AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Jeu 2 Aoû - 23:17
Fergus se tenait aux pieds de l'immeuble où vivait Eryn. Il se sentait atrocement ridicule, à rester ainsi sous la pluie d'un orage de chaleur que la soirée avait fait éclater. Dans ses mains, le paquet contenant le gâteau allait finir par prendre l'eau, aussi se décida-t-il enfin à entrer.
Il ne savait pas bien ce qu'il venait faire. En un sens, il espérait presque que la jeune femme soit absente. Après tout, nous étions le week-end, elle pourrait être sortie avec quelques amis, ou quelque amant. Qu'en savait-il ? Cette pensée le gêna cependant qu'il se souvenait que la jeune femme ne lui devait rien et qu'elle ne lui rendait pas plus de compte qu'il lui en tenait.
C'était la clef de ce qu'ils avaient et qui tenait lieu de relation.
Parvenu au troisième étage sans effort, il inspira légèrement avant de frapper. Quand il se promenait sans ses chiens, il se sentait toujours un peu seul. Quand il n'avait pas son arc, il se sentait nu. Alors, imaginez la combinaison des deux...
Fergus ne croyait pas que la jeune femme saurait qu'il s'agit de son anniversaire. Il l'avait peut être mentionné une ou deux fois, mais il ne lui en tiendrait pas rigueur si elle ne l'avait pas retenu. De toute façon, elle ne savait même pas qu'il viendrait ce soir. Peut-être n'aurait-il pas dû...
Il avait hésité puis avait décidé que c'était mieux ainsi. Il préférait l'informer formellement de sa mutation par peur qu'un de ses clients n'en parle par hasard ou que savait-il encore. C'était plus honnête. Depuis qu'ils se connaissaient, il l'avait toujours prévenu quand il s'absentait. Par pure politesse, non pour qu'elle le flique. Mais elle avait tout de même le droit de savoir quand il serait parti pour plusieurs mois parfois.
A chaque fois qu'il revenait, il se demandait si elle n'avait pas, par hasard, trouvé quelqu'un et s'il n'allait pas la déranger. Le cas échéant, il s'effacerait bien évidemment. Elle ne lui devait rien... Pourquoi ne cessait-il donc pas d'y songer ?
Il toqua trois rapides coups. Simple marque de sa présence qu'elle pourrait toujours ignorer si cela ne la tentait pas. Après tout, s'il est bien une qualité que revêt Fergus, c'est bien le respect de l'autre. A outrance parfois. A son détriment toujours. De toute façon, il voulait simplement lui annoncer qu'il allait à Poudlard. Elle avait toujours eu le don de parvenir à le faire parler, plus qu'au naturel (ce qui n'était pas difficile).
C'était elle qui était venue à lui, la première fois qu'ils avaient flirtés. Fergus avait tenté de l'écourter poliment mais elle n'avait rien voulu savoir. Correct jusqu'au bout des ongles, l'homme avait fini par lui dire que les sentiments et lui ne faisaient pas bon ménage et que, de toute façon, il partait le lendemain pour une mission de trois semaines. Elle l'avait scotché en répondant que c'était parfait.
A son retour, ils s'étaient croisés par un véritable hasard dans les allées du chemin de traverse. A nouveau, ils avaient passé un agréable moment. Fergus commençait à trouver cela louche lorsqu'elle lui proposa de se revoir encore, mais il accepta néanmoins, à la condition qu'ils fassent autre chose. Voilà comment ils s'étaient retrouvés dans un musée moldu par un bel après-midi de samedi.
Les rencontres s'étaient enchaînées sans qu'aucun ne tienne les comptes. Quand ils n'avaient pas envie de se voir, ils s'ignoraient poliment pendant des semaines, puis ils se retrouvaient comme si de rien n'était. Eryn lui annonçait de but en blanc quand elle était prise par un autre évènement et lui énumérait ses missions tout aussi aisément.
Fergus se rassura en se disant que ce n'était qu'une mission de plus, mais son nouvel emploi scellerait probablement la fin de leur amitié poussée. C'était probablement mieux ainsi puisque, si la jeune femme refusait pour l'heure de se l'avouer, elle aspirait à plus et il n'était pas capable de le lui apporter. Alors, à défaut, il se dit que la laisser partir était ce qu'il pouvait faire de mieux.
S'il quittait l'amante, il n'abandonnerait jamais l'amie qu'elle était devenue de la manière la plus inattendue qui soit.
Mais une amie qui tardait à ouvrir.
Tant pis, songea-t-il en rangeant le gâteau sous sa cape.
Fergus tourna les talons et posa le pied sur la première marche pour redescendre.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Ven 3 Aoû - 11:45
Eryn avait décidé de profiter du beau temps cet après-midi et avait donc été à Hyde Park. Lorsqu'elle était rentrée, assez tard, elle s'était dit qu'une bonne et longue douche lui ferait le plus grand bien. Mais avant cela, elle avait pris le temps de dévorer une bonne coupe de glace. Rendue sous sa douche, la jeune femme, comme toujours, se mit à chantonner. Ne se préparant pas à sortir ce soir, elle avait décidé de prendre tout son temps, de rester sous cette eau chaude. Cela pouvait paraître bien étrange, une douche brûlante en été. Mais la douche était bien plus chaude que la température extérieure, aussi, en sortant Eryn n'aura pas aussi chaud qu'il n'y paraît, bien au contraire. Le jet d'eau lui fit un bien fou, détendant ses muscles. Un orage éclata non loin de là, couvrant les passants de cette pluie si rafraîchissante en été. Peut-être finalement Eryn allait-elle sortir pour faire un tour, cela ne lui ferait aucun mal. La plupart des gens avait une sortie de prévu pour ce soir mais pas elle, pas aujourd'hui pour la simple et bonne raison qu'elle avait fait une mauvaise chute quelques jours plus tôt sur un balais. Son agilité sur un balais n'était pas à remettre en question mais même les champions se blessent, aussi elle n'échappait pas à la règle. La blessure n'était pas si importante que cela d'après sa belle-mère, médicomage. Elle allait surtout avoir mal à cause du choc. Ce n'était qu'une question de jours et ce n'était pas sa première chute, aussi elle ne s'en faisait pas tant que ça mais elle n'avait aucune envie de troquer le confort de son appartement pour un bar ou une boite de nuit. Alors qu'elle était en train de se laver il lui sembla entendre un bruit. Elle n'en était pourtant pas certaine, son esprit lui avait déjà joué quelques tours. Elle se figea un instant et à nouveau des coups se firent entendre. Trois coups pareils ça ne pouvait être que Fergus. Elle était capable de reconnaître la façon qu'il avait de frapper à la porte. En plus de ça, la plupart des gens se contentaient de sonner. La demoiselle alluma l'eau, se décidant pour un jet assez fort, histoire de ne pas prendre trop de temps. Elle sortit de sa douche, attrapa une serviette et fila vers sa chambre.

La demoiselle était heureuse de retrouver Fergus. Leur relation était tellement simple. Elle se souvenait de la première fois qu'elle l'avait vu, il était si impressionnant et ça avait attiré Eryn, fatalement. Son départ le lendemain ne l'avait pas gêné et le fait qu'il ne veuille pas s'attacher non plus c'était ce qu'elle voulait aussi. Alors qu'elle ne pensait trouvé qu'une personne pour un soir, la jeune femme avait trouvé un réel ami. Il n'y avait jamais de gêne entre eux et c'était ce qu'elle avait voulu, surtout. Elle ne savait pas qu'il était de retour en ville et elle était heureuse qu'il soit venue la voir. Aussi, elle ne tarda pas à s'habiller, passant simplement une robe. Elle attacha ses cheveux et se précipita sur la porte, ne manquant pas bien sûr de tomber. Elle ouvrit la porte et sourit en le voyant, même si il était de dos. Le revoir avait quelque chose de rassurant, aussi étrange que cela paraisse à la jeune femme.

« Fergus, attends ! Tu vas pas partir comme ça ? » Eryn lui fit un nouveau sourire, s'approchant doucement de lui sans prendre la peine de fermer la porte. « Aller viens, il fait bien meilleur dans mon appartement que dans ce couloir. » Elle lui fit un grand sourire, de ceux dont elle avait le secret.

Il semblait à Eryn que l'anniversaire de Fergus était passé de quelques jours ou qu'il allait arrivé dans très peu de temps, elle ne se souvenait pas de la date exacte mais se souvenait que c'était durant la mi-août. Aussi lui avait elle acheté un petit quelque chose. Elle ne savait pas réellement si il fallait ou non. Elle ne voulait pas qu'il prenne ça pour une marque d'attention, qu'il se sente obligé à son tour de lui faire un cadeau. À vrai dire, lorsqu'elle avait eu l'idée de ce cadeau, elle avait simplement pensé que cela pourrait lui faire plaisir, rien d'autre. Elle lui donnerait et verrais bien si ça le dérangeait, enfin, il ne le dirait sans doute pas. Fergus était bien trop poli pour ça. Toujours est-il qu'elle n'aurait aucune utilité de ce cadeau et qu'elle se voyait mal le garder. Aussi elle ne pourrait faire autrement.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Ven 3 Aoû - 13:43
Fergus entamait son second pas lorsque la porte derrière lui s'ouvrit avec fracas. Il sourit un instant de constater que la jeune femme était là et plus encore de constater qu'elle s'empressa de le rejoindre. Il était toujours surpris de constater qu'il aimait l'idée que quelqu'un soit content de le voir.
Quand elle le toucha, l'homme sentit un frisson familier. Le temps qu'il se retourne, son visage avait retrouvé une neutralité qui contrastait avec le large sourire franc qu'elle affichait pour sa part. Elle affirma qu'il ferait meilleur dans son appartement. C'était une bien étrange invitation mais Fergus ne se formalisa pas pour autant.

_ Admettons, répondit-il laconiquement. J'ai apporté un gâteau. Si jamais tu as faim...

Ca c'était du Fergus tout craché : utiliser le moins de mots possibles pour dire ce qu'il avait à dire. Somme toute, elle avait compris ce qu'il voulait dire aussi lui tendit-il le paquet un peu mouillé et qu'elle avait manqué d'écraser en lui courant après. Ils regagnèrent donc son appartement et Fergus s'effaça pour qu'elle y pénètre en entier. Elle avait les cheveux mouillés et il devait probablement avoir interrompu sa douche. Il en fut désolé.
Refermant la porte derrière lui, il la suivit et resta planté debout tandis qu'elle s'activait. De but en blanc, il annonça la raison de sa visite.

_ On vient de m'offrir un poste à Poudlard. Je vais être professeur de Soins aux Créatures Magiques.

Il avait dit cela sans enthousiasme, mais sans agacement non plus. En fait, il avait dit cela tellement sobrement qu'on ne pouvait deviner ce qu'il pensait de la nouvelle. Son visage était, comme toujours, un livre absolument fermé et l'homme était mystérieux comme à l'accoutumé en cet instant.
Il ne le faisait pas exprès. Il ne cherchait pas par là à se donner un style ou a susciter une quelconque curiosité. C'était ainsi qu'il avait grandi. Quand vos parents se déchirent sous vos yeux quotidiennement, vous apprenez à vous endurcir et à ne plus rien laisser paraître. Votre père y verrait de la faiblesse et votre mère souffrirait de votre douleur. La neutralité avait donc des avantages non négligeables et non négligés. Comme tout, cependant, ils avaient leur revers....
Fergus aurait pu ajouter une remarque du style "tu peux le croire ça ? " ou encore "crois-tu que je serais un bon professeur". Ou enfin "cela risque d'avoir des incidences sur la fréquence de mes visites..." mais il n'en fit rien. Comme toujours, il se contait de l'utile, de l'indispensable. Pour le faire parler, il faut lui poser des questions, insister un peu. Lui montrer que cela vous intéresse vraiment.
Fergus ne savait pas trop ce qu'il attendait comme réaction de la part de la jeune femme. Il n'espérait pas grand chose et ne s'était pas fatigué à tenter de prédire ce qu'elle dirait puisqu'il était inutile de le faire. Jamais il n'aurait trouvé la réponse adéquate.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Ven 3 Aoû - 15:25
Eryn fut soulagée de voir qu'il était encore là lorsqu'elle ouvrit la porte. Elle avait fait aussi vite que possible pour s'habiller mais peut-être qu'il aurait fallut aller encore plus vite. Elle aurait été capable de lui courir après pour le rattraper. Il s'était déplacer pour la voir, elle ne pouvait pas le laisser partir comme ça. Fergus se retourna, le visage neutre, comme toujours. Il l'intriguait toujours autant même après tant de temps. Il accepta de rentrer dans l'appartement, disant qu'il avait un gâteau. Maintenant ça lui revenait ! L'anniversaire, c'était aujourd'hui. Et il était venu ici ? Était-ce parce qu'il n'avait personne d'autre à voir ou parce qu'il voulait être avec elle ? Eryn n'en savait rien et elle ne poserait pas la question. Elle lui accorda un sourire pour le remercier et attrapa le paquet légèrement mouillé. Elle ne s'en préoccupait pas, ce n'était pas le plus important. Tenant avec précaution la boîte, elle rentra dans l'appartement, laissant le jeune homme la suivre. La demoiselle déposa le gâteau sur le plan de travail de la cuisine, le sortant du carton trempé.

