AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2



Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mer 15 Aoû - 19:17
Eryn et Fergus n'étaient pas à leur premier coup d'essai, ce qui expliquait l'aisance qu'il y avait entre eux deux. Et malgré ce qu'on pouvait penser ce n'était pas la première fois qui avait été la plus compliqué. En effet, ils avait assez bu pour perdre toute appréhension ou gêne. Au début tout avait été plus délicat, il avait fallu prendre le temps de se connaître, de savoir ce que l'autre aimait ou non. Doucement mais sûrement, il était devenu le meilleur amant possible. Il prenait soin d'elle et écoutait ses désirs. Et elle essayait d'en faire de même, de lui donner autant de plaisir qu'il lui en donnait. Une fois nu, la demoiselle ne se gêna absolument pas pour le regarder, admirant son corps si bien musclé, sa peau qu'elle aimait caresser, pendant de longues heures. Oh oui il était beau et elle le pensait sincèrement, pour autant, elle ne lui avait jamais dit. Ça aurait pu être un peu gênant. Aussi mieux valait éviter de dire quoi que ce soit. Ils échangèrent de nombreux baisers et lorsqu'elle le sentit la serrer contre lui, elle ne put s'empêcher de se montrer impatiente. Elle aimait sentir ses mains sur son corps, et il savait faire durer le plaisir. D'ailleurs, la jeune femme ne tarda pas à soupirer de plaisir sous les caresses de son compagnon.

La nuit ne fut pas de tout repos pour les deux. Il lui donna tellement de plaisir, tellement qu'elle ne savait plus où donner de la tête. Elle en fit de même pour lui, voulant lui faire du bien. Alors qu'elle lui avait laissé prendre les devants, Eryn ne tarda pas à échanger les places, lui donnant à ce moment là un plaisir aussi inattendue qu’apparemment intense puisque ce dernier le fit céder. La demoiselle avait déjà céder à plusieurs reprises et pensait que, comme son partenaire avait été satisfait, ils auraient arrêté. D'ailleurs, il se leva partant dans le salon, revenant quelques minutes plus tard avec le reste de champagne ce qui lui donna un grand sourire. À peine avait-elle fini sa coupe qu'il revenait l'embrasser. Fergus était indomptable, autant sans doute qu'elle l'était. Elle déposa sa coupe et le jeu des deux amants reprit de plus belle.

Elle ne savait plus bien combien de temps tout cela avait duré, combien de fois elle avait cédé au plaisir, combien de fois ils s'étaient embrassés, elle avait juste pris autant de plaisir que possible et qu'on lui avait sans doute jamais donné. Le jeune homme s'allongea sur le dos et elle ne mit que quelques secondes à se serrer contre lui. Elle ne put que sourire en sentant son bras dans son dos et son baiser sur son front. Elle le regarda et embrassa son torse tendrement. Elle ferma les yeux, sans perdre son sourire, toujours sur le coup du plaisir qu'il lui avait donné. Les deux ne bougèrent pas pendant un moment, sans dire un mot. Fergus l'écarta doucement, sans qu'elle ne soit gênée. Elle le regarda et hocha doucement la tête en l'entendant. « Ramène le gâteau, on pourrait le finir. Et je veux bien de l'eau. Un grand verre. » Pas la peine de lui dire où trouver quoi, il se débrouillait à présent très bien dans son appartement. Ça avait pris un peu de temps mais on y était arrivé. Il se leva et Eryn ne se gêna pas pour le regarder, laissant ses yeux se glisser sur ses fesses, fermes à souhait, qu'elle aimait tant.

Elle s'attacha rapidement les cheveux et s'installa dans le lit, assise, repoussant les draps au fond du lit. D'ordinaire frileuse, après leur petite fête, elle mourrait de chaud et avait toujours ce même sourire, un peu idiot. Elle sourit en voyant Fergus et se poussa pour lui faire un peu plus de place. Elle attrapa son verre d'eau qu'elle vida d'un coup. Elle se mit à manger un peu du gâteau puis regarda le jeune homme un peu pensive. Elle aussi aurait voulu dire quelque chose mais elle avait trop peur de briser ce moment si parfait à ses yeux. Aussi elle se contenta d'approcher et d'embrasser le coin de ses lèvres, posant sa tête contre lui. Elle ferma les yeux quelques instants et se demanda si elle serait un jour prête à renoncer à lui et à sa présence. Il était clair que non et pourtant, il ne devait y avoir d'attache entre eux. Elle embrassa son cou puis le regarda avec un grand sourire.. « Tu sais que tu es terriblement sexy ? »
Elle lui sourit et décida de s'installer en face de lui, déposant ses mains sur ses jambes, reprenant du gâteau au passage. Elle s'approcha doucement. « Est-ce que par hasard j'aurais moi aussi le droit à un massage ? » Elle lui fit un grand sourire, un peu suppliante dans son ton. Elle s'allongea sur le ventre, patiente. Lui aussi faisait des petites merveilles avec ses mains, du moins selon Eryn qui se demandait pourquoi il n'avait trouvé de filles à son bras, pourquoi alors qu'il était adorable. Elle ferma les yeux doucement. « Tu crois qu'en étant à Poudlard tu auras encore assez de temps pour venir me voir ? Pour qu'on sorte de temps en temps ? » La jeune femme se crispa doucement, sentant qu'elle avait dit quelque chose qu'il ne fallait pas. « Je veux dire... Si tu veux hein. Comme quand on était allé au musée. » Changer de conversation, il fallait qu'elle lui fasse oublier le plus vite possible ce qu'elle avait dit et parler de cette sortie était la première idée qui lui était venue.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mer 15 Aoû - 20:32
Fergus revint avec de l'eau et des provisions. Le sucre rapide contenu en masse dans le gâteau lui fit du bien. Il en fallait plus pour friser l'hypoglycémie, mais mieux vaut prévenir que guérir. Et puis, tout guerrier a besoin de reprendre des forces...
Après qu'ils eurent mangé, elle lui posa une question qui semblait plus rhétorique qu'autre chose. Le ton de sa voix était irresistible et lui fit retrouver le sourire. Il n'hésita qu'une seconde avant de répondre.

_ Tu me l'as dis deux ou trois fois, oui...

Pas besoin de lui retourner le compliment, il lui avait prouvé ce qu'il pensait auparavant. Et puis, il lui avait déjà dis ce qu'il pensait d'elle, alors... Il connaissait suffisamment Eryn pour savoir qu'elle ne disait jamais rien pour obtenir une réponse en retour. Elle n'était pas ce genre de personnes, qui forcent les compliments en vous en faisant un et en comptant sur la politesse.
Juste après, elle lui demanda un massage. Elle s'allongea d'ailleurs directement sur le ventre sans attendre de réponse. Fergus haussa le sourcil droit. Ca allait être compliqué si elle restait dans cette absence de tenue... Bah, il était suffisamment fatiguée pour pouvoir rester sérieux un moment, non ? Alors qu'il s'avançait pour obéir docilement elle reprit la parole, commençant par lui demander si sa mutation changerait la fréquence de ses visites. L'instant d'après, elle se tendait comme une corde d'arc et chercha à se reprendre. Fergus prit donc position à côté d'elle (pas question de l'écraser en s'asseyant sur ses fesses, et puis, il ne pourrait plus les voir s'il faisait cela). Il frotta un instant ses mains pour les réchauffer, prit un peu d'huile, et les posa sur le dos offert. Il commença des petits mouvements pour la détendre. Et elle en avait besoin.
Après un moment, il s'abaissa pour l'embrasser sur la joue puis il reprit la parole.

_ Je pense que ça va changer pas mal les choses... mumura-t-il.

Il attendit un moment pour faire son effet. Il avait sun sourire en coin, mais elle ne pouvait pas le voir. Fergus accentua un peu son massage pour le rendre plus efficace, mais tout en restant doux.

_ Je ne partirai plus à l'autre bout du monde pendant des mois... Je pourrais donc venir plus souvent. Si tu arrives à me supporter, bien entendu...

S'abaissant à nouveau, il l'embrassa à nouveau, mais sur les fesses cette fois. Pendant quelques instants, le massage fut mis en attente. Pas si fatigué que cela le Fergus finalement...
Coquin à nouveau, il laissa ses mains glisser un peu plus le long des côtes de la jeune femme, lui effleurant les seins d'une manière parfaitement calculée. Se penchant à nouveau, il lui embrassa sensuellement la nuque, remonta vers le lobe d'une de ses oreilles, et joua de sa langue pour voir comment elle réagirait.
Par Merlin, Fergus, tu es un ogre... songea-t-il. Mais un ogre heureux en cet instant.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mer 15 Aoû - 23:45
Le gâteau était un peu plus chaud mais il était toujours aussi bon. Fergus avait fait un excellent choix, aucun doute là-dessus. Elle le regardait manger et sourit en l'entendant répondre à sa question. C'était tout à faire une réponse de son genre. Certains lui auraient dit qu'elle l'était aussi, chose qu'elle n'aimait pas. Faire des compliments pour en avoir, elle trouvait ça complètement ridicule et c'était d'ailleurs pour ça qu'elle ne retournait jamais ce qu'on lui disait. D'autres auraient fait les malins, disant qu'ils savaient parfaitement qu'ils étaient sexy, qu'on leur disait même souvent. Mais lui n'était ni de ce groupe ni de l'autre et elle aimait ça. Elle était même parvenue à lui décrocher un sourire. « Tant mieux alors. Sinon je me serais sentie terriblement coupable.  » Elle lui fit un grand sourire.

Allongée sur le dos, Eryn espérait qu'il voudrait bien la masser, sinon quoi elle serait un peu gênée de lui avoir imposé cela. Elle espérait qu'il lui dirait si c'était le cas. Ses mots dépassèrent sa pensée et le fait qu'il ne dise pas un mot, ne la rassurait pas du tout. Allongée sur le ventre, la tête sur le côté, elle ne vit pas sa tête pour voir sa réaction. Elle le sentit prendre place près d'elle et
entendit un bruit qu'elle n'eut pas trop de mal à reconnaître, il se frottait les mains pour ne pas qu'elles soient froides sur elle. Cette pensée, cette attention de ça par la firent sourire. Elle se redressa doucement, mettant son front sur ses bras. Les mains du jeune homme finirent par se poser sur son dos, faisant sourire la demoiselle. Doucement, elle commença à se détendre sous ses gestes, cela lui fit un bien fou, surtout vu la façon dont elle s'était rédie quelques secondes plus tôt. Les yeux fermés, elle n'aurait pas pu prévoir le baiser de Fergus sur sa joue avant de le sentir. Elle sourit doucement, ne pensant pas qu'il reparlerait de sa petite gaffe.

