AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 178

Rappeltou
Statut de Sang : Né-moldu
Baguette: Crin de licorne, bois de chêne blanc, 23cm

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30 Mer 12 Sep - 10:52
Luthiel s'était assise devant un café. Nul besoin d'ajouter à sa nervosité, mais il s'agissait d'une habitude prise pendant l'été à l'instar de sa femme, quand elles devaient se lever aux aurores pour une raison X ou Y.
Du coup, la jeune femme sirotait le buvage brûlant avec une impatience mal contenue. Comme d'habitude, sa mère avait prévu large, très large, mais au moins Luthiel était-elle certaine de pouvoir prendre le train. Elle ne savait pas exactement ce qui se passerait si ell venait à le manquer. Il devait bien exister une procédure dans ces cas là. Pas forcément besoin de voler une voiture volante, non ?
Enfin, voilà bien une question que Luthiel ne se posait pas en cet instant. A moins d'un attentat terroriste ou d'un problème majeur, elle serait bien sur les quais pour 11h pétantes. Cela l'inquiétait rien que d'y penser... Après l'incident au ministère, la jeune femme s'était retranchée au fin fond de son pays de Galles natal et elle n'avait côtoyé que des moldus et encore, pas beaucoup. C'est pourquoi, la simple présence de la foule la rendait nerveuse.
Sans parler de ce qui arriverait certainement à Poudlard. L'homme impressonnant du ministère le lui avait promis : on l'aurait à l'oeil.

_ Tu as l'air nerveuse, lui lança sa mère. Détends-toi donc. Ils ont été charmant au ministère. Ils savent que tu as été influencée contre ton grè.

_ Maman, soupira Luthiel sans prendre la peine d'en dire plus.

A quoi bon ? Elle n'y comprenait rien. Luthiel avait tenté de lui expliquer, mais rien n'y avait fait. En même temps, sa pauvre mère, cloisonnée dans sa condition de moldue, n'avait pas toutes les clefs en main. C'était précisément pour elle que Luthiel se battait, avant tous les autres.
Elle en était là dans ses réflexions quand sa mère lui proposa d'aller regarder les magazines mais l'adolescente refusa. C'est pourquoi, elle resta seule à la petite table en plein coeur de la gare. Son café était presque froid mais elle ne le remarquait pas. Tout à son angoisse, elle ne remarqua même pas le jeune homme qui vint la rejoindre.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30 Sam 15 Sep - 11:53
Il ne les quittait pas des yeux depuis qu'elles s'étaient installées au café. Sa tasse de thé dans la main, il comprenait pourquoi les cartes lui avait prédit une rencontre importante. Cette jeune fille, ses relations dans le ministère lui avaient parlé d'elle. Une jeune enfant qui, au nom du Mouvement d'Ouverture, avait causé de jolis problèmes au ministère.

Une enfant.

Le Londre moldu était en suractivité, la rentrée des classes n'était pas limitée au monde sorcier. Ici, une enfant de 10 ans faisait un caprice à sa mère. Apparement, on lui avait interdit d'amené le chien qu'on lui avait offert cet été à l'école. Du coup, elle hurlait et pleurait au milieu de la rue, attirant l'attention de la population choquée par une telle démonstration d'incivilité.

Une chose banale qui prenait trop de proportions.

Ludovic s'approchait maintenant doucement de la jeune Luthiel Haldir. Si la gamine savait quelles conséquences allaient avoir ses exploits, il était fort probable qu'elle ai réfléchit à deux fois avant de les faire. On pouvait échapper au ministère, surtout quand il ne tenait pas à ce que l'on parle de vous, on ne pouvait pas échapper à l'oeil vigilant de Ludovic Ó Tuathail.

La mère de la petite née-moldue se leva. Elle partit consulter des magazines un peu plus loin, insouciante et manifestement parfaitement en confiance vis-à-vis de la sécurité de sa fille, laissée seule au milieu d'un bar moldu. Quelque part, elle voyait sa fille comme un être génial, un de ces êtres qui pourraient se sortir de toute les situation.

La confiance excessive, mère de nombreux dangers.

Un père déposa négligement son fils devant la gare et partit en voiture. Il espérait sans doute que l'adolescent partirait en cours sans faire d'histoires. Dès que la voiture eu tourné à la première bifurcation, l'ado se précipita dans les bras de sa petite amie du moment. Cela faisait un mois qu'il ne s'étaient pas vu. Une éternité pour des jeunes de leurs âges. Peut de chance qu'ils tiennent à gacher se moment en allant en cours. Enfin, c'était dans la théorie. Dans la pratique, ni l'un ni l'autre ne savait que dans une heure, un frère un peu plus vieux les prendrait en dehors du lycée.