La jeune homme parla à nouveau, annonçant qu'il serait, à la rentrée, professeur de SCM. Eryn sourit légèrement. Elle savait toute l'expérience qu'il pouvait avoir dans ce domaine d'études et qu'il pourrait en apprendre beaucoup aux élèves mais elle n'était pas certaine que l'entente avec ses élèves serait très bonne. Il était toujours aussi neutre. Si il avait dit oui, c'est qu'il devait être content de cette proposition. Mais est-ce que cela n'allait pas changer quelque chose entre eux ? Eryn n'en savait rien et mieux valait ne pas y penser pour le moment. « Mr Fergus McMillian, professeur alors. Tu t'y connais extrêmement bien en créatures magiques, tes élèves ne regretteront pas de venir assister à tes cours. J'en suis certaine. T'es content de cette proposition ? » Eryn ne lui imposerait pas de venir le voir plus souvent. Elle ne voulait pas que, parce qu'il allait vivre pas loin, il se sente obligé de lui rentre visite. Elle ne s'imposerait pas non plus, comme elle l'avait toujours fait. Elle lui sourit doucement et attrapa deux assiettes, deux cuillères et un grand couteau. « Tu veux une grosse part ou ? »

Attendant sa réponse, la jeune femme s’apprêtait à couper le gâteau avant de se retourner vers lui. « Attends mais je peux pas couper ça avant que tu souffles tes bougies ! » Elle se mit à rire doucement et ouvrit ses placards à la recherche de bougies. Elle devait avoir ça dans un coin, au fond d'une boite parce qu'elle avait fêté l'anniversaire de son frère chez elle. Ouvrant quelques boites elle finit par les trouver et se retourna en lui montrant. Si il n'y tenait pas elle ne le mettrait pas, elle ne voulait pas lui imposer mais ça aurait été sympa, du moins, à ce qu'en pensait Eryn.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Ven 3 Aoû - 16:40
Fergus observa la jeune femme s'occuper du gâteau qu'il avait amené. Il avait choisi un Paris-Brest qu'il était allé spécialement chercher dans une boulangerie qui se disait française à Londres. Depuis qu'il y avait goûté pour la première fois, il avait bien aimé cette crème, lourde, au bon goût de noisette, fourrée généreusement entre deux minces couches de pâte plus feuilletée.
Gourmand ? Fergus ? Disons qu'il avait certains péchés mignons, et qu'il aimait les partager avec la belle Eryn. Et puis, ils pouvaient tous les deux se le permettre sans regret.
Eryn énonça son nouveau titre qui sonna étrangement dans sa bouche. En vérité, Fergus n'était pas encore tout à fait à l'aise avec la nouvelle et il ne savait pas si cela lui convaindrait ou non. Elle lui demanda s'il était heureux de cette décision.

_ Je ne sais pas encore, répondit-il laconiquement.

Eh oui, aussi agaçant que ce soit, c'est tout ce qu'elle obtiendrait si elle n'insistait pas. Il n'était pas du genre à lui dire que, de prime abord, il était stressé, peu sûr de lui et qu'il avait pris ses précautions pour retrouver son poste au cas où cela ne fonctionnerait pas. Elle enchaîna ensuite en lui demandant la taille de la part qu'il voulait. Cela lui arracha une ébauche de sourire.

_ Je suis aussi gourmand que toi, tu le sais.

Encore une réponse indirecte. Mais plus claire que la précédente, c'était déjà ça de pris. Il espérait une énorme part à dire vrai quand elle annonça qu'il devait souffler ses bougies. Ainsi, s'en souvenait-elle, ce détail lui arracha un véritable sourire (miracle !). Amusé, il la vit s'agiter dans tous les sens pour trouver lesdites bougies puis elle se retourna vers lui, hésitante. D'un signe de la tête, il l'invita à s'exécuter. En fait, c'était trop agréable de la voir ainsi.
Quand elle était excitée par quelque chose, son visage se colorait de rose. Elle pétillait littéralement sur place et c'était toujours amusant à voir. Fergus n'aurait pas voulu lui gâcher son plaisir, c'est pourquoi il joua au petit jeu de l'anniversaire, lui qui avait de toute façon apporter le gâteau.
Il ne se souvenait pas de la dernière fois où il avait vraiment fêté son anniversaire. Quand il était plus jeune, les 16 août s'apparentaient à de sjournées marathon où il fallait se montrer poli et disponible pour tous. Il subissait la compagnie de tous les membres de sa famille, dans le sens le plus large possible du terme, et se retrouvait affublé d'une montagne de cadeaux qui ne parvenait pas à combler le manque cruel de chaleur véritable. Dans la demeure familiale, c'était le rang à tenir qui dominait...
Du coup, il préférait une soirée comme celle-ci. Sans prétention et sans cadeau. La compagnie de la jeune femme était déjà un cadeau en soit. Il se demandait encore pourquoi elle s'intéressait à lui. Au début, il avait cru que c'était simplement physique. Il faut dire que, sur ce point, ils s'accordaient assez bien. Puis, peu à peu, il avait bien dû constater que cela allait au-delà. Il leur arrivait de passer des soirées ensemble sans faire l'amour et cela leur convenait tout autant. D'ailleurs, il n'y avait jamais la moindre pression de la part de Fergus en la matière. Il exprimait son désir d'un regard ou d'une parole, mais il laissait la jeune femme libre d'amorcer, ou non, le mouvement.
Les bougies allumées, il souffla donc sans faire de voeu. Cela faisait longtemps qu'il ne croyait plus à de telles choses. Il se contenta d'un haussement de sourcil vers sa compagne et d'une remarque complice.

_ Heureuse ?

Ce n'était pas lancé avec ironie ni méchanceté, simplement une façon de mettre en avant qu'il avait fait ça pour elle, sans mauvaise grâce toutefois.

_ Il nous manque un petit quelque chose...

Fergus a toujours une poche magique sur lui. En général, il y met son arc, son carquois et ses flèches. Ce soir là, étant donné qu'il allait en ville, il avait laissé son arme chez lui. Pourtant, la poche n'était pas restée vide.

_ Heureusement que je pense à tout.

Il sortit une bouteille de champagne, soigneusement entourée de glaçons au moyen d'un sac transparent. Fouillant un peu au fond de la poche (son bras avait disparu complètement), il en ressortit deux flûtes, en cristal s'il vous plaît. Ne demandez pas comment il a fait pour ne pas qu'elles se brisent, c'est son secret.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Ven 3 Aoû - 18:39
Alors qu'elle avait ouvert la boite du gâteau, Eryn se demanda un instant de quel gâteau il s'agissait. Cette forme de couronne, elle l'avait déjà vu, un gâteau français dont le nom lui échappait. La nourriture irlandaise était moins raffinée que cette pâtisserie qui avait l'air délicieux et qui n'allait pas faire long feu au milieu des deux. Manger la moitié de cette gourmandise n'allait pas être un problème ni pour Fergus ni pour la demoiselle, chez qui, même si elle n'était pas aussi musclé que son compagnon, il était aussi difficile de trouver de la graisse. À la réponse du jeune homme elle hocha la tête en l'entendant.

« Je suppose qu'il te faut quand même un peu de temps pour t'y faire et pour savoir si ça te plaît ou non aussi je pense. Tu me diras comment ça se passe hein ? » Elle lui accorda un nouveau sourire. Ces dernières paroles étaient sincères, elle tenait à savoir comment ça allait se passer, espérant que tout irait bien pour lui. Le sujet dériva sur la taille de la part de gâteau qu'elle devait lui servir. Fergus afficha un sourire, du moins un espèce de petit sourire. Cela n'arrivait pas souvent alors elle était contente de ça. Il dit alors qu'il était aussi gourmand qu'elle se qui fit sourire la jeune femme.

Quelques minutes plus tard, elle eut droit à un vrai sourire. Eryn était parfois une demoiselle acerbe, blessante et qui semblait simplement vouloir blesser les gens autour d'elle mais ce n'était pas du tout le cas. Elle cachait son côté bienveillant et rares étaient ceux qui avaient le droit de voir sa vraie personnalité. Aussi voir Fergus sourire lui faisait plaisir. Un sourire se dessina également sur le sien lorsqu'il fit un petit signe de la tête, lui donnant une sorte de permission pour les bougies. Elle ne voulait vraiment pas le mettre mal à l'aise. Elle planta alors les bougies et les alluma. Elle n'aurait jamais pensé en le rencontrant qu'elle allait, un jour, planter des bougies dans un gâteau pour lui. Est-ce que ça lui déplaisais pour autant ? Aucunement. Elle se sentant bien avec lui et il n'y avait jamais eu de moments gênants entre eux. Elle le regarda souffler ses bougies et hocha la tête en l'entendant. « Tout à fait, oui. »

