AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Des inconvénients de la vie moldue ... [Fred]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas



Invité

MessageSujet: Des inconvénients de la vie moldue ... [Fred] Ven 24 Aoû - 16:07


    Un petit tour dans le Londres moldu. Lou adorait ça. Enfant, la jeune femme n'avait pas eu beaucoup l'occasion d'étrenner ses chaussures dans la superbe capitale anglaise, bien malgré elle. Depuis qu'elle était adulte, majeure, indépendante … Bref, vous voyez le topo … Lou avait pris un malin plaisir à faire tout ce qu'elle ne pouvait pas faire auparavant. Et la naissance non prévue mais fortement appréciée de Duncan n'y avait rien changé. Lou adorait toujours autant se balader dans cette belle ville, au milieu des individus moldus. C'était reposant, presque, de ne plus voir des excentricités dans tous les coins. Oh, certes, Lou acceptait volontiers qu'on lui oppose que Londres était aussi une ville où les styles vestimentaires s'affirmaient. Certes, certes. Mais pas au point du monde sorcier. Et même si la jeune femme n'avait rien contre, elle appréciait le contraste entre ces deux mondes.

    De plus, en tant que professeur d'études des moldus, la jeune femme devait absolument garder pied avec la deuxième facette de l'être humain. Pour cela, sa famille l'aidait bien, déjà, car Lou était la seule non-moldue connue jusqu'à présent chez les Donoghue. Et elle s'estimait chanceuse, d'ailleurs, que ses relations avec les autres membres de sa famille soient globalement aussi bonnes. C'était loin d'être le cas de tous et toutes, dans ce domaine : la sorcellerie faisait peur. Le monde magique aussi. Et c'était tellement difficile, rationnellement, d'admettre que pour autant, Lou n'en était pas moins saine d'esprit … Il avait fallu un temps d'adaptation à chacun, mais désormais, elle se sentait pleinement acceptée et remerciait le Ciel chaque jour pour cela.

    La voilà donc qui venait de passer l'après-midi dans la capitale, seule. Par Merlin,c'était drôlement silencieux, sans la présence de ses trois enfants. En particulier, Orion et Aislinn, qui étaient bien plus remuants que leur aîné. Quoi que … Duncan pouvait aussi être très bruyant, quand il s'y mettait. Et râleur. Et désagréable. Bref, un adolescent dans toute sa splendeur. Dire qu'il y en aurait encore deux après lui … Et une fille adolescente, ce serait la prochaine nouveauté. Lou n'était pas certaine de vouloir connaître cette étape. Pourquoi les enfants ne restaient-ils pas des … enfants ? En attendant, la jeune femme avait pris un malin plaisir à dévaliser les boutiques -quoi, ça sert pas à ça un salaire ?! Lou pensait …- et à prendre soin d'elle. Un petit plaisir qui se faisait rare. Mais en voyant ce qu'elle avait acheté, Lou était certaine que son mari ne lui en voudrait pas une seconde. Elle était même certaine qu'il y avait un sac qui allait tout particulièrement recevoir son approbation.

    Pour conclure cette journée, Lou voulait passer chez Fleury et Bott. Retour donc dans le monde sorcier. Et pour cela, une seule adresse : le Chaudron Baveur, grâce auquel elle passerait du monde moldu au monde magique en très peu de temps. Et elle en profiterait pour se boire un jus de citrouille bien mérité -c'était sa boisson préférée- et un petit passage aux toilettes. Mais à quelques mètres du Chaudron Baveur, n'y tenant plus, Lou rentra dans un pub moldu. Un petit verre d'eau et direction les toilettes. Elle fait sa petite affaire, je vous laisse imaginer ça très sainement dans votre esprit. Elle ressort du cabinet, se lave les mains … Et évidemment, au moment de sortir la porte se bloque. Grmbl. Grumph. Par Merlin. Lou allait évidemment se servir de sa baguette pour sortir de la pièce exiguë. C'était sans compter qu'elle venait d'entendre la porte de l'autre cabinet s'ouvrir. Par Merlin. Si jamais elle sortait sa baguette maintenant, elle était faite. Et elle aurait le droit à un petit tour au Ministère pour expliquer ses actes. Franchement, ça lui donnait pas envie. Assez misérablement, elle regarda l'autre jeune femme qui venait de sortir des toilettes. «Hum, c'est bloqué. ». Lou lissa alors sa petite robe noire, accessoire indispensable de l'adepte du shopping et se passa une main crispée dans les cheveux. On faisait quoi, dans ses cas-là, quand on était une moldue, déjà ? Cas d'école particulièrement intéressant à donner à ses élèves dès Septembre ...





