – pour qu'ils les surmontent, justement – ou... Ou autre. Prenons l'exemple de la pauvre Esther Nott, pour laquelle il prenait un soin tout particulier à donner les châtiments les plus rébarbatifs, les plus ennuyeux, pour être sûr qu'elle ne prenne pas plaisir à les faire...
Il aurait presque envie de dire à Fergus que sa seule limite était celle de l'imagination, mais déjà le devançait-il pour donner des exemples de ce qu'il voudrait faire.
Mais d'autres questions étaient soulevées, avant qu'il ne puisse répondre. Aussi le laissa-t-il poursuivre, notant les détails un par un dans sa tête. Il le rassurait sur les créatures. Oh, il ne doutait pas qu'elles restent dans leur forêt, mais sait-on jamais... Et puis la question du programme. Le directeur-adjoint se passe la langue sur les lèvres, songeur, calme, tasse à la main.
Il fait glisser ce qu'il reste de son espresso dans sa gorge, et repose ladite tasse, avant de répondre, enfin.

« Prenons point par point, si vous le voulez bien. » souffle-t-il alors de son habituel ton calme et posé. Il aimait bien, en tout cas, la façon dont Fergus présentait les choses ; pour sûr, les élèves ne s'ennuieraient pas avec lui ! « Le problème avec les pièges que vous m'énumérez, c'est justement qu'ils ne pourront y pénétrer sous aucun prétexte ; or, pour vos cours, ou pour ceux de collègues, il peut être nécessaire de les y emmener. Par contre, des pièges... Je suppose que vous pouvez vous faire plaisir. J'en pose régulièrement dans le château moi-même, pour les empêcher de violer le couvre-feu. » Pauvre couvre-feu, harcelé sessouellement. « Après, tant que ça ne les blesse pas, vous pouvez faire ce que bon vous semble. Évitez aussi de les traumatiser... Et faites preuve d'imagination. Parce qu'eux sauront faire preuve d'imagination pour se libérer. »

Se redressant sur son siège, il souligne sa dernière phrase d'un regard entendu. Avec un peu de chance, si Fergus y mettait assez du sien, les gamins arrêteraient de vouloir à tout prix voir ce qu'il y avait dans cette forêt... Oui, définitivement, ça serait très bien.
Finalement, parlons du programme.

« Quant au programme pour les cours, il est recommandé de quand même suivre certaines trames, à cause des BUSEs et des ASPICs, de manière à ce que les élèves y soient préparés. Outre cela, vous êtes libre... » Il marque une courte pause. « Concernant les bêtes, c'est plus une question de transport et d'accès. Faire venir un dragon serait intéressant, par exemple, mais le maintenir seul serait de la folie, et je ne parle même pas de le faire venir jusqu'à Poudlard... Même depuis la Réserve des Hébrides qui est la plus proche, on aurait des problèmes vis à vis des moldus. »
Alexandre penche légèrement la tête sur le côté, songeur. « Ensuite, il est certain que la priorité reste la sécurité des élèves. En cas de doute, n'hésitez pas à demander à des collègues ou à vous conformer aux programmes mis en place pour les BUSEs et ASPICs. Ça vous évitera des casse-tête inutiles. »
Pour sûr. Parce que bon, j'voudrais pas dire, mais Hagrid a eu quand même des tas d'ennuis avec ces affaires...
« Une dernière mise en garde, aussi, vis à vis des élèves ; beaucoup n'écoutent pas les consignes de sécurité, c'est là que votre travail sera le plus difficile. Gérer quinze élèves imprudents, ce n'est pas toujours simple. Vous vous sentez confiant vis à vis de cela? »

