AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Beuglantes & Mots Doux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Beuglantes & Mots Doux Mar 25 Sep - 18:52
La plume crisse sur le parchemin, au rythme auquel le poignet s'anime. Et il s'anime rageusement, pour dessiner les courbes d'encre. C'est que Séraphine a fort à dire. Séraphine n'est pas contente. Et Séraphine le fait savoir. En même temps, elle était incapable de garder les choses de ce genre pour elle bien longtemps. Et elle avait ruminé pendant plus de vingt quatre heures, avant d'envoyer sa colère par courrier, pour réfléchir à ses mots, et tout, et tout. Une grande première !
C'est qu'elle avait conscience de l'enjeu... Et de la personne à qui elle l'envoyait.

Elle ferme l'enveloppe soigneusement, la scelle, et l'ensorcèle d'un coup de baguette. L'enveloppe passe directement du blanc au rouge vif, comme le papier de la lettre à l'intérieur. Une Beuglante. Vous savez, ce sort qui fait parler les lettres... Et fait retentir la voix de son expéditeur au centuple.
Vous voyez la voix de Séraphine en colère, qui s'égosille ? Et bien je vous laisse imaginer ce que les oreilles de Nioclàs vont subir... Car oui, c'est bien vers lui que le Hibou Grand Duc de l'école se dirige à tire-d'aile, alors que la lumière du soleil décline lentement.
Il sera vite en Irlande, la jeune fille en est convaincue alors qu'elle l'observe s'éloigner, les poings campés sur les hanches. Grmbl. Idiot.


« Poudlard,
Le 7 Septembre 
Saint Nioclàs !

Tu as intérêt à t'expliquer. Et plus vite que ça.
C'était quoi, cette idée d'aller à Edimbourg ? D'aller dans ma famille ? Sans m'en parler ?
Non mais qu'est-ce qui t'a pris ? Où as-tu été fouiner pour savoir où ils habitaient ? Qu'as-tu été déterré de ma vie sans même daigner me consulter !
Bordel de merde de troll ! Qu'est-ce qui est passé par ton cerveau de Leprechaun au juste ?! J'ai reçu un courrier de mon frère, qui m'a dit que tu avais été jusqu'à les menacer ! Non mais sérieusement, de quoi j'me mêle ? Je suis bien assez grande pour régler ces problèmes par moi-même ! Ils appartiennent à un passé que tu n'avais pas à déterrer comme tu l'as fait ! Comme tu n'avais pas à aller y fouiner ! Amadàn !
Ne t'avise plus jamais de t'immiscer ainsi dans ma vie, Nioclàs. Fouille la merde dans ton boulot si tu veux, mais garde ça pour ton travail. Je ne suis pas une de ces personnalités dont tu peux déterrer la vie à tout va !

N'oublie pas de nettoyer tes poils,
Raph'. »


Ah ça, rien qu'à écouter la lettre, on voyait clairement la petite écossaise avec son visage furieux, tapant du pied sur le sol, s'agitant en tous sens. Pauvre Irlandais... Que n'avait-il pas fait, en accueillant ce petit bout de femme sous son toit ?

________________________



Dernière édition par Séraphine E. Mistaken le Dim 16 Déc - 19:12, édité 2 fois

avatar

Messages : 324

Rappeltou
Statut de Sang : Sang Mêlé
Baguette: Bois de Sycomore, ventricule de coeur de dragon, 34,6cm, plutôt rigide

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Beuglantes & Mots Doux Ven 14 Déc - 1:13
« O'Toole ! Au boulot ! »
Hm ?
L’interpellé, en équilibre sur deux pieds de sa chaise, détourne le regard de la corbeille à papier qui lui sert de panier de Basketball pour observer le rédacteur en chef du Chicaneur qui vient de le reprendre à l'ordre. Il lance une dernière boulette de papier avant de laisser sa chaise retomber lourdement sur ses quatre pieds, et de se pencher sur le parchemin vierge étendu sur son bureau.
Il se souvient, maintenant, pourquoi il ne reste presque jamais dans les locaux du journal pour écrire ses articles. Chez lui, au moins, seul son chat vient le déranger. Sauf que depuis le départ de Séraphine, il évite de rester des heures dans sa maison résolument calme et silencieuse. Plus de parfum vanillé, plus de jurons, plus de popotin pour venir le déconcentrer. Non, il n'a que le silence, le vide, et un chat obèse un peu trop affectueux.
Alors depuis quelques jours, il prend la peine de rester au Chicaneur ou à la Gazette, selon le plus intéressé par les sujets d'actualité qu'il traite ; comme cette matinée de septembre, où il préfère lancer des boulettes de papier que de rédiger son papier.