Alors qu'Eryn commençait à retirer doucement les bougies, Fergus parla de nouveau, disant qu'il manquait encore quelque chose. Elle le regarda surprise lorsqu'il plongea sa main dans sa pochette. La première fois qu'elle l'avait vu chercher quelque chose dans sa poche, elle s'était demandé jusqu'où elle pouvait aller et si elle avait réellement une limite. Lorsqu'elle vu la bouteille elle sourit et hocha la tête doucement. « Heureusement oui. » Elle le regarda puis reporta son attention sur le gâteau dont elle coupa deux grosses part, les disposant sur les assiettes. « On va dans le salon ? On sera mieux installer. » Elle mit les cuillères dans les assiettes et les pris en main, attendant sa réponse. Elle ne pouvait pas se douter que c'était pour lui l'un de ses meilleurs anniversaires, bien au contraire. Elle se retourna vers lui avec un petit sourire. Elle n'osait pas parler de son cadeau, ayant peur qu'il trouve que ce soit une trop grande marque d'affection. La demoiselle aurait largement le temps de lui en parler et sinon elle lui donnerait juste avec qu'il ne parte.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Dim 5 Aoû - 22:29
Elle lui demanda de la tenir au courant de l'évolution de sa fonction future à Poudlard. C'était somme toute une requête valable et non contraignante aussi acquiesça-t-il mais sens rien ajouter. Que dire de toute façon ? Il n'y était pas encore, il ne pouvait pas déjà répondre... Il verrait avec le temps. Ensuite, il se plia au jeu des bougies, puis sortit sa bouteille et ses verres, fier de son coup, puis elle l'invita à le suivre dans le salon.
Fergus eut un léger sourire quand il aperçut le canapé. Quelques souvenirs éparses lui revinrent de soirées sérieusement entamées sur ce même canapé. Fergus réprima un frisson et reprit immédiatement la maîtrise de lui-même. Il prit donc place à ses côtés et posa doucement les coupes.
Il était assis très près d'elle, mais il ne pouvait que la frôler, mais c'était déjà bien plus près que la convenance l'exigeait. Fergus était un homme normalement constitué quoi qu'il ne soit pas spécialement porté sur les relations physiques. Comprenons-nous bien, il n'a rien contre en soit, mais ce n'est pas un but pour lui. Ni une fin, ni un moyen. C'est une rencontre qui se déroule bien.
Néanmoins, jusque là, relations physiques avaient toujours rimé avec attaches et il se refusait à en avoir de trop. Et puis, il n'avait trouvé personne qui, jusqu'à présent, lui ait vraiment donné envie de s'attacher. Eryn était un cas à part. Il commençait tenir à elle mais il pouvait le faire de la façon la plus détachée qui soit. Il pouvait se tenir à distance autant qu'il lui palisiat ; elle ne faisait ni scènes ni reproches. En cela tenait sa qualité première.
Et puis, elle lui faisait du bien. Elle était pétillante, drôle, pleine d'esprit et surtout de surprises. Une soirée avec elle rimait avec évasion et exotisme. Et puis, c'était toujours un agréable moment, quoi qu'ils fassent.
Saississant la bouteille, il joua un instant puis fit sauter le bouchon sans effort; mais avec technique. Depuis qu'il était en âge d'en boire, c'est à dire avant l'âge légal, en France comme en Grande-Bretagne, on lui avait appris à ouvrir toutes sortes de bouteilles : vin, champagne, magnum etc. Du coup, il savait y faire et ne ratait jamais une ouverture. Foi de McMillan !
Aussitôt, il versa le contenu ambré dans les coupes, puis il lança un petit sortilège sur la bouteille pour éviter que les bulles ne quittent la bouteille tant qu'ils ne se resserviraient pas. Technique vous dis-je. Et goût prononcé pour le champagne avec ses bulles...
Il tendit une des coupes à la jeune femme et sourit avant de s'apprêter à trinquer. On lui avait toujours dit qu'il ne fallait jamais trinquer sans énoncer à voix haute d'une raison de le faire, c'était impoli. En cette occasion, c'était tout trouvé. Cela allait probablement surprendre la jeune femme, parce que ce serait la première fois qu'il dirait quelque chose d'aussi gentil. Non pas qu'il ne l'ait jamais pensé mais bien parce qu'il n'en avait pas eu l'intention. En tous les cas, il ne lui arrivait pour ainsi dire jamais de se livrer ainsi, encore moins sobre.

_ A toi, et à la fortune qui t'a placée un jour sur mon chemin...

Il trinqua puisqu'elle ne semblait pas en position de réagir pour le moment. Il aurait pu, et probablement dû, être plus précis, dire qu'il appréicait l'amie qu'elle était, leur relation telle qu'elle était. Il se contenta de boire une gorgée, savourant le pétillant bien frais sur son palais, puis coulant dans sa gorge.
Il sentait qu'il avait quelque peu perturbé la jeune femme, il en fut désolé. Il en convint qu'il valait mieux se taire à l'avenir et ne plus se laisser ainsi.
Depuis son plus jeune âge il le savait de toutes les façons. Les sentiments sont des choses qu'il vaut mieux garder pour soit, bien enfouis si possibles. Ce sont des armes que d'autres peuvent retourner contre vous et qui vous mettent en position de faiblesse. Et puis, ce sont le meilleur moyen de compliquer quelque chose de simple. La preuve à l'instant. Il le savait de toute façon : il n'était jamais aussi bien que quand il se taisait...

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Lun 6 Aoû - 15:00
Eryn pensait passer une horrible soirée, seule dans son appartement, à regarder la télé moldue. Elle aurait bien fini par trouver un film quelconque devant lequel s'endormir. C'était ce qu'elle faisait quand personne ne voulait sortir. Mais les soirées préférées de la jeune femme étaient tout de même celles où elle sortait avec ses amis. Cela lui faisait du bien de voir du monde plutôt qu'un écran. Les plans qu'elle avait pour la soirée avaient été bousculés lorsque Fergus avait frappé à la porte. Et il avait bien fait, la sauvant d'une longue soirée d'ennui. Elle était toujours heureuse de le voir, elle aimait passé du temps en sa compagnie.

Ce canapé était familier au jeune homme, sans aucun doute. Il n'était pas rare qu'Eryn s'y étale en rentrant de soirées et il était tout de même plus conviviale que sa cuisine. Ce n'était pas la première fois qu'ils s'y installaient tous les deux. Lorsqu'il s'installa à ses côtés, elle lui accorda un sourire. Ils étaient proches et n'importe qui entrant dans cette pièce à ce moment là jugerait facilement la nature de leur relation, ils ne pouvaient être qu'amis. Ils n'étaient cependant pas pour autant un couple. La nature de leur relation était plutôt complexe et si elle en avait parlé à quelqu'un sans doute n'aurait-il pas compris ce qui se passait entre eux. Elle aurait pu essayer mais elle avait peur de perdre du temps, aussi ne disait-elle rien. Et puis ça aurait sans doute finit par être gênant. Et dans le cas où la personne à qui elle parlait connaissait Fergus, sans doute l'aurait elle mis lui aussi dans l’embarras. Ce n'étais pas le but de leur relation, il n'y avait aucune gêne. Que ce soit parce qu'elle n'avait pas envie de coucher avec lui un soir ou parce qu'il n'avait tout simplement pas envie de la voir pendant quelques temps, ou inversement d'ailleurs. Ils profitaient de la compagnie de l'autre, sans faire face aux mauvais côtés qui rythmaient bien souvent les relations de la plupart des gens.

Personne ne pourrait remplacer le jeune homme pour Eryn, même si un jour ils décidaient de ne plus coucher ensemble ou même de ne plus jamais se voir. Non, personne ne serait à la hauteur. Il était particulier, elle le trouvait mystérieux. Il ne parlait pas beaucoup, il est vrai et comparé à elle qui avait plutôt des tendances bavardes, cela détoné mais en sa présence il lui arrivait aussi de ne pas dire un mot, de simplement se serrer contre lui. Elle profitait de chaque moment en sa compagnie, ça se passait toujours bien.

La jeune femme déposa les assiettes sur la table basse toute proche alors que Fergus s'occupait des coupes de champagne. Elle fut impressionnée de la dextérité qu'il avait eu à ouvrir la bouteille mais n'en fit pas la remarque. Elle le regardais faire et sourit en prenant la coupe qu'il lui tendait. Ça promettait d'être un excellent champagne, elle n'avait aucun doute là-dessus. Il avait toujours de très bon goût. Levant sa coupe, elle le regarda lorsqu'il se mit à parler. Elle lui adressa un sourire, na sachant pas réellement comment réagir face à ces paroles. Oui, elle en était contente et elle n'avait pas habitude de l'entendre dire des choses pareilles. Aussi, c'est pour ça qu'elle se contenta d'un sourire. Elle trinqua avec lui avant de porter sa coupe à ses lèvres.

Le champagne était bon, frais et elle s'en étonna. Elle déposa la coupe sur la table basse et se leva. « Je reviens dans deux minutes, même pas. » Fergus n'avait pas à s'en faire, elle n'allait pas s'enfuir de son propre appartement. Elle avait simplement jugé qu'il s'agissait du bon moment pour lui donner son cadeau. Elle partit dans sa chambre et attrapa le paquet. Elle revint dans le salon et lui tendit le paquet. Les flèches emballées n'étaient sûrement pas les dernières qu'il aurait ni les premières mais Eryn en avait eu l'idée lorsqu'elle était montée sur le balais constitué du même bois. Aussi elle avait fait une chose qui ne lui était pas familière mais pour son ami elle s'en était donné la peine. Pour le reste, elle dut aller voir un autre artisan qui fut surpris par le bois vu la tête qu'il avait fait mais elle était sûre d'elle. Elle espérait que ça allait lui plaire, sincèrement. « J'espère sincèrement que ça plaira. C'est pas grand chose... » Elle lui adressa un sourire avant de s'installer à nouveau dans le canapé, prenant l'assiette avec sa part de cadeau. Elle n'en mangea cependant pas, attendant qu'il ouvre son cadeau et attendant par la même occasion sa réaction.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Lun 6 Aoû - 23:20
Fergus nota bien qu'il avait troublé la jeune femme. Il aurait voulu dire quelque chose pour s'en excuser ou pour réparer sa bourde mais il ne trouva rien qui puisse faire l'affaire. De toute façon, Eryn ne tarda pas à lui demander de l'excuser quelques minutes. Il la regarda partir sans chercher à la retenir.

*Brillant Fergus, vraiment...*

S'il avait eu un peu plus confiance en lui, il aurait compris qu'il n'avait pu provoquer une telle réaction rien qu'avec un toast. Et s'il avait réfléchi une seconde, il aurait compris qu'Eryn n'est pas le genre de femme à s'absenter quelque chose la dérange. Elle l'aurait affronté sans attendre, pour ça il lui faisait confiance. Fergus se contenta de boire quelques gorgées supplémentaires en ruminant ses pensées.
Il songeait à se resservir quand elle revint. Elle n'avait pas été longue. Une fois, elle lui avait fait une surprise et était partie se changer. Cela lui avait pris si longtemps qu'il avait bien failli s'endormir... Il somnolait d'ailleurs à moitié quand elle revint. Mais la voir dans la tenue qu'elle avait pris soin de passer avait réveillé le jeune homme d'un coup... Mais pourquoi songeait-il à cela ?
Elle lui tendit un grand paquet, très allongé mais peu épais en lui disant qu'elle espérait que cela lui plaise. Fergus resta un moment à le soupeser en silence. Il n'était pas très lourd, soit dit en passant. En fait, il cherchait surtout le moyen approprié de réagir. Finalement, il ne trouva rien de mieux à dire que :

_ Tu m'as fais un cadeau ?

Il manqua de dire "mais pourquoi". Et vous me direz, il aurait pu commencer par un "c'est pour moi" qui aurait été ridicule. Au final, il ne s'en sortait pas trop mal. Encore un instant interdit, il finit par se souvenir qu'il fallait qu'il ouvre le paquet chose qu'il se mit à faire dès qu'il eut reposé la coupe qu'il avait dans les mains.
Qu'avait-elle bien pu inventer ? Avec l'esprit pétillant de la jeune femme, il fallait s'attendre à tout. Fergus n'avait pas reçu de cadeau depuis quelques temps, surtout de la part de quelqu'un d'autre que sa mère. A BeauxBâtons, il avait bien reçu quelques cadeaux d'admiratrices et d'une ou deux amies, mais cela remontait à présent.
Il comprit instantanément qu'il s'agissait de flèches. Mais pas de n'importe quelles flèches ! Celles-ci étaient uniques, faites main, c'était évident à leurs différences dans la taille (du bois, pas la longueur hein !). Fergus les examina quelques minutes avant de relever les yeux pour croiser le regard tendu de sa comparse. Pour une foix, la voix du jeune homme trahit ses émotions. Il était à la fois ému, surpris et un peu gêné. Cela s'entendait et contrastait avec son flegme naturel.

_ C'est... Toi qui les as faites ?

Il ne détournait pas ses yeux d'elle, sauf pour observer les flèches, mais c'était fifty-fifty.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mar 7 Aoû - 16:23
Les mots de Fergus l'avaient intrigué peut-être un peu gênée mais pas dérangé au point de lui faire quitter la pièce. Si ils avaient provoqués une telle réaction chez elle alors Eryn lui en aurait parlé, lui disant ce qu'elle avait sur le cœur. Elle n'avait jamais été du genre à fuir et préférait affronter ses problèmes en face, sauf peut-être celui qui concernait sa mère. Le jeune homme n'était pas du genre à parler de ses sentiments mais ce n'était pas le cas de la demoiselle. Si elle partait c'était tout simplement pour faire une petite surprise. Elle avait toujours une tonne d'idée pour le surprendre et aimait en jouer. D'habitude assez sûre d'elle, Eryn n'était pas certaine que le cadeau lui plairait, pareil pour l'attention que ça montrait et pour cause, c'était bien la première fois qu'elle lui offrait un cadeau.