Oh oui, il avait raison, ça allait changer énormément de choses. Elle sourit légèrement et garda les yeux fermés alors que la pression de ses mains se faisaient plus forte. Lentement alors que les mains parcouraient son dos, elle se détendait, sentant ses muscles se relâchaient petit à petit, ce qui lui faisait un bien fou. Il était rare qu'on la masse ainsi. Elle n'était pas du genre stressée mais il arrivait qu'elle soit parfois tendue et on ne dit jamais non à un bon massage, n'est-ce pas ? Le jeune homme se remit à parler, disant qu'il pourrait venir plus souvent si elle le supportait. Elle se demandait si il n'allait pas se lasser d'elle, puisqu'il ne partirait plus aussi loin. Elle pensait que si il venait souvent lors de son retour de mission, c'était un peu parce qu'elle lui avait manqué, qu'elle était loin de lui. Peut-être que si il venait trop souvent, il finirait par ne plus jamais venir. La demoiselle ferma les yeux, ne voulant plus y penser, se concentrant sur la dernière partie de sa phrase. « Tu sais bien que je n'ai aucun soucis à te supporter. J'aime bien quand tu viens, c'est moins vide ici et puis on s'amuse toujours bien. J'ai pas un seul mauvais souve... »
Eryn n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'elle sentit un baiser sur sa fesse gauche, laissant un long frisson parcourir sa colonne vertébrale. Elle eut un grand sourire, qui ne fit que s'élargir lorsqu'elle sentit ses mains sur ses côtes, effleurant ainsi sa poitrine. Elle mit sa tête sur le côté juste après qu'il ne lui ait embrassé la nuque, étant ainsi plus à l'aise. Il allait réussir à la faire craquer à nouveau. Comment faisait-il pour avoir un tel pouvoir de séduction sur elle ? La jeune femme ne protesta pas, docile. Sentant ce qu'il faisait de son lobe d'oreille, elle ne mordit la lèvre, essayant de se retenir mais se fut vain. Quelques seconde plus tard, elle laissa échapper le prénom de son partenaire en un soupire de plaisir.

Doucement, alors qu'il se reculait, elle se retourna pour être face à lui tout près. Elle passa ses mains dans son dos pour l'attirer et le serrer contre elle. « Je crois qu'on va oublier le massage pour le moment. » Sa voix avait été calme et posée, quoi qu'avec une touche de sensualité. Elle caressa son dos du bout des doigts, descendant doucement sur ses fesses et l'embrassa tendrement. « Tu sais vraiment comment me faire craquer, c'est terrible... Je vais être incapable de te résister. » Elle passa une main dans ses cheveux, jouant avec. Ses jambes passèrent lentement autour de lui pour le serrer un peu plus. « Dis moi ce que tu veux, tout, n'importe quoi. » Elle sourit et lui déposa de nombreux baisers sur ses lèvres avant de murmurer tout près. « Je suis tout à toi. » Ces désirs seraient des ordres, elle voulait lui faire plaisir, plus que jamais.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Jeu 16 Aoû - 0:08
Les paroles importaient peu. Eryn lui affirma qu'il était le bienvenue chez elle, mais Fergus ne voulait plus vraiment écouter. Surtout, il ne voulait pas la contraindre à un discours forcé ou non naturel. Et puis, au fond, cela l'inquiétait...
Cela faisait un moment déjà qu'il aurait dû mettre un terme à tout cela. Leur relation ne menait à rien mais elle commençait à devenir plus sérieuse. En général, c'était le moment pour lui de filer, avant de faire des dégâts. Souffrir, au fond, c'était secondaire. Il ne voulait surtout pas faire souffrir. Pas involontairement. Mais avec Eryn, il en avait été incapable. Ce n'était pas sérieux, naturellement, mais plus fort que lui.
Eryn se retourna pour plonger son regard dans le sien. Il sourit, avide, un regard un peu carnassier répondant au sien. Il savait que la jeune femme ne se déroberait pas. Pas après tout à l'heure, ni après toutes leurs précédentes nuits. Et puis, elle avait librement répondu à son invitation et ce n'était pas son genre de faire marche arrière sans raison. Et jamais Fergus ne lui aurait volontairement donné des raisons de le faire...
Elle déclara que le massage n'était plus d'actualité. Tant mieux, dans le cas présent cela ne passionnait pas vraiment l'homme. Ensuite, elle déclara être incapable de lui résister. Tant mieux, jeune femme, c'était le but tout à fait recherché... Elle l'avait ramenée à lui et à présent elle se serrait contre lui. Il n'en fallait pas plus pour que son corps réponde au quart de tour...
Ensuite, elle lui offrit de faire ce qu'il voulait. Il savait qu'elle était sérieuse. Cela s'entendait dans sa voix. Elle était impatiente, offerte, si belle... Il laissa ses mains courir sur elle, sans pudeur, sans tabou. C'était ainsi entre eux, presque depuis le début. Ils n'avaient pas peur du regard de l'autre, ni de son jugement. Et Fergus adorait quand elle lâchait prise ainsi et qu'elle se laissait complètement aller.
Sa voix rauque lui assura qu'elle était à lui, il ne fallait pas en dire plus.
L'instant d'après, il se redressa, se dégageant prudemment mais un peu brusquement. Il prit soin, naturellement, de ne pas lui faire mal bien sûr, mais l'excitation lui faisait trembler les bras et le rendait plus... Impatient. D'un mouvement rapide, il la fit se retourner, sans un mot, sans plus de procés. Heureusement pour lui, elle accepta sans prendre peur. Ensuite... Eh bien il lui fit l'amour avec fougue. Son impatience eut raison de son endurance, mais ils étaient tous les deux rassasiés et émoustillés par le début de la soirée. De toute façon, Fergus avait déjà prouvé qu'il était bon amant, il ne s'inquiéta pas de savoir s'il tenait suffisamment longtemps. Et puis...
Quand ce fut fini, il retomba allongé sur le ventre, haletant à nouveau, plein de sueur. Tournant péniblement la tête vers Eryn, il songea qu'il allait être un peu courbaturé le lendemain, mais que cela en valait la peine. Ensuite, il pensa à autre chose et se mit à rire doucement. Un rire épuisé, mais heureux. Devant l'air interrogateur de la jeune femme, il finit par s'expliquer.

_ Tes voisins... Vont nous détester... Tu as hurlé comme jamais cette fois...

Il n'y avait aucune moquerie ni jugement, au contraire il était évident que Fergus avait apprécié. De toute façon, il aimait qu'elle soit, disons, communicative, cela l'aiguillait sur la tournure des ébats. C'était un simple constat, énoncé pour le simple fait d'expliquer son rire.
D'une main un peu molle, il l'attira contre lui tandis qu'il basculait sur le côté et il lui embrassa le front. Il se sentait infiniment bien.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Jeu 16 Aoû - 12:14
Où en étaient-ils tous les deux ? Eryn l'ignorait et elle se gardait bien de poser trop de questions. À son compagnon, comme à elle-même. Elle n'arrivait pas à mettre les choses aux claires mais il savait comme elle qu'il ne serait jamais question de couple ou de toute autres formes de relation sérieuse. Ils avaient mis les choses bien à plat dès le début. Pas d'attachement, pas d'histoire d'amour. Elle les fuyait comme la peste, elle avait trop peur d'un jour faire du mal à quelqu'un, parce qu'elle n'arrivait pas à aimer. Le départ de sa mère lui avait appris à ne faire confiance à personne. Il lui faudrait du temps pour arriver à avoir une relation normale avec quelqu'un et peut-être même que ce jour n'arriverait jamais. Elle avait déjà essayé d'avoir un petit ami mais toute cette histoire s'était soldée par un bel échec en à peine quelques jours. Elle avait décidé de rompre, faisant du mal à cet homme qui, lui, avait de réels sentiments. C'était d'ailleurs après cette histoire, la dernière, qu'elle s'était jurée de ne jamais recommencer. Elle était encore jeune, le temps ferait peut-être quelque chose et elle n'avait de toute façon aucune crainte de finir sa vie seule. Elle aurait toujours sa famille au près d'elle, ses amis aussi. Certains la trouverait folle puisqu'il n'aspirait qu'à ça : trouver le grand amour, se marier et avoir des enfants. Tout ce qui aurait fait vomir la jeune femme. Elle ne s'imaginait pas avec un enfant, ni aujourd'hui, ni dans dix ans. Elle avait peur des enfants, terriblement. Son petit frère ne l'avait pas réconcilié avec les touts petits même si elle l'adorait comme personne. En vérité, elle était effrayée à l'idée de reproduire la même erreur que sa mère et d'un jour, quitter le domicile familiale sans crier gare. Elle savait le mal que ça pouvait faire, aussi bien chez l'enfant que chez le compagnon. Si elle arrivait à se montrer désagréable au près de certaines personnes elle ne l'était pas plus que ça dans le fond, elle continuait simplement de se cacher derrière cette carapace si épaisse.

Alors que la demoiselle s'était tournée pour le regarder, il lui offrit un regard empli de désir, qui la fit craquer. Nul doute qu'ils allaient remettre ça et elle en était contente. Il lui donnait tellement de plaisir qu'elle ne pouvait refuser, en tout cas pas ce soir, pas après ce qu'elle avait dit, pas après ce qu'ils avaient déjà fait. Fergus était tendre et elle savait parfaitement, que, jamais il ne lui ferait quoi que ce soit durant les moments intimes qui pourrait lui faire demander de tout arrêter. Elle avait confiance en lui et ce depuis un moment déjà. Tellement d'ailleurs qu'elle s'abandonnait dans ses bras, disant qu'il pouvait faire d'elle ce qu'il voulait. Cela lui arrivait rarement mais ce n'était pas la première fois qu'elle le faisait aux bras de son partenaire. Aussi, lorsqu'il se recula pour la retourner, elle se laissa faire, docile.