Invité

MessageSujet: Re: Des inconvénients de la vie moldue ... [Fred] Ven 14 Sep - 13:46
Enfer et damnation. Fichtre. Diantre. Bouse de dragon et morve de troll !
Frédérique enlève ses lunettes en râlant tout ce qu'elle pouvait. Elle n'avait plus de chanvre. Du tout. Elle venait de glisser la main dans sa réserve et n'y avait trouvé qu'un rat gourmand, qui s'était amusé à ronger ledit chanvre et à y élire domicile. Autant dire que sa réserve était désormais inutilisable.
Le problème ?
Oh trois fois rien : elle devait juste le mettre à un instant précis dans sa potion, au risque de la voir exploser. D'où le mouvement de recul qu'elle a, juste après avoir ressorti la main de sa réserve, rat sur le dos de cette dernière.
Merde. Mille fois merde. Elle a tout juste le temps de reculer d'un pas avant de se retrouver propulsée en arrière, les fesses par terre, les cheveux en pétard, le visage couvert d'une couche de ce qui semblait être de la cendre. Elle dodeline de la tête, toute secouée, avant de reprendre ses esprits.
Trois.
Deux.
Un.

« SCROUT À PÉTARD DE RAT ! » hurle-t-elle brusquement sur Keufol, qui, comprenant qu'il était la cible de ces cris, s'enfuit aussi sec pour se cacher sous un placard. L'androgyne n'est pas contente. Du tout. Saleté de rat va ! Grommelant dans sa barbe, elle attrape sa cape, pour s'enrouler dedans et aller à la recherche de chanvre. Et d'autres petites choses pour sa potion, étant donné que le mélange précédent recouvrait maintenant allégrement les murs de son laboratoire.
Elle allait devoir fermer sa boutique pour la journée.
Ce qu'elle fit, par ailleurs, avant d'aller furter dans les allées, ça et là, achetant ses ingrédients. Sauf que, comble de malchance et parce que ça m'arrange bien, son fournisseur habituel est en panne de chanvre lui aussi, et lui conseille de se rendre du côté moldu de Londres, où c'est un matériau moins prisé et donc plus simple à trouver.
Moldu ?
Frédérique pince les lèvres en pensant à sa lamentable note de BUSE... et de celle d'ASPIC concernant l'étude des moldus. Qu'on se le dise, le résultat avait été assez terrifiant pour quelqu'un qui suivait ce cours attentivement depuis cinq ans. Mais bonne sorcière, la jeune fille avait toujours eu du mal à s'adapter au monde moldu et avait fini par se dire que ça n'était pas important, il suffirait qu'elle évite de se rendre de l'ordre côté de la barrière et voilà tout...
Mais non. Le destin la rattrape. Elle rentre alors chez elle, regardant sa robe de sorcière en se demandant très sérieusement en quoi elle allait devoir métamorphoser ça. Se souvenant d'images de son manuel d'EDM, elle lance quelques sorts plus ou moins réussis, se retrouvant affublée d'un superbe chemisier à voiles d'une couleur pour le moins criarde – rouge écarlate – et d'un pantalon patte d'éph' à carreaux, autant dire un mélange particulièrement ignoble, une insulte au bon goût. Même elle se dit que quelque chose devait clocher, observant le résultat dans un miroir avec un air dubitatif avant de hausser les épaules : les moldus étaient des êtres étranges, parfois.