Il trempe la pointe de sa plume dans son flacon d'encre et la place au dessus de la feuille, prêt à y inscrire les premiers mots, lorsqu'un hibou vient se poser devant lui pour lui confier une lettre.
Une lettre dans une enveloppe rouge.
Et sertie de l'écriture de sa douce écossaise.
Oho.
Problèmes en vue.

Nioclàs n'a que le temps de prendre l'enveloppe, sous les regards moqueurs de ses collègues qui ont eux aussi été attirés par l'arrivée du volatile, et de s'enfuir vers une pièce un peu moins peuplée où la missive explosera et déversera sa rage contre un pauvre Irlandais ébahi.
Les oreilles rouges de honte et de colère, Nioclàs encaisse le discours toutefois, grince des dents à chaque vulgarité, se permet un regard noir pour un collègue qui a le malheur de passer et de ricaner, jusqu'à ce que la voix s'éteigne enfin.

Bien. Déjà, il retrouve sa place à son bureau, ne se déconcentrant de son travail que pour rétorquer face à une moquerie déplacée d'un tel ou d'un autre. Son article terminé, il transplane aussitôt jusqu'à Kenmare pour s'emparer de son papier à lettre et rédiger sa réponse qu'il confie à Thor une fois le point final placé.


À Kenmare,
Le 7 Septembre 2021
Séraphine,

Je te serais gré, à l'avenir, de m'épargner l'humiliation des beuglantes. Je ne suis pas, au cas où cela t'échappe, un enfant que tu pourrais réprimander à tout va.

Je regrette que tu prennes si mal mon intervention.
Dès lors que tu t'es confiée à moi, j'ai considéré que chercher des informations complètes et précises ne relevait pas de l'indiscrétion, mais de la correction à ton égard. Aurais-tu préféré aborder avec moi ce sujet sensible ?
Je me suis rendu chez tes parents dans le but de faire retirer cet avis de recherche qui te cause, et par conséquent nous cause à tous deux, des problèmes dès que tu mets un pied à l'étranger. Je te ferai par ailleurs remarquer que si tu étais assez grande pour régler toi-même tes problèmes, ce n'aurait pas été avec moi que tu aurais passé tes vacances d'été.

Quoi qu'il en soit, ta colère est tant injustifiée qu'excessive, et je suis blessé que tu compares ma démarche à celle que j'aurais eu avec une des personnalités dont je dénonce les actes. Si je me suis confronté à ta famille, ce n'était que dans le but de te faciliter la vie, et je n'ai, en aucun cas, à subir tes reproches. Je suis désolé que tu prennes mal les choses ; il est toutefois trop tard pour t'emporter de la sorte puisque cela ne changera pas ce qui a été fait.
Je suis, par ailleurs, heureux que ton frère ait eu cette démarche ; au moins cela prouve-t-il qu'il y a un être doté d'humanité dans ce foyer.

Au delà de cette contrariété, j'espère, ma Tendresse, que tu te portes bien et que ta rentrée s'est faite sans heurt. Ta beuglante aura un peu rompu l'ennui de ma journée. Les heures se traînent en ton absence.

N'oublie pas de manger correctement,
NT


Le nom et l'adresse de la destinataire sont soigneusement tracés sur l'enveloppe, et l'Irlandais laisse son hibou disparaître à l'horizon, avant de repartir à ses occupations pour oublier dans le travail l'absence de la jeune Écossaise.