La passion qui les animait n'eut d'égale que le plaisir qu'il lui offrit. Eryn n'avait pas l'oeil sur la montre mais se rendit bien compte que cela avait duré moins longtemps. Avait-elle pour autant pris moins de plaisir ? Certainement pas. Elle s'écroula sur le lit, à bout de souffle, souriante. Elle le regardait, sans un mot et ne compris d'ailleurs pas du tout pourquoi il riait. Il ne mit cependant que peu de temps à s'expliquer. L'entendant, elle ne put qu'éclater de rire. Elle se serra contre lui, posant sa main sur son torse. « La faute à qui si je fais autant de bruit ? Si je suis obligée de déménager, je t'assure que tu viendras m'aider à porter mes cartons. » Elle rit à nouveau, plus doucement et moins longtemps cette fois. Elle savait bien qu'il ne se moquait pas, ce n'était pas du tout son genre. Elle posa sa tête tout près de la sienne, le regardant dans les yeux, caressant son torse avec tendresse. « Heureusement que j'ai accouru en entendant frapper à la porte, une minute plus tard et on passait à côté d'une excellente soirée. »

Pendant un moment, la jeune femme ne dit pas un mot et ne bougea pas d'un sourcil. Elle se contenta de sourire et de caresser son torse. Elle était heureuse, à l'aise et rien n'aurait pu cacher son plaisir ce soir là. Doucement, elle finit par s'approcher et se blottit doucement contre lui, embrassant son cou. « Tu veux pas me parler de la France ? Comment c'est ? Est-ce que c'est vraiment aussi bien que ce que l'ont dit ? » Elle n'y était jamais allée et pourtant elle en rêvait. Le pays n'était pas si loin et pourtant elle n'y avait jamais mis un pied. Déjà prise entre l'Irlande et l'Angleterre, elle aurait eu du mal à trouver du temps pour voyager. Et seule, ce n'était pas ce qu'elle voulait. « J'aimerais y aller un jour. Mais je n'ai jamais pris mon courage à deux mains... » Elle se mit à rire doucement. « Je crois que ça va me prendre une éternité, comme quand j'ai déménagé ici. » Elle le regarda avec un grand sourire et lui déposa un baiser. « Désolée, je parle beaucoup ce soir... T'as mis quoi dans ton champagne ? »

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Ven 17 Aoû - 21:10
Fergus se sentait bien. Il est rare qu'il se sente aussi bien. L'homme n'est pas d'une nature anxieuse ni déprimée, mais en général il ne se sent jamais complètement... Satisfait. En cet instant présent, il n'avait besoin de rien et envie de rien. Il n'avait ni froid ni chaud en cette soirée d'août. Son corps nu n'avait pas de couverture mais cela d'Eryn se pressait contre, ce qui était la plus agréable des sensations. Du coup, tout était parfait...
A nouveau, Eryn lui dit combien elle était heureuse qu'ils passent la soirée ensemble. Cela laissa Fergus légèrement dubitatif. Il partageait son sentiment, bien sûr, mais il ne lui avouerait pas. Le principe de leur relation, ils l'avaient défini le premier jour, lorsque la séduction les avait mené sur le point de céder, lorsque Fergus avait mis les choses au point pour ne surtout pas profiter de la jeune femme, ou avoir le sentiment de le faire. Il n'est pas ce genre d'homme et ne veut pas sembler l'être.
Du coup, il garda le silence, se contentant d'embrasser la jeune femme sur le front et de la serrer un peu plus contre lui. Ensuite, il l'écouta parler de la France, lui demander comment était le pays, puis avouer qu'elle voudrait s'y rendre, confesser qu'elle avait du mal avec les changements, puisque cela lui prendrait du temps pour y aller et enfin lui demander ce qu'il avait pu mettre dans son champagne. Fergus eut un petit rire et l'embrassa à nouveau sur le front avant de se plonger dans ses souvenirs...
La France ? Hum... Il y avait passé du temps. Des années en réalité. Il y avait grandi avant de s'en détourner sans hésiter. Non pas qu'il n'aima pas la France, mais il préférait l'Ecosse, et l'aventure que son métier lui proposait. Du coup, il ne sut pas trop quoi répondre tout d'abord, puis il se lança.

_ En France on parle français, lança-t-il dans la langue de Molière avant de reprendre en anglais. C'est un pays magnifique et les paysages y sont très différents selon les régions. Paris est une belle ville, mais je ne m'y serais pas vu y vivre. J'ai habitué, pour ma part, dans le Médoc, c'est sur la coté Ouest de la France. C'est une région viticole, avec de belles plages, mais il n'y avait pas assez de grandes forêts à mon goût. Je préfère l'Ecosse, personnellement, mais c'est loin d'être objectif.

Il sourit. En effet, lui aussi était d'humeur à discuter ce soir. Mais il ne pouvait pas laisser passer l'accusation cachée, qu'elle soit complètement amusée ou réelle.

_ Quant au champagne, je n'y ais rien mis. Mais j'aime toujours quand tu es pompette comme ça. Tu es terriblement sexy.

Il lui embrassa chastement la bouche. Il était épuisé cette fois, c'était simplement un compliment.

_ Et moi j'en deviens presque bavard...

Ca c'était de l'auto-dérision. Contrairement aux apparences, Fergus sait être drôle, mais il ne l'est pas souvent. Il faut qu'il soit suffisamment détendu pour se laisser ainsi aller. Mais avec la jeune femme, cela faisait longtemps que les barrières étaient tombées. Presque depuis le premier jour d'ailleurs...

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Ven 17 Aoû - 23:02
Aucun de deux n'avaient pris le temps de se rhabiller. À quoi bon ? Ils allaient sans doute rester l'un tout contre l'autre jusqu'à ce qu'ils s'endorment. Eryn se sentait parfaitement bien comme ça. Elle n'avait jamais été du genre à se rhabiller juste après l'amour, à éteindre la lumière ou même à se couvrir. Elle n'avait pas honte de son corps et ça n'avait jamais été le cas. En plus de ça elle n'était pas pudique. Bien sûr, ce n'était pas son genre à se montrer en pleine rue, ou à porter des tenues trop osées. Mais dans la sphère privée, cela ne la gênait pas de se promener simplement habillée d'un tee-shirt et d'une petite culotte. Ce n'était pas la première fois qu'il la voyait nue et vu la façon dont il avait touché son corps, il devait en connaître la plupart des recoins. Fergus embrassa de nouveau son front et la serra un peu plus contre lui et elle ne put qu'en sourire. La discussion s'orienta alors vers la France, pays d'origine du jeune homme. Ce dernier se mit à parler dans la langue du pays, ce qui ne put que la faire sourire. Elle n'en parlait pas un mot et pourtant elle aurait adoré. Même si elle n'avait rien compris, elle était contente. Il faut savoir se satisfaire de petites choses comme celle-ci, c'est le secret même du bonheur, du moins, selon la jeune femme. Son discours dut même faire briller un peu les yeux de son interlocutrice. Elle avait encore plus envi d'y aller à présent. « C'est aussi beau que ce que tout le monde dit alors ? L’Écosse j'aime bien mais si tu avait visité l'Irlande tu verrais comme c'est beau et plus que l'Écosse. » Oh, elle était loin d'être juste elle aussi mais elle était sincère. L’Irlande était pour elle le plus beau des pays. Pourquoi alors n'y vivait-elle pas ? Elle ne voulait pas abandonner sa famille, sa boutique. Pourtant, un jour, elle était sûre qu'elle y retournerait et qu'il y passerait le reste de sa vie. Peut-être même que son père voudrait y retourner. Si il était parti c'était pour amour, aujourd'hui celle qui l'avait fait partir n'était plus dans sa vie. Jane pourrait partir si il lui demandait. Cependant le déménagement n'était pas à l'ordre du jour.

Fergus ne mit pas longtemps avant de réagir à ce qu'elle avait dit concernant le champagne. Elle sourit en l'entendant et pencha légèrement sa tête avant d'embrasser sa joue alors qu'il avait quelques secondes plus tôt déposer ses lèvres sur les siennes. « Merci. » Elle doutait sur le fait qu'elle était sexy parce qu'elle était pompette. Peut-être plutôt parce qu'elle était nue. En tout cas, elle n'avait pas envie de discuter de ça, ce serait passé pour de la vantardise, chose qu'elle détestait. « Toi bavard ? On aura tout vu... Un peu comme si je devenais muette. » Elle se mit à rire doucement et se blottit contre lui. « Tu sais, que tu sois pas si bavard, ça fait parti de ton charme. J'aurais trouvé ça bizarre si tu étais un moulin à paroles. Et puis je trouve que la plupart des gens parlent trop de nos jours, un peu comme moi quoi. » Elle se mit à rire à nouveau. Eryn avait des défauts et elle les reconnaissait sincèrement. Elle déposa sa main sur son torse et le caressa doucement. « So je m'endors tu m'en veux pas trop hein. Je suis à bout de force là tout de suite. Trois fois c'est... » Elle caressait toujours son torse et le regarda avec un sourire malicieux, plein de bonheur pour toute réponse. Elle se remit contre lui et ferma les yeux doucement.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Lun 20 Aoû - 15:37
Fergus laissait son regard s'égarer sur la peau nue qui se pressait contre la sienne. Il n'avait plus un oeil affamé comme tout à l'heure, il était présentement appréciateur. Admiratif en quelque sorte, mais d'une manière plus neutre. Du coup, il écoutait la jeune femme en la regardant mais pas forcément dans les yeux. Il focalisa toute son attention sur son visage lorsqu'elle prétentid que l'Irlande dépassait l'Ecosse en beauté.

_ Prends garde à toi, tu t'engages sur un terrain très glissant... se contenta-t-il de lui dire.

Dire à un Ecosse qu'un autre pays est mieux que le sien et qu'en plus il pourrait en convenir... Impossible. Tout au plus pouvait-il admettre l'idée que l'Irlande était jolie, mais voilà tout. On ne peut pas plaisanter avec tout quand même...