Enfin. Elle transplane juqu'au Chaudron Baveur, salue Tom, et sort dans le monde moldu en essayant de se faire toute petite et discrète, baguette enfoncée dans sa poche. Grmbl. Ses pas se pressent, alors qu'elle veut faire au plus vite. Mais voilà : la voici qui se perd dans les rues de Londres. Evidemment. Et elle s'énerve, parce qu'elle ne veut pas rentrer chez elle sans son chanvre, vous comprenez bien.
Raaaaah ! La jeune fille finit par grommeler de plus belle et entre dans un café, attirant les regards sur elle, avec sa tenue qui n'a rien de discret, finalement. Hmpf. Elle ignore superbement les regards qu'on lui lance, plus concernée par de petits soucis pour le moins naturel, qui la parcourent depuis quelques instants qu'elle tournait dans la ville. Aucune idée d'où elle est. Aucune idée d'où elle pourra trouver ce qu'elle veut.
Frustrée.
Agacée.
Enervée, en fait.
La jeune fille pousse la porte et va s'enfermer dans une cabine. Elle entend du mouvement autour d'elle. Deux femmes qui discutent. L'une a une voix pour le moins familière, mais elle ne s'y attarde pas. Elle finit ses affaires, avant de sortir, de se laver les mains et...
De comprendre qu'elles étaient coincées.
Putain de monde moldu.
Fred essaie de s'éclipser discrètement, pour retourner dans sa cabine et transplaner – comment ça le pop pourrait alerter des gens ? – avant de poser ses yeux sur Leelou.
Hm ?

« Miss Donoghue? » souffle-t-elle, surprise de trouver son ancienne prof ici. Bon... Pour le transplanage, c'était mort, la n°3, une moldue, se rendrait forcément compte de son absence maintenant. Bravo Fred.
Elle s'approche de la porte, en penchant la tête sur le côté, sans prêter attention à la moldue qui semble se demander si elle ne devrait pas hurler pour cause d'homme habillé bizarrement dans les toilettes des femmes.
« … C'est bloqué ? Venez voir... » Bonne gryffondor, Fred ne pense pas vraiment à utiliser sa tête, mais plutôt son épaule. Elle pousse gentiment les deux autres, prend un peu d'élan, et essaie de défoncer la porte.
Bien évidemment, la seule chose qu'elle parvient à faire est de se faire mal à l'épaule...




Invité

MessageSujet: Re: Des inconvénients de la vie moldue ... [Fred] Sam 15 Sep - 14:00


    Leelou Donoghue avait l'air bien stupide, devant cette porte qu'elle ne pouvait absolument pas défoncer d'un coup de baguette bien placé. La seule chose qu'elle pouvait faire, c'était attendre sagement qu'on vienne les délivrer ou que quelqu'un réussisse à enfoncer cette fameuse porte. Lou, quant à elle, n'avait pas franchement l'étoffe d'une démonteuse de porte. Oh, elle aurait pu en avoir le profil au niveau du poids, mais elle n'avait absolument aucune envie de se jeter contre une porte en bois pour réussir à se sortir de cette situation compliquée. La jeune professeure commençait à se dire qu'un bon sort d'oubliettes serait tout à fait acceptable quand une troisième protagoniste se fit entendre. Une jeune femme qui l'appelait par son nom de famille. Lou tourna mécaniquement sur elle-même pour se trouver face à son élève. « Frédérique Middleton ! ». Que faisait donc dans cet endroit une élève visiblement si peu douée en étude des moldus ?