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»
Song of Mor'Du

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Lun 6 Aoû - 22:52
Etrangement, Fergus se sentit très bavard, lui qui est d'ordinaire très économe de ses mots. Mais il faut ce qu'il faut lorsqu'on prépare un nouvel emploi. Plus que cela : un nouveau départ ; un bouleversement si total que son existence n'allait plus rien avoir de commun avec ce qu'il avait connu. Il allait découvrir un nouveau lieu, un lieu mythique, dont il avait maintes et maintes fois entendu parler.
Il aurait des nouveaux collègues, des élèves, des personnes qui compteraient sur lui et qu'il serait amené à fréquenter tous les jours pendant l'année scolaire. Ce point de détail l'inquiétait un peu, il devait l'avouer. Non pas qu'il fut associal, mais il était vrai qu'il aimait à être à l'écart, à pouvoir s'isoler quand bon lui semblait. Il se rassurait en considérant toutefois que le grand parc et la forêt devianet lui fournir les occasions de fuir la population importante de l'école, si besoin est.
Alexandre commença par exposer le soucis de pièges empêchant de s'introduire dans la forêt la nuit. Il ajouta qu'il était libre d'agir tant que cela ne blessait personne, ce qui lui laissait déjà pas mal de libertés. De toute façon, Fergus n'est pas un sadique, il n'aurait jamais pris ce genre de risques pas plus qu'il n'aurait fait peur délibérément à un élève. Pour ce qui relèverait des punitions, Fergus avait déjà songé que les excréments divers et variés qu'on doit ramasser lorsqu'on s'occupe de créatures magiques offrirait un panel de punitions assez large.
Vint ensuite l'heure du programme. La réponse d'Alexandre était assez évasive, mais elle lui fournissait un point de départ suffisant pour établir son programme. Fergus avait déjà réfléchi à plusieurs options de cours. Il avait encore quelques semaines pour peaufiner le tout. De toute façon, il n'avait pas envisagé d'introduire une créature sans en parler d'abord avec les autorités compétentes, à savoir le ministère et l'école. Et rien de dangereux.
Fergus n'était pas une tête brûlée. Jamais il n'aurait menacé délibérément la sécurité des élèves. Il avait conscience de la dangerosité des créatures autant que de ses limites, comme lui le lui rappela Alexandre avant de lui demander comment il envisageait les choses. Fergus n'avait pas dit un mot jusque là. Se redressant à son tour, quoi qu'il ne fut jamais vétitablement avachi, il regarda le directeur adjoint droit dans les yeux et n'essaya même pas de mentir.

_ Je n'ai encore jamais enseigné, lança-t-il en se disant qu'Alexandre le savait probablement déjà. Et je n'ai pas particulièrement l'habitude des enfants. Mais je m'y connais en créatures magiques et je suis patient. J'aime à partager ce que j'ai appris et on m'a souvent dit que j'expliquais bien.

Prolixe, comme toujours. Mais suffisament a priori.

_ Je me renseignerai sur les programmes britaniques. Je pense que vous savez que j'ai étudié en France ? D'ailleurs, j'aimerais savoir s'il est possible que je me rende à Poudlard avant la rentrée, histoire de prendre mes marques. J'ai déjà consulté des plans, mais je voudrais voir tout ça en vrai. Si ce n'est pas possible, je m'adapterais à n'en pas douter.

C'était surtout pour l'intérieur que la question se posait. L'extérieur, il pourrait toujours utiliser les étoiles ou le soleil pour se repérer. Il y avait aussi le côté sur lequel pousse la mousse sur les arbres. Et nombre de petits trucs que les barroudeurs connaissent sur le bout des doigts.

________________________


avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Mar 7 Aoû - 16:57
C'est drôle, mais la petite narratrice super modeste qui se cache derrière Alexandre se disait exactement la même chose. Le pauvre petit avait rarement du parler autant en aussi peu de temps. Sauf peut-être dans ses cours où, comme beaucoup de professeurs, il parlait tout seul face à une classe plus ou moins motivée à l'aide dans son entreprise. Mais ça ne le perturbait pas tant que ça. Il rattraperait son quota de silence plus tard, dans une virée dans les rochers, ou à ramper jusqu'au nid pour aller vérifier que le petit né de son oeuf aille bien, le tout sans se faire cramer la face par la mère. Ce qui n'était pas toujours très simple, je vous prie de me croire.
Enfin, ils avaient assez à parler là pour que, même en étant très synthétique, ils puissent utiliser leur voix pendant de longues minutes. Fergus avait des questions auxquels il se devait bien de répondre, avec un maximum de détails, de manière à ce que ses craintes et ses doutes ne soient écartés ; il était important pour lui de se sentir à l'aise, dans son nouvel environnement de travail. Les adolescents sont comme des bêtes sauvages : ils sentent le manque de confiance en soi et se faufile dans la brèche que cela crée. Et à partir de là... C'est foutu.
Autant dire qu'il comprenait bien l'appréhension qu'avait le jeune homme vis à vis de cette toute nouvelle vie qu'il allait devoir affronter. Après tout, n'avait-il pas eu la même ? Quand vous revenez d'un pays en guerre, le visage encore balafré et le regard meurtri, se reconvertir ainsi n'était pas simple non plus. Difficile de maintenir une discipline certaine sans tomber dans la plus militaire de ces dernières... Chose qu'il avait eu du mal à ne pas faire. Car quand on y regardait, si Alexandre était sans doute le prof le plus sévère et le plus dur de l'école, ses règles n'avaient encore rien à voir avec la rigueur militaire.
Ce qui ne l'empêchait pas de faire faire des dizaines de pompes et autres tractions aux élèves quand ces derniers faisaient des bêtises. Mais encore une fois, là n'est pas le thème de notre rp, je m'égare.