Toujours se méfier des regards indiscrets.

Ludovic était maintenant juste à côté de la jeune Luthiel. Il ne la regardait pas directement, il voulait être sûr que le ministère n'avait pas mis un de ses agents sur le terrain pour la surveiller. Il y avait peu de chance que cela arrive vu que jusqu'à sa majorité, ils avaient des sorts pour la surveiller, mais on ne pouvait être certain à cent pour cent. Dans le doute, le trafiquant gardait même sa baguette à portée de main dans sa manche. Même si encore une fois, le fait d'être en terrain moldu impliquait peu de risques sur ce point.

La fille ne l'avait pas encore remarqué. Elle était bien trop occupée à broyer du noir. Elle ne vit même pas que la serveuse approcha, puis s'éloigna lorsque l'ancien serpentard luitendit l'argent pour payer sa consomation, ainsi que celles de la mère moldue et la fille sorcière. L'argent n'était pas un problème pour lui.

Il était temps de se manifester.

Vous êtes bien maussade pour quelqu'un qui a fait couler tant d'encre au nom de l'égalité mademoiselle Haldir. Et on ose dire que les militants ne pèsent pas les conséquences de leurs actes...


Il affichait son éternel sourire en coin. Ce sourire qui montrait son assurance, et donnait l'impression qu'il se sentait supérieur à tous.

Son arme fatale.

avatar

Messages : 178

Rappeltou
Statut de Sang : Né-moldu
Baguette: Crin de licorne, bois de chêne blanc, 23cm

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30 Sam 15 Sep - 17:49
En temps normal, Luthiel aurait regardé tout autour d'elle et se serait amusée d'observer les gens. Elle aimait à inventer des histoires qu'elle ne racontait qu'à elle. C'était son moyen de passer le temps et de s'évader. Pendant quelques minutes, elle était entourée d'amants transis, d'espions secrets, de stars en devenir, de sorciers comme de moldus... Luhtiel avait toujours su s'occuper ainsi et se divertir sans recourir aux jeux vidéos ou en écoutant de la musique pour se couper du monde.
Ca, c'était avant...
Depuis que Luthiel avait été prise à partie, elle se montrait beaucoup plus méfiante et surtout elle était plus taciturne qu'ouverte comme à l'accoutumée. Elle n'avait pas allumé son mp3 parce que sa mère n'était pas loin et elle voulait profiter des derniers moments avec elle. Pourtant, elle avait été comme soulagée de la voir s'éloigner quelques minutes. La pauvre femme ne comprenait pas.
Luthiel lui lançait des regards réguliers. Depuis longtemps maintenant, la fille avait pris l'habitude de veiller sur la mère et de s'inquiéter pour elle plus que raison. Chaque année, c'était la même chose : Luthiel était contente de repartir à Poudlard où elle pouvait ne penser qu'à elle et faire des progrès incroyables. Mais d'un autre côté, elle se sentait coupable d'abandonner sa mère pour la laisser seule dans leur maison, au milieu d'un grand parc naturel, et d'un village moldu où tous la voyaient comme à moitié folle...
A la voir évoluer ainsi au milieu des magazines en plein coeur de la gare, rien n'y parassait, et pourtant. Sa mère se sentait probablement terriblement seule quand Luthiel partait...
La jeune femme en était là dans ses réflexions lorsque, soudain, un homme apparut dans son champ de vision. Il était très bien habillé, sophistiqué même. Il avait les cheveux courts, savamment ordonnés, mais pas d'une manière sévère, au contraire. Il avait aussi un sourire avenant, poli, mais pas franc. En fait, il semblait savoir parfaitement dissimuler ses émotions. Il fallait donc se montrer prudente envers lui...
Il prit la parole en premier et sembla satisfiait de son effet. Si Luthiel avait un défaut c'était bien celui de ne pas savoir cacher ses émotions pour le coup. Tout se lisait sur son visage. Ainsi passa la surprise (puisqu'il connaissait son nom et son engagement), puis l'interrogation. Elle se laissa une minute pour se reprendre avant de répondre, laissée nettement moins froide que ce qu'elle aurait voulu par le sourire de l'inconnu...

_ Qui êtes-vous ?