Ensuite, elle se moqua de sa remarque. En même temps, il était vrai que c'était l'ironie même que d'insinuer qu'il pouvait devenir bavard. Non pas qu'il n'ait pas de conversation, ou rien à dire. Mais souvent, il n'éprouvait pas le besoin d'exprimer plus que nécessaire. Il était donc concis et laconique. Cela agaçait certaines personnes, il le savait très bien. Lors d'un dîner mondain, vous vous ennuirez probablement un peu si vous somptez sur lui pour faire la conversation. Si vous êtes bavard, à l'inverse, il vous écoutera sans broncher. C'est souvent une qualité en soit.
Il s'amusa d'Eryn qui critiquait les personnes parlant trop alors qu'elle même le faisait en permanence. Enfin non. Elle parlait beaucoup uniquement quand elle était énervée. Quand elle était heureuse. Quand elle était agacée par quelque chose. Quand elle voulait raconter quelque. Quand elle parlait de politique. Quand elle parlait de son métier. Quand il faisait beau. Quand il faisait mauvais temps. Quand elle prenait sa douche. Pas encore quand elle se trouvait aux toilettes.
Quand elle cuisinait, quand ils regardaient un film, pendant l'amour parfois, et même dans son sommeil.
Bref, non, elle n'est pas bavarde, elle est... Communicative !
Mais là elle commençait à s'endormir. Un baillement large vint appuyer son aveu. Elle finit même par une phrase laissée en suspend... Fergus s'en amusa. Pour l'instant, il n'était pas fatigué, mais cela viendrait probablement si elle cessait de lui parler. Et puis, il faudrait bien qu'il dorme. L'effort physique l'avait, lui aussi, épuisé. Mais l'envie de dormir lui était passée. Il aurait pu s'endormir juste après l'amour, mais elle l'avait tiré de son somnolage. Du coup, cela lui prendrait un peu de temps. Mais il n'allait pas la priver de repos pour autant.

_ Trois fois c'est trop pour toi ? Tu te fais vieille alors parce que je t'ai connu plus vaillante...

Il se moquait gentiment mais il était vrai qu'au début, ils avaient souvent été plus passionnés que cela.

_ Surtout que c'est moi qui ai fait tout le boulot.

Haussant les épaules, il écarta le bras pour qu'elle vienne se nicher parfaitement dans le pli de son épaule, comme elle aimait le faire pour s'endormir. Lui embrassant le front puis les lèvres, il passa son bras sous sa propre nuque, attendant que le sommeil le retrouve.

_ Dors bien Eryn.

C'était un murmure. Heureusement pour lui, Fergus était capable de rester un moment statique sans s'ennuyer. Plongé dans ses pensées, il songeait à son futur travail, aux changements qui s'amorçaient dans sa vie, et à la jeune femme qu'il prenait plaisir à côtoyer dans un lit. L'idée de s'endormir plus souvent à ses côtés n'était pas déplaisante.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Sam 25 Aoû - 1:28
Fergus dit qu'elle s'engageait sur un terrain glissant et elle ne put s'empêcher de rire. Elle le savait parfaitement mais cela l'amusait et elle aurait même accepter de lui donner raison si cela pouvait le calmer. Et il n'était pas si rancunier, si ? Eryn aimait beaucoup son pays et elle le défendrait sans doute toujours, même en vivant dans un autre. Certains lui avaient déjà dit qu'elle n'avait qu'à retourner en l'Irlande puisque c'était un si bel endroit. Elle y avait déjà pensé mais elle ne pouvait se résoudre à quitter tout ce qu'elle avait. « Je vais me taire alors. » Elle ne voulait pas qu'ils partent sur un débat qui pourraient les contrarier. Ils ne parlaient jamais politique, il y avait bien une raison, non ? La demoiselle pensait qu'il n'était pas là pour ça et que c'était mieux ainsi. Elle n'était pas du genre à éviter les sujets qui fâchent d'ordinaire mais elle ne voulait pas prendre de risques avec Fergus.

L'auto-dérision était pour la jeune femme une grande qualité. Elle estimait que si on ne savait même pas rire de soi, alors on ne pouvait se moquer de personnes et d'absolument rien. Ce n'était pas la première fois qu'elle le réalisait et la première fois, cela lui avait plu. Même si ils ne seraient jamais en couple, il resterait toujours un ami pour elle, sans doute parce qu'il avait les qualités qu'elle recherchait chez ses proches. Elle n'hésita pas à l'imiter, se moquant de la manie qu'elle avait de trop parler. Elle en avait parfaitement conscience et savait qu'elle pouvait être agaçante parfois. Heureusement pour elle, lorsqu'elle était en classe elle savait tenir sa langue, sinon quoi ses professeurs n'auraient pas manquer de retirer des points à sa maison ou à la coller. Aujourd'hui, à part les remarques des gens, elle ne craignait pas grand chose. Et puis quelque part, cela faisait le charme de la demoiselle, non ? Même si cela pouvait parfois être gênant. La plupart des gens n'aimait pas qu'on parle trop et parfois les mots dépassaient sa pensée et ça pouvait être un peu gênant. Tout le monde a ses défauts et il faut apprendre à vivre avec.

Lorsqu'il taquina Eryn sur le fait qu'elle n'était plus aussi vaillante qu'autre fois elle ne put s'empêcher de rire doucement. Ce n'était pas un rire aussi vif que d'ordinaire mais tout de même sincère. Elle le regarda et secoua doucement la tête. « J'ai pas dit ça. J'voulais dire que c'était génial. Et j'ai un an de plus que toi, j'suis pas une mamie, j'suis toujours très... robuste et vigoureuse ! » Elle lui déposa un baiser puis secoua la tête doucement. Elle lui donna un petit coup de la main. Ce n'était pas avec sa force de crevette qu'elle allait lui faire mal de toute façon. « N'importe quoi ! La prochaine fois on échange les rôles. »

Fergus ouvrit ses bras pour que la demoiselle s'y blottisse. Elle lui fit un grand sourire et s'y nicha rapidement. Elle aimait dormir tout contre lui, exactement comme ça. Elle lui sourit en sentant le baiser sur son front et répondit à celui sur ses lèvres doucement. Aucun doute, elle allait passer une excellente nuit. Elle ferma les yeux, prête à s'endormit. Un nouveau sourire gagna ses lèvres en l'entendant et elle lui murmura alors à son tour. « Merci. Passe une bonne nuit aussi Ferg. » Elle embrassa son torse avant de se laisser endormir par le chant mélodieux de Morphée.

Eryn était bien dans ses bras mais cela ne l'empêcha pas, alors qu'elle dormait à présent depuis quelques heures, de faire un cauchemar. Elle fut agitée, parlant même dans son sommeil. 1« Non je veux pas ! Papa, non ! Arrêtes... » Ce n'était pas arrivé souvent qu'elle fasse des cauchemars alors qu'il était près d'elle, peut-être une fois ou deux, pas plus. Ce mauvais rêve concernait sa mère, sa famille, sujet délicat dont ils ne parlaient que rarement. Mais, personne ne contrôle ses rêves, ni le moment où ils arrivent. Elle risquait de le réveiller et elle en serait vite désolée.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Dim 26 Aoû - 21:45
Fergus la laissa se rattraper comme elle put puis se défendre d'être une mamie. Naturellement, elle était loin de l'être. Il n'y avait pas de doutes. Elle était magnifique, dynamique et somme toute parfaite pour tout homme un tant soit peu raisonnable. Tout le monde a le droit d'avoir des coups de mou. Et puis, le bilan de la soirée était honorable. Le champagne devait avoir aidé à la fatiguer. Sans parler du fait que la jeune femme devait crouler sous le travail en ce moment avec la rentrée scolaire qui approchait et de tous les élèves qui s'impatientaient à l'idée d'acheter leurs nouveaux balais.
Oui, Fergus songeait à tout cela. Il était souvent plongé dans ses pensées la plupart du temps. Tandis qu'Eryn prenait place contre lui, il songeait à combien c'était agréable d'avoir la jeune femme dans cette position. Combien c'était agréable également d'avoir quelqu'un à visiter, quelqu'un qui était content de vous retrouver.
De toute sa vie, Fergus n'avait que rarement ressenti cela. Certes, sa mère voulait toujours le voir. Elle ne l'aurait jamais laissé quitter la maison si elle l'avait pu. Si Fergus n'avait pas dû aller à l'école, pas sûr que le pauvre garçon aurait pu se sortir des griffes de sa mère. Enfin griffes... C'était un peu abusif. Mais elle l'avait étouffé pendant tellement d'années que le jeune homme avait été soulagé de partir. Aussi, si sa mère serait toujours heureuse de la voir, la réciproque n'était pas valable.
Du coup, Fergus ne savait pas trop ce qu'il était censé ressentir en cet instant. Il avait juré de ne pas s'attacher, mais il se sentait bien. Mieux même, quand il la voyait. En mission, il lui arrivait parfois de penser à elle. De se demander si elle se portait bien, ce dont il ne doutait pas étant donné qu'elle était solide comme un roc. Il savait que selon leur code il n'aurait probablement pas dû. Enfin non, il n'en savait rien en fait.
Après tout, ils étaient amis. Au-delà du reste, ils l'étaient bien. Elle était sa plus proche amie. Celle vers qui il s'était spontanément tourné quand sa tension de prendre un nouveau poste s'était fait sentir. C'était aussi à elle qu'il avait décidé de parler de cette angoisse. A elle qu'il avait confié ses doutes. Et c'était elle qui l'avait apaisé, rien que d'être là.
Tout cela n'avait pas de sens. Fergus sentait la fatigue s'insinuer en lui et lui brouiller l'esprit. Il n'était plus l'heure de tergiverser. Fermant les yeux, le jeune homme commença à se laisser aller vers l'inconscience. Il dormait depuis un moment quand quelque chose le tira de son sommeil. Il lui fallut quelques instants pour comprendre que c'était le corps chaud qui était collé au sien qui s'agitait.
Ouvrant un oeil (le droit d'abord), l'homme chercha à comprendre ce qu'il se passait quand il entendit les murmures de détresse de la jeune femme. Elle parlait de son père. Elle le suppliait de ne pas faire quelque chose. Fergus s'éveilla d'un coup et se mit à secouer doucement la jeune femme, ce qui ne suffit pas. Insistant un peu plus, il l'appela par son prénom, encore et encore, de plus en plus fort jusqu'à ce, qu'enfin, elle s'éveille.
Elle sembla un instant désorienté alors il la prit contre lui, se mettant à la bercer instinctivement, lui laissant le temps de se reprendre un peu. Puis il chercha son regard, l'embrassa brièvement, et reprit la parole.

_ Est-ce que ça va ?