________________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Nioclàs Ó Tuathail le Sam 12 Jan - 19:13, édité 1 fois

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Beuglantes & Mots Doux Mar 18 Déc - 13:42
L'arrivée du courrier de bon matin. Séraphine a l'air d'une humeur tout à fait maussade quand les hiboux arrivent. Jus de citrouille sous le nez, elle dédaigne café, chocolat, thé, croissants, oeufs au bacon et tout ce qui peut ressemble de près ou de loin à de la nourriture. Il advient qu'aujourd'hui, comme souvent, elle n'a pas faim. Et seul le jus de fruit peut passer la délicate barrière de ses lèvres dans un sens sans avoir à repasser dans l'autre.
Grognant et grommelant dès qu'on l'approche, ayant apparemment décidé d'être d'une compagnie tout particulièrement mauvaise en cette belle journée de septembre. Et ce n'est pas prêt de s'arranger, puisqu'un hibou tout aussi maussade qu'elle s'approche et vient atterrir sur la table, au milieu des autres.
L'adolescente sent le regard écarquillé de Siobhan se poser sur elle ; oui, elle recevait du courrier. Non, ce n'était pas habituel. Oui, ce hibou avait l'air d'une mauvaise humeur toute particulière. Mais non, Séraphine n'attrape pas une lettre sertie d'un timbre, et l'adresse semble avoir été tracée à la plume. Oho. Voici qui sortait de la coutume. Mais son amie ne lui laisse pas trop le temps de s'interroger. Elle verse un peu de jus de citrouille dans une coupelle, laisse Thor grignoter ce qui aurait du être son petit déjeuner et défait rapidement le cachet avant de parcourir la missive d'un regard aussi aiguisé qu'assassin.
Ainsi, il osait répondre.
Il osait se défendre.
Il osait lui faire des reproches. Et l'accuser de le traiter comme un enfant.
Autant dire que Séraphine ne voit même plus rouge à ce stade de la lecture. Ses joues se colorent et, sans un mot, laissant Thor finir son repas et repartir, elle se lève d'un coup, abandonnant jusqu'à son jus de citrouille. Siobhan tente bien de l'apostropher, en vain. La vipère écossaise ne répond pas et s'en va à grandes enjambées – si tant est qu'on puisse qualifier ses enjambées de grandes, étant donné sa taille... – continuant de lire et relire l'écriture familière, appréciée et déclencheuse de fureur.

Et c'est ainsi qu'avant même le commencement de son cours suivant, elle prend le temps de griffonner quelque chose. Avant d'aller en cours, de déchirer son brouillon et de sauter le repas de midi – par pur esprit de contradiction, d'où il se permettait de lui dire de manger correctement ? Elle s'installe dans la salle commune pratiquement déserte, sort une de ses plumes, un parchemin, et se met à gratter rapidement, les lettres se formant gracieusement sous ses doigts.

« Poudlard,
le 08 Septembre 2021
Nioclàs,

Ce n'est pas une question de savoir si j'aurais préféré ou non aborder ce sujet. C'est question que tu t'es invité dans une partie de ma vie que j'avais enterré de manière définitive. Des problèmes ? Certes. Des problèmes qui ne poseront plus dès avril prochain. Plutôt que d'aller là-bas et de les menacer de la sorte, j'avais fait le choix de faire preuve de patience. Un choix que tu aurais au moins pu avoir la délicatesse de respecter, ours mal léché que tu es.
De la même façon, tu n'avais pas à aller chercher mon passé de cette manière. Ce n'est pas de la correction, c'est une putain de curiosité malsaine que tu n'as pu t'empêcher de satisfaire, et c'est en cela que je compare ta démarche avec celles que tu peux avoir dans ton travail.
Tu en es blessé ?
As-tu pensé une seule seconde l'effet qu'une telle intrusion pourrait avoir sur moi ? T'es-tu seulement posé la question, putain de merde de troll bouffeur de leprechauns ?!
Alors NON ni ma colère ni ma réaction ne sont excessives ! Et il n'y avait pas mieux qu'une putain de beuglante pour te faire comprendre ce que ça a pu me faire que de savoir que tu étais allé chez ces timbrés !
Rah ! Tu m'énerves !
OUI, ma rentrée s'est bien passée, puisque tu as l'air de t'en soucier.
OUI tu me manques.