« Je comprends vos craintes et nous les avons tous eues. Beaucoup d'entre nous sommes à Poudlard en reconversion professionnelle... Pour ma part, j'ai été auror avant d'enseigner, et la transition a été assez violente. D'autres ont quitté le monde des bibliothèques pour retrouver celui d'adolescents bourrés d'hormones, et je ne parle même pas des baroudeurs venus s'installer ici à l'année... »
Il secoue la tête. « Ça vous viendra. On fait des erreurs au début, mais vous aurez toujours un gamin pour vous demander d'être plus clair si les explications ne le sont pas. En général, quelqu'un qui débute dans l'enseignement a plus à se soucier de problèmes de discipline ou de contact mais... Vous travaillez avec des bêtes, je pense que ça ne sera pas un souci pour vous. »

Après tout, quand on savait être autoritaire avec un animal, se faire obéir d'un abraxan ou d'un sombral, se faire entendre parmi une meute d'élèves n'était guère plus difficile.

« On m'a dit, en effet, que vous aviez étudié en France. Mais les exigences sont plus ou moins les mêmes, les programmes sorciers ont une base commune d'un pays à l'autre, surtout en Europe. »

Par contre, le côté venir à Poudlard avant la fin des vacances l'embêtait un peu. Non pas que ça ne soit guère possible, ce qui n'était pas le cas, mais les lieux étaient désertés, en cette période de l'année, outre quelques fantômes là-bas à demeure, et un esprit frappeur farceur. Et vu l'état des lieux... Bah il risquait de vite se perdre. On ne parle même pas des escaliers qui bougent tous seuls...

« Vous y rendre ne devrait pas poser problème, nous sommes plusieurs à y aller avec quelques jours d'avance, pour nous y installer, et pour quelques réunions de rentrée... » répond-t-il alors le plus calmement du monde. « Mais le problème réside surtout au fait que les lieux sont souvent... Vides. Et que le château est assez grand pour que vous vous y perdiez sans personne pour pouvoir vous aider. » Et un château, contrairement à une forêt, n'avait aucun moyen naturel pour permettre de retrouver le nord, ou quelque chose du genre, vous comprenez.
Mais il termine, finalement, en haussant les épaules. « Après, libre à vous de voir. Mais je vous déconseille de vous y rendre seul. »

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»
Song of Mor'Du

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Mar 7 Aoû - 22:05
Alexandre commença par le rassurer. D'après lui, tous avaient douté à leurs débuts. Fergus s'en doutait mais il se refusait à montrer quoi que ce fut. De toute façon, il n'avait pas peur. Tout au plus était-il nerveux. D'ailleurs, lorsque son voisin d'en face évoqua des baroudeurs qui ne restaient qu'à l'année, Fergus se demanda si cette remarque lui était adressée. Le prenait-il pour quelqu'un de passage ? L'était-il seulement ?
Fergus s'était posée la question à l'instant où il avait accepté le poste. Il n'avait jamais été du genre à se ranger sagement dans une école, mais il n'était pas non plus ivre de liberté au point de vouloir changer sans cesse de métier. D'ailleurs, cela faisait sept années qu'il était au ministère, au même poste, ou presque ; il était monté en grade entre temps, mais c'est un détail.
Alexandre renchérit ensuite sur la question de discipline en cours. En effet, Fergus avait l'habitude de se montrer ferme dès le départ, de ne laisser aucune brèche pour que l'animal (ou l'élève à présent) ne s'y engouffre et surtout il avait l'habitude de prendre le contrôle absolu dès les premiers instants. Ensuite, seulement, il relâchait la pression au fur et à mesure et toujours avec vigilance. Restait à voir comment il s'en sortirait avec des élèves qu'il n'avait pas le droit de taper sur le nez s'ils n'écoutaient pas. Pas plus qu'iln pouvait les enfermer.
Il détestait toute violence. Fergus n'avait jamais levé la main sur une créature, sauf une fois quand il s'était fait attaquer par un loup. Mais ça avait été lui ou l'animal. Et la bête avait rapidement jaugé de son caractère. Il avait abandonné. En temps normal, Fergus se contentait d'élever la voix, d'une tape sur le nez, les truffes ou l'équivalent. Parfois sur les oreilles. Rien de plus. Alors avec des élèves, vous pensez bien...
Par la suite (oui la narratrice aime cette expression), le sous directeur évoqua les programmes, souvent proches en Europe. A dire vrai, Fergus ne s'était jamais posé la question jusqu'à présent. Il avait complété ses connaissances scolaires par son expérience et le ministère n'avait jamais eu à se plaindre de ses compétences. De toute façon, il avait plus appris sur le terrain qu'à l'école.
Pour finir, Alexandre lui conseilla de ne pas tenter de visiter le château par lui-même. En soit, c'était un conseil sage, mais la dernière chose que Fergus souhaitait c'était déranger qui que ce soit. Par abus d'orgeuil, bien des personnes auraient répondu quelque chose du style "je me débrouillerais ne vous inquiétez pas pour moi". Fergus avait de l'orgeuil, mais pas déplacé. Et il n'avait pas la prétention de tout savoir sur tout, et mieux que tout le monde d'ailleurs. Alexandre était le sous-directeur, il connaissait Poudlard comme le fond de sa poche, aussi ses conseils étaient nécessairement censés.