Question stupide, oui, mais il fallait bien commencer par quelque chose. D'ailleurs, il ne resta pas bien longtemps sans parler. Certains auraient probablement tenté un grand speech. Se seraient lancés dans un interrogatoire en règle pour obtenir des réponses. Auraient réconfortés à outrance ou aurait assurés qu'elle pouvait tout leur dire. Qu'ils étaient là. Qu'ils l'écouteraient.
Fergus n'était pas ce genre de personne. S'il haïssait bien quelque chose c'était qu'on lui force la main en matière de confession. C'est pourquoi il se contenta de l'essentiel. Mais c'était suffisant.

_ Tu veux m'en parler ? Ou tu as besoin de quelque chose ? Tu veux un verre d'eau, un massage, un câlin ?

Il se tut ensuite. La regardant dans les yeux, il attendit qu'elle choisisse ce qu'elle voulait faire. Il ne la forcerait à rien. Il n'insisterait pas. Il proposait, elle disposait.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Dim 2 Sep - 23:57
Trois fois en une soirée, c'était déjà pas mal, non ? Elle trouvait que c'était un nombre acceptable, surtout quand on voit la passion qu'ils avaient mis dans leurs échanges. Eryn avait connu des nuits bien pires, où l'homme qui l'accompagnait avait autant d'endurance qu'un adolescent qui couchait pour la première fois. Fergus faisait parti des meilleurs amants qu'elle avait eu jusqu'à présent. En plus de ça, ils avaient bu toute la bouteille de champagne et elle avait travaillé toute la journée, ayant de plus en plus de demande à l'approche de la rentrée de Poudlard. C'était toujours ainsi pour elle, les deux dernières semaines du mois d'Août était particulièrement chargées et ce n'était pas le moment de faiblir. Elle ne comptait pas ses heures, elle allait passer plusieurs soirées dans sa boutique, travaillant jusqu'à tard dans la nuit. Mais c'était son métier et elle l'aimait, elle ne l'aurait changé pour rien au monde, ou peut-être seulement pour un poste de joueuse de Quidditch professionnelle. C'était son grand rêve. Pourquoi ne l'avait-elle pas réalisé ? Pour la simple et bonne raison qu'elle n'était pas assez bonne et elle aurait dû rentrer dans une équipe plus jeune. Son père s'en était voulu parce qu'il avait eu l'impression qu'il avait raté quelque chose pour sa fille et qu'il avait brisé son rêve. C'était vrai dans un sens mais elle ne lui en voulait absolument pas. Elle l'aimait plus que tout et elle était heureuse avec sa boutique, sincèrement. Si elle avait voulu changer quelque chose dans sa vie, ce n'était absolument pas son métier, mais plutôt sa mère. Elle la détestait tellement. Elle aurait voulu une mère comme Jane. Cette dernière était une femme adorable, pleine d'attentions et une formidable mère. Elle, au moins, n'avait pas quitté le foyer familiale du jour au lendemain.

La demoiselle ne savait plus trop comment elle devait se positionner par rapport au jeune homme. Était-il un très bon ami ou un peu plus que ça ? Elle essayait d'éviter d'y penser un maximum mais ce n'était pas toujours facile. Au moins, lorsqu'elle dormait, même tout contre lui, elle ne se tracassait pas avec tout cela. Ce fut un autre problème qui la faisait bien plus souffrir qui lui fit même faire un cauchemar. Elle détestait ses nuits où elle voyait sa mère. Rien n'était précis, elle ne se souvenait que très peu de son visage et elle n'avait pas vu de photo d'elle depuis près de treize ans. Son visage était flou, elle ne le voyait jamais de près mais sa voix, elle était toujours la même. Sans doute ne ressemblait-elle pas à la voix qu'elle avait réellement, c'était celle dont elle se souvenait et les souvenirs d'enfants sont très souvent faussés. Fergus ne tarda pas à se réveiller, essayant de la sortir de se léthargie.

Il ne fut que très peu de temps pour qu'elle ouvre les yeux, revenant doucement à la réalité. Elle ne savait plus très bien où elle était, plissant les yeux, perdue. Doucement, alors qu'il la serrait contre lui, elle se reprit ses esprits. Il l'embrassa rapidement et son regard se plonge dans le sien. Il lui demanda si elle allait bien. Elle haussa légèrement les épaules et secoua doucement la tête, se blottissant contre lui. Elle n'aimait pas parler de tout ça mais peut-être qu'après tout cela lui ferait du bien. Elle resta contre lui, essayant de se calmer comme elle put. La vendeuse de balais se recula en l'entendant parler puis hocha la tête doucement. Un bon verre d'eau lui ferait sans doute du bien mais elle n'allait pas demander au jeune homme d'aller le lui chercher. « Je vais aller me chercher un verre d'eau, tu veux quelque chose ? » Elle se leva rapidement, qu'il ne puisse pas la devancer. Sans même prendre le temps de s'habiller, elle se rendit dans la cuisine, prenant un grand verre d'eau qu'elle but d'une traite. Elle revient, déposant notamment son verre sur la table de chevet. Elle s'installa sur le lit, assise, un instant avant de se remettre dans ses bras.

« Pour mes cinq ans, ma mère m'a acheté une magnifique maison de poupées. J'étais toute heureuse. Et le lendemain, elle avait disparu. Elle m'a abandonné, mais aussi mon père... » Elle ne put retenir ce léger sanglot dans sa voix. Cela l'énervait, elle ne voulait pas que le souvenir de sa mère soit si douloureux, elle ne voulait pas qu'elle lui fasse autant de mal. « … elle est partie comme ça, sans plus jamais revenir. Je ne la connais pas... Et j'ai rêvé que j'avais cinq ans et que mon père décidait de me laisser, la préférant à moi... » Elle ferma les yeux et se serra contre lui, n'osant plus le regarder après cette confession.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mar 4 Sep - 21:19
Fergus n'avait jamais été le genre d'homme à fuir ses responsabilités. Il n'aurait pas pris ses jambes à son cou puisque la jeune femme risquait de pleurer ou parce que les choses allaient devenir sérieuses. Au contraire, si elle avait besoin d'elle, il serait là. D'ailleurs, il était prêt à tout : discussion, câlins, silence, essuyer des larmes, rassurer... Peu importe.
Elle choisit d'abord de partir quelques instants. Fergus la laissa faire sans tenter de la rattraper. Il pouvait comprendre qu'elle ait besoin de temps et de se reprendre un peu. Ce qui ne tarda pas. Cela n'étonna pas Fergus ; elle est une des femme les plus forte qu'il connaisse. Elle n'hésita qu'une seconde avant de revenir dans ses bras, qu'il offrit bien volontiers. Le silence dura quelques minutes, qu'il respecta patiemment. Il lui laissait l'initiative, sans la moindre pression. Il se contenta de la serrer contre lui.
Ensuite, il entendit les confessions de la jeune femme. Il n'avait jamais eu la moindre idée de cette partie de sa vie. Il faut dire qu'ils ont partagé bien des choses mais pas leur passé. Non pas qu'ils ne soient pas suffisamment proches pour cela, mais il n'en avait simplement jamais éprouvé l'envie ni le besoin. Fergus avait, lui aussi, perdu un parent, mais il n'allait certainement pas s'étendre sur le sujet pour le moment. De toute façon, c'était il y a bien longtemps et cela n'avait plus d'importance.
Il lui embrassa le front, attendant de savoir si elle voulait poursuivre ou non. Puis, quand il fut certain qu'il n'allait pas la couper dans son élan, il reprit la parole. A voix douce, et avec calme. Du même ton qu'il utilisait pour apaiser les animaux. Après tout, les humains sont des animaux comme les autres...

_ Je suis désolé. Calme-toi maintenant. Ton père ne t'abandonnerait jamais. Il serait fou de le faire. Allez, respire. Je suis là. Je suis avec toi.

Il aurait probablement pu lancer un long discours et multiplier les paroles réconfortantes, mais ce n'était pas son style. Il avait dit l'essentiel, le reste c'était son corps qui le lui transmettait, ses bras autour d'elle, la chaleur qu'il lui transmettait. La force qu'il lui rendait.
Il se demanda toutefois s'il ne ferait pas mieux d'ajouter encore quelque chose mais il réfléchit longtemps sans trouver ce qu'il pourrait formuler qui n'ait pas déjà été dis. Aussi, changea-t-il complètement de sujet.

_ Tu as des frères et soeurs ? Je ne te l'ai jamais demandé...

Oui, lui changer les idées. Une excellente stratégie pour éloigner les démons de son passé.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mar 4 Sep - 21:49
Pleurer. Cela faisait bien longtemps que personne ne l'avait vu pleurer. Enfant bien sûr, lorsqu'elle avait compris que sa mère ne reviendrait jamais, bien sûr elle avait pleurer. Pendant un moment et son père s'était même demandé si un jour il parviendrait à la consoler. Avec le temps, elle avait repris sa bonne humeur et avait laissé derrière elle sa génitrice ainsi que ses larmes. Elle s'interdisait de pleurer aujourd'hui, c'était pour elle un signe de faiblesse. Alors dans le genre de situation où la plupart des gens pleuraient, la demoiselle se contentait d'encaisser et de faire comme si tout allait bien. Si au début c'était difficile, elle avait fini par s'y faire. C'était beaucoup plus simple, et ce n'était pas son genre de céder, d'exposer ses failles devant des gens. Bien sûr il lui arrivait parfois de craquer, mais jamais lorsqu'elle était en face de quelqu'un et ça n'allait pas commencer ce soir, il en était hors de question. Lorsqu'elle quitta la chambre, Fergus ne la suivit pas ce qui l'avait d'ailleurs soulagée. Elle aurait été mal à l'aise si ça avait été le cas. Dans la cuisine, elle ne pleura pas, elle reprit seulement ses esprits, prenant le temps de respirer un bon coup. Il n'avait rien demandé, aussi, elle revient seulement avec un verre d'eau, dans le cas où elle se réveillerait dans la nuit.

