AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Il était une fois, ma cheminée porteuse de visiteuse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas



Invité

MessageSujet: Il était une fois, ma cheminée porteuse de visiteuse. Lun 6 Aoû - 21:25
Weasley's House



- A l’attaaaaaaaaaaque !!
- Nooon ! Rose, j’suis innocent jte jure !
- Pirate ! Triple goule baveuse, péteuse, puante. Tête de nifleur, fils de bombabouse ! Tu vas subir mon courroux pour l’éternité !
- Maiiiis euh !
- Aaaarrghhh


Oups, mais nous avons des spectateurs ? Veuillez nous excuser pour cette scène pleine de violence fortement déconseillée au moins de 16 ans, mais il y a des matins comme ça où même une charmante et talentueuse RPgiste comme moi n’arrive pas à freiner les ardeurs de ma jolie Rosie. Laissez-moi vous expliquer la situation plus que litigieuse de ce Jeudi Matin. Dans les escaliers sinueux (à l’apparence légèrement bancale) de la maison (toute aussi étrangement bancale) de Ronald et Hermione Weasley, se trouvaient Rose et Hugo : alias les deux merveilleux enfants du couple de sorciers.
Loin des grands espaces de Poudlard depuis plus d’un mois et demi, il faut croire que le frère et la sœur commençaient à tourner en bourrique. Bieeen évidement, ils passaient une grande partie de leurs journées au Terrier en compagnie de leurs grands-parents et des quelques cousins qui acceptaient encore de passer leurs vacances chez papi et mamie. Mais, le fait d’être 24h/24 en compagnie de Rose Weasley, hyperactive de renom, restait un exploit qui n’était pas à la portée de tous. Notre gentils mignon petit Hugo, en tant que frère cadet de cette tornade rouge et or, n’avait comment dire… PAS le choix ! Il devait la supporter et lutter pour survivre aux milles et un jeux abracadabrantesques de sa grande sœur. Les cris que vous venez d’entendre ne sont en réalité que l’un de ces jeux, car ce matin en se réveillant, Rose s’était souvenue que son amie Kaytlin Millers allait lui rendre visite dans la journée. Etant donc de fort bonne humeur, la tempête made in Gryffondor s’était levée d’un bond pour courir jusque dans la chambre de son frère en criant : « A l’abordaaaage ! »

Je pense pouvoir affirmer sans doute aucun, qu’Hugo à du grandement apprécier ce réveil tout en douceur…


Après un gros câlin à son petit frère, une séance de chatouille et quelques supplications pour qu’il accepte de venir déjeuner en même temps qu’elle (oui, Rose n’aimait pas, mais alors pas du tout la solitude). La demoiselle avait dus employer la manière forte… Se mettant à grogner et à jouer les monstres sanguinaires près à dévorer le pauvre Hugo. Et c’est à peu près à ce moment-là que vous êtes arrivés ! Surprenant nos deux Weasley en pleine course poursuite dans l’escalier, juste après que Rose ai réussi à faire sortir Hugo de sous ses couvertures.
Arrivés dans la cuisine, Rose continuait (mais sur un ton moins éloquent) d’accuser son frère d’avoir Kidnappé la princesse des Gnougnou. Et elle le mit au défi de commettre à nouveau un acte de pareille barbarie, car dans ce cas elle se chargerait elle-même de lui botter le derrière et de l’envoyer à Azkaban. Hugo lui, levait les yeux au ciel, un petit sourire amusé au coin des lèvres, mais on pouvait quand même voir dans ses yeux qu’il avait hâte de retrouver la tour des Serdaigles : surement l’un des seuls endroits au monde où sa sœur ne puisse pas venir le réveiller en hurlant un tat d’histoires complètement folles.
Œufs au bacon, toast beurrés et dessins animés Moldus sur la grande télévision du Salon : tel fut le menu de leur petit déjeuner à deux. Ron et Hermione quant à eux étaient déjà partis travailler. Toute la petite famille avait déjà passé 3 semaines de vacances à Salem pour « découvrir la culture sorcière de l’autre côté de l’atlantique » selon les dires de Maman. Mais pour les adultes, le travail avait déjà repris. Hugo et Rose passaient donc leurs matinées à 2km/h et finissaient quasiment tous les jours par atterrir dans la cheminée du Terrier pour y trouver un peu plus d’animation que chez eux. Mais aujourd’hui, ils avaient une invitée d’honneur ! Kaytlin devait arriver bientôt et il fallait songer à ranger un peu pour faire bonne figure. Après deux épisodes (ou peut être trois voire quatre) de Bob l’éponge, Rose se leva enfin pour commencer à ranger la cuisine et le salon…