    Car c'était bien à Poudlard que Lou et Fred avaient eu l'occasion de se côtoyer. Pendant de longues années. Leelou n'en gardait pas un souvenir absolument impérissable, puisque Fred n'était pas l'élève la plus brillante qu'elle ait eu, loin de là, obtenant un merveilleux P en guise de note d'examen. Piètre. Pas de quoi avoir envie de sauter au coup de sa prof quand on la croise donc. Mais malgré tout, Fred n'était pas l'élève la plus infernale qu'elle ait eu pendant ses années en tant qu'enseignante. Il n'y avait donc pas trop de risques à ce qu'elle se retrouve ici avec elle. C'était juste … détonnant.

    La jeune femme, habillée plutôt comme un homme, paraissait surprendre la troisième personne de ce triumvirat un peu particulier. Leelou hocha la tête quand Fred proposa de se charger du problème que représentait cette porte récalcitrante. Malheureusement, Frédérique, pas plus que Leelou ne parvint à débloquer cette fameuse porte. Bien. Il était temps de rassurer la pauvre moldue qui semblait au bord de l'évanouissement. « Ne vous inquiétez pas, madame, nous allons trouver une solution à ce problème. Cette jeune femme était une de mes élèves, je me porte garante de son attitude, vous n'avez rien à craindre ! ». Pauvre Leelou qui pense encore que sa parole pourrait satisfaire qui que ce soit. Les paroles de la jeune femme ne semblèrent pas le moins du monde rassurait la moldue qui la regardait d'un drôle d'air.

    « Et vous enseignez quoi ? ». Oh, la belle question que voilà. Leelou jeta un regard de biais à son élève avant de faire marcher son cerveau et de répondre avec un sourire qu'elle espérait convaincant. « J'enseigne l'anthropologie ». Ce n'était pas tout à fait faux, n'est-ce-pas ? Mais la moldue ne se satisfit pas du tou de cette réponse, bien au contraire. « Et à quelle université ? ».

    Grmbl. Leelou sentait son sang commençait à tourner dans sa tête et avait plutôt envie d'envoyer paître la curieuse. Plutôt que de dire des choses qu'elle aurait regretté, Leelou préféra se tourner ostensiblement vers Frédérique. « Vous vous êtes fait mal, miss ? ». Cette question était stupide, mais elle était censée détourner l'attention de la moldue. Peine perdue, l'autre fit une remarque. « Vous devez enseigner dans une université stricte, pour vouvoyer ainsi vos élèves, cela ne se fait plus beaucoup. ». Leelou ignora encore une fois la présence de la moldue pour taper à la porte de toutes ses forces. « HE OH?! Y a quelqu'un ? On est ENFERMES ! ». La jeune femme commençait à se demander si elles allaient enfin pouvoir quitter ce lieu bien trop étroit pour trois adultes plus de quelques minutes d'affilée. Bien évidemment, personne ne répondit à ses cris et à ses battements contre la porte. Par Merlin, elles étaient bel et bien enfermées dans les toilettes avec une moldue plutôt curieuse. Et l'impulsive Leelou commençait à avoir la baguette qui la démangeait, ce qui n'était pas bon signe. Respirer. Se calmer. Il devait forcément y avoir une solution qui n'obligerait pas les deux jeunes femmes à montrer leur pouvoir magique. Mais laquelle ? Leelou avait beau bien connaître les moldus … Oh ! « Vous n'auriez pas un téléphone portable, madame ? » . Elle aurait du y penser bien avant … La solution moldue par excellence. Avec un téléphone portable, tout serait possible et leurs problèmes résolus en moins de quelques secondes … Non ?