Il le regarda, cherchant sûrement ce que pouvait contenir ce paquet tandis qu'elle le regardait. Elle eut un grand sourire en l'entendant lui demander si elle lui avait fait un cadeau. Amusée, elle ne pouvait que lui répondre en plaisantant. « Non, c'est pour Hélios et Alby. Elle rit légèrement avant de reprendre son sérieux. Bien sûr que c'est pour toi. » Eryn n'avait aucune idée de comment il allait réagir face au cadeau, enfin, elle s'attendait à réellement pire. Il déballa le paquet, le moment qu'elle appréhendait le plus. Peut-être le cadeau ne lui plairait pas, elle n'en avait en fait aucune idée. Fergus observa les flèches sans un mot. Elle ne savait pas ce qui se tramait dans l'esprit du jeune homme et cela l'inquiétait. Il finit par la regardait et en entendant ses mots, elle se mit à sourire, hochant doucement la tête. Sa voix n'était pas aussi calme qu'à l'ordinaire et la jeune femme en avait été surprise. Elle l'avait réellement touché, pour la première fois. « Oui. J'ai fait un balais avec ce même bois. Il fend l'air, vraiment. Et j'en avais pas assez pour un second et ça aurait été du gâchis de le laisser. Je me suis souvenu de ton arc et je me suis dit que ça valait au moins le coup d'essayer, que ça pourrait te faire plaisir. J'espère qu'elles t'iront et qu'elles vont pas juste faire deux mètres. Eryn sourit à nouveau, reprenant doucement. J'y connais pas grand chose en flèches, désolée si elles sont ratées. » Elle espérait qu'elles seraient à la hauteur de l'archer, mais elle avait de gros doute là dessus. Elle prit sa coupe pour en boire une nouvelle gorgée et se tourna vers lui.

« Tu sais, c'est juste un petit quelque chose, ça veut pas dire que tu devrais me faire un cadeau ou quoi que ce soit. Ça me faisait plaisir de faire ça pour toi, tout simplement. » Elle ne voulait pas qu'il se sente obligé de quoi que ce soit par rapport à ces flèches.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mar 7 Aoû - 23:09
La remarque de la jeune femme le fit sourire quand elle évoqua ses chiens. Fergus ne les avait jamais amené dans son appartement, naturellement. Non pas qu'il doute du fait qu'ils se tiendraient bien mais il ne voulait pas imposer ses animaux. Il sait qu'ils sont de grandes tailles et que, même si Fergus les contraint à se faire laver régulièrement, ils ont une odeur particulière. Et ils ont de longs poils qu'ils perdent à souhait. Il ne répondit rien, mais cela l'amusa qu'elle les évoque, alors qu'elle ne les avait vu qu'une seule fois. Cela prouvait qu'elle avait fait attention à lui. Ses chiens, ce sont ses meilleurs amis. Il ne les présente pas à tout le monde...
Mais je m'égare. Eryn expliqua donc qu'elle les avait fait elle-même, avec le bois restant d'un balais qu'elle avait été amenée à créer. Elle s'excusa par avance si les flèches étaient malfaites mais Fergus en doutait. Certes, leur équilibre ne serait pas parfait, mais il pourrait compenser tout cela par sa façon de lancer. Et puis, si jamais elles ne volaient pas bien, l'homme leur trouverait une place, décorative, en bonne vue quelque part. Là où il vivrait.
Il voulut répondre, l'assurer que c'était parfait, mais déjà elle reprenait la parole, pour l'assurer qu'il pouvait ne rien leur offrir, que cela ne la dérangeait pas. Qu'elle avait fait cela comme ça. Fergus reposa doucement les flèches sur la table basse en évitant soigneusement les coupes et les assiettes à gâteaux, puis il se tourna vers Eryn et lui lança un regard ardent. L'instant d'après, il lui avait saisi le visage et il l'embrassait avec passion. C'était un peu sa manière à lui de lui montrer sa reconnaissance.
Cela dura plusieurs minutes après quoi Eryn se déroba pour reprendre son souffle. Essouflé lui aussi, Fergus la regarda avec un léger sourire et une pointe de désir qu'il maîtrisa rapidement. Il détourna son attention et en revint au gâteau. Reprenant son assiette, il crut bon de réprendre la parole.

_ Il va se gâter, avoue que cela serait dommage. Gourmande que tu es...

Amusé, il ne se départissait pas de son sourire et avala avec appétit sa part en quelques bouchées. Ensuite, il finit sa coupe et resservit la jeune femme avant de remplir à nouveau sa coupe. Se calant au fond du siège, il appuya sa tête contre son poing et observa la jeune femme.

_ Tu es vraiment magnifique Eryn. J'espère que tu le sais.

Eh oui, parfois Fergus annonce des vérités générales sans crier gare. Sachez qu'elles sont forcément sincère. Le jeune homme ne manie l'hyprocrisie qu'en cas de nécessité.

_ Et merci pour ce cadeau. Je les essayerais dès demain, je m'en voudrais de détruire ton appartement et je n'ai pas mon arc sur moi de toute façon.

Sirotant sa coupe, Fergus la dévorait d'un regard exmpli de tendresse. Il réalisa qu'il se sentait bien rien que d'être ici. Et c'était plutôt rare...

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mer 8 Aoû - 1:20
Eryn n'aurait pas pu oublié les chiens de Fergus, même si elle ne les avait vu qu'une fois. Elle les avait trouvé tellement impressionnant, tellement qu'elle n'avait même pas osé les toucher. Elle avait également bien vu que le jeune homme était attaché à ses chiens. Elle aurait adoré les revoir mais il ne venait jamais avec. En même temps, son appartement était tellement petit qu'elle ne savait pas réellement où ils pourraient se mettre. Peut-être que maintenant qu'il allait vivre à Poudlard elle pourrait les revoir, peut-être à Pré-au-Lard. Elle lui en parlerait sûrement. Elle aimait beaucoup les animaux même si ceux qu'elle préférait étaient ceux qui volaient. Ces derniers la fascinaient, complètement. Elle aurait été capable de rester à regarder des chouettes ou n'importe quel oiseau pendant des heures. Voler, c'était un peu le rêve d'Eryn, pour ça d'ailleurs qu'elle aimait tant être sur un balais. Elle avait bien sûr entendu parler de ce sport moldu le wingsuit. Mais elle trouvait ça trop risqué. Elle n'avait pas le vertige mais imaginons qu'elle se heurte à la paroi d'une montagne et il faudrait bien plus qu'un pendentif ensorcelé pour la remettre en forme. La remarque qu'elle avait faite avait décorché un sourire et elle en était heureuse. Ces sourires, c'était pour elle des petites victoires dont elle se félicitait.

Fergus déposa les flèches alors qu'elle ne le quittait pas des yeux. Il la regarda et vient l'embrasser avec passion. Ce qu'elle pouvait aimer ce genre de baiser. Elle y répondit avec douceur, se rapprochant un peu de lui. Elle ne savait plus très bien depuis combien de temps cela avait duré mais elle était à bout de souffle lorsqu'elle se recula, souriante. Elle croisa son regard et se recula légèrement. Dire merci aurait été inutile, surtout après ce baiser. Cela voulait tout dire pour elle. Il se mit à parler et Eryn se mit à rire. Elle hocha la tête et pris sa cuillère. « Oui, surtout qu'il a l'air délicieux... » Elle se mit à manger en silence, tout comme lui. Le gâteau fut à la hauteur des espérances de la jeune femme, c'était très bon et elle lui en redemanderait sûrement si un jour l'occasion se représentait. Ou peut-être pourrait-il tenter d'en faire un, même si il était clair qu'il ne serait sûrement pas aussi bon que celui là. Leur assiettes furent rapidement vite, tout comme leur coupe de champagne. Le jeune homme les remplis de nouveau leur verre et fut remercier par un sourire.

Buvant tranquillement, elle le regarda et lorsqu'il lui dit qu'elle était magnifique, elle ne put s'empêcher de lui faire un grand sourire, avant de se mordre légèrement la lèvre. Cela la touchait réellement et elle aurait presque rougit, enfin, si ça avait été son genre. Elle n'était pas habituée à être couverte de compliments et n'aimait d'ailleurs pas du tout ça. Elle trouvait ça inutile de dire trop de compliments à quelqu'un, ils devenaient alors dénués de sens. Elle s'approcha doucement et embrassa sa joue. « Merci. » Ce n'était qu'un murmure mais elle était assez proche de lui lorsqu'elle avait parlé. La jeune femme se recula doucement, restant tout de même près de lui.

Elle but une nouvelle gorgée de son champagne avant qu'il ne parle des flèches. Elle hocha la tête, souriante. « Pas de soucis, j'préfère aussi que tu attende demain. J'imagine mal le nombre d'heures que je devrais passer pour nettoyer tout ça. » Vidant sa coupe doucement, elle la posa sur la table basse avant de s'installer pour être contre lui. Elle le regarda et sourit doucement. « Je suis contente qu tu sois venu ce soir tu sais ? J'espère que ça te plaît comme soirée d'anniversaire. Y a quelque chose que t'as envie de faire ? Quelque chose de spéciale ? C'est ta journée aujourd'hui, enfin, ta soirée, alors on fait tout ce que tu veux. »

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mer 8 Aoû - 21:29
Eryn mangea avec appétit. Fergus se demanda régulièrement comment elle pouvait bien faire pour manger ainsi et rester aussi fine qu'une brindille. Lui-même n'avait aucun soucis en la matière, mais il se dépensait beaucoup avec son métier. Et puis, c'était un homme, il était moins programmé génétiquement pour stocker les graisses. La nature est injuste, je sais. A qui le dites-vous d'ailleurs (mais là je m'égare sérieusement).
Fergus conserva un léger sourire quand elle renchérit sur ses paroles concernant l'essai des flèches. Le cas échéant, il l'aurait aidé à tout nettoyer, surtout s'il était respoinsable d'un désordre. Encore que, l'appartement de la jeune femme était un désordre soigneusement organisé. Il n'y avait rien à redire sur sa propreté, mais c'était nécessairement moins ordonné que chez Fergus. Mais bon, l'homme est un maniaque absolu alors... (un peu comme quand la narratrice est stressée, mais à nouveau elle s'égare ! un rp et au lit, c'est moi qui vous le dit !).
Eryn finit par lui dire combien elle était heureuse qu'il soit venu. Cela le toucha naturellement. Enfin, elle lui proposa de faire ce qu'il voulait. Son sourire s'arqua plus encore. Il y avait tout un tas de choses qu'il voulait faire mais il ne les énoncerait pas à voix haute. Déjà parce que cela ne se faisait pas, même entre amants, d'après le jeune homme. Ensuite, parce qu'il ne voulait surtout pas se montrer insistant auprès d'elle. Et puis, il était certain qu'elle déchiffrerait la lueur dans ses yeux. Elle l'avait toujours fait. D'ailleurs, elle s'était rapprochée déjà. Cela le fit frissonner.
Respirant à fond, il se reprit et changea de sujet mental.

_ Pour le moment, je voudrais que tu me parles de Poudlard toi qui y est déjà allée. Je n'ai aucune idée d'où je mets les pieds mais j'ai quand même accepté. Mon oncle m'a parlé des centaines de fois de cette école...

