AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa Mar 16 Oct - 17:24
Jeudi 09 Septembre
C'est une véritable furie qui entre dans le dortoir des filles de septième année de la maison Serpentard, claquant violemment la porte derrière elle. Certaines des jeunes demoiselles alors présentes dans ledit dortoir se tournent vers la tornade blonde qui vient de faire son entrée, l'observant d'un air dédaigneux :
« Hey toi, t'as rien à fiche dans notre dortoir et...
- Oh la ferme ! » réplique sèchement l'accent écossais de Séraphine sans même lui adresser un seul regard. L'insolente qui a osé ne pas la reconnaître ouvre la bouche, ce qui lui donne un air de poisson rouge attardé, avant de ricaner bêtement... Et de prendre le chemin de la sortie avec sa copine, pour aller potiner plus loin. Grand bien leur en fasse ! Dame Vipère est actuellement dans une rage folle qu'elle ne contient plus. Où est passé son indifférence, à notre belle reine des glaces ? Allez savoir. Elle a disparu momentanément, et ce depuis qu'elle a vu ce qu'on a osé faire à sa superbe chevelure d'ébène.
Sans réfléchir, l'adolescente donne un grand coup de pied dans son lit, avant de rager de plus belle – de douleur cette fois – et d'exploser... Encore.

« Putaaaain ! Siùrsach ! Soigh ! Galla ! » tempête la jeune fille, pestant en déversant tout le venin qu'elle pouvait. Contre qui cette colère pouvait-elle bien être dirigée ? Mais contre la seule personne dans cette école capable de briser la glace de l'indifférence de Séraphine, la seule contre laquelle elle répliquait volontiers, la seule qui, par la Haine, appelait son intérêt – tout relatif toutefois : Esther Nott.
Saloperie de Sang Pur de Gryffondor.
Salope. Garce. Pétasse. Pute borgne. Voici, ni plus ni moins, ce que les mots gaéliques qu'elle avait lâché pouvaient vouloir dire. Des insultes pour le moins grossières mais, selon la jeune fille, tout à fait justifiées. Rendez-vous compte ! Elle avait osé transformer ses belles boucles d'ébène, d'un noir corbeau qui ne pouvait que donner envie, en un blonde fade et vulgaire. Et voici comme Boucles d'Ébène devint Boucles d'Or, au plus grand désespoir de la demoiselle victime de cette mauvaise blague.
Vous trouvez qu'elle en fait tout un plat ? Mettez-vous donc à sa place ! Et encore, vous n'avez pas la magie pour vous aider... En parlant de magie, bien sûr que Séraphine avait tenté d'arranger cela avec sa baguette, mais grâce à des charmes qui lui étaient inconnu, cette morue avait rendu la décoloration plus tenace que jamais. Et il allait falloir de furieux efforts à la jeune fille débordant de passion qu'elle était pour en venir à bout.
Comprenez quelques jours. Au moins.