Invité

MessageSujet: Re: Des inconvénients de la vie moldue ... [Fred] Sam 29 Sep - 12:57
Aïeuh !
Fred se masse l'épaule en ronchonnant dans sa barbe. Bon, elle n'avait pas réussi à défoncer la porte. Et maintenant, elle avait mal. Buh. C'était malin tiens, elle allait avoir un bleu maintenant, sur sa belle épaule toute... Toute... Osseuse. Grommelant, elle pose les yeux sur la moldue, un court instant, avant de reporter son attention sur le professeur Donoghue – dont elle n'avait pas été l'élève la plus brillante, il fallait bien l'avouer.
Elle se portait garante de son attitude ? La jeune fille lève un sourcil en pinçant ses lèvres dans une de ses moues devenues légendaires – oui, Fred adore tordre son visage dans des grimaces souvent improbables reflètant extrêmement bien ce qu'il pouvait se passer dans sa petite tête de linotte. Et Madame Moldue se montre très curieuse. Trop curieuse. Contrariée, l'ancienne Gryffondor grimace de plus belle en continuant de masser son épaule et hausse l'autre quand sa professeure lui demande si elle s'est fait mal.

« Non, non, je me masse l'épaule parce que... » Elle s'interrompt brusquement au milieu de sa phrase, rangeant son insolence au plus profond de sa gorge. Cht, ce n'était pas le moment de faire du sarcasme, roh. Toutes ces heures de retenues passées à briquer des trophées n'avaient-elles donc servies à rien ?
Eh bien on dirait bien. Hey, on ne change pas du jour au lendemain ! Et la jeune fille semblait ne pas avoir perdu son habitude de répondre du tac-au-tac la première chose qui lui passait par la tête. Ça aurait des conséquences fâcheuses un jour, j'vous l'dis moi.
Et voici que Miss Moldu recommençait. D'une patience toute relative, Fred se tourne vers elle, s'apprêtant à l'envoyer bouler comme elle savait si bien le faire, mais ses tympans réagirent avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit. Aïeuh (bis) ! Mais elle allait pas bien de hurler comme ça, la Donoghue ?! L'androgyne secoue la tête, dérangée, grimaçant de plus belle maintenant que ses oreilles bourdonnaient.
Bordel... S'il n'y avait pas eu cette moldue, elles n'auraient eu qu'à transplaner, et pis voilà ! Non mais quelle idée de se perdre ici aussi, elle aurait mieux fait de ne pas bouger de sa boutique. Elle aurait été en panne de chanvre, et puis c'est tout, elle aurait fait autre chose, voilà tout. Mais non. Elle n'avait pas eu la patience d'attendre que son fournisseur fasse le plein.
Gna gna gna. Ça lui apprendrait, tiens.

Mais n'aies crainte, Fredouille, Miss Donoghue a plus d'un tour dans sa manche ! Elle l'observe demander à la moldue si elle n'aurait pas un... Un... Félétone Portable – hm, elle avait déjà entendu ce nom en cours d'étude des moldus, mais sa mémoire était incapable de le relier avec quoi que ce soit d'autre qu'un beau nuage passant dans le cadre de la fenêtre à ce moment-là – et, bien qu'elle n'ait aucune idée de ce que ça pouvait être, Frédérique resta silencieuse, observant gentiment la moldue sortir un...
Euh c'est ça un félétone ? Un petit miroir noir ? Mais pourquoi noir ? Et en quoi un miroir allait-il les aider ? Curieuse, elle se penche pour voir et... Hey, ce truc faisait de la lumière ! Et du bruit quand elle glissait ses doigts dessus ! Mais c'était trop cool !
Bravo Fred, tu viens de découvrir le smartphone tactile ; bienvenue dans le vingt-et-unième siècle.

« ... Je n'ai pas de réseau. »