Encore vêtue de ce qui lui servait de pyjama : micro short violet en laine tricoté main par Mamie et débardeur orange à l’effigie des Canons de Chudley. Des chaussons licornes au pied pour parfaire son look de grosse naze en vacances, Rose astiquait son salon en se dandinant et en hurlant : « I like to move it move it »
C’est alors que tout bascula… Enfin, c’est à ce moment que les flammes de la cheminée devinrent vertes et laissèrent bientôt apparaître Miss Kaytlin Millers. Hugo fut le premier à s’en apercevoir, lâchant immédiatement les bouquins qu’il allait ranger pour filler se cacher dans sa chambre (oui oui, lui aussi avait un pyjama top tendance). Rose elle, fut moins réactive. Bouche bée, plumeau à la main, elle regarda Kaytlin apparaître dans son salon chaotique (enfin, Hermione l’aurait trouvé chaotique, Ron l’aurait trouvé chaleureux… Question de point de vue).
Après un moment de bug, Rose se rendant compte du ridicule de la situation finit par exploser de rire en guise de bonjour ! De toute façon, Kay était habituée à voir Rose dans ses situations toutes plus ridicules les unes que les autres…




Invité

MessageSujet: Re: Il était une fois, ma cheminée porteuse de visiteuse. Mar 7 Aoû - 10:55
Hakuna Matata, mais quelle phrase magnifique !
Hakuna Matata, quel chant fantastique !!
Ce mot signifie, que tu vivra ta vie, sans aucun souciiis
Philosophie !!! Hakuna Matata !!


Kaytlin s'était fait réveiller par un coq égaré dans son jardin. Elle aurait volontiers envoyé son patronus de Shiba Inu pour qu'il lui croque le plumard, mais l'usage de la magie étant interdit aux sorciers de premier cycle, elle n'allait pas faire de folies. C'est donc d'assez mauvaise humeur que la jeune serdaigle posa ses petons sur la moquette de sa chambre. Grommelant et les cheveux en bataille, Kaytlin se traîna jusqu'à sa cuisine où elle mit à cuire des tranches de bacon et se servit un thé. Assise sur le plan de travail son assiette à la main, elle se demandait ce qu'elle allait pouvoir faire de sa journée. Puis tout à coup, entre deux morceaux de bacon (trop) grillés, elle eut l'illumination. Pour s'assurer qu'elle ne se trompait pas, elle se précipita dans sa chambre. Manqua de tomber à cause de son pantalon de pyjama trop grand et déboula en trompe face à son calendrier. Euphorique, elle constata que c'était bien aujourd'hui qu'elle était invitée chez les Weasley. Il est vrai que dit de la sorte, cela peut porter à confusion, tant cette famille est nombreuse, je le conçois. Mais aujourd'hui, c'était chez Rose qu'elle devait se rendre.
Tout à coup, la jolie jeune fille retrouva le sourire. Elle allait à nouveau passer du temps avec une amie. Le jour précédent, Esther avait fait un tour chez elle et pour la deuxième fois ses vacances elle n'allait pas être seule. Tout de suite, sa mauvaise humeur se fit passagère et laissa place à un contentement assez expressif. Elle aimait beaucoup aller chez Rose. La jeune gryffondor âgée d'un an de moins qu'elle possédait en premier lieu d'une joie de vivre débordante qui rendait Kaytlin plus expressive que d'habitude lorsqu'elles n'étaient que toutes les deux, ainsi qu'une adorable maison biscornue et une famille nombreuse et sympathique. Chaque fois Kay était traitée comme un membre de la famille et elle adorait cette impression, ayant toujours été plutôt seule sur le plan familial.