En attendant, la pauvre petite vipère se retrouve face à la triste réalité : adieu ses airs de Blanche-Neige, et la colère n'y changerait absolument rien. Oh, ça, elle lui ferait payer. Au centuple. Elle voulait commencer l'année par une déclaration de guerre ? Déjà elle lisait son courrier, ensuite ça... Oooouh... Grmbl. Grunt ! Raaah ! La jeune fille se met à tourner, pour faire les cent pas dans la pièce.
Elle finit, enfin, par se laisser tomber sur son lit, agitant nerveusement la jambe. Elle entendait quelqu'un approcher. Qui ? Boarf, sans doute les autres idiotes avec qui elle partageait le dortoir. Il faut dire qu'avec le raffut qu'elle venait de faire, elles avaient probablement évité de revenir avant d'entendre le retour d'un calme tout relatif. Avec un peu de chance, ce serait Vanessa, ou Siobhan, avec qui elle pourrait cracher tout le venin qu'elle pouvait. Car depuis que les cours avaient repris, soit une semaine plus tôt, l'adolescente n'avait pas vraiment pu s'entretenir avec ses amies, perdues de vue pendant l'été.
Et elles en avaient des choses à se raconter... ! Et puis, ce serait tellement mieux de planifier cette vengeance à deux ou trois ! L'union faisait la force, et ainsi cette sale garce de Nott ne pourrait plus leur échapper. Elle allait lui faire vomir ses entrailles, la rendre malade jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus se relever. Ou bien l'humilier de manière bien sentie. Ou bien...
Hm.
Trop de colère. Elle ne parvenait pas à mettre ses idées en place. Alors elle se redresse pour s'asseoir sur ses draps, fulminant encore de sa mésaventure et de ses envies de vengeance quand les pas entendus plus tôt entrent enfin dans la chambre. Et ses yeux se lèvent, méfiants, acérés, sur la nouvelle arrivante, avant de s'adoucir brusquement. Vanessa. La colère est toujours là, mais l'expression du visage de la jeune fille se détend, la laissant moins sur la défensive. Elle était en terrain ami.
Tout allait bien.
Même si maintenant, elle était de ces blondes à la vulgaire pâleur – sans offense pour Siobhan, évidemment, qui était bien l'unique exception à la règle. Dans un soupir de rage, Séraphine redresse le dos, et le menton. Que faire ? Comme si de rien n'était et partager les aventures de l'été ? Ou au contraire, planifier quelque vengeance ?
RAH !

« … Pas de commentaire. » fait-elle simplement en jaugeant son amie d'un regard indescriptible, comme si elle essayait d'anticiper les moqueries. « Je sais, je suis blonde, je vais tuer la responsable dans d'atroces circonstances dans les jours qui viennent, et on n'en parlera plus. »
Un sourire forcé fleurit sur le visage de la jeune fille qui soupire à nouveau. « Si tu as des idées pour pouvoir pendre cette garce de Nott par les ovaires sans risquer le renvoi, je suis preneuse. » ajoute-t-elle, dans une tentative d'humour qui lui ressemble bien.
Allez, n'y pensons plus.
Cette garce aura son compte en temps et en heures.
Foi de celte.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa Mer 17 Oct - 9:50


Les Hommes préfèrent les blondes, mais les brunes ne comptent pas pour des prunes

Assise dans un coin isolé de la bibliothèque de l’école, Vanessa avait le nez plongé dans la rédaction de ses notes. Un tas de parchemins était étalé sur la table qu’occupait la jeune femme, et plusieurs livres ouverts indiquaient qu’elle était en pleines recherches. De temps en temps, la plume avec laquelle elle prenait des notes s’arrêtait avant de reprendre sa course folle le long d’un parchemin neuf. Le bruit de ratures venait, par moment, rompre le silence lourd et pesant. Vanessa était là depuis près de deux heures et rien ne semblait pouvoir l’arracher à ses recherches. Quelques tâches d’encre sur sa joue lui donnait l’air studieuse et la faisait ressembler à un petit rat de bibliothèque, ce qui n’était pas tellement son cas. Seulement, cette année marquait la fin de ses études à Poudlard et la jeune femme avait pour objectif de redoubler d’effort, et ce dans le but d’atteindre les objectifs qu’elle s’était fixés. Le premier étant de ne plus jamais retourner chez ses parents, ce qui était en de bonne voit vu que depuis peu elle était officiellement majeur dans le monde des Sorciers, le second était d’obtenir un poste haut placé au sein du ministère, objectif qui risquait de mettre un peu plus de temps à se réaliser…

