AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


♪ Auprès de ma blonde ♪ [le 11/09][PV Séraph]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas



Invité

MessageSujet: ♪ Auprès de ma blonde ♪ [le 11/09][PV Séraph] Ven 12 Oct - 14:26
Un journal se referme. Un chat se frotte contre la jambe de son maître. Un sorcier transplane.

Ludovic baisse la tête vers Mr. Bigglesworth. En temps normal, il l'aurait surement caresser. Mais les temps n'étaient pas normaux. Le ministre avait grand bruit avec son récent discours à l'ouverture de Poudlard.

Force était de reconnaitre, l'homme était un fin stratège. Une telle réaction appelait une réaction du Mouvement, une réaction qui présenterait ses membres comme des criminels. S'ils ne faisaient rien, il perdraient en crédibilité. Mathilde subissait trop de pression. Malheureusement, l'ex-auror n'avait pas calculer l'existence d'une pièce dans son jeu d'échec à l'échelle de la grande bretagne.

L'homme en costume avance. Les adolescents dans la rue profite de ce weekend hors de l'école. La plupart sont en groupe.

Le Trèfle à cinq feuille était en plein essort. Malgré toutes les provocations, les aurors n'arrivaient pas à le pousser à découvert. Il était une gène, sans vraiment le savoir. Combien de fois des "guerres de gang" avaient attirer l'attention des autorités au moment où le Mouvement d'Ouverture avait prévu ses manifestations ? Combien de fois, le Mouvement d'Ouverture avait été incapable de mettre à exécution ses attentats tout simplement parce que le plus gros traficants de Grande Bretagne n'avait pas livré à temps ?

Tant que le Trèfle serait présent sur les marchandises de contrebande, Les aurors auraient deux cibles.

Et on ne peut affronter ce que l'on ne peut pas voir...

Le chat miaule. L'homme s'arrète. En face de lui, avançant calmement dans la rue, il y a une jeune blonde à l'air sombre.

Ludo ne put s'empêcher de se remémorrer ses années à Poudlard. La jeune fille devait être à vue d'oeil en septième ou sixième année. Vu son manque flagrant de sociabilité, elle devait être une Serdaigle, ou une Serpentard...

Une jeune fille seule ayant un âge permettant de prendre des décisions par soit même. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas recruter de nouveaux clients. Le premier weekend à pré-au-lard des élèves de Poudlard était le moment idéal.

L'homme se redresse. Il jette un coup d'oeil autour de lui. Il tend une main couverte de poils vers l'adolescente.

Excusez-moi mademoiselle. Je cherche un journaliste connut. Apparement, ses articles sont très lut à Poudlard, vous connaissez peut-être son visage. Il s'appelle Nioclàs Ó Tuathail. Cela vous dit quelque chose ? Apparement il m'a demandé de le retrouver dans ce village mais je ne saurais le reconnaitre moi même.

Il avait forcé volontairement son accent Irlandais. Nio était un journaliste de renom, peut de chance qu'une jeune fille à minimum intéressée à l'actualité ne le connaisse pas. Puis son charme animal plaisait aux ados. C'était même probablement ça qui lui avait permis de séduire une gamine.

La réaction de la jeune femme lui dirait si son intuition était bonne ou pas.

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♪ Auprès de ma blonde ♪ [le 11/09][PV Séraph] Ven 12 Oct - 16:35
Elle la détestait. La haïssait. L'exécrait. Profondément. Se regardant dans la glace de la petite salle d'eau attenant aux dortoirs, Séraphine tire sur la filasse qui lui tient désormais lieu de cheveux. Adieu ses beaux cheveux noirs et ses airs de Blanche-Neige. Adieu Boucles d'Ébène, la voici réduite au rôle ô combien détesté de Boucles d'Or. Et pour l'exaspérer... Ça l'exaspérait. Ça la mettait même hors d'elle.
Non pas que ça ait abîmé sa chevelure – coquette, Raph ? Penses-tu – mais elle détestait cette couleur. Ça lui donnait des airs de pétasse vulgaire, qui n'avait absolument rien à voir avec ce qu'elle était, et encore moins l'image qu'elle voulait renvoyer. Les poings sur les hanche, elle observe son reflet et secoue la tête, cherchant comme elle allait bien pouvoir arranger ça, … Et surtout ne pas avoir l'air trop cruche.
Car aujourd'hui, c'était la première sortie de l'année à Pré-Au-Lard. Et si elle ne prêtait que très peu attention aux plus jeunes qui étaient surexcités à l'idée d'aller boire une bièraubeurre ou acheter des sucreries, elle était extrêmement attentive à l'image qu'elle devait renvoyer aujoud'hui. Parce qu'aujourd'hui, elle revoyait son Ours d'Irlande.
Et qu'elle était blonde.
Bordel de merde.
Ça allait lui faire tout drôle, au Nioclàs...