Après une douche rapide et fraîche, elle enfila une de ses fameuses robes blanches qui faisaient sa popularité. Oui oui, n'oubliez pas que notre Kaytlin est d'humeur joyeuse et se croit donc populaire et aimée de tous comme si elle n'était pas du genre renfermée et peu apte à adresser la parole à qui que ce soit, ainsi, elle laisse à la narratrice le droit de s'emporter un peu. Pour en revenir à sa jolie robe de coton blanc, elle opta finalement pour la même, mais avec des rayures bleues. Elle espérait simplement qu'elle ne se tâche pas durant le trajet. Pas qu'elle ait l'intention de sauter dans des flaques de boues, même si cela est très sympa à faire, je vous l'accorde, mais bien parce qu'elle allait emprunter la cheminée. Cependant, quelque chose de bien précis arrêta notre jeune fille dans son élan. L'heure. Elle ne pouvait tout bonnement pas débarquer chez son amie à huit heures du matin... Un peu déçue de ne pas pouvoir y aller maintenant, Kaytlin eu la bonne idée de s'allonger sur le canapé blanc et confortable. Tellement confortable qu'à la minute où vous lisez ces lignes, la demoiselle s'est déjà assoupie sa tête rousse délicatement posée sur un coussin.

Après avoir dormi environ deux heures - pour tout vous dire j'ai cessé de regarder l'heure au bout de dix minutes - elle se réveilla encore plus en forme qu'auparavant. Toute décidée qu'elle était de partir, elle manqua d'oublier le principal soit la poudre de cheminette. Après s'être installée dans l'habitacle de la cheminée et après avoir attendu une bonne minute, elle se rendit compte qu'il manquait peut-être les flammes indolores autour d'elle. Se sentant un peu bête et bien contente que personne n'ait vu son manque de tête, elle attrapa le petit bot noir près de sa cheminée.
« Maison de Rose Weasley. » Aussitôt elle se sentit happée vers le haut et après avoir entraperçu l'intérieur de deux ou trois maisons elle se trouva dans la cheminée de la chaleureuse maison Weasley. Vérifiant tout d'abord que sa robe n'ait subi aucun dommage, elle sortie la tête du foyer. Ce qu'elle vit au premier abord la laissa perplexe. Hugo, le petit frère de Rose dans un accoutrement digne des vacances et sa soeur qui n'était pas mieux lotie qui la regardait effarée. Après avoir tenté de comprendre, elle suivit de bon coeur le rire contagieux de son amie. Kaytlin était très heureuse de la revoir et malgré son pyjama et son salon pas très ordonné, elle avança à grandes enjambées vers elle pour la serrer dans ses bras.
« Dis-donc, tu m'avais manqué toi ! »
Il est vrai que la rouge et or était une des rares amies de Kay et une de celles à qui elle tenait le plus. Mais ces vacances elles s'étaient peu vues, puisque Rose était partie aux Etats-Unis avec ses parents, qui eux ne l'avait pas laissée seule chez elle. Après l'avoir presque étouffée, elle lâcha son amie et la regarda un grand sourire aux lèvres. « Alors, tu comptais me faire faire le ménage ? » Elle plaisantait bien entendu et espérait que Rose ait compris. Il était assez rare qu'elle fasse de l'humour et certaines personnes ne captaient pas toujours son sens de l'humour.




Invité

MessageSujet: Re: Il était une fois, ma cheminée porteuse de visiteuse. Jeu 13 Sep - 21:26
    Demoiselle Weasley dans son salon dérangé, réussit à arrêter de rire comme un dindon lorsque sa chère Kaytlin la prit dans ses bras délicats. Jolie façon de dire que notre Rosie nationale n’avait pas trop envie de morver dans les cheveux soyeux de son amie et qu’elle se retint donc de glousser, son rire étant… comment dire ? Fort ressemblant à celui d’un certain ogre vert, star des dessins animés moldus.
    En regardant sa camarade, Rosie fut enchanter de constater que celle si n’avait pas changer d’un poil ! Avouons quand même qu’il est toujours agréable de voir que les gens que l’on aiment ne se sont pas transformés en bête féroce. Ici, Rose eu presque envie d’applaudir en voyant la jolie robe blanche de Kaytlin, car c’était une tenue qui lui allait plus que bien et qui décuplait au moins un millier de fois la douceur naturelle qu’elle dégageait toujours.
    Serrant bien fort Miss Miller dans ses bras, Rose entendit la Serdaigle lui dire qu’elle lui avait manqué. Une petite phrase qui réchauffa le cœur de notre jolie Gryffondor. En Effet, Rose, surement du fait de sa grande famille, attachait beaucoup d’importance à ses amis. Elle était une sœur attentionnée, une cousine dévouée et une amie fidèle qui ne se lassait jamais de prendre des nouvelles de tout son petit monde, de se mêler de la vie de chacun et évidemment d’aider tout ceux qui avaient besoin d’elle dès qu’il le fallait. Avec un esprit comme ca et un cœur d’artichaut aussi attaché à ceux qu’elle aime, Rose ne put que répondre : « Toi aussi tu ma manquer ma petite guimauve bleu. »