« James, arrêtes, pas ici » gloussa une voix de fille à travers les rayons de la bibliothèque. Il n’en fallut pas plus pour que la plume de Vanessa s’arrête au beau milieu d’une phrase. Le prénom de James associé aux gloussements d’une pauvre fille, voilà qui voulait tout dire. De petits rires étouffés se faisaient entendre, ce qui termina d’agacer Vanessa qui posa sa plume avant de fermement et violement refermer le livre dans lequel elle prenait des notes. « Et merde, y’en a qui bosse ici… » Ne put s’empêcher de marmonner la jeune femme en fermant tous les livres ouverts qu’elle avait pris. Volontairement, elle rangea l’ensemble des ses affaires avec fracas, histoire de faire comprendre que les tourtereaux n’étaient pas seuls aux mondes et que certains venaient ici pour bosser et non roucouler. Quoi que venant de James, cela n’avait rien de vraiment étonnant. Pourquoi viendrait-il dans une bibliothèque si ce n’est que pour draguer ? Et oui, le jeune homme n’avait pas compris à quoi pouvait bien servir un tel lieu… C’était dépitant… « Attendant, y’a quelqu’un, on n’est pas seuls… » Chuchota la fille, ce qui fit sourire Vanessa de manière narquoise. « Pour une fois il a l’air d’avoir choisis une fille qui a plus de jugeote que la moyenne habituelle. » Se fit remarquer Vanessa à elle-même. Alors qu’elle terminait de ranger ses affaires, un bruit de pas lui fit lever la tête, et James apparut dans le coin d’une allée. « Alors comme ça on joue les rats de bibliothèque ? » Lui demanda le jeune homme en la fixant du regard pendant qu’elle s’afférait à ranger le bazar qu’elle avait mis. « Comme quoi certains savent encore qu’elle est l’utilité première d’une bibliothèque… n’est-ce pas ? » Demanda Vanessa en se penchant de façon à s’adresser à la fille qui accompagnait James, et qui visiblement se sentait trop gênée pour se montrer. La Serpentard ne laissa pas le temps à son interlocuteur de parler car elle prit son sac avant de tourner les talons pour regagner la sortie.

Vanessa jalouse ? Absolument pas, ou du moins jamais elle ne l’admettrait de son vivant. Elle et James, c’était une histoire compliquée qui avait fait son temps pour finalement s’ajouter à la longue liste d’histoire loupée de la jeune fille. A présent leur relation était basée sur l’ignorance totale, comme si jamais rien ne s’était passé entre eux. A l’occasion ils se jetaient quelques pics, mais les choses n’allaient pas plus loin et ce malgré la complicité qu’ils avaient pu partager à une époque. Vanessa n’aurait su dire pourquoi, mais elle avait tiré un trait sur ce qu’il s’était passé, préférant faire comme si cela ne s’était jamais réellement produit. Plongée dans ses pensées, elle ne remarqua pas qu’elle était arrivée à l’entrée de la salle commune de sa maison. La porte du cachot s’ouvrit et la jeune femme entra dans l’entre des verts et argents. Etrangement, Vanessa eu l’impression qu’une tornade était passée par là et des filles quittaient subitement le dortoir. Voilà qui ne présageait rien de bon… « Siobhan ou Sera ? » Se demanda Vanessa à voix haute. Son intuition lui disait qu’il s’agissait de Sera, mais rien n’était certain. D’un pas décidé, la jeune fille traversa la salle commune et pénétra dans les dortoirs. Comme prévu, une personne en uniforme était allongée sur le lit de Sera, le seul problème était que cette personne était blonde, ce qui ne correspondait absolument pas avec le portrait de l’amie de toujours de Vanessa. Cette dernière se figea et observa la personne allongée sur le lit qui se redressa pour s’asseoir. « Oh mer… » Commença Vanessa avant de se taire. « Pas de commentaires… » Lui lança son amie. « Si tu as des idées pour pouvoir pendre cette garce de Nott par les ovaires sans risquer le renvoi, je suis preneuse. » D’un œil incrédule, Vanessa observa longuement sa meilleure amie devenue blonde, et après un long moment de silence, explosa de rire. Un fou rire comme elle n’en avait pas eu depuis longtemps s’empara d’elle, la forçant à se plier en deux tellement la crise de rire était intense. Sera en blonde, pour elle s’était juste la chose parfaitement improbable ! Finalement, au bout de quelques minutes, son four rire se calma et elle se sécha les larmes avant de lancer un regard désolé à son amie. « Ne me dit quand même pas que Nott a voulu faire de toi une poupée Barbie ?! » Demanda Vanessa en s’installant à côté de Sera. Elle passa alors une main dans les cheveux de son amie. « Tu as quand même la chance que ça ne t’ailles pas si mal que ça, je suis certaine que Nott doit se mordre les doigts que ce ne soit pas aussi désastreux que ce qu’elle voulait ! » Oui, le résultat n’était pas vilain, mais juste surprenant quand on connaissait Sera. « Vois le bon côté, ça te fera une histoire de plus à raconter plus tard à tes petits enfants, tu sais, quand tu seras vielle et gâteuse » Ajouta Vanessa en souriant. « Pour ce qui est de ta vengeance, je pense qu’il n’y aura rien de pire que de montrer à Nott qu’elle a fait une grosse erreur et que tu assumes pleinement cette nouvelle couleur de cheveux, qui crois moi, te va plutôt bien ! D’ailleurs on sait toutes que les hommes préfèrent les blondes. » Vanessa adressa un clin d’œil rassurant à sa meilleure amie. « Je suis certaine que Siobhan va adorer, elle t’a vu ? »