Raph. »


On aurait pu s'en mal imaginer Séraphine grogner – ce qu'elle a fait sur son parchemin – hurler, s'agiter en tous sens et ponctuer le tout de cette phrase si courte, si frêle, avec si peu de force, mais qui exprimait à elle seule l'excès dans sa réaction et dans ses mots.
Oui, il lui manquait terriblement. Et ça la mettait d'une humeur absolument massacrante.

________________________


avatar

Messages : 324

Rappeltou
Statut de Sang : Sang Mêlé
Baguette: Bois de Sycomore, ventricule de coeur de dragon, 34,6cm, plutôt rigide

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Beuglantes & Mots Doux Sam 12 Jan - 22:55
Elle lui manque.
Mains dans les poches, Nioclàs remonte lentement le chemin, longe la Kenmare, passe sous le pont en ralentissant encore le pas, inconsciemment. Il n’a pas tout de suite eu le réflexe de suivre ce rituel. D’abord, en sortant du travail, il transplanait devant chez lui. Et puis, la réception d’une lettre est venue raviver le manque provoqué par l’absence. Cette lettre n’a pas fait suite à un réel échange. Une réponse, puis une autre, et les deux amoureux, aussi peu bavards l’un que l’autre, ce sont limités à un échange de mots courts, une boîte de pâtisseries, pour se donner un rendez-vous, le week-end dernier, et profiter de retrouvailles plus qu’attendues.
Ils n’ont pourtant été séparés qu’une malheureuse semaine. Une broutille, quand on y pense. Surtout que chacun, de son côté, a été fort occupé ; une éternité, aux yeux de deux personnes dont les sentiments passent avant tout par le contact et la présence physique. Qu’ont-ils, désormais ? Quelques morceaux de papiers, imprégnés de l’odeur de l’autre, imprimés de l’encre tracée par sa main.
Les enjambées de l’Irlandais s’allongent lorsqu’il remonte sa rue. Il est subitement pressé d’être rentré, pressé de s’installer à son bureau, de se saisir de sa plume et d’écrire, même des mots insensés, dans l’unique but d’avoir une réponse, de savoir que le temps de la rédaction, il aura occupé un peu du temps et des pensées de l’adolescent bien trop loin à son goût.

Il claque la porte derrière lui, lève le pied juste à temps pour ne pas trébucher sur White, et file sans tarder vers son bureau, en même temps qu'une idée germe dans son esprit.


À Kenmare,
Le 14 Septembre 2021
Tendresse,

Nous n’avons guère pris le temps de discuter, samedi, je suppose que le mieux pour avoir de tes nouvelles reste encore de t’écrire.

Comme tu as éludé le sujet, je serais curieux de savoir ce qui est arrivé à tes boucles d’ébènes. Le blond lumineux n’entache en rien tes charmes, mais j’ai cru comprendre que ce changement de couleur n’était pas du fait de ta volonté. Aurais-tu donc de si bonnes relations avec tes camarades ? Ou cela relève-t-il seulement d’une erreur en cours ?
J’avoue que la seconde supposition me rassurerait ; je n’apprécie guère l’idée de te savoir dans un milieu hostile et hors d’atteinte. Pour ma part, je n’ai rien de particulier à rapporter. Peut-être as-tu aperçu quelques-uns de mes articles dans la Gazette, mais tu ne suis sans doute pas mes publications dans d’autres journaux sorciers. Je me permets donc de joindre à cette lettre la dernière critique littéraire que j’ai rédigée et le livre concerné.

J’espère que tu trouveras le temps de le lire en parallèle de ton travail scolaire, et que cette œuvre te plaira autant qu’elle m’a diverti.

Prends soin de toi,
N.T.


Soigneusement, Nioclàs empaquette l’ouvrage posé sur son bureau, glisse dans une enveloppe la lettre et l’article, et la scelle avant d’attacher la missive au colis et de rédiger dessus, à l’encre verte, le nom de la destinatrice. Il confie le courrier à Thor, en même temps que d’autres lettres qu’il doit remettre en urgence dans la nuit, puis laisse le rapace disparaître vers la Grande Bretagne, insatisfait de ce cours moment de rédaction qui n’a guère apaiser le vide qu’il ressent.

Elle lui manque.