Elle avait cherché quelque chose de plus distingué, de moins direct, mais finalement elle alla à l'essentiel, comme toujours. Après tout, pourquoi tourner autour du pot ?
En réalité, elle redoutait qu'il fut journaliste et qu'il vienne pour donner dans le sensationnel, en receuillant les propos de la petite écervelée qui avait causé un incident majeur au ministère au nom d'un mouvement qui recrutait presque au berceau des militants idiots.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30 Lun 24 Sep - 18:26
Il ne la regardait pas. Il n'en avait pas besoin. Elle ne représentait pas une menace, bien au contraire. Ce n'était pas le cas des éventuels membres du ministère. Certes ils approchaient peu des moldus, mais ce n'était pas en manquant de prudence qu'on faisait du Mouvement d'Ouverture un mouvement durable.

Un trio de jeunes gens manifestaient bruyemment le plaisir de se revoir après ces trois mois de vacances. Ils étaient habillés de manière extravagante, coiffés de multiples couleurs plus ou moins naturelles, et tirait des valises à roulettes. Pour la plupart des gens de la gare, c'était juste des ados un peu allumés. Pour Ludovic, ils étaient bien plus. Des sorciers allant à Poudlard, bien mieux dissimulés dans la population que la grande majorité des adultes, mais des sorciers quand même.

Toujours sans tourné le regard vers la jeune fille, qui devait probablement se poser énormément de questions, il baissa la tête et commença ce pourquoi il était venut.

Tout d'abord, répondre à l'enfant.

L'important n'est pas qui je suis, mais ce que je suis.

Enfin... Montrer qu'on n'a pas ignoré sa question surtout.

Sa main disparut dans sa manche. Un peu plus loin, il avait vu un visage qu'il connaissait bien. Un membre du ministère. Son sourire disparu quelques instants. L'homme était accompagné de sa fille. Leurs tenus était un savant mélange de orange, de rose et de turquoise. Ils étaient aussi discret qu'un troupeau de mouton le serait devant la mairie de Dublin...

Ludovic se retourna vers la jeune fille et retrouva son sourire manipulateur. L'homme s'occupait de la rentrée. Comme tous les parents de jeunes sorciers du ministère.

Je vais commencer par ce que je ne suis pas. Je ne suis pas un membre du gouvernement, je ne suis pas un journaliste, et je suis encore moins de ceux qui croient en la supériorité des gens tels que nous.

Il jeta un oeil vers la mère de l'adolescente. Il savait d'instinct qu'il y avait certaines choses qu'il devait dire en l'absence d'une mère aimante, aussi extravagante soit-elle.

Le tenancier du café haussa le ton. Deux touristes français faisaient des histoires, apparement, leur café était trop froid. Ils avaient un don pour se plaindre. Pas étonnant que l'ours grognon qui lui servait de frère avait sut apprécier la France.

Par contre, je peux être au choix, un messager ou un guide, à moins que l'ont me voit comme un simple homme, rêvant que différence et supériorité ne soient plus des synonymes...

Je peux m'assoir ?


La jeune fille avait été assez vive pour entrer dans les bâtiments du ministère et y causer un beau chaos. Nul doute qu'elle comprendrait l'affiliation et le sujet que voulait aborder le plus jeune des frères Ó Tuathail.

Luthiel Haldir tenait son avenir entre ses jeunes mains.


Dernière édition par Ludovic A. Ó Tuathail le Mer 26 Sep - 10:22, édité 1 fois

avatar

Messages : 178

Rappeltou
Statut de Sang : Né-moldu
Baguette: Crin de licorne, bois de chêne blanc, 23cm