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa Mer 17 Oct - 20:40
Le regard que Séraphine renvoya à Vanessa en disait long. Froid, noir, incroyablement mauvais. Définitivement, la voir éclater de rire et se moquer ainsi à ses dépends déplaisait fortement à la toute nouvelle blondinette. Grunt. Grmbl ! Ah ça, elle n'est pas contente, notre petite écossaise, vraiment pas. Non mais elle pouvait pas compatir un peu ? Elle était devenue blonde quoi ! Une horreur de sale petite blondasse... Rah mais ! Elle aimait bien ses cheveux noirs elle !
En tout cas, Vanessa peut se féliciter d'être un des rares amies de la jeune fille, sans quoi il y aurait sans doute eu des répliques, voire des représailles. Surtout que dans les minutes que prit l'irlandaise pour se calmer, l'adolescente aurait largement eu le temps de méditer sur toutes les tortures possibles pour lui faire regretter un tel geste.
L'attacher par les pieds dans un cachot comptait parmi ces possibilités.
Mais elle se calme tout de même, et sauve enfin l'honneur avec ce regard désolé qu'elle lui lance. Bien. Grmbl. C'était déjà ça.
Remarquez comme notre petite Séraphine subit l'influence de l'homme qu'elle a cotoyé tout l'été... La voici qui grogne, qui grunt, qui grommelle à tout va. Une vraie petite oursonne.
Mais je m'égare.
Et voyez comme la seconde adolescente renchérit...

« Tu sais c'qu'elle te dit la poupée Barbie? » grommelle-t-elle entre ses dents, fusillant à nouveau Vanessa du regard. Question purement rhétorique, évidemment ; là, la petite est juste incroyablement vexée. Elle n'avait pas encore fait le lien entre sa nouvelle condition et les célèbres poupées que toutes les petites filles moldues avaient un jour eu dans leur placard. Elle y compris, même si sa poupée préférée avait subi de sacrées modifications avec les années, supportant, entre autre, la magie latente de l'enfant qu'elle était.
Une main dans ses cheveux, et Raph' grogne de plus belle. Grmbl. Tout le monde n'avait pas le droit de jouer avec ses supers boucles. Enfin maintenant que c'était plus ses belles boucles brunes... RAH ! Elle se sentait comme une poupée, comme une de ces sales barbies vulgaires et sans âme, ces filles sans aucun genre, ni personnalité. C'était juste pas elle.
Mais elle soulevait un point qui n'était pas si faux. Ça lui allait bien ? Quand bien même ça ne serait pas le cas, elle ferait en sorte que ça le devienne pour qu'elle puisse faire rager cette sale garce de Nott. Elle était blonde ? Eh bien elle serait la plus belle des blondes.