Il ne se souvenait pas d'avoir jamais encore parlé de sa famille à Eryn, trop déprimant. Peut-être savait-elle qui était son oncle Ernie, un combattant qui s'était rangé du côté d'Harry Potter contre Voldermort, en dépit du fait qu'il était de sang pur. Il se demanda brusquement quelle était l'opinion de la jeune femme sur le mouvement d'ouverture et les dérives qu'il avait connu. Mais c'était trop tendancieux et surtout c'était un terrain miné.
Fergus ne savait pas lui-même ce qu'il pensait exactement en la matière. D'instinct, il serait tenté de dire qu'il valait mieux ne rien dire aux moldus, pour leur propre bien. Le traumatisme à venir serait important et il s'accompagnerait d'une peur sans pareille. Aussi, c'était plus simple de laisser les choses telles qu'elles sont. Quant à la haine envers les sangs-purs... Eh bien son oncle prouvait qu'elle était injustifiée. Il y avait eu également des sangs mêlés parmi les Mangemorts. Qu'était Voldemort d'ailleurs?
Mais laissons la politique là où elle est et ne gâchons pas une excellente soirée.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Jeu 9 Aoû - 18:05
Eryn était gourmande et elle l'avait toujours été. Plus jeune, elle avait quelques rondeurs, qu'elle avait perdu pour le Quidditch. Chez les O'Callahan il ne s'agissait pas seulement d'un loisir, son père voulait qu'elle s'y donne à fond. Aussi elle s'était mise au sport, ne voulait pas se priver de manger quoique ce soit. Aujourd'hui encore, alors qu'elle ne pratiquait plus autant, elle avait gardé la même hygiène de vie, faisant du sport régulièrement. Cela lui semblait important et au moins, elle parvenait à évoquer. Sans doute sans ça penserait-elle plus à sa mère. Elle l'ignorait et préférait ne pas y penser, c'était sans doute mieux ainsi. Il ne faut tout de même pas se leurrer il arrivait aussi parfois qu'elle retrouve un peu de ses formes d’antan, surtout au niveau des hanches. Cela ne la gênait pas plus que ça mais elle essayait de se maintenir au même poids.

Près de lui, son regard tourné vers elle, Eryn ne put que sourire voyant celui de son ami qui s'arqua après qu'elle ait dit qu'elle se plierait ce soir à ses moindres désirs. Elle se doutait d'une des choses qu'il voudrait faire, d'ailleurs, elle en avait également envie. En général, ils n'en parlaient pas ouvertement. Ils se regardaient et comprenaient l'un chez l'autre un regard ou un petit sourire. Cela leur convenait et ça aurait sans doute déplu à la jeune femme qu'il dise ouvertement qu'il voulait qu'ils couchent ensemble. Ce soir, la petite lueur dans les yeux de Fergus ne lui avait pas échappé mais peut-être voulait-il faire quelque chose d'autre avant. Il était encore tôt. Elle ne l'avait pas quitté des yeux alors qu'il se mit à parler, lui demandant de parler de Poudlard. Elle hocha la tête doucement. « Poudlard est un endroit superbe. La première fois que je l'ai vu, je n'ai pas pu retenir ma surprise. On dirait un château de princesse. Il est grand, tellement que certaines salles sont vides. Il y a un grand parc, un lac superbe et la forêt. Je mentirais si je te disais que j'y ai jamais mis les pieds mais ce n'est pas le plus bel endroit de l'école. La grande salle est un endroit superbe, avec son plafond. Les repas servit sont aussi délicieux. Je crois que je n'ai jamais mieux mangé que là-bas. C'est un vrai labyrinthe, il y a un tas de porte, fausse ou vraie, qui s'ouvrent ou non. Parfois cela réserve de belles surprises et parfois tu tombes simplement sur un placard ou une vieille classe. Y a une tonne d'escaliers et il vaut mieux avoir le sens de l'orientation pour ne pas se perdre. Parfois, j'eus eu l'impression que le château était en vie, qu'il bougeait. C'est un endroit impressionnant mais tellement beau en hiver, il y a de nombreuses cours mais mon endroit favoris en plus de la bibliothèque et du terrain de Quidditch c'est bien les tours. J'ai toujours trouvé cet endroit superbe, on y voit tout le domaine, c'est époustouflant. »

Eryn venait de faire un long monologue et ne savait pas réellement si elle avait répondu aux attentes de Fergus. Elle sourit doucement. « C'est très beau et le domaine de plaira je pense. Je suis sûre que tu y seras très bien. Les appartements des professeurs sont super à ce qu'on dit. Après les jeunes sont comme de partout, certains sont insupportables mais d'autres seront attentifs et travailleurs. Je suis sûre que Hélios et Alby y seront bien aussi. » Eryn lui sourit, le regardant à nouveau. Ça l'aurait étonné qu'il accepte le poste si ses chiens ne pouvaient pas être avec lui. Ils auraient en tout cas tout le loisir de courir comme autant qu'ils en auraient besoin. « Est-ce que ça te va comme réponse ? Je sais pas très bien ce que tu attendais comme réponse. Et sinon, dis moi ce que tu veux savoir. » Elle sourit, se redressant doucement, pour être face à lui, sans pour autant s'éloigner. Elle attrapa ses mains doucement pour les caresser, jouant avec ses doigts doucement.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Jeu 9 Aoû - 19:55
Fergus écouta attentivement le flot de paroles de sa compagne sans l'interrompre. Visiblement, le lieu lui avait fait grande impression. C'était également ce qui ressortait de ses discussions avec son oncle à ce propos. En un sens, cela le rassurait : il aurait un cadre très agréable pour vivre, mais dans un autre, l'impression d'immensité des lieux lui vint. S'il se perdait, il aurait l'air vraiment idiot et les élèves ne se priveraient pas pour rire de lui.
Elle finit son laïus en lui prenant les mains. Il n'avait pas oublié qu'elle lui avait posé une question mais il ne put retenir l'envie de l'embrasser à nouveau. Il avait autant envie de la serrer contre lui que de la regarder dans les yeux aussi ce baiser, plus tendre mais non moins long que le premier, fut un compromis acceptable. Sans lui lâcher les mains, il se recula pour la regarder quand il répondit.

_ Je ne sais pas exactement ce que j'attendais... Une confirmation de ce que tout le monde m'a déjà dit ? A savoir que j'allais m'y plaire. Je ne sais pas trop ce que je veux. Cette proposition m'est tombée dessus un peu au dernier moment et je n'ai pas eu trop de temps pour y réfléchir. Après, j'avoue que je suis curieux de découvrir le fameux Poudlard dont tant de monde me parle. Parfois, j'ai l'impression que c'est une tare séreuse de n'y avoir jamais mis les pieds.

Tant qu'à être en mode confession... Autant y aller jusqu'au bout. Le champagne, ça aide ! C'est traitre ces petites bulles, n'est-ce-pas ?

_ Je ne sais pas si je serais un bon professeur. Je sais beaucoup de choses et je suis compétent dans mon domaine, oui, mais face à des enfants... Je n'ai pas eu de frères et soeurs, et ça fait un bail que j'ai quitté les cours d'écoles du coup je ne sais pas trop comment je vais m'y prendre. Je redoute un peu d'être ridicule si tu veux tout savoir.

Réalisant qu'il venait de se confier, il tiqua et se redressa un peu, mal à l'aise. Il contempla sa coupe à nouveau vide et se dit qu'il ferait bien de ne pas se resservir, sans quoi il allait finir par tout dire à la pauvre Eryn ! Il garda néanmoins sa main dans la sienne et la caressait du bout du pouce. Gêné, il garda le silence et les yeux baissés sur leurs mains jointes.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Jeu 9 Aoû - 23:55
Eryn espérait qu'elle n'avait pas trop embêté Fergus avec son discours. Elle était parfois très bavarde et elle en avait bien conscience. Parfois cela agaçait les gens qui l'écoutaient et ce n'est pas ce qu'elle voulait. Elle savait cependant qu'il ne lui en toucherait pas un mot, même si c'était le cas. Lorsqu'elle le regarda, il s'approcha et l'embrassa tendrement. Elle ne put s'empêcher de sourire, répondant à son baiser. Elle ne pouvait le nier, elle adorait ses baisers, elle adorait qu'il l’embrasse comme ça, sans prévenir, simplement parce qu'il en avait envie. Alors qu'ils étaient encore l'un contre l'autre, elle sera doucement sa main, souriante. Elle le laissa se reculer doucement. Elle l'écouta parler et hocha la tête doucement, comprenant ce qu'il voulait dire.

« Tu as l'impression que c'est une tare parce que la plupart des sorciers qui vivent ici y sont allés mais Poudlard ce n'est pas mieux que Beauxbâtons. Je suis sûre que c'est un très bel endroit d'ailleurs. Ce serait quand même dommage que tu ne t'y plaise pas.. » Fergus, en plus d'être un très bon amant, était pour Eryn un véritable ami. Aussi, elle ne voulait pas qu'il se retrouve dans une situation fasse à laquelle il serait mal à l'aise. Elle savait qu'il ne dirait rien et qu'il ne serait pas plus à l'aise pour autant. Elle ne voulait pas le savoir ainsi.

À peine avait-elle fini de parler qu'il reprit ses confessions. Deux coupes de champagne et déjà il se livrait à elle. Si elle avait su peut-être lui aurait elle proposé une coupe ou deux plus tôt. C'était plus facile que de le harceler de questions. Elle le regarda en l'entendant, hochant légèrement la tête de temps à autre. Elle sourit légèrement en le voyant se redresser puis baisser la tête. Elle serra légèrement sa main et de l'autre redressa légèrement son menton pour qu'elle puisse le regarder. La demoiselle ne voulait pas que Fergus soit mal à l'aise, pas avec elle. « Tu l'as dit toi même. Tu es très compétant et ce n'est pas une bande d'enfants qui doit te faire douter comme ça de toi même. Il te faudra sûrement un peu de temps pour t'habituer, pour que tu prennes tes marques mais ça ira. Et puis tu ne seras pas seul, y a tout un tas de prof qui pourront t'aider au besoin. Ils ne mordent pas. Ça ira, tu ne seras pas ridicule et même si ça devait arriver, tu es tellement impressionnant que tes élèves n'oseraient même pas se moquer de toi. T'es arrivé à m'impressionner sans rien faire de particulier alors il en sera de même pour tes élèves. Transmet leur ton savoir du mieux que tu peux. Si Poudlard à penser à toi pour ce rôle alors c'est pour une bonne raison. »

Elle s'approcha à nouveau de lui et passa une main sur sa joue avec un léger sourire. « J'aime pas te voir comme ça. Ça ira et si jamais tu ne recommencera pas, d'accord ? Je sais qu'un an ça peut paraître long mais je suis certaine que les professeurs seront sympa et puis je pourrais toujours venir à Pré-Au-Lard, quand tu veux. » La jeune femme lui sourit et se rapprocha doucement pour lui faire un câlin.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Sam 11 Aoû - 15:05
Elle lui releva le visage. Il aurait pu résister, certes, à cette main légère, mais il s'exécuta en silence. Elle commença par tenter de le rassurer et lui parla brièvement de Beaux-Bâtons. En fait, il ne voyait pas sa différence comme une tare, mais comme une différence précisément. Et puis, il savait que son éducation avait été complète. Non, ce n'était pas véritablement ça, mais il n'eut pas le temps de corriger le point de vue de son amie. Cela importait peu de toute façon.
Elle enchaîna en le rassurant sur le personnel de Poudlard, qui serait nécessairement à ses côtés. Elle ajouta que les élèves allaient être impressionnés par lui et qu'il était forcément qualifié si on l'avait choisi. Enfin, elle finit par le consoler en lui disant qu'au pire il n'y restrait qu'une année. La seule touche positive fut qu'elle proposa de le voir à Pré-au-Lard régulièrement.
Elle avait tout fait pour le rassurer mais Fergus était encore plus mal à l'aise, un peu agacé d'ailleurs. Ce n'était en rien de sa faute, au contraire elle voulait bien faire, mais l'homme n'avait pas l'habitude qu'on prenne soin de lui ainsi, pas plus qu'il ne l'a de se confier. Ni de reconnaître ses faiblesses et angoisses. Du coup, il se referma un peu, mais s'efforça de ne pas la repousser ni de lui faire sentir sa réaction. D'ailleurs, il reprit la parole sans lui relâcher la main.

_ Je serais content que tu viennes me voir, dit-il avec un léger sourire, sortant de ses pensées. Je ne sais pas si le personnel peut faire venir du monde de l'extérieur mais la solution de Pré-au-Lard est une bonne alternative. Et puis, rien ne m'empêche d'y transplaner jusque ici certains soirs, enfin... Si tu le veux naturellement.