Grommelant en fouillant dans sa trousse à maquillage, elle en ressort son rouge à lèvres, soulignant sa bouche de sa couleur carmine habituelle, grimaçant en jaugeant ensuite son reflet. Le rouge lui allait toujours, mais il tranchait beaucoup plus qu'avant. Bloody hell... Il faudrait qu'elle trouve comment faire pour retrouver ses boucles noires. Parce que là, ça n'allait pas être possible. Et elle n'avait pas encore trouvé de potion ou de sort pouvant l'aider... Il faudrait qu'elle demande à son Moelleux, sait-on jamais qu'il ait une solution.
Parce que c'était un coup à s'arracher les cheveux à poignées.
Bref passons.
L'adolescente se coiffe comme à son habitude, laisse les boucles amples se former, râle encore un bon quart d'heure devant son miroir, donne la touche finale à son maquillage. Attrapant son foulard vert qu'elle noue autour de son cou, elle sort enfin de là, s'empare de son sac, et laisse les talons claquer sur son chemin alors qu'elle s'échappe de sa salle commune. Les pans de sa jube noire volent au rythme de ses pas, alors qu'elle referme la veste tout aussi noire qui protège ses frêles épaules du froid.
Pressée ? Un peu. Elle savait qu'elle ne le verrait sans doute pas avant midi, peut-être même pas avant le début d'après-midi, mais elle voulait se rendre au village sorcier plus tôt. Peut-être par peur d'arriver à la bourre, ou de le rater. Chaque minute était précieuse.

La jeune fille guette le ciel en mettant le nez dehors, remarquant que l'Écosse, aujourd'hui encore, a décidé de cacher les cieux et le soleil aux yeux des mortels. Hm. Elle avait bien fait de mettre son foulard. Ignorant les éclats de voix, autour d'elle, de gryffondors surexcités, de poufsouffles enjoués, ou d'autres serpentards – les serdaigles restant parmi les plus silencieux, surtout Mérida qui, derrière ses cheveux roux, se tenait à l'écart des autres, résolument dans son monde et ignorant les autres encore plus superbement que Séraphine elle-même.
Si elles avaient été dans la même maison, sans doute auraient-elles pu s'entendre et être amies. Mais non.
Enfin.
S'engageant hors de Poudlard d'un pas rapide, la jeune fille dédaigne les diligences mises à disposition des élèves et préfère transplaner, réapparaissant à l'entrée de Pré-Au-Lard. Elle reste immobile un instant avant de s'avancer d'un pas plus mesuré, seule et silencieuse, cherchant de quelle manière elle pourrait s'occuper dans le village. Peut-être pourrait-elle se perdre dans la libraire, s'autoriser l'achat d'un grimoire ou deux, feuilleter les ouvrages, se remémorer des souvenirs.
Moui.

Et ainsi l'adolescente se glisse dans une nouvelle rue, pour prendre la direction de la librairie, quand un homme le hèle. Ses yeux se posent d'abord sur la main, avant de se lever vers le visage étrangement familier. La voix ne l'était pas, quant à elle, mais elle était certaine d'avoir déjà vu ce visage avant. Elle ne le scrute pas pourtant, se contentant d'écouter ce qu'il a à lui dire.
Et son expression, déjà neutre et fermée, semble se fermer un peu plus lorsqu'elle entend ce qu'il raconte. Il recherchait un journaliste, et pas des moindres. Et c'est en entendant ce nom, dans cet accent irlandais fort prononcé, que la jeune fille se souvient de l'endroit où elle avait déjà vu les traits de Ludovic.
Outre la similitude, elle avait pu voir, sur une certaine table de chevet, la photo de deux frères. Complices et heureux, e ce qu'elle avait pu en deviner. Une relation qu'elle avait sentie au travers de la photo, et qui n'avait rien à voir avec celle qu'elle-même entretenait avec son propre frère. Enfin... Si tant est qu'elle puisse encore parler de frère aujourd'hui.
Ainsi donc, sans même qu'il ne le lui précise, elle savait qu'elle se trouvait face à Ludovic Ó Tuathail, frère cadet de Nioclàs. À la lumière de cela, il était légitime de se demander pourquoi il l'apostrophait ainsi, sans qu'il ne soit possible pour lui de l'identifier comme étant l'amante de l'Ours.
Plusieurs options s'offraient alors à elle : lui dire gentiment de ne pas se foutre de sa gueule, jouer le jeu et faire l'idiote, ou bien jouer le jeu pour voir à qui elle avait à faire. Problème ? Si elle jouait le jeu, elle risquait de se griller pour plus tard. Le jour où elle rencontrerait officiellement la famille de Nioclàs – le plus tard serait le mieux, d'ailleurs – elle risquait très fortement de se faire épingler.
À moins que...
Nioclàs était un ancien Serpentard. Ludovic avait sa réputation au sein des verts et argent, disparue maintenant, mais encore vivace au moment où elle était entrée en première année. Boarf... À Serpentard, Serpentard et demi...
Jouons les idiotes.