« Grmbl. » commente-t-elle alors, avec une éloquence toute particulière, vous remarquerez. « Et je ne compte pas avoir d'enfants, encore moins de petit-enfants. » Encore une remarque particulièrement utile. Voyez comme Séraphine fait preuve d'un esprit aiguisé là. La colère retombe, et ne subsiste rien d'autre que son côté grognon, ruminant dans sa barbe plutôt que faisant de belles phrases.
Quant au fait que les hommes préfèrent les blondes... Maigre consolation. Elle verrait bien la réaction de Nioclàs samedi. Peu convaincue, elle pince les lèvres et ramenant ses jambes vers elle pour s'asseoir en tailleur.
« Non je l'ai pas vue encore. J'ai eu la joie de découvrir ça en sortant de la douche... Ravie, tu imagines. » grogne-t-elle avant de pousser un grand soupir et de se laisser tomber en arrière sur son lit. Les cheveux blonds s'étalent en auréole autour de sa tête ce qui, quand on connait l'aversion absolue de Séraphine pour tout ce qui touche à la religion, a quelque chose de particulièrement cocasse.

« Sinooooon ! Ça fait... Un bail qu'on s'est pas retrouvées toutes les deux ! » clame l'adolescente dans l'espoir de détourner le sujet. « Tu m'as toujours pas parlé de tes vacances ni de la fabuleuse vie que tu mènes auprès de ta famille... Ils en sont où tes projets de liberté? »
Aha, décidemment, ces filles de Serpentard... Entre Séraphine qui avait claqué la porte de chez ses parents dès le début de l'été, Vanessa qui ne voulait plus rentrer chez elle... Bientôt Siobhan leur annoncerait qu'elle ne comptait plus jamais revoir ce qui lui tenait lieu de famille. Bah elles n'étaient pas amies pour rien, après.
Mais outre cela, les deux jeunes filles avaient de nombreuses choses à échanger. Une petite séance de potinage, de gloussements peut-être – après tout, Serpentard ou non, majeures ou non, elles restaient des filles – de confidences – et il y en avait un paquet à faire – et j'en passe !
Et une conversation qui voulait dire qu'elles allaient probablement mettre dehors toutes les camarades qui voudraient revenir dans le dortoir.
Ne pas déranger.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa Mar 23 Oct - 13:05
Vanessa ne c’était absolument pas attendue à trouver Séraphine teinte en blonde. A vrai dire, jamais elle n’aurait cru ça possible. Sa meilleure amie était bien trop attachée à sa chevelure ébène pour un jour, ne serait-ce qu’envisager, devenir blonde. En revanche, ce qui étonnée davantage la Serpentard, c’était de constater qu’envers et contre toute attente, cette nouvelle couleur de cheveux n’allait pas si mal que ça à son amie. Bien au contraire, le blond lui adoucissait les traits, lui donnant un air plus angélique et plus fragile. Finalement ce que l’on disait au sujet du blond n’était peut être pas si faux, c’était une couleur qui allait à tout le monde. Quoi que Vanessa ne sa voyait pas devenir blonde à son tour. Elle aimait le naturel et changer de teinte n’était pas dans ses habitude, et ce même si elle était une fan de mode. La jeune fille préférait faire varier ses coupes de cheveux, mais elle n’était pas prête à franchir le cap que venait de franchir sa meilleure amie. « Laisses-moi deviner…. Elle me dit de la fermer et d’arrêter de rigoler ? » Demanda Vanessa en lançant un clin d’œil à Séraphine. Elle la connaissait par cœur au point de pouvoir appréhender chacune de ses réactions. C’était le résultat de 7 longues années d’amitié. Un passif que Vanessa ne changerait pour rien au monde. Au fil du temps une complicité particulièrement forte c’était installée entre elle et Séraphine, et bien que son tempérament rancunier l’oblige à ne jamais pardonner, avec sa meilleure amie les choses était différentes, jamais elle ne pourrait garder la moindre rancœur contre elle. C’était étrange, mais à l’image du profond attachement et de la confiance sans limite qu’elle accordait à Séraphine. La remarque de la jeune fille concernant sa non envie d’être un jour mère fit sourire Vanessa. Elle avait bien le temps de changer d’avis… « Tu m’étonnes, ça a dû être un choc quand tu as vu le résultat dans le miroir ! Esther redouble d’imagination à ce que je vois… »