Encore ses angoisses. Ah Fergus ! Il serait temps de faire une psychothérapie... Mais sache que quand on commence, on n'arrête pas de sitôt !

_ Pour ce qui est des élèves, je dirais à Alby de les mordre au besoin. Et Hélios devrait me faire gagner des points auprès des mes collègues. Il paraît qu'il ressemble à, je te cite, "un gros nounours".

Il la taquinait, ainsi elle ne se rendrait compte de rien probablement. Et puis, il était vrai que cela l'avait amusé quand elle avait dit cela de son animal. Etrangement, Alby et son allure de louve à demi-sauvage, l'avait moins inspirée sur le côté peluche.

_ Alors comme ça je t'ai impressionné sans rien faire de particulier ? Dis m'en plus...

Il lui lança son regard n°3 nommé "Mystère intense" pour les intimes et la fixa droit dans les yeux, histoire de s'amuser à la perturber un peu...

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Sam 11 Aoû - 16:18
Fergus releva son visage et Eryn se mit à parler, laissant un nouveau flot de paroles. Son second discours n'eut cependant pas le même effet que le premier, elle l'avait bien vu, compris. Mais pourquoi ? Telle était la question. Elle n'en fit par la remarques, continuant de parler. Enfin, il se mit à parler alors qu'elle se faisait la promesse de ne plus parler aussi longtemps sans faire une pause. Entendant qu'il serait heureux qu'elle vienne, la jeune femme lui adressa un grand sourire et hocha la tête. « Je ne sais pas non plus. Mais on a déjà trouvé un compromis. Et puis tu auras tout à fait le droit de transplaner jusqu'ici. Ça me ferait réellement plaisir. » Elle lui disait souvent mais elle aimait ça, elle aimait qu'il n'insiste jamais, qu'il demande si il pouvait ou non faire telle ou telle chose. Ainsi elle se sentait à l'aise et elle était certaine de ne jamais être dérangée. Il arrivait parfois qu'elle lui dise non mais cela était plutôt rare. Elle aimait sa compagnie, sincèrement.

Fergus reprit la parole et elle lui prêta une oreille attentive. Elle se mit à rire doucement en l'entendant. « Mais Hélios est un gros nounours ! N'importe qui aurait envie de lui faire un câlin en le voyant. Je suis sûre que je suis pas la seule à te l'avoir dit. Tu verras tout le monde va se jeter dessus quand ils le verront. » Elle aurait adorée avoir un chien comme Hélios, même un comme Alby, à condition qu'il ne soit pas aussi agressif qu'il en avait l'air. Mais avoir un chien aurait été compliqué dans un si petit appartement et elle aurait également dû l'emmener à sa boutique, trop petite déjà à son goût alors avec un chien en plus... Sa chouette lui posait déjà assez de problèmes comme ça.

Vient alors le moment où il releva sa remarque sur le fait qu'il l'avait impressionnée. Eryn ne put s'empêcher de se mordre la lèvre en voyant son regard, droit dans le sien. Elle ferma les yeux et se remit contre lui, un peu déstabilisée. Il était arrivé à faire quelque chose qui n'était pourtant pas évident. Elle parvenait à être sans gêne parfois, parlait de sentiments, souvent de colère, mais quand il s'agissait de parler de ce qu'elle ressentait réellement, ce n'était pas la même histoire. Elle s'était forgée une carapace et elle se refusait de laisser qui que ce soit voir en dessous. Pourtant en parlant, c'était ce qu'elle avait fait. Ça en plus de son regard. « C'est sûrement pas la première fois que ton le dit. Du moins, si personne ne te l'a encore dit, je suis sûre que je suis pas la seule à avoir eu cette impression en te voyant. Il faut le reconnaître, tu es impressionnant. C'est pout ça que je suis venue te voir ce soir-là tu sais ? Je me suis demandé ce qui se cachait derrière tout ça. » Eryn sourit légèrement avant de le regarder puis haussais les épaules doucement, avant de dire doucement. « Ca craint un peu non ? » Elle lui fit un petit sourire avant de regarder leur main, toujours l'une dans l'autre et se remit à la caresser, doucement. Elle se redressa doucement et le regarda. « Tu veux bien rester cette nuit ? Enfin, on va peut-être pas se coucher tout de suite mais... Enfin tu vois. » Elle serra doucement sa main, retrouvant un grand sourire, un peu comme une enfant. « Je suis sûre qu'il y a quelque chose d'autre que tu aimerais faire ou savoir d'ailleurs. »

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Dim 12 Aoû - 22:32
Eryn lui confessa qu'elle serait contente de le voir régulièrement chez elle. Cette nouvelle le fit sourire, sincèrement. Cela sonnait étrangement à ses oreilles, mais c'était étrangement agréable. Il aurait cru que ce genre de déclaration l'aurait fait partir en courant discrètement par une fenêtre, mais au contraire, elle lui mit du baume au coeur. Uniquement parce que c'était elle. Il n'y avait qu'elle qui lui faisait cet effet là. Si seulement il pouvait le lui avouer...
Mais il avait trop peur de la perdre. Leur relation était ce qu'elle était : sans attaches, sans pression, sans demande. Il ne se voyait pas briser les codes mis en place d'un commun accord surtout alors qu'il n'était pas certain de pouvoir s'ouvrir complètement. Et puis, il n'était pas convaincu d'être la bonne personne pour elle. Elle méritait quelqu'un de plus heureux. De plus joyeux. De plus sincère... Non, de plus ouvert plutôt. Parce qu'il était sincère... Dès lors qu'il prenait la parole.
Il n'avoua pas que cela lui ferait plaisir également mais il espéra qu'elle saurait le lire sur son visage. En tous les cas, la discussion s'orienta sur Hélios. Non, personne d'autre lui avait dis qu'il ressemblait à un nounours. Mais il était vrai qu'en même temps il l'avait montré à des collègues ou du moins à des professionnels dans un cadre professionnel. Ce genre de remarque n'était pas à l'ordre du jour. Après...

_ Je ne crois pas qu'on m'ait jamais dis cela sur Hélios. Mais après tout, c'est normal. Tu es unique Eryn O'Callahan. Unique.

Une sorte de confession, oui. Dissimulée, cachée, comme toujours. Que voulez-vous ? Il n'a pas appris à faire autrement. Son père le réprimandait quand il exprimait des sentiments, c'était pour lui une faiblesse. Quant à sa mère, elle se contentait en général de fondre en larmes. Aussi, il avait fini par ne plus parler, pour ne plus lui faire de mal. Et ne plus se faire de mal.
Ensuite, elle revint sur leur première rencontre et lui avoua à nouveau qu'il était impressionnant, juste après elle sembla mal à l'aise et demanda si cela ne craignait pas. Il lui sourit à nouveau.

_ Non, c'est plutôt flatteur... Enfin, si je savais exactement ce qui t'as impressionné, ça serait plus utile, mais bon...

Il conserva son sourire et ne put retenir un baiser. D'ailleurs, elle semblait sur la longueur d'ondes puisqu'elle lui proposa de passer la nuit ici, en une invitation à demi avouée. Pas besoin de plus, l'homme avait saisi. Il n'en parla pas de suite, naturellement. D'ailleurs, elle lui lança une perche d'évitement. En dépit de son désir qui se faisait plus pressant, il bifurqua quelque peu.

_ Faire ? Subir un de tes massages me tenterait bien, c'est sûr. Et savoir... Eh bien avec tout cela je ne t'ai même pas demandé comment tu allais ni comment allait ton commerce. Les affaires sont bonnes en ce moment ?

Bah oui, il était intéressé par sa vie, par ses sentiments. Bref, il tenait à elle.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Lun 13 Aoû - 2:04
Disant qu'elle serait heureuse de voir Fergus dans son appartement, Eryn ne manqua pas le sourire qu'il lui adressa à cette nouvelle. Elle savait qu'il ne sauterait pas de joie dans tous les sens en agitant ses bras en l'air, c'était bien plus son genre à elle, même si vu qu'il était là elle ne le ferait pas. Il avait le don de la rendre plus sage même si elle ne pouvait pas s'empêcher quelques petites folies, c'était ainsi. Rien ni personne ne la changerait à ce point. Ce sourire suffisait à la jeune femme pour comprendre qu'il était content. Fergus avait un an de moins qu'elle et pourtant il avait l'air tellement plus sage, plus réfléchis qu'elle. C'était un peu étrange mais elle se sentait mieux en sa compagnie qu'en celle de la plupart des gens. Les deux se mirent alors à parler d'Hélios. Elle sourit doucement en l'entendant parler, sourire qui d'ailleurs s'élargit lorsqu'il lui dit qu'elle était unique. Elle serra un peu plus sa main dans la sienne, emmêlant ses doigts aux siens. « Merci Fergus. Toi aussi tu es unique. » Elle le regardais et eut l'impression qu'elle lui retournait le compliqué qu'elle lui avait fait, simplement par politesse. Hors ce n'était pas du tout le cas. Elle souris légèrement et passa une mains sur sa joue doucement. « Tu es vraiment spéciale. Y a pas de doute là-dessus. » C'était une façon comme une autre de lui dire qu'il était spécial dans sa vie. C'était compliqué mais c'était vrai, sinon elle ne lui aurait pas dit.

Peu de temps plus tard, Eryn se retrouva contre lui parlant de la première fois où elle était allée lui parler. Elle hocha légèrement la tête en l'entendant. « Je sais pas ce qui m'a impressionné. Je pense que c'est un tout, ton allure. T'avais ce petit air mystérieux. Je crois que c'est pour ça qu'aucune de mes amies à oser t'approcher... Sauf que moi je voulais savoir ce qu'il y avait derrière allure, je suis une petite curieuse. » Elle sourit à nouveau, amusée et la regarda, lui aussi souriait. Il l'embrassa à nouveau et la jeune femme eut un grand sourire, répondant doucement à cette nouvelle attention.

Elle ne se décolla pas de lui lorsqu'il se mit à parler. « Si tu redis le mot subir, je ne te masserais plus jamais, on dirait presque que c'est désagréable. Et je vais très bien merci. Quant à la boutique ça va plutôt bien. La rentrée approche alors beaucoup d'étudiants sont venus chercher leur premier balais ou un nouveau ce qui arrange bien mes petites affaires. »

Elle sourit doucement et se recula de nouveau, sans lâcher sa main. Se levant, elle força Fergus à en faire de même. Le massage était une bonne idée et elle comptait bien en profiter. Aussi elle l’entraîna dans sa chambre, endroit qu'il connaissait, ce n'était pas la première fois qu'il y viendrait ni la dernière. Ce n'était plus aussi particulier que les premières fois. Eryn se tourna vers Fergus en souriant. « Tu fais comme chez toi, hein. » Elle fouilla dans la table de nuit pour sortir un pot d'huile de massage qu'elle posa sur le dessus du meuble. Elle s'approcha de lui et attrapa son haut doucement. « Je peux ? »