« Désolée, monsieur, je crains ne pouvoir vous venir en aide. » souffle-t-elle calmement, son accent des lowlands chantant étrangement dans ses mots. « Mais il est tôt encore, vous ne trouverez que très peu probablement d'autres personnes que des étudiants de Poudlard ou des commerçants à cette heure. »
Un petit sourire affable, forcé, se dessine sur les lèvres de la petite adolescente alors qu'elle reprend. « C'est tout de même étrange de se donner rendez-vous sans possibilité de se reconnaître... Saura-t-il en mesure de vous identifier ? Dans le cas contraire, vous risquez de vous chercher un moment... »
Car les adultes étaient tout de même nombreux, par ici, et cela risquait d'être difficile tout de même.
Autant que les retrouvailles entre frères pouvaient l'être.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: ♪ Auprès de ma blonde ♪ [le 11/09][PV Séraph] Lun 29 Oct - 12:17
Il regarde la jeune femme et ne peut retenir un sourire. Le chat réclame a nouveau des caresses auprès de son maître.

Ainsi donc, elle ne s'était pas laissée berner. Certes, elle jouait le jeu, mais seul un demeuré n'aurait pas vu le message caché derrière la dernière phrase de la blonde. Ce message était clair, il disait "me prends pas pour une bille, ton excuse ne prend pas". Encore une fois, son intuition ne l'avait pas trompé. Ludo pourrait même envisager plus que ce qu'il avait prévu au départ.

Il baisse la tête humblement. Un petit groupe d'adolescents passe à côté d'eux sans leur porter attention. Quel homme tenterait des actes illégaux dans un des derniers villages qui soit entièrement composé de sorciers ?

J'ai l'avantage d'être très facile à trouver quand je veux qu'on me trouve. Et pour tout vous avouer, j'ai également un talent certain pour trouver l'introuvable.

Il redresse la tête. Il attrape le chat et le pose sur son bras. L'animal s'allonge sur son avant-bras et ronronne.

Par exemple les meilleurs produits de beauté italiens. Ceux qui d'ordinaire ne sont accessibles qu'à des prix exorbitants...

Il tentait une nouvelle fois un coup de poker. Manifestement, la jeune fille était maquillée, et appréciait les coiffures recherchées. Si ses calculs étaient exacts, il aurait une chance d'attirer son attention avec la cosmétique magique si performante des magiciens d'Italie.

On n'en trouvait qu'un très mince échantillon en Angleterre, et à des prix prohibitifs. Beaucoup estimaient que des rouge à lèvres prenant magiquement la teinte qui plaisait le plus à celui qui le regardait, ou que des fonds de teint générant le désir chez l'homme, n'étaient pas éthiquement corrects. Et pourtant s'ils savaient combien des grandes stars américaines, moldues ou sorcière avaient, volontairement ou non, utilisé un de ces produits...
Si les souvenirs de Ludovic étaient exacts, une certaine Lady Gaga avait même suffit à elle seule à tripler le chiffre d'affaire du marché dans lequel il avait travaillé en Amérique, grâce à ces fameux produits. A moins que ça soit encore une invention de Huggy les bon tuyaux, ce qui n'était pas inenvisageable non plus.

Il commence à caresser son chat, qui somnole en équilibre sur son avant-bras. Il commence à se retourner, en bon touriste simulé qui n'a pas reçu de réponse. Il reste juste une phrase à glisser. Un produit nommé au hasard, mais un hasard qui tombe mieux qu'il ne pourrait le croire.

Vous le croyez vous qu'un journaliste si charismatique ai besoin d'un colorant pour cheveux changeant précisément selon les désir de son porteur, à la mèche prêt ?