L'androgyne tourne son visage plein d'une incompréhension des plus totales vers son ancienne professeure. Réseau ? Hm. À en croire l'expression du visage de Mme Donoghue, ce n'était pas une bonne nouvelle. Alors, même sans comprendre, elle grimace – encore – et grogne même – cadeau bonux – de mécontentement. Elle aimerait bien sortir d'ici. Un petit coup sec derrière la nuque de la moldue et on n'en parlerait plus !
Oui Fred. Et le mouvement d'ouverture sera ravi de savoir qu'une sang-pur a agressé une moldue. Tu n'as rien d'autre en stock ?
Grognant de plus belle en faisant taire sa conscience qui avait, étrangement, la voix d'Esther, la jeune fille s'approche de la porte, et examine la poignée. Elle glisse un oeil dans la serrure – ça doit faire mal – dans l'espoir de voir passer des gens. Personne, évidemment. Hm. Réfléchissons – exercice difficile, soit dit en passant. Il fallait neutraliser la moldue, c'était la seule chose qui les handicapait. Mais l'agresser revenait à s'attirer des ennuis. Et elle n'avait rien sur elle qui pourrait être utilisable. Oh, elle avait toujours deux trois potions dans ses poches – dont une de sommeil – mais aucune idée lumineuse de comment est-ce que je vais faire avaler ça à cette gonzesse ne lui vient à l'esprit. Sortir sa baguette et lui lancer un sortilège de confusion lui semble être la seule option.
Mais bon, c'était pas gagné...
L'androgyne commence à perdre patience. Outre dans le domaine des potions, elle n'a jamais été quelqu'un de très patient, vous savez. Au contraire. Et elle piétine, elle trépigne, elle s'ennuie, elle tourne en rond, elle s'énerve, bref, le stade suivant n'est pas beau à voir.

« Et je commence à avoir mal à la tête... » se plaint la moldue. Bingo ! Fred n'attend pas une seconde de plus et fourre sa main dans la poche de son super pantalon à carreaux, fouillant avant d'en sortir une petite fiole emplie d'un liquide mauve. C'était ce qu'elle attendait. Et elle s'approche de la moldue, le lui tendant.
« Tenez, ça aidera votre mal de tête à passer. Si on doit rester ici un moment...
- Vous êtes sûre ? » Répond-t-elle d'un air suspicieux. Bon, reconnaissons qu'on se méfierait tous. Mais la jeune femme ne perd pas son sourire forcé de vendeuse. « … Vous savez, on est toutes coincées ici. Si je voulais vous faire du mal, je l'aurais déjà fait. »
Moldue crédule ou argument convainquant ? En tout cas, la dame prend la fiole, l'hume avec un air méfiant avant de la boire précautionneusement. Fred ne peut plus retenir son sourire victorieux.
Trois.
Deux.
Un.
Boom. Elle la rattrape de justesse alors que la femme s'effondre, endormie. Potion de sommeil 1 – 0 Inconnue. Et normalement, sans souvenir du moment où elle avait pris la potion. La potionniste l'allonge précautionneusement, récupère sa fiole, et la plonge dans sa poche.

« Problème #1 : résolu. Vous savez comment débloquer la porte, Professeur? »




Invité

MessageSujet: Re: Des inconvénients de la vie moldue ... [Fred] Dim 30 Sep - 13:28


    Dans quelle bourbier Leelou s'était-elle enterrée ? Le monde sorcier, elle connaissait. Le monde moldu, elle pratiquait. D'origine moldue, la jeune femme en avait même fait son métier. Mais parfois, Lou se sentait dépassée dans ce monde dont elle n'utilisait plus tous les usages au quotidien. De plus, elle n'avait pas tous accessoires nécessaires dans le monde moldu. Ce n'était pas l'envie qui lui en manquait, mais rien ne marcherait à Poudlard. Du coup, elle pouvait tout de suite oublier les portables et autres petits outils très utiles. Notamment les tablettes pour lire qui lui tendait les bras avec insistance … Quel regret c'était de ne pas pouvoir avoir ces petits bijoux de technologie chez elle. La télévision, elle s'y était très bien adaptée : de toute façon, chez ses parents, elle n'était utilisée que pour les informations, le sacro-saint journal télévisé. Par contre, tout le reste … Et la musique moldue aussi. Cela oui, ça lui manquait parfois.