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Lun 13 Aoû - 13:30
Fergus conserva son sourire. Il n'avait pas à se forcer pour le faire pas plus qu'il n'y réfléchissait. Il se sentait simplement bien. Et puis, quand un visage d'une telle beauté vous sourit, vous ne pouvez que lui rendre la pareille, non ?
Il était fasciné par la douceur des traits d'Eryn. Elle avait le visage le plus harmonieux qu'il ait jamais vu. Son nez était magnifique, tout petit, si mignon. Et puis, si Fergus laissait son regard divaguer sur le corps de la jeune femme... Est-il besoin de préciser la suite ?
Au-delà des apparences, c'était le tempérament de la jeune femme qui lui plaisait. Si ouverte et fière, forte mais douce. Si attentionnée aussi.. Bref, le rêve de tout homme sur Terre. D'ailleurs, Fergus ne comprenait pas comment elle pouvait s'intéresser à lui et surtout n'avoir pas d'autres prétendants. Il songea un instant qu'il n'en savait rien et, qu'après tout, ils n'étaient engagés à rien. Cela le mit mal à l'aise juste le temps pour son esprit de conclure qu'elle ne ferait jamais une telle chose. Ce n'était pas son style.
La narratrice tousse en souriant...
Eryn reparla de leur première rencontre. Il n'était pas près de l'oublier. Il se tenait tranquillement, seul, dans une taverne et il songeait à ses chiens qu'il avait laissé chez lui en Ecosse. Il devait partir quelques heures plus tard en mission et avait jugé plus sage de ne pas dormir du tout. Pour débusquer certaines créatures, il faut se rendre dans les bois avant que le jour ne se lève, mais après que la nuit soit tombée. Aussi, il avait décidé d'attendre à Londres, puisque son matériel se trouvait dans son bureau au ministère.
Il s'était d'abord promené dans la ville mais il n'aimait pas vraiment le faire. Il n'y a pas grand chose d'intéressant à voir pour un baroudeur comme lui en ville. Et puis, le soir, tout est fermé. Ce n'était que la pluie et la fraîcheur qui l'avaient incité à se rendre dans une taverne armé d'un journal et de quelques livres. Le bruit ne le dérangeait pas plus que la présence d'un grand nombre de personnes. Il avait alors réalisé qu'on était ce qu'on appelle communément le week-end.
Tout c'était passé selon le plan jusqu'au moment où Eryn était apparue et où, sous les regards d'un groupe de jeunes femmes, elle lui avait adressé la parole. Fergus avait songé à l'éconduire gentiment mais il n'avait pas pu. La discussion s'était amorcée facilement ce qui l'avait incité à faire connaissance. En effet, peu de personnes réalisaient ce genre de miracles. Et puis, une chose en entraînant une autre, un verre suivant le précédent, les heures avaient défilées. Il était devenu trop tard, et trop dangereux, pour lui de mener sa mission alors il avait accepté l'invitation de la jeune femme...
D'ailleurs, il en fit de même lorsqu'elle l'invita à le suivre dans sa chambre, après avoir répondu à ses questions sur son commerce. Il savait qu'il aurait dû répondre à se propos, poursuivre la conversation probablement, mais il n'avait pas envie de se concentrer sur autre chose qu'elle quand il franchit la porte. Cette chambre, il la connaissait bien et il savait comment les choses allaient dégénérer. Entre adultes consentants...
Et puis, avec elle, Fergus s'était découvert bon amant. Il avait toujours été attentif, mais jamais véritablement passionné. Ces quelques conquêtes précédentes lui avaient laissé un goût d'inachevé et l'avaient vite lassé. Aucun risque avec Eryn. Il n'était jamais rassasié d'elle. Et il s'inquiétait toujours de son bien-être, d'elle, plus que de lui. Si ce n'était pas fondamentalement nouveau, Fergus avait découvert combien cela était plaisant de s'occuper ainsi d'une femme. Et non d'une fille adolescente. Parce qu'Eryn était bel et bien une femme.
Fergus revint au moment présent lorsqu'elle lui dit de faire comme chez lui. Etait-il besoin de le préciser ? De toute façon, le jeune homme n'est pas du genre envahissant. Et puis, il s'adapte à tout environnement, confortable ou non. Du coup, cela ne lui poserait aucun problème.
Eryn sortit de l'huile de massage. Fergus se régala par avance. Les mains d'Eryn semblaient avoir un pouvoir sur lui. Elles parvenaient à chasser les tensions de ses muscles et le plongeait dans un état semi-comatique d'un confort inqualifiable. Elle parvenait à lui faire lâcher prise en quelques minutes et il se laissait complètement faire. A croire que, pour cela comme pour le reste, elle utilisait la magie...
Quand elle attrapa son tee-shirt, il fut surpris qu'elle lui demande la permission. Plus d'une fois il lui était arrivé de lui arracher ses vêtements (au sens non littéral du terme) sans faire plus de cas. D'un mouvement de la tête, il lui indiqua qu'elle pouvait y aller et il leva docilement les bras pour lui faciliter la tâche. Ainsi, il offrit à la vue de la jeune femme son torse musclé sans la moindre gêne.
Fergus n'avait jamais été particulièrement pudique (encore heureux, me direz-vous, cela aurait été un crime contre l'humanité de dissimuler ces formes au monde !). Il n'y avait guère que la nudité totale, en public, qui le dérangeait. Il était à l'aise avec son corps, principalement parce qu'il n'en avait guère cure. Il l'avait sculpté parce que le sport était un exutoire excellent et aussi parce que cela lui était utile.
Du coup, il affichait aujourd'hui des abdos parfaitement dessinés, surmonté par des pectoraux puissants et encadrés par des épaules larges, sans l'être trop. Il n'était pas musclé à outrance, mais il était tout de même large. Il était carré, et sa peau était plutôt douce pour quelqu'un qui n'en prend pas particulièrement soin. Il avait de petites cicatrices, laissées là par des créatures diverses. Aucunes ne dépassaient dix centimètres et elles étaient loin d'enlaidir un corps aussi majestueusement beau.
D'ailleurs, la narratrice bave joyeusement sur son clavier, ce qui n'est sûrement pas une bonne idée...
Une fois qu'il se fut laissé admirer involontairement, Fergus ne put s'empêcher d'embrasser la jeune femme, encore une fois. Il le fit avec douceur et avec une lenteur calculée, pour bien savourer l'instant. Il ne fait pas partie de ses hommes qui se jettent sur leur partenaire comme une bête (enfin, sauf cas exceptionnel). Au contraire, il aimait prendre son temps, jouer au jeu de la séduction.
Quand il mit fin au baiser, il avait cette lueur dans le regard, celle du désir, mais il s'allongea docilement sur le lit afin qu'elle puisse le masser. Ramenant ses mains à côté de son visage, il se mit le plus confortablement possible et attendit avec impatience.

_ Je ne dirais plus jamais que je veux subir tes massages, dit-il. Je peux en avoir un maintenant ? S'il-te-plaît.

Il avait nuancé sa voix pour qu'elle paraisse suppliante sur le dernier mot. Un petit jeu entre eux. Et un moyen de lui faire comprendre qu'il en avait vraiment envie. Quand elle se rapprocha, il sourit par avance et ne put s'empêcher de murmurer.

_ Me voici bien gâté ce soir...

C'était vrai. On prenait rarement soin de lui ainsi, pas plus qu'on ne lui faisait des présents. Au final, c'était très agréable. Et plutôt facile en fait. Fergus avait toujours pensé qu'avoir une relation avec une femme impliquait forcément des complications, des soucis, des tas de désagréments qui faisaient que ça ne valait pas forcément le coup. Mais avec Eryn, tout était si simple, trop simple probablement. Parce qu'ils n'étaient pas vraiment ensemble. Cela changerait la donne le cas échéant.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mar 14 Aoû - 16:16
Eryn se souvenait que lorsqu'elle lui avait parlé pour la première fois, elle n'était pas certaine que le jeune homme allait lui répondre. Surtout qu'en plus, elle était sortie de son groupe d'amies, il aurait pu croire qu'on lui avait lancé un défi. Pourtant ce n'était pas le cas. Elle l'avait remarqué et l'avait montré à celle qui l'accompagnait. Personne n'avait réagi, aussi elle avait décidé de se lancer et elle était aujourd'hui contente de l'avoir fait. Elle n'avait passé que de bons moments en sa compagnie. Jamais elle n'avait pensé après l'avoir vu qu'elle aurait dû dire non ou qu'elle aurait dû faire comme si elle n'était pas chez elle. Être avec lui c'était la garantie de passer un très bon moment. Et ce pas seulement parce qu'il était doux et tendre avec elle lorsqu'ils passaient des nuits au lit, l'un contre l'autre. Elle se sentait bien avec lui, tout simplement. Fergus ne se fit pas prier pour la suivre dans sa chambre, il n'y avait aucune raison qu'il le fasse d'ailleurs. Il n'y avait aucun doute sur la tournure qu'allait prendre la suite des événements. Elle avait encouragé le mouvement et il n'avait pas résisté. Ils étaient tous les deux en accord, comme souvent.

Arrivé dans la chambre, il ne poursuivit pas la conversation. Elle ne lui en voulut pas, parler de sa boutique n'était pas si important que ça. Bien sûre elle aimait qu'il s'intéresse à elle mais ce soir devait être sa soirée et ils auraient tout le temps d'en parler un autre jour. Elle saisit son tee-shirt, lui demanda la permission de lui retirer, chose qu'elle ne faisait pas d'ordinaire. Alors pourquoi aujourd'hui ? Simplement pour jouer et que cela l'amusait. Le jeune homme lui fit un petit signe de la tête, faisant sourire Eryn. Elle lui retira doucement son haut alors qu'il levait les bras. Il était beau, aucun doute là-dessus. Sa mâchoire carré, ses yeux clairs avaient fait fondre la demoiselle. Lorsqu'elle l'avait vu nu,i l'effet avait de nouveau agi. Il avait un corps musclé comme il le faut et qui ferait craquer n'importe quelle fille. Elle aimait d'ailleurs qu'il la prenne contre lui et la serre. Il avait quelques cicatrices mais quoi de plus normal lorsqu'on sait le métier qu'il exerçait. Elle n'était pas gênée par cela, du tout. Elle trouvait ça plutôt sexy, attirant. Elle-même avait quelques balafres mais elle n'y prêtait que très peu d'attention. Tout naturellement, la jeune passa ses mains dans son dos, commençant à lui caresser. Elle s'approcha doucement, déposant un léger baiser sur son torse et, à peine s'était-elle reculée qu'il attrapa ses lèvres avec les siennes. Cependant ce baiser n'avait rien à voir avec les premiers de la soirée. Il était plus lent, du genre qui vous donne des frissons dans le ventre. D'ailleurs, elle n'échappa pas à la règle. Fermant doucement les yeux, pour profiter de ce baiser, elle y répondit avec douceur, tout aussi doucement que lui, voulant faire durer le plaisir.

Doucement, les deux se reculèrent et Eryn le regarda. Elle ne put s'empêcher de sourire en croisant son regard à celui du jeune homme. Il avait cette petite lueur, ce petit quelque chose dans les yeux laissant peu de doute sur ses intentions. Sans doute avait-elle aussi ce petit air coquin qu'elle affichait quand elle désirait quelqu'un. Fergus savait le reconnaître, il était déjà arrivé qu'il ne l'embrasse alors qu'elle songeait justement qu'il était très séduisant ce soir. Ils se connaissaient, quoi qu'on en dise. Elle ne le retient pas lorsqu'il partit s'allonger sur le lit. Elle sourit en l'entendant réclamer son massage. Son dernier mot la fit légèrement rire. « J'arrive tout de suite. » Elle se dépêcha de grimper sur le lit, remontant légèrement sa robe pour s'asseoir sur ses fesses, ainsi elle serait à l'aise pour le masser. Elle attrapa la bouteille d'huile, en déposant quelques gouttes sur ses mains est commençant son massage. Rares étaient ceux qui avaient le droit à un massage et pourtant, à chaque fois que le jeune homme lui en demandait un, elle acceptait. Ça lui faisait sincèrement plaisir. Ses mains se posèrent sur son dos, le parcourant doucement en faisant de légères pressions. Bien sûr, elle en profitait pour se tenir près de lui et sourit en l'entendant. Elle embrassa sa nuque doucement. « C'est bien normal, c'est ton anniversaire après tout. Et ça me fait plaisir. »