Elle se lova à nouveau contre son torse, rassurée par sa présence. Peut-être que parler lui ferait du bien, aussi elle décida de lui expliquer la situation. Elle ne connaissait pas son histoire personnelle mais elle n'avait pas peur d'être jugée par le jeune homme. Ce n'était pas son genre, et après tout, elle n'avait rien fait de mal dans toute cette histoire. Il vient embrasser son front, geste qui fit légèrement sourire la demoiselle, c'était plus fort qu'elle. Lorsqu'il s'excusa, elle secoua la tête doucement. « Non Fergus... Tu n'as pas à être désolé, ce n'est pas de ta faute. » Finalement, je hochais la tête, prenant une grande inspiration et se serra un peu plus contre lui, essayant de se calmer. Elle n'avait pas besoin de discours, pas besoin qu'on lui dise quoi que ce soit sur sa mère. Elle détestait parler de cette dernière, elle détestait qu'on lui dise qu'elle était stupide, qu'elle était sans doute partie sur un coup de tête, qu'elle essayerait de la chercher un jour ou quoi que ce soit d'autres. Elle avait déjà son idée sur cette femme qui l'avait mis au monde et qui lui avait donné toutes les raisons de la haïr. Eryn était une personne solitaire et elle n'avait pas besoin qu'on lui fasse un discours pour la rassurer, quelques mots et une étreinte lui suffisait parfaitement. Le rythme cardiaque du jeune homme qu'elle entendait la rassurer, comme un équilibre. Elle se sentait bien dans ses bras et elle ne mit que peu de temps à reprendre ses esprits, chassant l'idée que son père aurait pu partir en l'abandonnant, mais surtout les pensées qui concernaient sa mère.

La jeune vendeuse avait fermé les yeux en se tenant contre lui mais lorsqu'il parla, elle plongea son regard dans le sien. Un frère ou une sœur. Doucement, elle hocha la tête, souriante. «  Oui. J'ai un petit frère. Il va avoir onze ans dans peu de temps, il s'appelle Liam et il est tout simplement adorable. Mon père s'est remarié et il est arrivé peu de temps après. Je m'attendais pas à avoir un petit frère et pourtant aujourd'hui, je n'imagine pas ce que ma vie aurait été sans lui. » Elle sourit doucement en pensant à son frère. Elle l'aimait beaucoup, réellement. « Et toi ? »

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mar 4 Sep - 22:38
Fergus put la sentir se détendre dès lors qu'il prit la parole. Visiblement, elle fonctionnait comme lui même sur ce point : il ne fallait pas la pousser dans ses retranchements, ni insister si elle gardait le silence. Etant donné qu'Eryn est une femme, Fergus avait redouté qu'elle soit plus exigeante ou différente de lui. Qu'elle cherche à s'épancher plus, mais qu'elle attende qu'il dise ou fasse quelque chose dont il n'aurait pas la moindre idée. Qu'elle le lui reproche ensuite, ou s'impatiente simplement. Que cela jette un froid entre eux.
Rien de tout cela à l'horizon pour le moment, tant mieux. S'il savait écouter, Fergus avait souvent du mal à trouver les mots justes ou à s'ouvrir suffisamment pour ne pas frustrer son interlocuteur. Beaucoup de personnes trouvent impoli qu'on ne leur rende pas la pareille quand elles vous confient des choses... Pourtant, vous ne les y contraignez pas, vous ne leur devez donc rien. Fergus est le genre de personne à ne pas se prendre inutilement la tête.
Par exemple, face à un choix, l'homme va trancher rapidement, après avoir pesé le pour et le contre. Puis, il avancera sans plus penser à l'option qu'il a laissé derrière lui. Ce qui est fait est fait, et il faut bien faire quelque chose pour avancer. Somme toute donc, c'était mieux ainsi. Fergus n'est pas aussi alambiqué que la narratrice, ça je peux vous le dire !
Du coup, lorsque la conversation se réorienta, l'homme ne songea plus aux confessions d'Eryn. Elle y reviendrait elle-même si elle le souhaitait.
Elle lui répondit qu'elle avait un frère, et qu'elle tenait à lui. Un demi-frère, mais elle ne semblait pas faire la nuance. Puis elle lui rendit la question, ce qui était prévisible. C'était d'ailleurs en toute connaissance de cause qu'il avait posé l'interrogation, sachant que le retour de flammes ne le dérangerait pas. Ainsi, par exemple, il ne lui avait pas demandé comment étaient ses rapports avec son père, parce qu'il ne voulait pas parler du sien. Et puis, il semblait évident qu'elle l'appréciait énormément, puisqu'elle avait peur de le perdre. CQFD.

_Non, je suis fils unique. Unique, c'est bien le mot, non ?

Le voilà qui se faisait mousser à présent. Il esquissa un large sourire puis l'embrassa à nouveau sur le front avant de la serrer un peu plus contre lui.

_ Tu veux essayer de te rendormir ou tu préfères aller je ne sais pas moi regarder un film ? Me faire un massage ? Manger quelque chose ? Tu peux décider, il est minuit passé, je ne suis plus le roi.

Eh oui, techniquement nous étions le 17 août à présent. Ce n'était plus son anniversaire.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Lun 10 Sep - 12:32
Au fond, Fergus et Eryn se ressemblait beaucoup. Si elle leur avait déjà trouvé des points communs, elle s'étonnait de voir qu'elle pouvait en découvrir de nouveaux. Elle avait été surprise de si peu de mots, c'était un peu comme si il la connaissait, comme si il savait quoi faire pour la calmer et pour être franc, quelque part, elle était un peu effrayée. Elle se sentait à découvert, elle avait l'impression que sa carapace était en train de s'effriter sans qu'elle le veuille. Enfin, n'avait-elle pas donné un coup brutale en lui parlant de sa mère. Sans doute un peu mais elle ne le regrettait pas. Si elle s'était confiée sur ce sujet, c'était par choix. Peut-être qu'en fait elle était comme toutes les autres femmes qu'il avait fréquenté. Cette option ne lui plaisait pas plus que la première... Enfin, elle ne voulait pas y penser. Elle était apaisée et cela grâce au jeune homme qui ne l'avait forcé à rien et cela était sincèrement son plus grand soulagement. Elle espérait ne pas l'avoir ennuyé avec son histoire.

Si parler de sa mère la mettait mal à l'aise, la gênait, ou la mettait même en colère ce n'était pas du tout le cas pour ce qui était de son petit frère ou du remariage de son père. Si au départ il avait été un peu difficile d'accepter Jane dans la famille, elle était aujourd'hui comme sa mère. Elle s'était toujours très bien occupée d'elle et n'avait jamais cherché à se mettre entre la fille et le père. Cela avait soulagée la vendeuse de balais. Elle avait peur que son père s'éloigne, l'oublie. Bien des années plus tard, elle aurait préféré que la mère de son frère soit aussi la sienne. C'était tout comme mais c'était tout de même différents. Son frère Liam était pour elle une vrai fierté. Elle avait toujours été très présente pour lui, même lorsqu'elle avait déménagé. Il lui arrivait parfois de venir dormir à la maison, elle l'emmenait au match de Quidditch lorsque leur père était pris. Cette relation lui était chère et elle ne savait pas réellement ce qu'elle ferait si un jour son frère venait à lui tournait le dos. C'était pour elle impossible. Ce fut le tour de Fergus de parler à propos d'une possible fraternité. En l'entendant Eryn ne put s'empêcher de rire doucement, amusée par ses mots. « Oh pour ça oui, c'est bien le mot. » C'était la forme qui l'avait amusé, non pas le fond. Il était unique, elle n'avait aucun doute sur ce point, sinon quoi il était certain qu'elle n'aurait pas accepté qu'ils se revoient.

Il lui déposa un baiser sur le front, geste tendre qu'elle adorait. Elle se blottit à nouveau dans ses bras avant qu'il ne lui fasse une série de propositions qui la fit sourire. « Te faire un massage ? Si c'est plus toi le roi ça devrait pas être plutôt l'inverse ? » Elle avait un petit air malicieux puis fit mine de réfléchir. « On est bien dans le lit, non ? Je veux bien te faire un massage, tu sais que ça ne me gêne pas, bien au contraire. » Elle le regarda, souriante et embrassa sa joue se redressant doucement. « Mais si tu as une meilleure idée je prends. Qu'importe que tu sois le roi ou non, quand tu es ici c'est pour le plaisir quel qu'il soit. » La jeune femme passa une main sur sa joue. « Et tu sais que je ne dis pas ça pour te faire plaisir. »

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Lun 10 Sep - 14:00
A découvert. Oui, c'était bien le terme pour désigner Eryn en cet instant. Fergus n'était surpris outre mesure d'un passif quelconque, après tout, nous avons tous nos squelettes dans les placards. Il aurait pu avouer à la jeune femme qu'il la comprenait parfaitement étant donné qu'il était, lui aussi, orphelin. Mais en réalité cela n'avait rien à voir : il avait perdu son père quand sa mère à elle avait choisi de l'abandonner. Ils n'avaient pas le même âge. Et puis, on a chacun son histoire.
Ce qui le surprit fut plutôt qu'elle lui confesse quoi que ce fut, mais cela ne le dérangea pas outre mesure, surtout quand il réalisa qu'elle n'exigeait rien en retour, fort heureusement. D'ailleurs, il n'était pas là pour parler de lui. Et cela ne l'intéressait pas. Il n'y avait pas grand chose à dire sur lui. De toute façon, elle savait ce qu'elle avait besoin de savoir, le reste serait superflu. Des détails...
Eryn rebondit rapidement, passant du cauchemars à la confession puis retrouvant son naturel souriant et dynamique. D'ailleurs, en dépit de l'heure tardive, elle ne refusa pas ses propositions pour lui changer les idées. Peut-être ne voulait-elle pas se rendormir de suite. Ou peut-être était-elle simplement réveillée à présent.
Elle ne refusa pas ses propositions mais lui fit sentir qu'une alternative la tenterait également. Fergus n'eut pas à réfléchir bien longtemps. D'ailleurs, à bien y réfléchir, le massage n'était pas une excellent idée. Il risquait de s'endormir et de la laisser seule avec, peut-être, ses démons. Ou cela risquait de dégénérer or, présentement, Fergus ne se sentait pas l'âme très vaillante pour ce genre de choses. Eh oui, comme tout homme il a ses limites ce brave Fergus !
Du coup, il opta pour une autre solution. Repoussant les couvertures, il regarda Eryn droit dans les yeux.

_ Ca y est je sais. Ne bouge pas.