Finalement, Séraphine décida d’esquiver le sujet en passant à autre choses, c'est-à-dire le temps qu’elles avaient à rattraper. En effet, depuis le retour de leurs vacances, les deux Serpentard n’avaient pas eu beaucoup de temps devant elle pour se raconter leurs vacances respectives. Elles avaient donc pas mal de choses à se raconter, et la question de Séraphine fit grimacer Vanessa. La famille, voilà un sujet que la Serpentard n’aimait pas spécialement aborder. La sienne, tout comme celle de Séraphine, était à mettre dans la liste des familles tordues dont personne ne voudrait. D’ailleurs leur rêve commun consistait à partir de loin de chez elles. Pour la dernière fois, Vanessa avait pris ses affaires pour partir à Poudlard. La différence est qu’à la fin de l’année scolaire, elle ne rentrerait pas chez elle. Après son diplôme en poche, elle s’installerait toute seule grâce aux économies qu’elle était parvenue à mettre de côté durant les années passées. Une façon de débuter une nouvelle vie sur des bases plus seines, et surtout loin de ce qui lui servait de famille. « C’est officiel, en partant de chez moi pour Poudlard, j’ai définitivement quitté la demeure familiale, même si ma famille ne sait pas encore que je ne reviendrais jamais. J’ai pris toutes mes affaires donc c’est fait, je suis enfin libre ! » Pour ce qui était des vacances, rien de bien exaltant, mise à part la routine. « C’était donc mes dernières vacances là bas. Je ne te cache pas qu’une fois de plus mon très cher père n’était pas vraiment disposé à voir sa Sorcière de fille. Imagine la tête de son copain si j’avais malencontreusement fait un petit tour de magie… Pour ce qui est de ma mère, le topo habituel. Trop occupé à servir son mari et lui trop occupé à donner tout le temps raison à ses gosses. Je ne serais pas rentrée de l’été que personne n’y aurait vu que du feu ! Du coup je me suis arrangée pour passer le plus de temps possible hors de chez moi et finalement, si on oublie ma chaleureuse famille, le reste n’était vraiment pas si mal que ça … » Un petit sourire anima le visage de Vanessa qui pensa notamment à l’une des rencontres qu’elle avait pu faire. Un beau jeune homme à peine plus âgé qu’elle. Pour une fois elle ne s’était pas contentée de le voir qu’une seule fois, mais tout l’été, ce qui revenait à une grande première pour elle. « Et toi Séra, racontes moi tout ! » Vanessa savait que l’été de sa meilleure amie n’avait pas été de tout repos.