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30 Mar 25 Sep - 23:20
Luthiel était prudemment sur ses gardes. Du coin de l'oeil, elle surveillait sa mère qui se tenait toujours à l'écart puis fixait l'inconnue avec un applomb simulé. En apparence, elle l'espérait du moins, elle était calme et à peine curieuse. Méfiante mais sans outre mesure. Curieuse mais presqu'indifférente. Elle refusait à l'inconnu l'avantage de l'avoir destabilisée.
Enfin, ça, c'est en théorie hein ? En réalité, elle torsadait nerveusement ses doigts autour de sa serviette tandis que ceux de sa seconde main pianottaient sur la table. Un grand bruit attira l'attention de l'étranger qui, lui aussi, semblait sur ses gardes. Mais il le faisait avec plus de naturel. Si on les observait de loin, on l'aurait cru parfaitement à l'aise tandis qu'on aurait pu se demander quelle mouche avait piqué la jeune femme. D'ailleurs, l'inconnu lui sourit comme si cela avait pu suffir à la détendre un peu.
Il commença par une phrase énigmatique, amorçant un début de réponse mais sans répondre véritablement. L'instant d'après, l'inconnu guettait le passage d'un homme, accompagné de son enfant. Il ne se détendit que peu après. Décidément, ce type avait des allures d'espions. De ceux qu'on voit dans les films moldus... Malgré elle, et en dépit du sérieux de la situation, Luthiel repensa au troisième volet des films de Jason Bourne, tourné dans cette même gare de King's Cross, des décennies auparavant. Sauf que le civil dans l'histoire finissait avec une balle dans la tête...
Revenant aux moutons actuels, Luthiel écouta la suite du petit discours prétendant que l'inconnu n'était pas membre du ministère ni un journaliste attiré par les récents évènements. L'adolescente ne sut pas trop quoi penser. Le fait qu'il se sente obligé de préciser relevait-il d'une tactique ou de la réalité ? Etait-il précisément ce qu'il prétendait ne pas être ou précisait-il simplement ce qu'il n'est véritablement pas ?
Tout ceci la dépassait complètement... En tous les cas, l'allusion au Mouvement d'Ouverture était limpide et elle ne passa pas à côté. Mais le fait qu'elle n'ait jamais entendu parler de lui, et qu'il ne lui ait pas donné son nom, l'incitait à la prudence. Mais cela pouvait également prouver son authenticité. Luthiel savait que les fervents défenseurs du Mouvement étaient surveillés...
Il poursuivit son laïus comme s'il était nécessaire qu'elle saisisse de quoi il pouvait parler ce qui était déjà fait. Puis il demanda la permission de prendre place. Luthiel regarda à nouveau sa mère de loin avant de répondre. S'il était une chose qu'elle voulait faire, c'était laisser sa moldue maternelle en dehors de tout cela. Pour la protéger tout d'abord, mais surtout parce qu'elle ne pouvait pas comprendre. Cela la dépassait totalement.

_ Je vous en prie, lança-t-elle poliment.

Tandis qu'il prenait place, elle jaugea l'inconnu du regard. Son petit sourire n'y changeait rien, elle n'était pas prête de lui faire confiance, mais pas de raison non plus de le jeter de but en blanc. Croisant les bras, déterminée, elle se recula contre le dossier de sa chaise et haussa un sourcil. Elle prit toutefois soin de parler le plus doucement possible.

_ Alors, je suis censée croire sur parole que vous êtes envoyé par le Mouvement pour prendre contact avec moi et non pas que vous êtes ce que vous prétendez ne pas être...

Bon, c'était pas aussi clair que ce qu'elle aurait voulu. D'ailleurs, ça gâchait un peu son effet (ou l'effet qu'elle pensait avoir, jeune candide). Elle tenta de retrouver de l'applombe pour poursuivre.

_ Et puis-je savoir ce que vous êtes censé me dire ? Si vous affirmez que je dois me calmer et ne plus faire parler de moi parce que je désserre le mouvement, c'est que vous manquez d'informations. Je n'ai rien fait de mal. Je défends mes convictions, et ce n'est pas un éventuel envoyé du ministère qui m'impressionnera...

Bon, le fait qu'ils soient dans un lieu public et qu'elle parte, une heure plus tard, pour une école ultra-sécurisée y était également pour quelque chose. Mais elle ne l'avouerait pas. Pas volontairement en tous les cas. Mais il était assez facilement visible qu'elle était loin d'avoir l'assurance qu'elle prétendait afficher. Elle avait du courage et de la fierté. Mais elle manquait encore de pratique en matière de dissimulation de sentiments.
De clarté dans le discours également.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30 Mar 2 Oct - 10:30
Elle était agressive, et se plaçait sur la défensive. Il était presque tenté d'éclaté de rire. C'était fou ce que l'être humain pouvait révélé son malaise lorsqu'il cherchait le plus à le dissimuler. Pourquoi souligner que l'on n'avait pas peur avec autant de violence, si ce n'est pour se persuader soit même ?

La petite voulait jouer aux grandes. Il jouerait avec elle.

La serveuse s'arrêta lorsqu'il lui fit signe. Il lui dit quelques mots à l'oreille. Au fond de la pièce, deux jeunes gens à peines plus jeune que lui venaient d'allumer en douce des cigarettes. Il détestait ça. Bien sûr, il leur fut gentiement demander d'éteindre leurs clous de cercueils, et bien sûr ils se plaignirent.