_ Soit, se contenta de répondre Fergus. Je viendrais cinq jours avant la rentrée. Je prendrais mes marques à l'extérieur dans un premier temps. Je ne veux néanmoins pas vous faire perdre votre temps en vous demandant une visite guidée. Peut-être qu'un fantôme ou qu'un elfe de maison pourrait s'en charger ?

Non pas qu'il ne souhait pas passer plus de temps avec Alexandre, il était le genre d'homme clair et concis qui allaient droit au but. Quelqu'un de compagnie supportable en somme. Agréable ? Ca restait à voir (même si la narratrice derrière son clavier n'en doute pas, elle !).

________________________


avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Mer 8 Aoû - 12:50
« Un fantôme ? Possible oui... »

Il n'y avait simplement pas pensé, mais il était certain que Sir Nicholas ou le Moine Gras se feraient un plaisir de lui faire visiter le château et de l'avertir du danger que représentait Peeves. Ah ça, rares étaient les personnes ayant réussi à sympathiser avec l'esprit frappeur, voire même juste à obtenir son respect. Il n'osait pas se positionner contre la directrice, ça, c'était certain. Et il avait un certain respect pour Alexandre, Shayan et Matthew, qui avaient souvent comploté avec lui dans leur jeunesse... Et qui donc connaissaient tous les petits trucs pour le piéger. Sale esprit frappeur qui du coup avait tendance à vite venir dénoncer les petits garnements...
Enfin. Tout cela, Fergus l'apprendrait sur la tas. Comme chacun d'entre eux. Certes, il partait avec le handicap de ne pas connaître les lieux, encore... So what ? Il s'en sortirait. Après tout s'il avait pu travailler avec des Dragons, ça ne serait pas une poignée d'adolescents qui lui ferait peur...

« C'est vrai que ce serait une alternative intéressante. Peu d'entre nous sont libres avant la rentrée... Mais oui, restez-en aux fantômes. Les elfes ont beaucoup à faire pour préparer le château à la nouvelle année, donc ils n'auront sans doute pas le temps de vous aider. Même s'ils le nieront jusqu'au bout. »

Encore de l'humour ? Difficile de dire. Mais il n'avait pas tort : les elfes se pliaient toujours en quatre, surtout maintenant qu'ils étaient payés, quitte à y sacrifier leurs heures de sommeil. Autant dire qu'ils se faisaient régulièrement réprimandés pour ça. Mais bon, ils ne pouvaient pas non plus lutter contre des siècles de servitude qui s'étaient ancrés dans les âmes de ces êtres... Il n'y aurait que le temps pour leur permettre de passer outre. Hermione Weasley avait déjà fait énormément pour eux. Peut-être qu'un jour elfes, gobelins et centaures auraient la possibilité de porter une baguette...
Allez savoir.
Au final Alexandre hausse les épaules, calmement. Fergus était assez grand pour se débrouiller. Maintenant, c'était à lui, de poser des questions, par ailleurs. Sourcils se fronçant lentement, pour poser les yeux sur les deux chiens qui étaient tranquillement dans leur coin, le professeur de défense plisse les paupières.