Il se leva sans autre forme de procés et se promena, nu comme un ver, dans l'appartement. Après quelques instants, des bruits d'eau qui coule se firent entendre. Eh oui, Eryn possédait une baignoire suffisamment large pour qu'ils y entrent à deux, il le savait par expérience. Quoi de plus agréable qu'une trempette dans de l'eau chaude ? D'ailleurs, sans gêne, Fergus se permit d'ajouter du bain moussant, sans demander la permission, puisqu'il savait qu'il n'en avait pas besoin. Sachant que la jeune femme allait s'impatienter et désobéir, il revint à la chambre où, en effet, elle semblait sur le point de se lever.

_ Viens par ici toi.

Il la prit dans ses bras et l'amena jusqu'à la salle de bain où une quantité assez impressionnante de mousse empêchait à présent de voir l'eau du bain. Reposant la jeune femme au sol, Fergus s'avança pour éteindre les robinets.

_ Oupss, j'en ai peut-être un peu trop mis...

C'était un euphémisme.

_ Après vous mademoiselle...

Il lui tint la main pour qu'elle ne glisse surtout pas avant de la rejoindre. Quand il fut confortablement installé, il se dit qu'il avait été bien inspiré !

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Sam 15 Sep - 16:04
Tout le monde a un passager noir, quelque chose ou quelqu'un qui vous a blessé dans le passé et qui vous accompagnera toute votre vie. Pour Eryn il s'agissait de l'absence de sa mère, jamais elle ne pourrait l'oublier. Elle se doutait que Fergus avait le sien, même si elle ne le connaîtrait sûrement jamais. Il n'allait sans doute pas avouer ses faiblesses aussi facilement qu'elle l'avait fait. Elle ne serait pas dire si l'abandon de sa mère était une faiblesse ou non. D'un côté non, parce qu'elle l'avait rendu bien plus forte mais d'un autre côté, elle refusait d'en parler, aussi on ne pouvait pas réellement dire que ça l'avait rendu plus forte. Elle qui d'ordinaire n'était gênée par rien, elle était mal à l'aise à peine prononçait-on le mot maman. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle ne se voyait pas avoir d'enfants un jour. Ni maintenant ni dans dix ans. Elle avait bien trop peur de le faire souffrir comme elle avait souffert autrefois. Elle avait peur d'à son tour abandonner son enfant... Personne ne mérite les souffrances qu'elle a pu endurer à cause de ce départ soudain.

La demoiselle n'avait plus tellement envie de dormir à présent. Elle ne voulait pas faire un nouveau cauchemar et risquait de réveiller une nouvelle fois Fergus, ce pourquoi elle acceptait de faire quelque chose, espérant que ça ne le gêne pas. Elle savait parfaitement que même si c'était le cas il n'en dirait rien et cela la perturbait. Elle ne voulait le forcer à quoi que ce soit. Le jeune homme rejeta la couverture et la regarda, lui demandant de ne pas bouger. Presque aussitôt, un sourire malicieux se dessina sur les lèvres d'Eryn, elle adorait les surprises, pas de doute là-dessus. Elle hocha la tête. « Je vais essayer, promis. » Il savait très bien qu'elle ne parvenait que rarement à tenir en place, surtout si on lui promettait quelque chose. Elle le regarda s'éloigner, profitant de sa nudité pour laisser son regard se glisser sur lui. Il était bel homme, personne ne pourrait le nier alors autant en profiter, n'est-ce pas ?

Alors qu'elle patientait, la vendeuse se demandait ce qu'il pouvait bien faire. Elle savait qu'il n'hésiterait pas à faire ce qu'il voulait, depuis le temps. Elle se mit à se tortiller, impatiente, essayant de ne pas se lever, pour conserver la surprise. Par chance, au moment même où elle allait se lever, Fergus apparut dans la chambre. Elle lui fit un grand sourire innocent et rit doucement en l'entendant. Elle se rapprocha et se serra tout contre lui lorsqu'il la prit dans ses bras. « Ca va j'suis pas trop lourde ? » Elle se tient contre lui et se mit à rire à nouveau en voyant la quantité de mousse présente dans la salle de bain. Eryn le regarda étreindre les robinets et haussa doucement les épaules en l'entendant. « Oh bah tant pis, c'est pas très grave. »

Il tendit sa main qu'elle saisit fermement pour entrer dans l'eau, sans tomber. « Merci bien. » Elle sourit en le regardant la rejoindre et s'approcha de lui doucement. Elle embrassa sa joue et le regarda. « T'as vraiment eu une excellente idée. » La baignoire était assez grande pour qu'ils y soient à l'aise. Elle allongea ses jambes, se détendant et resta tout près de lui. « Rien de tel qu'un bon bain chaud. Et plein de mousse. » D'ailleurs, elle en prit entre ses mains pour lui déposer sur la tête en riant doucement. « Très viril ça. » Elle s'attendait à des représailles mais après tout, c'était elle qui avait commencé n'est-ce pas ? Doucement, elle fit bouger ses jambes, un peu comme ses femmes qu'on voit lors des reportages sur l'aquagym.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Dim 16 Sep - 23:03
Le confort.
Fergus était né bercé dans le confort que procurent l'argent et les privilèges. Il avait passé ses premières nuits dans des draps de soie, avait été emitoufflé dans les laines les plus douces des Shetland. Il avait goûté à tout, les meilleures fruits et légumes, les meilleures viandes. Les saisons étaient des concepts absents du manoir des McMillan. Si on avait envie de fraises en hiver, on en avait.
Son enfance, Fergus l'avait passée dans une bulle d'argent et de privilèges, c'était peut-être ce qui, précisément, n'avait pas fait de lui un matérialiste. Il aurait pu, comme beaucoup, virer grappe sous à souhait mais au contraire l'abondance avait été trop excessive pour lui et, rapidement, le jeune garçon avait compris qu'on a pas besoind de tout ça pour vivre.
La mort de son père n'avait pas changé grand chose, juste le décor global. Au final, cela n'avait fait que le conforter dans son optique de rejet des choses matérielles, surtout superflues. A Beaux-Bâtons, il avait appris à se débrouiller avec un peu moins qu'à la maison et il avait eu à partager. Cette notion était restée abstraite pendant un moment mais à présent il savait se faire passer après les gens qui comptent. Et le confort est un bien qu'il goûte avec parcimonie. Pour autant, il n'allait pas renoncer au plaisir simple mais efficace d'un bon bain, surtout en si charmante compagnie.
Avant de rencontrer Eryn, l'idée ne lui serait jamais venue à l'esprit que de partager ce moment si intime de détente, mais l'expérience lui avait plu et la réitérer était toujours agréable. D'ailleurs, à présent que l'eau chaude les enveloppait comme la mousse un peu trop abondante, il se sentait bien. Juste bien. Mais suffisamment bien.
Il avait l'esprit vide et se contentait de serre la jeune femme contre lui. Après un moment, ses mains se mirent à parcourir la peau des bras de sa compagne, juste pour le plaisir de le faire. Peu après, la voix d'Eryn retentit pour lui dire combien il avait été bien inspiré. Il n'eut pas besoin de répondre, il le savait déjà. Elle s'amusa ensuite à le couvrir de mousse et il se laissa faire sans résister. Si cela pouvait lui changer les idées. Mais attention, tout a un prix...

_ Prends garde aux représailles. Je te rappelle que tu as plus de cheveux que moi...

Paroles en l'air ? Plus ou moins, cela dépendrait d'elle. Après tout, c'était sa salle de bain. Si elle voulait risquer plus de dégâts en le provoquant...
Il avait le sourire aux lèvres en y pensant.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mar 18 Sep - 22:42
Enfant, Eryn n'avait manqué de rien, absolument rien. Son père avait un bon salaire et elle ne demandait pas grand chose si ce n'est aller le plus souvent possible à des matchs de Quidditch. Son père ne pouvait pas dire non, leur passion était commune et cela lui permettait de passer des moments privilégiés avec sa fille qu'il aimait tant. On ne peut cependant pas dire qu'il vivait dans le plus grand des conforts. Ils n'avaient pas beaucoup de soucis à se faire mais ne pouvait pas dépenser trop d'argent. Ce fut d'ailleurs pour ça qu'elle fut surprise lors de sa rentrée à Poudlard. En effet, son père, pour une fois, avait décidé de dépenser sans compter, voulant que sa fille soit la plus heureuse. Le même scénario se répéta durant les sept ans de sa scolarité et il en serait de même pour Liam, son petit frère. Les deux avaient eu le droit au même traitement et c'était d'ailleurs une chose que rendait la demoiselle très heureuse. N'allez pas croire que c'était le cas parce qu'elle ne voulait pas qu'on son cadet ait moins de choses qu'elle, loin de là. Elle avait été très heureuse plus jeune et elle savait qu'il en serait de même pour lui, surtout que sa mère était sans doute l'une des meilleurs qu'on puisse rêver d'avoir.

Eryn était rentrée dans la vie active deux ans après la fin de ses études. Gagner son propre argent pour la première fois est une étape très importante dans la vie de chaque personne. Elle pouvait dépenser de l'argent pour se faire plaisir, faire ce qu'elle veut mais elle savait parfaitement que de dépenser tout ce qui lui restait de salaire était réellement une mauvaise idée. Elle avait rapidement mis de l'argent de côté, payant son loyer et une partie de la dette qu'elle avait envers son père. Elle décidait de prendre un appartement assez grand mais pas trop, ne voulant pas s'y perdre. Un endroit qu'elle pourrait payer facilement, même durant les périodes creuses à la boutique comme l'hiver. Cet appartement était loin du grand luxe du centre londonien mais c'était son chez elle, elle s'y sentait terriblement bien. La demoiselle n'avait pas besoin de grand chose pour être heureuse, la vie lui semblait plus facile ainsi. Quand on désire de trop grande chose, on n'est jamais heureux. Les plaisirs simples il n'y a rien de mieux, elle en était convaincue. Ce bain en faisait parti et elle n'aurait pu imaginer quelque chose de mieux à faire à ce moment précis.