    Mais ce jour-là, elle se rendait compte que les moldus étaient également face à des situations complexes sans magie. Et que finalement, la liseuse électronique n'était pas si indispensable que ça, quand il s'agissait de sortir d'une pièce où on était enfermé bien malgré soi. Toutes à ces réflexions, Leelou ne fit même pas attention au début d'insolence qui venait de la part de son élève. Mordillant sa lèvre inférieure, la jeune femme essayait de toutes ses forces de trouver une solution qui ne mette pas en péril les règles sorcières. Et ce n'était pas si évident que cela, finalement …

    La moldue sortit sans se faire prier son téléphone. Ouf. Elles étaient sauvées. Surtout qu'avec un smartphone, on ne pouvait pas être coincée : on pouvait même trouver le numéro de téléphone du bar dans lequel elles étaient prises au piège. Leelou s'apprêtait à faire un grand sourire quand la mauvaise nouvelle tomba. Pas de réseau. Grmbl. Les inventions moldues commençaient sérieusement à casser les pieds de la professeure. Elle n'aurait jamais cru dire ça un jour, mais ils n'étaient pas bien malins de ne pas pouvoir avoir du réseau PARTOUT. Surtout ce jour-là … Lou serra les dents. «Tant pis … On trouvera une autre solution ! ». Le côté maternel reprenait le dessus et elle tâchait de sembler réconfortante et sûre d'elle.

    Leelou faisait le tour du petit habitacle pour essayer de repérer une trappe ou n'importe quoi, s'étant résignée, presque amusée, à agir à la manière moldue. En cas de danger de mort, de toute façon, elle utiliserait la magie. En attendant, elle pouvait bien s'en passer non ? Pas de trappe à l'horizon, cependant. Pas plus qu'une fenêtre par laquelle elle pourrait passer. Cela coincerait forcément au niveau des hanches … Quoi que celles de Fredérique pourrait tout à fait se faufiler …

    Se retournant vers son élève, Lou allait lui conseiller cette solution. Mais trop tard. Son ancienne élève venait de donner une fiole à boire à la moldue. Horrifiée, Lou ouvrit la bouche. Non. Ce n'était pas le jeu … Leelou regarda son élève, puis la moldue sur le sol. « Mais … Miss Middleton ! Où aviez-vous la tête ?! Une potion sur une moldue ! ». Elle n'était pas contente Leelou. La jeune femme s'était bien faite à l'idée qu'elle allait redevenir une moldue comme les autres pendant quelques minutes et voilà que l'ancienne Gryffondor lui gâchait son plaisir.

    Ronchonnant, Leelou se tourna vers la porte et sortit sa baguette. Un petit sort d'alohomora. Un classique. Le déclic se fit entendre. Mais Lou n'ouvrit pas la porte. Bien au contraire, elle s'y adossa et regarda Frédérique droit dans les yeux. «Vous pouvez m'expliquer ce que vous allez faire d'elle, peut-être ? ». Bah oui, elles n'allaient pas laisser une pauvre femme endormie dans des toilettes : toute sa vie elle se demanderait ce qui lui était arrivée. « Parce que je vous préviens, il est impensable qu'on la laisse dans cet état, ici, Miss ! ». Lou, impulsive, n'attendait même pas de savoir si Frédérique avait le même avis qu'elle : elle le défendait déjà corps et âme.





Invité

MessageSujet: Re: Des inconvénients de la vie moldue ... [Fred] Sam 6 Oct - 12:50
Le regard innocent, Frédérique essaie de se faire passer pour l'agneau qui vient de naître. Bah oui, une potion sur une moldue. Et alors ? Elle ne s'en souviendrait même pas, de toute façon. Et puis comme ça, elles allaient pouvoir utiliser la magie pour ouvrir la porte et transplaner loin de cet enfer qu'était le monde moldu. Simple et efficace, n'aurait-elle pas été idiote de ne pas sauter sur l'occasion ?
Mais non. Madame Donoghue n'a pas l'air d'accord. Au contraire, si elle en croit sa réaction, Fred pourrait se demander si elle n'a pas été un petit chouilla impulsive, restant sur son domaine de prédilection et sa première idée. Il faut dire qu'elle n'avait pas du tout envie de jouer les moldues. Elle n'était pas moldue, elle suxxait en matière de moldus, et elle ne savait pas se faire passer pour une moldue. So what? À sorcière, solutions sorcières, voilà tout. Et puis, c'était quand même vachement plus simple que cet espace de miroir lumineux qui ne fonctionnait pas sans rézo.