« Vous dites vos chiens dressés, je ne remets pas en cause vos dires... Mais ils ne risquent pas de mal vivre les allées et venues constantes de monde autour d'eux ? Et outre le comportement que certains peuvent avoir vis à vis d'eux, il y a des élèves qui font naturellement peur aux animaux – une question d'instinct, je suppose. Vous sauriez gérer cela? »

La question avait sans doute déjà du être abordée par la directrice, à n'en pas douter, pendant l'entretien d'embauche. Mais Alexandre préférait s'en assurer. On le comprenait. Après tout, la sécurité des élèves était une priorité, et avoir un demi-loup sur les terres de l'école n'était pas ce qu'il y avait de plus rassurant en la matière. L'animal gardait une part de son instinct sauvage... Et comme beaucoup, il se méfiait plus des crocs du loup que des griffes acérées du fléreur, bien que les deux aient une intelligence proche, avec ce côté sauvage qui les caractérisait.

« … Si vous n'avez pas d'autres questions, je pense que je pourrais vous laisser après cette simple réponse à ma demande. » ajoute-t-il ensuite, plus affable. « Vous pourrez sans mal vous installer dans vos quartiers quelques jours avant la rentrée, vous verrez peut-être vos premiers collègues s'installer. Pour ma part, j'arrive en général la veille du départ du Poudlard Express, si vous avez besoin de venir me trouver. Les appartements du personnel sont au cinquième étage, sauf dans votre cas où vous aurez une habitation dans le parc, à part, si vous avez besoin de contacter quelqu'un. »

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»
Song of Mor'Du

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut Mer 8 Aoû - 21:15
Alexandre lui répondit qu'un fantôme purrait probablement se charger de la visite. Hormis le fait qu'ils étaient transparents, rien ne le dérangeait dans cette idée. Et puis, si cela faisait des siècle qu'il se trouvait à l'école, un fantôme ferait un excellent guide, surtout s'il était friand d'anecdotes en tous genres. Fergus parlait peu mais il écoutait avec attention. Cette visite promettait d'être riche en choses à retenir et l'homme ne doutait pas qu'il assimilerait l'ensemble. Tant qu'il se contentait du minimum vital...
Fergus redoutait, à dire vrai, de se tourner en ridicule en s'égarant dans les couloirs. Surtout si c'est un des élèves qui le retrouve. Imaginez l'angoisse... C'est pourquoi, il avait déjà décidé qu'il passerait le moins de temps possible à l'intérieur et se contenterait des lieux communs. Il fallait qu'il repère le bureau de la directrice, celui d'Alexandre, l'infirmerie également (sait-on jamais) et donc le réfectoire, la grande salle (il ne savait pas que c'était un seul et même endroit), des toilettes et une douche. Pour le reste, les cuisines probablement et ça serait déjà pas mal.
Le sous-directeur revint à la question de ses chiens. Tant mieux, il y avait un point qu'il n'avait pas encore abordé. Visiblement, l'homme s'inquiétait du comportement des anumaux et de leurs capacités d'adaptation. Fergus regarda l'homme droit dans les yeux pour le rassurer.

_ Mes chiens sont habitués aux lieux publics comme déserts. Ils ont l'habitude de changer d'endroit et ils sauront s'adapter aussi bien que moi. Hélios sera très content de voir du monde d'ailleurs, quant à Alby... Eh bien, elle se tiendra d'elle-même à l'écart. Hormis en ma présence, je doute que quelqu'un la voit à dire vrai. Au passage, je pensais m'adresser directement aux elfes cuisiniers pour qu'ils mettent de côté de la nourriture pour eux, si cela ne vous dérange pas bien évidemment.

C'était un excès de politesse, bien-sûr. Dans le fond, Fergus espérait bien qu'il avait le droit de s'adresser librement aux elfes et qu'il pouvait formuler des demandes sans passer par le sous-directeur. En réalité, il ne savait pas encore très bien comment fonctionne une école comme Poudlard. Il verrait cela en temps voulu.
Enfin, Alexandre amorça le chemin de la conclusion de la conversation, mais lui laissa la possibilité de formuler d'autres questions. Fergus n'en avait aucune, pas dans l'immédiat pour le moment. C'est pourquoi, il répondit simplement.

_ J'ai eu les réponses dont j'avais besoin dans l'immédiat. Merci d'avoir accepté de me rencontrer d'ailleurs. Nous nous reverrons donc à la rentrée.

Il n'alla pas jusqu'à demander le chemin précis pour se rendre à l'école, il trouverait ce genre d'indications autrement, par le biais d'un collègue du ministère par exemple. Cela suffirait bien.

________________________





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut

Se préparer à l'inéluctable [pv Alex] Le 19 aôut

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Pré-Au-Lard :: Les Trois Balais-