Il planta son regard perçant dans les yeux de Luthiel. Il avait ce genre de regard très déconcertant pour autrui. Ce genre de regard qui donnait l'impression que l'on voyait au travers de vous. Un regard qui avait le pouvoir de délier les langues bien plus efficacement que beaucoup de produits et de sorts.

Je n'ai jamais dit que je venais vous reprocher vos actes. Manifestement, vous êtes déjà au courant que ce que vous avez fait n'est pas autant au services de vos convictions que ce que vous l'espériez...


Et oui, Ludovic, pour le pratiquer depuis qu'il était en âge de saisir les nuances de la langue, savait décripter parfaitement l'art du sous-entendu.

Son sourire s'agrandissait au fur et à mesure que le temps passait. Il prenait son temps pour parler, laissant parfois plusieurs dizaines de secondes de pause entre ses prises de paroles. Il avait la matiné de libre, il pouvait bien prendre le temps de s'amuser un peu.

Sans quitté du regard la jeune fille, il prit même le temps d'écouter un bout de conversation entre un couple de sorciers qui passaient. Ils parlaient du dernier coup du traficant qui défiait le ministère sans se faire prendre depuis quelques années. Les pauvres, s'ils savaient que l'homme dont ils parlaient était à quelques mètres d'eux. Et qu'il y avait de forte chances que se soit son frère qui ai écrit l'article sur lui...

La gamine avait assez attendu.

Comme je vous l'ai déjà dit, je ne suis qu'un guide potentiel. Vous êtes jeune, trop pour prétendre comprendre les manipulations politiques et la finesse nécessaire pour mener à bien une mission telle que celle du mouvement. La plupart de ses membres en sont incapables.

Je vous laisse le choix, soit abandonner votre mère à son sort, et laisser les personnes qui comprennent mener seules à bien la tâche de la défendre, soit choisir un mentor de confiance, qui vous mènera jusqu'à un niveau où vous pourrez réellement changer les choses.


Il se recula en arrière et fit un signe de la main, faisant clairement comprendre à la jeune fille que la décision lui revenait. Le choix n'en était pas vraiment un, elle lui avait déjà donné sa réponse, même si elle même ne s'en était pas rendut compte.

Après tout, que pouvait une adolescente contre un homme que même les meilleurs enquêteur du ministère n'arrivaient pas piéger ?

avatar

Messages : 178

Rappeltou
Statut de Sang : Né-moldu
Baguette: Crin de licorne, bois de chêne blanc, 23cm

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30 Jeu 4 Oct - 11:19
L'homme semblait attentif à tout ce qui l'entourait. Il halpagua la serveuse au moment précis où elle passait à côté de lui puis il remit en place deux jeunes fumeurs qui se tenaient pourtant à plusieurs mètres. Déjà tout à l'heure, il avait remarqué des détails qui lui passaient totalement au dessus. Bref, ce n'était pas un amateur. Mais pour quel camp...
Ses pensées furent stoppées net quand il planta son regard dans le sien. L'intensité de ses yeux la mit mal à l'aise, elle se sentit littéralement mise à nue, pire que si elle l'avait physiquement été. C'est idiot ce qu'elle pensa, mais réaliste et illustré. Ensuite, il lui lança une gifle virtuelle qu'elle se mangea en pleine figure. Sous ses airs de "je ne dis rien mais je le dis quand même" il adoptait précisément l'attitude d'un envoyé du ministère. Mais Luthiel commençait à se demander pourquoi le mininstère s'amuserait à jouer à ce petit jeu avec elle.
Il était évident qu'elle n'avait aucune importance au sein du mouvement tout comme elle ne savait rien ou presque de ses membres. La preuve, elle s'était retrouvée bêtement dans une émeute qu'elle avait, un peu, provoqué. Elle n'aurait jamais commis pareille bourde si elle avait été importante pour le mouvement.
Et puis, à en juger le mépris que lui avait servi l'employé du ministère qu'elle avait vu, il était évident qu'on ne la prenait pas au sérieux. Cela l'agaçait en un sens, mais d'un autre côté c'était logique. Qui était-elle donc pour ces prétentieux sorciers imbus de leurs personnes et persuadés de détenir la vérité absolue ? Elle, pauvre petite sang-mêlée, fille de moldue, pas plus brillante que ça en étude. Pas mauvaise hein. Mais dans la moyenne. Somme toute, il était inconcevable que le ministère perde son temps avec elle.
Mais alors qui était-il ce grand donneur de leçon qui semblait s'amuser de la faire languir ? Un psychopathe en mal de sensations ? Un journaliste qui tentait de s'infiltrer dans le mouvement ? Non, il ne s'y prendrait pas comme ça... Un journaliste à scandale, oui, peut-être. Mais pourquoi maintenant ? Ca faisait deux semaines depuis les émeutes, elle n'intéressait plus personne si tant est qu'elle ait jamais intéressé quelqu'un. Son nom avait bien été lâché par les journaux mais personne n'avait fait grand cas de sa personne.
Qui alors ? Un membre du mouvement ? Mais pourquoi ?
Il daigna finalement reprendre.
Bon ce fut toujours aussi abtrait et cassant, soulignant sa jeunesse comme une tarre quasi génétique, nuançant néanmoins en disant que l'incompréhension n'était pas l'adage de l'adolescence mais presque de l'ensemble des membres. Quelle haute opinion de ses congénères s'il était bien ce qu'il prétendait !
Prétentieux le beau gosse, hein ? Il faudrait songer à le remettre un peu à sa place... D'ailleurs, il lui tendit une telle perche qu'elle ne put l'ignorer et fut satisfaite de ne pas simplement tomber dans son piège en s'emportant pour lui assurer que, non, elle n'en resterait pas ainsi. Au lieu de quoi, elle patienta à son tour, essayant de soutenir son regard. Elle y parvint une bonne minute trente au moins. Puis elle consulta sa montre. Il ne fallait pas non plus manquer son train. Encore heureux que, dans l'histoire, sa mère se fut passionnée pour le buraliste avec qui elle discutait vivement. Sa pauvre mère qui vivait dans l'isolement 90% du temps...