« Bah quoi? » est tout ce qu'elle parvient à répondre alors. Comme s'il était tout à fait normal de faire avaler une potion à une moldue dans ce genre de situation. Hey, ce n'était pas comme si elle lui avait administré une de ces expériences non-déterminées, comme elle le faisait avec le pauvre Ty !
Mais ce détail, elle veille à ne pas le dévoiler, doutant que son ancienne professeure soit joie en apprenant que la potionniste se servait d'un de ses camarades de Gryffondor comme cobaye. Ça faisait mauvais genre quoi.
Allongeant précautionneusement la moldue sur le sol, l'androgyne la met en PLS et se redresse, surplombant ainsi son ancienne professeure de quelques centimètres – et le tout sans talon ! Elle est pas belle la vie ? Et en plus, voici que Leelou ouvre la porte, chemin vers la liberté et...
Et bloque le passage.
Fred grimace à nouveau. Ah pas cool. Madame avait envie de parler. Elle n'en avait pas envie elle ! Elle voulait courir nue dans les champs de blé, se rouler dans l'herbe fraîche et coiffer des poneys dans les prés ! Loin de ces toilettes quoi !

Mais non, il fallait d'abord savoir ce qu'elles allaient faire de la moldue. Fred hausse un sourcil et se tourne vers la femme allongée par terre, qu'elle avait enjambée plus tôt dans l'espoir de sortir. Comment ça, hors de question de la laisser ici ? Mais elle était très bien ici ! Le carrelage était confortable, tout frais en cette période de l'année où la chaleur est étouffante, et puis ainsi allongée, elle alerterait le premier moldu qui passerait. Et alors ses congénères pourraient s'occuper d'elles en pensant à un malaise et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes !
Le monde est d'une simplicité absolue dans la tête de notre androgyne, vous remarquerez.
Tout ça pour dire qu'elle hausse les épaules en fourrant ses mains dans ses poches, lançant sur un ton un tantinet condescendant :

« Bah... Pourquoi pas ? » fait-elle avant de sourire et de désigner la victime au sol. « Voyez comme elle est belle ici, la belle au carrelage dormant, qui n'attend que son prince charmant pour la... » Elle s'interrompt en croisant le regard de son ancienne professeure. Hm. L'humour ne marcherait pas. Roooooh.
Même pas drôle.
La jeune fille grimace en gonflant ses joues, détourne le regard comme une adolescente agacée de se faire disputer par sa mère.
Et il y avait un peu de ça, dans cette scène.
« 
De toute façon, c'était qu'une petite potion de sommeil de rien du tout et elle se réveillera comme si de rien n'était dans une demi-heure, et je ne resterai pas ici une demi-heure, j'ai d'autres trucs à faire... » grommelle-t-elle dans sa barbe inexistante, observant cette femme décidément bien encombrante étalée sur le sol. « Non mais c'est vrai, c'est pas comme si je l'avais empoisonnée quoi ! Elle fait que dormir, on peut bien la laisser là, ça fait rien, on s'en fout ! »

En tout cas, elle s'en foutait totalement. Elle avait d'autres trucs à penser qu'une moldue encombrante ! Raaaah ! Pourquoi fallait-il que ce soit si compliqué, hein ? Pourquoi avait-il fallu qu'elle vienne se perdre ici ! Pourquoi fallait-il que rien ne se passe jamais comme il faut, sans heurt ?!
Grmbl !




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Des inconvénients de la vie moldue ... [Fred]

Des inconvénients de la vie moldue ... [Fred]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Londres :: Londres Moldu-