    Après cette belle étreinte pleine de bisounourserie, les filles tournèrent la page de la guimauve en format économique quand Kaytlin demanda : « Alors, tu comptais me faire faire le ménage ? »
    Là, Rose regarda autour d’elle, constatant à nouveau à quel point son salon était étrange : entre le désordre ambiant, les quantités impressionnantes de livres et de parchemins qui trainaient (puisque à part Ron, tout le monde avait un fort penchant pour la lecture de pavés dans la famille), la table d’échec où certaines pièces se grattaient le nez en attendant une nouvelle partie et les nombreux boursoufflets qui sautillaient ou dormaient aux 4 coins de la pièces tel des taches de fourrure rosâtre installées dans le paysage. « Aah non, biensur que non je ne vais pas te faire ranger ! J’ai juste pas eu le temps de rendre ce salon digne d’être vus… Désolée. Si on allait plutôt dans le jardin, la pluie va bientôt revenir autant profiter des rayons du soleil ! » Et d’un pas décidé notre Gryffonne traina son amie vers la cuisine, ses chaussons licorne faisant couic couic à chaque pas et laissant sur son chemin une trainée arc en ciel… Là une porte fenêtre donnait accès à un ‘‘jardin’’ qui avait plus des airs de jungle que de jardinet coquet à l’anglaise. Entourés d’arbre touffus, peuplé d’herbes hautes, de quelques plantes aromatiques ou carnivores et de buissons non identifiables : on pouvait y voir plusieurs hamac suspendus par endroits et quelques têtes de gnomes dépasser de temps à autres d’un bosquet. En fond sonore, un bruit d’eau qui s’écoule, signe qu’un cours d’eau où une fontaine de trouvait quelque part sans qu’on ne puisse distinguer où exactement.
    Dans le seul espace dépourvus de végétation abondante se trouvait une espèce de table en bois brute entourée de drôles de fauteuils désaccordés tous plus étranges les uns que les autres. Rose prit place sur un gros nuage qui épousa parfaitement la forme de son petit popotin et invita son amie à s’assoir elle aussi là où elle le voulait. « Tu veux manger quelque chose ? Boire un truc ? » Agitant sa baguette magique, Rose était prête à lancer un accio selon les volontés de son invitée pour faire venir de la cuisine ce que celle-ci désirait.
    Mais les rafraichissements n’étaient pas le plus important dans cette histoire, Rose voulait toujours tout savoir, et pour cela, rien de tel que de poser des questions ! « Alors comment ce sont passées tes vacances ? Tu es au courant que Amélia Scott a passé 3 semaines à St Mangouste ! Il paraît qu’elle a expérimenté un nouveau traitement contre la mocheté et que ça a marché… Cette vilaine Serpentarde ferra peu être un peu moins peur aux 1ères années à la rentrée. » Se remettant à rire, Rose s’enfonça un peu plus dans son nuage, contente de pouvoir à nouveau discuter avec sa jolie Kaytlin.