_ Ne me faites pas l'insulte de croire que je n'ai pas déjà prouvé mon engagement, rétorqua-t-elle donc. Si vous êtes ici, c'est que vous me savez acquise à la cause. Alors que me voulez-vous ? Vous avez souligné le fait que je suis impulsive et visiblement trop stupide pour comprendre les choses... En quoi puis-je donc vous être utile ?

Bien envoyé. D'ailleurs, elle était contente d'elle mais ne l'afficha absolument pas. Elle resta de marbre, sérieuse et un peu hautaine à son tour. S'il la méprisait, elle pouvait en faire tout autant de ses soit-disants conseils et le sortir de son rôle de mentor-sauveur-sans-le-cheval-blanc. Faut pas exagérer non plus !
Puis, elle se décida à tenter un coup de poker. Elle n'avait rien à perdre après tout. Adoptant une voix plus douce, elle fit mine de se moquer un peu de lui, lui dévoilant ce qu'elle pensait être son secret. Elle n'était pas blessante, simplement déterminée à lui montrer qu'elle en avait plus dans la cervelle que ce qu'il croyait.

_ Ah moins bien-sûr que le Mouvement ait besoin de quelqu'un à Poudlard pour récolter des infos ou ce genre de choses. Là, vous seriez bel et bien contraints de vous tourner vers ce que vous avez et, visiblement, vous n'avez que moi. Dans ce cas, je deviendrais un peu plus que la petite écervelée qui s'est faite piétinner dans le hall du ministère.

S'avançant un peu, comme pour lui confier une confidence, elle le regarda toujours droit dans les yeux et baissa un peu la voix.

_ Alors monsieur dont je ne sais pas le nom, je suis loin de la vérité ou j'ai un peu plus d'esprit que vous ne pouvez le concevoir ?

Elle attendit quelques instants puis reprit place au fond de son siège. Définitivement fière d'elle pour le coup !

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30 Mer 24 Oct - 16:09
L'horloge de la gare aprochait de l'heure fatidique qui annoncerait le départ des jeunes sorciers pour l'école la plus connue de Grande Bretagne. Il y avait de plus en plus de chouettes, de rats et de crapauds en cage dans les bagages de la population de la gare. Encore du travail potentiel pour les Oubliators...

L'irlandais s'amusait. La petite se croyait unique. C'était pour cela qu'il avait choisit de se tourner vers une griffondor. Ils se plaisaient tellement à imaginer que le monde dépendait de leurs actes. Un peu comme les serpentards d'ailleurs.

Quelle magnifique ironie. Les frères ennemis de Poudlard : Gryffondor et Serpentard recherchait des personnes si semblables. L'histoire avait décidément un sens de l'humour bien particulier.

Un pigeon sans doute perdu se posa à côté de Ludovic. Au Moyen-âge, les pigeons étaient porteurs de messages. Durant l'antiquité, ils annonçaient l'imminence d'un message divin. Au présent, ils étaient les principaux messagers des employés du Trèfle à Cinq Feuille. Ils étaient bien moins surveillés que les chouettes...