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa Mar 23 Oct - 16:26
Elles n'auraient pas été dans leur dortoir qu'il n'aurait manqué que les petits biscuits et la théière pour complèter le tableau. Mais les deux jeunes celtes auraient sans doute plus été du genre à partager confidences sur l'oreiller autour d'un alcool quelconque, fort de préférence – et Séraphine verrait l'éthanol lui monter à la tête avec une rapidité rare, et commencerait à se laisser aller plus que de convenance après seulement quelques gorgées. Quoi qu'il en soit, la scène avait un côté innocent qui rappelait au monde qu'elles n'étaient encore que des adolescentes, si adultes qu'elles veuillent être. Deux jeunes femmes plus innocentes qu'on le pensait, au final, qui échangeaient les dernières nouvelles, les derniers potins, et qui riraient comme on le fait à leur âge.
Deux jeunes filles comme les autres.
Bien sûr que l'Écossaise n'a pas conscience, en détournant ainsi la conversation et la gêne provoquée par sa blondeur, de sombrer ainsi dans la complicité typique d'une amitié entre deux adolescentes. Oh elles n'iront sans doute pas jusqu'à glousser, tout de même, maaaais...

Séraphine écoute Vanessa sans l'interrompre, les mains accrochant les chevilles de ses jambes croisées en tailleur. Elle avait toujours aimé qu'on lui raconte des histoires, même s'il s'agissait d'histoires vraies ou d'expériences douloureuses, plus en tout cas qu'elle n'aimait les raconter. Même si l'été de l'autre Serpentard n'était pas des plus passionnants, elle l'écouterait sans interruption.
Sans doute était-ce là son côté silencieux et préférant laisser les autres parler plutôt que de faire la conversation elle-même.
Des vacances passionnantes et d'une banalité affligeante ; son amie, encore une fois, n'avait pas passé deux mois de rêve et avait du subir les affres familiales, pour une dernière année. Une mère désolante, un père absent, une fratrie inutile. Comme elle la comprenait ! Quel ennui, quelle plaie cela était ! Le seul bon point était qu'elle n'y retournerait plus, et qu'elle était libre de vivre par elle-même désormais. Après Poudlard, elle pourrait déployer ses ailes.
L'indépendance... Un doux fruit auquel elle-même avait eu le privilège de goûter – voire de dévorer – pendant ces dernières semaines, après avoir claqué la porte du domicile familial.
Et visiblement, ce n'était pas la seule nouveauté, si elle en croyait ce sourire sur son visage. Pas si mal ? Oho, il y aurait-il des choses que son amie ne disait pas ? Mais l'Écossaise n'est pas en mesure de poser la question que déjà on lui retourne la demande.
Compulsivement et sans qu'elle ne puisse rien y faire, l'adolescente sent ses lèvres s'ourler en un léger sourire, ce petit sourire qui veut tout dire. Sans doute un peu niais, sans doute heureux, et certainement amoureux, il apparaissait accompagné d'une très légère goutte de rose sur chacune de ses joues lorsque le souvenir – et le manque – se rappelait agréablement à elle, et refusait de repartir, de cesser de la hanter.