________________________

Spoiler:
 

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Beuglantes & Mots Doux Lun 14 Jan - 18:15
La lettre trouve bien vite sa destinatrice, et Séraphine accueille le hibou presque à bras ouverts. D'un geste tendre, elle effleure le plumage et décroche la missive qui lui destinée, arrivée au petit déjeuner de ce mercredi matin. Elle pose le papier sur le côté, et s'occupe de l'animal avec application.
Un livre a été joint au courrier, remarque-t-elle. Mais elle reste silencieuse et attend que le rapace s'en aille pour se consacrer toute entière à la lecture.
Avec la séparation, lire un peu de son être, s'abreuver de son encre étaient des gestes devenus nécessaires. Pour communiquer également, puisque les quelques heures durant lesquelles ils pouvaient se retrouver étaient plus occupées à des échanges d'une affection débordante – n'est-ce pas – qu'à bavasser sur leurs vies respectives. Les mots, depuis leur dispute par lettres interposées, s'étaient enchaînés, succints, à l'image de ceux qui les écrivaient.
Si Séraphine ne fut pas spécialement surprise de voir le livre accompagner la missive pour lui permettre d'avoir de la lecture, elle le fut davantage de voir le papier attaché à ce dernier, ainsi que la longueur inhabituelle du courrier, écrit de la main de cet homme qui lui manquait. Écrit de sa main, et imprégné de son odeur. Elle ferme les yeux une seconde, imaginant ce grand ours installé à son bureau, laissant sa plume gratter le parchemin au rythme des mots qui lui venaient. Elle l'imagine grogner sur un terme inexact, elle l'imagine râler alors que la formulation ne lui sied guère.
Un sourire un peu rêveur ourle ses lèvres – et est suivi d'un coup de pied sous la table, Gibbins ayant trouvé que l'occasion était rêvée pour se moquer d'elle – et elle pose enfin ses yeux noisettes sur l'encre qui se déroule devant elle.
Ses yeux accrochent parfois plus une phrase qu'une autre, relisent un passage qui la touche ou l'attendrit, se détachent pour examiner la critique jointe ou l'ouvrage qu'elle vise. Pleine d'attention et de concentration, elle lit religieusement chaque mot, chaque expression, la grave dans sa mémoire, ne se laisse interrompre pour rien au monde.
Et quand tout s'achève, elle replie le tout, le glisse dans le livre qui ornera son chevet pour les prochains jours, range cela dans son sac, et se met en route pour sa journée de cours.

Ce ne sera que deux jours plus tard, alors qu'elle aura commencé à le livre et qu'elle aura pu réfléchir à un moyen de répondre convenablement, qu'elle s'installera dans sa salle commune pour rédiger. Vendredi soir, à la lueur des chandelles, dans la liesse d'une pièce où on savoure les prémices d'un week-end prometteur.
Prometteur, mais sans sortie à Pré-Au-Lard.
Vivement la semaine suivante.


« Poudlard,
le 17 Septembre 2021
Mon Moelleux,

L'incident étant arrivé peu de temps avant de te retrouver, le sujet était encore sensible à ce moment-là. Ce n'est ni plus ni mons que le résultat d'une bataille incessante qu'une Gryffondor s'acharne à mener contre ma personne. Rien de bien méchant s'il en est, puisque je travaille à une potion qui annulera les effets indésirables de ce mauvais tour. Tout devrait être revenu à la normale pour notre prochaine entrevue... Car si cela « n'entache pas mes charmes », cette blondeur n'est absolument pas à mon goût et j'ai à coeur de m'en débarrasser au plus vite.
Les relations que j'entretiens avec mes camarades ne sont pas toujours simples, mais tu ne l'ignores pas ; les Serpentards sont bien peu souvent appréciés des autres, et je ne fais exception à la règle. Un problème qui n'en est pas un, puisqu'ainsi je peux profiter pleinement de la tranquillité à laquelle j'aspire. Ne te fais pas de souci à ce sujet, les incidents sont rares et j'ai de quoi me défendre au besoin.
J'ai commencé à lire le roman que tu m'as joint dans ton précédent courrier, et pourrait sans doute te le rendre en mains propres le week-end prochain. L'année n'a pas encore abordé de rythme effréné, et, hormis dans une ou deux matières où il est toujours soutenu, j'ai encore du temps à consacrer au divertissement. Pari réussi pour ce livre-ci, en tout cas, qui me plait beaucoup, tant de par son style que de par le sujet traité. Après lecture de ta critique, j'étais assez curieuse, mais je me retrouve finalement bien dans ton choix. Je t'en dirai plus quand j'aurai terminé.