Fergus caressait doucement la peau de la vendeuse en matériel de Quidditch qui ne pouvait que sourire sous ses doigts. Elle le regardait, se sentant tellement bien, décontractée. Qu'aurait-elle pu vouloir de plus. Elle voulait s'amuser, toujours prête à plaisanter. Ce fut d'ailleurs comme ça que de la mousse se retrouva sur le jeune homme. En l'entendant, elle se mit à rire, il ne pouvait en être autrement et tant pis si cela dérangeait les voisins. Elle le regarda, un petit air de défi sur le visage. « C'est mon appartement... T'oserais pas le salir hein ? » Elle se moquait bien de faire le ménage, ce fut d'ailleurs pour ça qu'elle s'éloigna de lui, poussant le maximum de mousse sur lui en riant. « Je suis une pauvre femme sans défense, tu ne peux pas m'attaquer. » Elle prit une petite moue innocente mais elle savait que Fergus allait répondre, elle l'espérait de tout son cœur, voulant jouer, comme une gamine.

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Dim 23 Sep - 19:37
Fergus était bien là. Simplement bien.
Il était dans de l'eau bien chaude, une jeune femme charmante contre lui. Il aurait presque pu se rendormir. D'ailleurs, il réalisa qu'il ferait bien de lutter sérieusement contre le sommeil. Il serait peu délicat de se mettre brusquement à ronfler. Le risque de noyade est limité, mais tout de même.
Il lui était déjà arrivé d'être si épuisé qu'il s'était endormi dans des endroits impromptus. Nous nous contenterons de citer son balai, ou encore sur les WC... Depuis, Fergus faisait attention à bien évaluer son degré de fatigue, déjà parce qu'il est gênant de s'endormir partout, mais surtout c'est dangereux, surtout quand on est amené à travailler avec des créatures dangereuses...
La voix de la jeune femme l'aida à se concentrer sur l'instant présent. Et puis, il n'était pas si fatigué que cela. Ses ébats l'avaient un peu mis sur les rotules voilà tout, ajoutez à cela le décalage horaire et vous aurez compris. Mais il pouvait encore tenir. Il devait encore tenir un peu. Eryn avait besoin de lui. Elle le chahuta gentiment, jouant les pauvres jeunes femmes en détresse, chose qu'elle n'est absolument pas. Il eut un léger rire.

_ J'oserai et tu le sais, si tu me provoque.

Il lui tourna doucement le visage et l'embrassa à pleine bouche, un petit coup de fouet pour achever de se réveiller.

_ Quant à t'attaquer... En général tu aimes plutôt bien quand je le fais.

Il reprit sagement sa place contre le bord de la baignoire et lui laissa croire qu'il renonçait au combat. Il attendit juste le temps qu'il fallut pour Eryn de ne plus se méfier. Ensuite, il laissa ses doigts fondre sur ses côtes pour la chatouiller comme il savait si bien le faire. Il se doutait que les réprimandes seraient au rendez-vous mais il s'en moqua.
Cela dura un bon moment, suffisant poru s'amuser mais pas assez pour risquer de la noyer quand même. Par contre, la salle de bains était à présent détrempée. Il eut le culot de la regarder droit dans les yeux quand, il le savait, elle songea à se venger.

_ Ne fais pas ça, tu vas mouiller le sol...

Du culot oui, il en avait, d'autant plus que Fergus a un sérieux point faible quand il s'agit de chatouilles : ses aisselles. Mais c'est pas moi qui vous l'ai dit.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Mar 2 Oct - 21:52
Le moment qu'ils passaient ensemble lui faisait un bien fou. L'eau chaude avait le pouvoir de la détendre, comme chez la plupart des gens d'ailleurs. Comment pouvait-elle se sentir mal dans ce bain, en compagnie de Fergus qui plus est. Bien sûr, elle comptait en profiter, encore un peu. Elle n'était pas aveugle, elle voyait bien qu'il était fatigué. Aussi dans quelques minutes, elle lui proposerait de rejoindre le lit à nouveau pour dormir et se reposer, vraiment cette fois. Elle espérait sincèrement ne pas le réveiller à nouveau, ne plus faire de cauchemars. Elle se sentait moins fatiguée que semblait l'être le jeune homme mais elle avait tout de même besoin de repos. Ses petits airs de demoiselle en détresse le firent rire. Chose voulue, bien entendu. Il était bien rare qu'elle fasse ce genre de choses, cela dépendait bien sûr de la personne qu'elle avait en face d'elle et le futur professeur était du genre à la libérer, à lui retirer toutes ses inhibitions, ses barrières, parce qu'elle se sentait bien près de lui. En l'entendant dire qu'il oserait tout à fait salir son appartement elle se mit à rire également. « Moi te provoquer ? Mais tu sais bien que je n'oserais jamais ! Je suis tellement gentille que je ne ferais jamais une chose pareille. Un vrai petite ange. » La demoiselle opta pour une petite moue innocente bien qu'elle sache pertinemment que cela n'était pas crédible une seule seconde.

Elle ne fit preuve d'aucune résistance quant il lui attrapa le visage pour le tourner délicatement. Le baiser ne la laissa pas indifférente et elle ne se priva pas d'en profiter et d'y répondre. Eryn se mit à rire de bon cœur en l'entendant. « Oui et tu le sais très bien. Je crie bien assez fort, non ? » Elle le regarda, amusée. Elle ne savait pas résisté à l'envie de jouer et elle venait d'y céder clairement. Oh pour elle non plus il n'était plus question de rallonger leurs ébats, elle était trop fatiguée pour ça. Mais il pouvait tout à fait faire autre chose, n'est-ce pas ? Elle fut un peu déçue qu'il reprenne sa place, semblant abandonner la partie. La jeune femme n'en dit pas un mot pour autant et le regarda, agitant doucement ses jambes, sagement.

La jeune vendeuse fut surprise de le voir s'approcher d'elle et qu'il la chatouille. Ça ne manqua pas, elle éclata de rire, se tortillant dans tous les sens. C'était son point faible et elle avait du mal à y résister. Elle se débattit autant qu'elle le pouvait, en vain. La seule chose qu'elle arrivait à faire, c'était vider l'eau de la baignoire. « C'est bon ! Fergus arrête ! » Ces mots n'eurent aucun effet. Le jeune homme finit par s'arrêter, laissant tout de même un sourire à la demoiselle. En l'entendant, elle ouvrit grand la bouche, choquée. Elle lui donne une petite tape, pas méchamment. « Tu plaisantes, j'espère ? » Elle se mit à rire et l'éclaboussa un grand coup. « Mouillé pour mouillé. » Presque au même moment, elle, elle s'installa sur lui pour le bloquer et se mit à le chatouiller à son tour. « Tu ne gagneras pas aussi facilement. » Ses doigts, d'abord sur son ventre se mirent à remonter rapidement jusqu'à gagner ses aisselles pour le chatouiller. Elle savait parfaitement que sa force comparée à celle de Fergus était ridicule. S'il le voulait, il pourrait tout à fait la soulever et la jeter hors de cette baignoire. « Je n'arrêterais sous aucun prétexte. »

avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée. Lun 8 Oct - 15:45
Fergus s'amusa de son petit jeu. Prétendre qu'elle était angélique relevait de l'ironie et elle en était parfaitement consciente. Tellement d'ailleurs que l'homme ne prit pas la peine de le relever. Et puis, il ne voulait pas la casser dans son élan, il savait qu'elle avait bien plus en réserve qu'une petite blagounette comme celle-là.
Il s'amusa de sa remarque sur les cris, satisfaits presque malgré lui d'avoir une confirmation de ce qu'il pensait savoir sur ses capacités au lit. Oh, en soit, il ne se souciait guère de ses performances, il n'est pas du genre à tenir un carnet de chasse ou autres immondices de ce genre... Il n'a pas besoin de soumettre une femme ou d'en aligner un grand nombre dans son lit pour se sentir homme. Mais il s'inquiétait souvent de son efficacité réelle. Il savait par expérience que certaines femmes trichent, pour de sombres raisons qu'elles seules connaissent et il s'en serait voulu d'être égoïste sur ce qui a trait au plaisir.
Quand on est à deux, il est plus logique de penser pour deux, non ? Mais il s'accorda toute de même une boutade.

_ Oui, d'ailleurs, à ce propos, je suis allé consulter le médicomage du travail au ministère récemment et il a détecté une baisse de mon ouïe. Si tu pouvais éviter de me briser les tympans à l'avenir... Je veux dire. Je sais que je suis génial, mais je ne sais pas moi, mord un oreiller ? Pas moi, hein ? Tu m'as déjà fait bien assez de cicatrices comme cela...

Plaisanteries, plaisanteries, mais dites avec tant d'applomb et de sérieux qu'elles pourraient passer pour véridiques. Au moins en partie. D'ailleurs, l'homme ne relâcha son attention que lorsqu'elle se mit à le chatouiller, parce que c'était bien là une des rares choses sur lesquelles il n'a aucune maîtrise. Touchez le bon endroit et il se met à ruer violemment. Toujours un peu trop (il a peur de faire mal à l'imprudente).
C'est pourquoi il s'efforça de lui saisir les poignets, mais ce fut un peu plus long que prévu tant Eryn ressemblait à une anguille en cet instant : sa peau mouillée était glissante et la jeune femme se tortillait dans tous les sens. Finalement, Fergus parvint à son but, mais il s'en retrouva essouflé de la lutte et dut maintenir une pression forte, quoique maîtrisée hein ? sur les poignets de la jeune femme.

_ Tu frisses l'inconscience Eryn. J'aurais pu te blesser sans le vouloir...

Et il s'en serait voulu ! Rien que la perspective de pouvoir lui faire du mal le rendait malade. Il avait grandi dans l'ombre d'un père parfois violent envers sa mère, rarement physiquement, mais souvent mentalement. Il s'était toujours promis de ne jamais lever la main sur une femme, même si elle le poussait à bout. Alors pensez-donc avec une femme qu'il apprécie.

_ Tu as de la chance d'être aussi belle, sans quoi je me vengerais bien plus certainement...

Avec précautions, il la relâcha, lui vola un baiser puis quitta la baignoire. En temps normal, il se serait séché les pieds dans l'eau pour ne pas mouiller le sol, mais dans l'état actuel de la salle de bains, il n'y avait plus grand chose à craindre. Attrappant une serviette, il prit le temps de tendre à la jeune femme son peignoire avant de commencer à se sécher. Il avait un peu froid d'un coup.
La fatigue, probablement. D'ailleurs, il ne put retenir un baillement qu'il étouffa dans le tissu.

________________________





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée.

Joyeux anniversaire ? [pv Eryn] le 16 août, début de soirée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Londres :: Chemin de Traverse-