Invité

MessageSujet: Re: Il était une fois, ma cheminée porteuse de visiteuse. Mar 25 Sep - 22:10
Kaytlin était ravie de retrouver son amie et son rire pétillant. Rose faisait partie des gens qui par leur simple présence égayait une journée. Dans son pyjama bariolé, ses chaussons aux pieds, l'image qu'elle laissait voir d'elle suffisait à avoir le sourire toute la journée. Elle observa plus attentivement le salon qui l'entourait. Des dizaines de livres encombraient l'espace, la jeune Serdaigle releva quelques titres et en nota certains qu'elle n'avait pas lu, la rouquine songea que ses parents auraient bien du mal à vivre dans un désordre pareil, quant à elle, elle s'en fichait assez. Kaytlin sourit davantage à l'entente de son surnom. Apparemment, son amie l'avait trouvé pendant les vacances, du moins elle n'avait pas le souvenir de l'avoir déjà entendu. En effet, Rose était très douée pour trouver une tonne de surnoms tout aussi bizarres, décalés et mignons les uns que les autres.
Elle reporta à nouveau son attention sur le salon. Bien entendu, elle se doutait que la jeune Weasley ne l'avait pas invité pour le nettoyage de prérentrée. Et elle accepta volontiers de se rendre dehors. Kaytlin adorait lorsqu'il faisait beau et même si cela ne se voyait guère sur sa peau d'opaline, elle profitait régulièrement des rayons du soleil.

« Je te suis avec plaisir ! J'ai pas beaucoup profité de l'extérieur ces vacances, alors bon... »

Sur ce, elle se laissa traîner dehors suivant les pas musicaux de son amie. Elle apprécia l'extérieur comme à chaque fois, avec cette impression de débarquer dans un nouvel endroit. La végétation y était plutôt dense pour un jardin et des plantes qui, Kaytlin en était certaine, n'étaient pas connues de tous, y poussaient un peu partout. Bien que cela fut un peu désordre, le jardin laissait paraître un calme et une harmonie très agréable. La jolie Serdaigle se serait bien rendue dans un des hamacs pour y passer sa vie. Comme à chaque fois qu'elle songeait, Kaytlin penchait la tête et ne se rendait plus bien compte de ce qui se passait autour d'elle. Elle n'avait donc pas remarqué que Rosa s'était installée autour de la table en bois et qu'elle l'attendait. Il lui fallut quelques minutes pour se décrocher de ses histoires de papillon géant qui viendrait se poser sur la corde du hamac, pour finalement aller elle-même prendre place sur un champignon rouge et blanc juste à côté de son amie. Elle accepta l'invitation de son amie quant à la boisson, mais elle venait de déjeuner et n'avait donc pas très faim. Peut-être grignoterait-elle un ou deux gâteaux, pas plus. Elle lui fit part de sa demande, soit un jus de citron bien frais. Puis elle observa son amie passer les commandes à l'aide d'un Accio. Rose se mit alors à faire les potins.

« Mes vacances, tu sais papa et maman sont partis à Hawaii et m'ont laissée toute seule, j'ai pas fait grand-chose, si ce n'est lire et travailler. Pour Amélia je ne savais pas du tout, j'aimerai bien voir sa tête maintenant ! »

Elle suivit le rire de son amie, bien qu'elle ne fut plus très sûre de savoir qui était cette Serpentarde. Peu lui importait, il était rare qu'elle comprenne ce genre de ragots.

« Non, franchement j'ai pas fait grand-chose. Je suppose que tu as dû en faire plus que moi, va falloir que tu me racontes un peu. »

Kaytlin n'aimait pas beaucoup parler d'elle, que la conversation soit dirigée sur sa personne. Pourtant, à l'instant présent, elle aurait beaucoup aimé pouvoir raconter à son amie combien elle voulait savoir qui était ce beau Gryffondor à qui elle ne cessait de penser. Elle n'en avait jamais parlé à qui que ce soit et se doutait bien que Rose devait le connaître, au moins de vue. Et cette dernière, une fois qu'elle aurait su son béguin s'empresserait de la diriger vers lui à la rentrée. Or, la bleue et bronze n'avait pas du tout envie de cela. Raison pour laquelle elle préféra orienter la discussion vers les vacances de la Gryffondor. Elle attendit patiemment sa réponse, tandis que sur un beau plateau débarquaient les rafraîchissements et petits gâteaux. Elle sourit de bonheur à l'idée d'être ici.




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il était une fois, ma cheminée porteuse de visiteuse.

Il était une fois, ma cheminée porteuse de visiteuse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Villages Sorciers :: Loutry Ste Chaspoule-