Take care,
Raph. »


Une lettre somme toute bateau, sans grande nouveauté, d'une adolescente explicitant ses mésaventures avec toute la mauvaise foi du monde – évidemment. Une lettre qui sera envoyée le soir-même, pour arriver le lendemain, sans que la jeune fille ne sache encore qu'elle enverrait un nouveau courrier le lendemain, accompagné de quelques photographies pour permettre au mâle de ne pas l'oublier et de.. passer le temps, dirons-nous.
Ceci dit, en cette belle soirée d'été, elle revient à la salle commune après être passée à la volière, d'un pas calme, pour aller s'endormir paisiblement, d'un sommeil serein et peuplé de doux rêves... Bien qu'un peu moites.

________________________


avatar

Messages : 324

Rappeltou
Statut de Sang : Sang Mêlé
Baguette: Bois de Sycomore, ventricule de coeur de dragon, 34,6cm, plutôt rigide

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Beuglantes & Mots Doux Sam 23 Fév - 16:45
Installé devant son café, Nioclàs écoute les nouvelles énoncées d’une voix qui se veut entraînante par la présentatrice radio, émergeant difficilement du sommeil.
Réveillé prématurément, sans doute par un rêve dont il n’a pas souvenir, il se laisse le temps de reconnecter ses neurones, l’esprit occupé par une adolescente aux boucles brunes dont le manque se fait plus pesant chaque jour.

Peut-être est-ce pour cela, qu’il a mal dormi, malgré l’excellente soirée passée avec ses compagnons de hurling. Quoi qu’il en soit, il décroche facilement de la voix de fond, en apercevant la chouette inconnue qui cogne son bec contre le carreau.
Il lui ouvre immédiatement et un sourire fend son visage quand il reconnaît l’écriture sur l’enveloppe. Il l’ouvre soigneusement, se réinstalle devant son café et parcourt les mots, calmement.
Voilà de quoi lui faire passer un bon samedi !

Pourtant, il reporte sa réponse, s’occupe en cette première journée de week-end, et ne prend sa plume que le lendemain, premier geste du dimanche matin, alors qu’il n’est encore vêtu que d’un boxer et d’une chemise. Il relit les mots tracés par la main de l’écossaise, s’amuse de sa mauvaise foi qu’il devine – parce que oui, il connait les Serpentards et sait qu’ils méritent souvent les attaques dirigées contre eux – et s’attèle alors à répondre.


À Kenmare,
Le dimanche 19 septembre 2021
Ma Tendresse,

Je suis ravi d’apprendre que l’ouvrage de plaît, et que tes problèmes ne sont que passagers. L’éloignement m’est assez pénible pour que je ne doive en plus m’inquiéter de ta sécurité dans les couloirs de Poudlard.

A propos de ta sécurité, j’ai entendu par mon frère qu’il avait fait la rencontre d’une blonde qui pourrait être, à ses dires, très à mon goût. Bouclée, les yeux noisettes, qu’il soupçonne de me connaître d’une façon ou d’une autre…
S’agirait-il, par hasard, de toi ?
Sais-tu qu’il est peu recommandé de fréquenter Ludovic ?
Il ne m’a pas confié ce pourquoi il est entré en contact avec des élèves, mais il avait l’air très content de lui. J’espère qu’il ne t’a pas entraînée dans une de ses magouilles douteuses. En tout cas, prends garde, il est la plus grande source d’ennuis que je connaisse.

Miss you.


Une missive courte, mais elle n’est qu’un prétexte pour garder un lien quelconque. Il ne l’envoie toutefois pas immédiatement, et prend le temps de se perdre en cuisine pour ajouter un colis de pâtisseries diverses, préparées avec amour – et magie pour aller plus vite – qu’il confie ensuite à Thor.

________________________

Spoiler:
 




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Beuglantes & Mots Doux

Beuglantes & Mots Doux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Pré-Au-Lard :: La Poste-