La jeune femme continua pendant de longues minutes jusqu'à ne plus sentir de tension dans ses muscles, jusqu'à ce qu'il soit complètement détendu. Une fois que se fut fait, elle s'allongea à côté de lui et embrassa sa joue puis ses lèvres, avec tendresse. Elle se glissa doucement dans ses bras, l'embrassant à nouveau, une main sur sa nuque qui remonta jusqu'à ses cheveux doucement. Elle colla son front au sien avant de lui murmurer quelques mots. « On pourrait finir la soirée en beauté maintenant... » Elle lui fit un grand sourire et déposa sa main sur son torse pour le faire basculer et se retrouver au dessus de lui, à clifourchon.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mer 15 Aoû - 0:02
Fergus avait toujours le sourire lorsqu'il sentit la jeune femme prendre place sur ses fesses. Cela ne le dérangea pas, loin de là. De toute façon, elle était tellement légère qu'il la sentait à peine. Enfin, si, il la sentait, mais c'était très agréable. Presqu'aussitôt, il sentit les mains chaudes se glisser sur sa peau. Il eut un léger soupir de bien-être. C'était pas pure anticipation ; il savait qu'elle allait faire des merveilles, comme toujours. Si elle n'avait pas été marchande de balais, elle aurait pu faire masseuse. Mais, étrangement, Fergus préférait l'idée qu'il n'y ait que lui.
Du moins, il se plaisait de plus en plus à le penser.
Il oublia toute pensée lorsqu'elle se pencha pour lui embrasser la nuque. Bon sang, mais comment faisait-elle cela ? Elle savait exactement où l'embrasser pour le faire partir au quart de tour. D'ailleurs, cela commençait déjà. Fergus se força pourtant au calme. La dernière mission avait été particulièrement longue et il était resté loin de Londres pendant plus d'un mois. Du coup, cela faisait un moment qu'il n'avait pas vu la jeune femme, ce qui expliquait en partie son impatience. En partie seulement, puisqu'elle lui faisait toujours de l'effet, quel que soit son état de fatigue.
Ensuite, il oscilla entre désir et détente. La seconde finit par l'emporter et il se sentit sur un petit nuage. C'était comme s'il se retrouvait brusquement vidé de toute énergie. Son corps était dans du coton. Il avait la sensation de s'enfoncer peu à peu dans le matelas. Sa tête retomba complètement contre l'oreiller qui, de plus, portait l'odeur familière d'Eryn. Si la jeune femme avait continué un moment encore, il aurait fini par s'endormir.
Heureusement en un sens, elle finit par s'allonger à côté de lui. Quand elle lui embrassa la joue en lui caressant les cheveux, il ouvrit un oeil un peu embué et il lui fallut quelques instants pour revenir complètement à lui. Elle lui murmura une proposition plus qu'alléchante qui lui fit retrouver un sourire un peu endormi jusque là. Comme quoi, il est des choses qui vous ramènent plus vite que d'autres à la réalité.
Il allait lui caresser le visage à son tour, lui proposer d'aller rechercher le reste du champagne, ou lui rendre la pareille en massage, mais elle prit les choses en main et l'instant d'après il se retrouva allonger sur le dos avec la jeune femme sur lui. Une certaine partie de son corps réagit illico au changement de position... Fergus ne se le fit par redire deux fois. Sa voix se fit plus rauque quand il ordonna plus qu'il ne demanda.

_Pour la beauté, déshabilles-toi. Tout de suite...

Il saisit son haut et le lui ôta sans plus de procès. Après quoi, il laissa glisser ses mains sur son corps, ses yeux ne sachant plus où se poser, alternant entre sa poitrine, son ventre, et ses yeux. Se redressant, il l'embrassa avec fougue en lui maintenant doucement la nuque. Elle ne lui échapperait pas.
Il avait une folle envie d'inverser leurs positions mais il ne voulait pas la frustrer. Il la laisserait diriger un moment, puis il prendrait soin d'elle. Etrangement, l'homme avait oublié le champagne, qui se réchauffait, ses chiens, qui l'attendaient, son futur poste, qui l'angoissait un peu, ainsi que le programme de cours qu'il aurait bientôt à faire. En cet instant, son esprit était entièrement focalisé sur Eryn. Il n'y avait plus qu'elle au monde. Elle et lui. Ce lit. Même pas la chambre. Juste le lit.
Et ses mains qui se promenaient partout avec la folle envie de la dénuder plus avant...

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mer 15 Aoû - 1:20
Le jeune homme laissa un petit soupir de plaisir s'échappa de ses lèvres et Eryn ne put qu'en sourire. Elle était heureuse qu'à peine l'avait-elle touché, elle lui faisait un tel effet. Au moins elle savait qu'il acceptait son massage parce qu'il l'appréciait, non pas par pure politesse. La douceur dont elle faisait preuve pouvait paraître surprenante, surtout lorsqu'on avait connaissance de son métier. Elle travaillait du bois presque tous les jours, ses mains demandaient d'ailleurs un entretien particulier. Au début, elle avait eu quelques corps calleux, ses mains n'étaient pas des plus douces. Aussi elle avait depuis l'habitude de prendre bien soin de sa peau, y passant des crèmes que lui conseillait d'ailleurs sa belle-mère. Sinon quoi Fergus aurait sans doute trouvé ses massages bien moins agréables. Lorsqu'elle le vit ouvrir les yeux, elle lui fit un petit sourire. Ce qu'elle pouvait le trouver mignon comme ça, quand il était à moitié endormi, souvent lorsqu'elle le réveillait le matin, l'embêtant à savoir ce qu'il voulait déjeuner. Aujourd'hui, elle savait quoi lui préparait mais le réveillait tout de même pour que son repas soit encore chaud. L'embrassant doucement, la demoiselle ne pensait plus du tout au petit air qu'il avait eu, ni même au champagne ou à quoi que ce soit d'autre. Il avait le don de lui vider l'esprit en un simple baiser et cela lui faisait un bien fou. Bien qu'il ne prononça aucun mot, sa proposition ne fut pas sans réponse. Son sourire exprimait bien assez de choses pour elle. D'ailleurs, à peine l'avait-elle vu que déjà, elle lui grimpait dessus.

Entendant la voix du jeune homme changée elle déposa doucement ses mains sur son torse et sentit un léger frisson dans son dos. Elle n'était du genre à se faire dominer et n'aimait pas qu'un homme lui dise quoi faire ou quoi dire, cela l'énervait en plus haut point. Il en était de même au lit. Pourtant, elle les aimait virils, avec une pointe d'autorité contre laquelle elle adorait lutter. Et cette voix rude, rocailleuse la faisait fondre. Elle hocha la tête doucement que déjà il attrapait son haut, lui retirant. Elle avait levé les bras doucement pour l'aider, avant d'envoyer le bout de tissu reposer sur le sol. Alors que ses mains parcouraient doucement son corps, elle finit de se déshabiller, sentant des frissons le long de sa colonne vertébrale. La demoiselle avait bien senti son regard sur son corps mais n'en fut cependant pas gênée et quelques secondes plus tard, ses lèvres gagnèrent les siennes pour un baiser fougueux. Sa main dans sa nuque lui faisait bien comprendre qu'il avait envie d'elle mais il n'était tout de même pas trop tard pour faire demi-tour, il n'était jamais trop tard pour faire demi-tour et elle savait. La pensée même qu'elle pourrait lui dire d'arrêter ne lui vient même pas à l'esprit, elle profitait pleinement de ce moment contre lui, passant même ses bras dans son dos pour le rapprocher d'elle.

À présent complètement nue, elle jugea qu'il était temps que Fergus soit dans le même appareil qu'elle. « Toi aussi, faut que tu sois aussi nue que moi. » Aussi elle se souleva doucement et s'attaqua à son pantalon. Elle lui retira en l'embrassant à nouveau, ne voulant plus quitter ses lèvres. Se serrant contre lui, elle embrassa son cou à de nombreuses reprises puis son torse avant de rouler à nouveau, lentement, évitant une chute qui aurait été tout de même des plus comiques. Cela n'aurait pas manqué de la faire rire et n'aurait rien changé à ses désirs mais elle l'évita tout de même, se retrouvant à son tour allongée sous lui. Elle finit de le déshabiller, profitant alors de son corps, caressant son dos et lui déposant un nouveau baiser sur ses lèvres, passant une main dans ses cheveux et l'autre sur sa nuque, lascive.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mer 15 Aoû - 13:51
Tout s'enchaîna naturellement. Fergus ne saurait exactement vous dire ce qu'il se passa ou plutôt comment tout se déroula. Un instant, il avait Eryn au dessus de lui et il la regardait se déshabiller lentement. Par Merlin, ce qu'elle pouvait être belle ! Sa peau était douce comme le satin, blanche et rosée à la fois, sublime. Sa poitrine était ferme et ses seins avaient la forme de poires, juste assez grandes pour qu'il puisse les tenir tout entiers dans ses mains. Ils étaient tendus à souhait et rembondisssaient au grès des mouvements de la jeune femme.
Ensuite, elle déclara qu'il devait se déshabiller et n'attendit pas pour commencer à le faire. Il sentit ses mains dégraffer son pantalon, puis les baisers s'enchaînèrent. Les siens, ceux d'Eryn, partout et ailleurs, picorés ou plus goulus. Affamés et plus doux. Les positions s'inversèrent, fergus se retrouva au dessus de la jeune femme et il commença à s'amuser à la faire languir, pressant son corps contre le sien, bougeant selon ses désirs.
Il laissa ses mains parcourir le corps offert, d'une façon de plus en plus osée, jusqu'à entendre les petits cris d'Eryn, ses gémissements, son souffle affolé et tout le reste. L'homme se força à la patience, à la langueur. S'il n'avait écouté que ses instincts tout ce seait enchaîné très rapidement, mais il savait que mieux valait patienter, envers et contre tout. Eryn fonctionnait un peu comme un diesel, enfin, la plupart du temps. Elle démarrait au quart de tour mais ensuite il fallait la faire chauffer lentement pour ensuite arriver à la perfection.
Fergus avait appris à la comprendre, à anticiper ses désirs et à la conduire le plus loin possible dans le plaisir. Parfois, cela devenait particulièrement délicat pour lui mais il s'en fichait. Et puis, cela le rendait fou lui aussi et jamais il n'avait connu de telle extase avec une femme. Non pas qu'il ait testé les hommes, les chiens ou que sais-je encore, hein ? Vous avez l'imagination débordante, chers lecteurs avides de détails...
En tous les cas, Fergus se montra aussi passionné qu'avide. Il rendit l'âme pas moins de deux fois en une heure trente et n'aurait pu dire combien pour la jeune femme. C'était souvent difficile de savoir si elle était à bout ou non. C'est qu'elle avait une endurance peu commune. Fergus se souvint qu'ils avaient plusieurs fois changé de positions. Qu'elle l'avait laissé prendre les choses en main puis qu'elle avait repris les rênes. C'était à ce moment là qu'il avait perdu le contrôle la première fois. Elle semblait résolue à arrêter, mais il n'avait pas dis son dernier mot.
Sans prendre de répit, autre qu'un mince intervalle pour aller chercher le reste de champagne et boire une coupe chacun, il était revenu à l'assaut pour son plus grand plaisir. Il s'occupa longuement d'elle, le temps de se ressaisir. Quand ils eurent finis, ils étaient tous les deux essouflés et nimbés de sueur. Fergus s'allongea sur le dos et accueillit Eryn aussitôt contre lui. Il ramena son bras contre elle et lui embrassa le front. Un moment, il sombra dans un semi sommeil, dénué de rêves mais salvateur.
C'était un peu comme être sous hypnose. Il avait conscience du monde extérieur, mais il semblait incapable de bouger. Il laissa le temps à sa respiration de s'apaiser et aux battements de son coeur de retrouver un rythme normal. Finalement, il constata qu'il avait soif et trouva le courage de bouger. Rouvrant les yeux, il repoussa le plus doucement possible Eryn.

_ Tu veux quelque chose à boire ou à manger ?

Suite à quoi il se leva, complètement nu, et se dirigea vers le frigo dans la cuisine. Au début, il avait eu du mal à faire comme chez lui puis il avait compris qu'elle ne souhaitait que cela. Il but de longues gorgées d'eau fraîche puis revint avec son butin. Au passage, il avait pris le reste de gâteau et se servit une cuilleirée qu'il proposa d'abord à la jeune femme. Il avait bon appétit.
Il sentit qu'il aurait dû dire quelque chose mais rien ne lui vint. Profitant simplement de l'instant présent, il se contenta de lui sourire comme l'homme heureux qu'il est. Il n'aurait décidément pu rêver mieux comme soirée d'anniversaire. Et la nuit était loin d'être finie.

________________________





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée.

Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Londres :: Chemin de Traverse-