Quelqu'un capable de risquer son avenir au nom des droits d'autrui ne peut pas être dépourvu d'esprit. Au contraire... Et je désespère bien trop de l'omniprésence de l'idiotie dans les rangs des combattants de l'égalité pour aller chercher quelqu'un que je n'estime pas comme digne de louanges, intellectuellement parlant bien sûr.


Un coup d'oeil à la mère Haldir indiqua qu'elle avait finit sa discussion avec le buraliste. Il était temps de laisser l'adolescente retourner à se vie normale. Il avait tant de travail, et si peu de temps.

Le traficant sortit de sa poche un morceau de papier sur lequel était écrit une simple adresse, celle d'une petite maison de la banlieue Londonnienne.

Il se releva.

Comme vous l'avez deviné, votre utilité dans le Mouvement sera de lui offrir vos yeux et vos oreilles dans ce que le Ministère croit être son plus impénétrable donjon. En temps et en heure, vous pourrez faire bien plus, mais agir trop tôt de manière trop violente nous desservirait plus qu'autre chose.

La mère avait finit de payer, et se redirigeait vers sa fille. Il ne tenait pas à avoir à parler à la dame. Qui plus est la petite risquait des ennuies plus qu'autre choses. Les parents étaient imprévisible dès lors qu'ils se voyaient impliqués dans des affaires concernant leurs enfants.

Il déposa le papier sur la table.

Le choix vous appartient de faire ce que vous croyez juste, mais si jamais vous décidez de nous aider, envoyez les informations que vous pourrez obtenir sur les actions liés à nos affaires à Poudlard, ou posez les questions que vous aurez en envoyant une lettre à cette adresse par hiboux.

Je saurais vous joindre pour vous répondre ou vous remercier.


Il ne risquait rien. Cette adresse était celle d'une petite famille moldue qui n'avait absolument aucun lien avec le réseau. Par contre la jardinière de cette famille était une cracmole, et accessoirement, une fervente partisanne de la cause du Mouvement d'Ouverture, qui saurait faire passer les lettres à la main gauche de Mathilde.

Il se retourna, et fit un pas, avant de s'arrêter pour se retourner.

Oh, et j'oubliais, si jamais un membre du Mouvement vous posait la question. Vous êtes sous la protection de Alexander Caponoci, au vu de ma position dans la hiérarchie, cela vous servira de passe droit pour 90% de ce que vous aurez besoin de faire.

Il ne se moquait pas d'elle. Ce nom d'emprunt qu'il utilisait énormément dans l'organisation avait une réputation en or. Mathilde l'aidait énormément en l'utilisant beaucoup lorsqu'elle parlait de ses missions aux autres membres.

Il s'éloigna de la jeune fille.

Sa mère arrivait.

Il avait plus ou moins répondu à la plupart des questions qu'avait posé la jeune fille durant leur brève conversation. Il fit également volontairement en sorte de rester visible dans la gare, au cas où la petite décide de le suivre pour lui poser d'autres questions.

L'employé du ministère le regarda passer devant lui avec une arrogance certaine. Il le voyait comme un vulgaire moldu.

Pauvre homme...

avatar

Messages : 178

Rappeltou
Statut de Sang : Né-moldu
Baguette: Crin de licorne, bois de chêne blanc, 23cm