Ceci n'est pas une perche...


avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: ♪ Auprès de ma blonde ♪ [le 11/09][PV Séraph] Mar 30 Oct - 16:00
La tête de la blondinette se penche sur le côté. À quoi jouait-il au juste ? D'abord, il prend l'excuse de Nioclàs, et maintenant... L'adolescente reconnaît qu'il a au moins le talent de perdre son interlocuteur. Même un joueur d'échec aurait du mal à le suivre et à prévoir ses coups à l'avance. Sa façon d'entretenir le sujet était assez nébuleuse. Mais elle voit vite où il veut en venir... Même si elle garde à l'esprit l'éventualité qu'il ne soit pas ici que pour ça.
On cherche des clients hein...
Elle ne connaissait pas la profession de Ludovic. Déjà, elle connaissait son visage, c'était déjà beaucoup, ainsi que son nom. Deux choses pour lesquelles, même si elle l'ignorait, certains seraient prêts à payer cher.
Une paupière se plisse, signe de la méfiance qu'elle a à son sujet. Un talent pour trouver tout et n'importe quoi, hein... Et pour être introuvable. Par Merlin, mais dans quelles affaires louches ce type trainait-il ?
Et maintenant, il lui parle de produits de beauté. Ok, elle voit clair ; le souci de détail dans son apparence, son air apprêté, voici ce qui semblait avoir mené l'homme à elle. Ou bien était-ce autre chose qu'elle ne parvenait pas encore à identifier ? C'était déjà la seconde approche, le premier revirement en moins de deux minutes, et son petit doigt lui soufflait que ça ne serait pas le dernier.
La question maintenant était : continuait-elle à jouer à ce jeu qui devait se dérouler à plus de deux niveaux, compte tenu des buts et des connaissances différentes que chacun avait ou pensait avoir de l'autre ?

Par contre, la conclusion de Ludovic fera mouche. Mais sans doute pas de la façon dont il le prévoyait.
S'il était venu chercher Nioclàs, c'était, soi-disant, pour lui vendre des produits de beauté, donc. Pour les cheveux. Pour qu'ils changent de couleur selon les désirs de leur porteur.
Là, on atteignait le summum du ridicule, et la jeune fille n'arrive pa à se retenir d'éclater de rire, pas dupe pour deux sous. Non mais, sérieusement ? Il pensait l'avoir avec un truc aussi... Aussi... Hahaha !
Séraphine finit par mettre la main devant la bouche, tentant tant bien que mal de se retenir de partir en fou rire en se mordant l'intérieur des joues.

« Vous... Vous devriez avoir honte de colporter de telles calomnies, monsieur. » réussit-elle à articuler en tentant de contrôler sa respiration. Comme si Nioclàs avait besoin de ça, sérieusement. Il était bien assez séduisant pour ne pas avoir à recourir à ce genre d'artifices...
Elle ? Ça ne l'intéressait guère davantage. Elle était très bien avec ses cosmétiques moldus, et avait une confiance assez exacerbée en sa beauté et ses charmes pour ne pas estimer avoir besoin de ces produits à l'éthique contestable. Ah, pour le coup, le bonhomme avait choisi le mauvais pigeon. Ajoutez à cela qu'étant donné ses maigres moyens, l'adolescente avait une nette tendance à surveiller son budget et...
Quand on ne touche qu'une bourse de Poudlard, on apprend à se montrer économe. Elle s'en était servie pour pouvoir acheter ses fournitures, et le long de l'année cela servirait à refaire le plein d'ingrédients de potions, une folie ou deux à la librairie... Et cette année, elle devait faire encore plus attention : elle avait un cadeau de Noël supplémentaire à trouver, en plus de celui pour Vanessa et pour Siobhan.
Mauvaise pioche.
Sauf si l'achat de cosmétiques n'était pas ce qu'il attendait de la jeune Serpentard. Sans doute est-ce même la curiosité de savoir le but réel de l'homme qui a poussé Séraphine à rester en sa compagnie et à ne pas tourner les talons en lui demandant de trouver une autre poire.
Et qui a fait qu'elle s'est retenue de lui dire franchement, ça ne se faisait pas de s'essuyer les pieds sur l'image de son propre frère pour servir son commerce, quoi.

________________________





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ♪ Auprès de ma blonde ♪ [le 11/09][PV Séraph]

♪ Auprès de ma blonde ♪ [le 11/09][PV Séraph]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Pré-Au-Lard :: Les Rues-