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30 Mar 6 Nov - 13:46
Luthiel ne s'attendait pas à un compliment direct. Elle s'attendait à quelque pirouette pour ne rien dire de positif sur elle, ou uniquement par le biais d'un sous-entendu alambiqué. Mais non.
Sa formulation la tarauda pourtant. Pourquoi s'était-il senti obligé de préciser qu'elle ne méritait que des louanges intellectuelles ? Etait-elle donc si laide qu'il fallait nécessairement le dire à voix haute pour conjurer le mauvais sort que serait toute interprétation érronée ? Ou voulait-il bien insister sur le fait, qu'au vu de son âge, elle ne méritait aucun autre intérêt que celui qu'elle pouvait apporter au Mouvement ?
Et pourquoi se posait-elle toutes ses questions ? C'est pas comme s'il y avait la moindre possibilités qu'il se passe quelque chose entre eux et que du coup elle souhaite savoir ce qu'il voulait sous-entendre pour comprendre ce qu'il voulait véritablement dire et surtout ne pas dire...
(oui, je sais, cette phrase est horriblement longue).
Luthiel n'avait pas encore eu le temps d'y penser mais elle le ferait malgré elle tôt ou tard. Et si son engagement pour le Mouvement marquait le début d'une nouvelle aventure, pas uniquement politique. Pas besoin d'y croire vraiment, elle apprendrait à lire dans son regard, il serait le dernier des remparts, serait-ce le début ?
(il faut que l'auteur arrête d'écouter des chansons de Disney en écrivant).
Bon, pour en revenir à nos moutons rouquins et bruns, la jeune femme fut perturbée par la réponse et ne dit rien. D'ailleurs, l'instant d'après, l'étrange attira son attention sur sa mère qui avait fini. Luthiel l'avait presque oubliée tiens. Fille indigne ! Un beau jeune homme passe et voilà le résultat... Heureusement pour tout le monde, il était nettement plus sérieux et attentif qu'elle. En effet, Luthiel voyait mal comment présenter quelqu'un dont elle ne connaissait pas le nom à sa mère sans lui dire la véritable raison de leur rencontre pour la protéger.
Et puis, connaissant sa mère, elle n'arrêterait plus de l'interroger à propos du bel étranger. Peut-être s'inquièterait-elle vaguement de leur différence d'âge. En tous les cas, Luthiel n'aurait pas fini d'en entendre parler ce qui serait quelque peu gênant au vu de la raison de leurs relations. Ils seraient alors forcés de prétendre à quelque aventure pour justifier leurs rencontres, cela asurerait une converture idéale. Et, qui sait ? Une chose en entraînant une autre...
Retour à la réalité et Luthiel avait manqué le début de la phrase de son interlocuteur. Elle déduit qu'il voulait simplement qu'elle espionne Poudlard, ce qu'elle avait déjà deviné, et qu'il s'en contenterait pour l'instant. Il la mit en garde contre les dangers de trop d'imprudences. Elle ne put que convenir avec lui qu'il avait raison tout en s'emballant déjà sur le " en temps et en heures vous pourrez faire bien plus". Bien plus !
Elle aquiescça vivement et suivit à nouveau son regard vers sa mère. Pour l'une des rares fois dans sa vie, Luthiel se trouva agacée de la présence de cette dernière. L'inconnu se dépêcha de terminer. Sans hésiter, elle prit donc le papier, le fourrant dans une de ses poches en resistant péniblement à la tentation de le lire immédiatement. Son coeur battait la chamade, même si elle était parfaitement consciente que cela n'avait rien à voir avec un jeune homme moldu vous donnant son numéro. Mais tout de même, elle pourrait le contacter. C'était déjà énorme ! Il allait partir, elle allait dire quelque chose, mais il se retourna et ajouta une précision sur le fait qu'elle était sous la protection d'un certain Alexander Caponoci. Elle répéta plusieurs fois le nom pour le mémoriser, le mouvement pouvait se voir sur ses lèvres même si aucun son ne les franchit. Elle comprit sans savoir comment qu'il ne s'agissait pas de son véritable nom mais peu lui importait. Elle comprenait également qu'il faille assurer sa protection par tous les moyens.
Elle allait lui demander son véritable prénom ou à quelle fréquence elle devait livrer les informations. Accessoirement aussi, quelles informations il désirait, mais il avait déjà disparu. L'instant d'après sa mère arriva et lui demanda qui était le jeune homme avait qui elle avait parlé et qui était parti si vite.

_ C'est rien maman, répondit la jeune femme d'un ton faussement las. Un touriste italien qui s'était perdu. J'ai pas bien compris ce qu'il voulait d'ailleurs.

_ C'est vrai que ton italien laisse à désirer, souligna sa mère en consultant sa montre. Oh ! Nous devons y aller, sinon nous allons être en retard. Il ne faut surtout pas que tu manques ton train.

_ Je n'ai jamais fait d'italien maman, souligna Luthiel en rassemblant ses affaires, sans pouvoir s'empêcher de chercher son interlocuteur du regard.

Mais il avait disparu depuis longtemps.

_ Et oui, il ne faut surtout pas que je manque ce train.

Surprise de la détermination de sa fille, la mère de Luthiel eut un temps d'arrêt avant de la suivre. Décidément, elle ne parviendrait jamais à comprendre tout ce qui tournait dans la tête d'adolescente de sa fille. Mais peu importait, c'était simple curiosité. Elle lui faisait totalement confiance.

________________________





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30

Une rencontre inattendue [Pv. Ludovic] Le 1er septembre à 9h30

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Londres :: Gare de King's Cross-