« Bah disons que j'ai tenu... Deux jour chez mes parents. Et puis je suis partie. » commence-t-elle sans perdre son léger sourire. « J'ai transplané en Irlande et là-bas... » La jeune fille se mord la lèvre inférieure. « … J'ai rencontré quelqu'un. »
Gênée ? Oh non. Pas du tout. Un peu mal à l'aise, dans le sens où la pauvre jeune fille n'a jamais tenu une relation plus d'une semaine – outre celle-ci. Une queston de réputation, sans doute, ou d'habitude. Il y avait sans doute le mini-malaise du au fait qu'elle ignorait totalement la façon dont Vanessa allait le prendre. Elle, pourtant si volage, qui ne croyait pas en l'amour à la base... Ne s'imaginait plus sans son Ours Brun d'Irlande, et envisageait même, grande nouveauté, de rentrer chez lui – chez elle – pendant les vacances de Noël.
Et de le voir à chaque sortie à Pré-Au-Lard.
Gros truc quoi.
Une nouvelle fois, Séraphine se laisse tomber en arrière sur son lit, s'allonge en mode étoile de mer avant d'immédiatement se tourner sur le côté, appuyée sur un coude, poing contre la tempe, ses cheveux blonds coulant de ses épaules selon leur bon vouloir.
« Et euh... Bah j'ai vu du pays. Moi qui avais jamais quitté les îles ! Je suis allée en Italie, en France... Ça m'a changé des quartiers mal famés d'Édimbourg, pour sûr ! » Elle plisse les yeux, se mord à nouveau la tête. « Mais tu as pas fini de me raconter ! Alors, c'était quoi ces bonnes choses pendant tes vacances, hm ? Tu as quitté l'Irlande un peu? » Vile curieuse. Mais c'était une façon de ne pas être seule à parler, d'entretenir les échanges.
Pour ne pas parler plus que de raison.
Elle avait horreur de parler plus que nécessaire.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa Dim 28 Oct - 16:30
Sans dire un mot, Vanessa écouta avec attention ce que lui disait sa meilleure amie. Comme elle aurait dû s’en douter, elle n’était pas restée bien longtemps chez ses parents, ce qui finalement n’était pas une mauvaise chose. La jeune femme savait ce que c’était que de grandir dans une famille dans laquelle on n’a pas l’impression de vraiment appartenir, mais pour ce qui était de Séra, les choses étaient mille fois pires. En effet, Vanessa avait souffert de sa vie familiale peut palpitante et assez compliquée, mais au moins personne n’avait tenté de l’assassiner contrairement à sa meilleure amie. Elle savait dans quel environnement elle avait grandit et elle se demandait encore parfois comment elle avait fait pour tenir jusqu’au bout. Beaucoup aurait perdu pieds à la place de Séra, mais elle avait tenu bon et à présent elle était libre de mener la vie dont elle avait toujours rêvé. Libre de tirer un trait sur sa famille, son passé et les mauvais souvenirs dont son enfance était emplie. A présent une nouvelle vie commençait pour Séra, une vie qu’elle avait l’air de beaucoup apprécier. « J’ai rencontré quelqu’un » Bizarrement Vanessa resta figée sur cette phrase qui, de la bouche de sa meilleure amie, avait une étrange résonnance. Les deux jeunes filles avaient le même fonctionnement concernant leur vie amoureuse, et imaginer que l’une d’entre elle pouvait réellement se poser était presque irréel… A vrai dire elles n’étaient pas douées, ni l’une ni l’autre, pour s’investir sérieusement dans une relation, ce qui, jusqu’à présent, résumait leur vie sentimentale en une longue liste d’ex-petits amis. « Tu as rencontré quelqu’un ?! Là va falloir que tu me racontes tout, parce qu’à moins que tes escales de cet été n’implique ce fameux quelqu’un, je ne veux rien entendre mis à part la partie qui concerne ce quelqu’un ! »

Sans attendre davantage, Vanessa s’allongea à côté de sa meilleure amie et se mit à observer le plafond tout en essayant de s’imaginer à quoi pouvait bien ressembler ce fameux quelqu’un dont venait de parler Séra. Quoi qu’il en soit, si elle avait pris la peine de lui en parler, c’est que cette histoire avait son importance et que quelque chose d’important avait vu le jour durant cet été. Etait-elle amoureuse ? Cette question ne put s’empêcher de passer dans l’esprit de Vanessa. A l’idée que sa meilleure amie puisse être amoureuse, un sourire s’esquissa sur son visage mais elle fut rapidement ramenée à la réalité par la voix de Séra lui demandant plus de précision sur ses vacances. A ce moment là, Vanessa avait en quelque sorte complètement mis de côté la partie la concernant elle pour se plonger sur ce que venait de lui révéler sa meilleure amie, et elle dut se concentrer pour reprendre le fil de la discussion. « Heuu… J’ai rencontré un groupe d’amis avec qui j’ai passé la plus grande partie de mon été. Tous les soirs c’était une nouvelle fête en vue… » Et un nouveau mec en vue ? Non, enfin pas tout à fait… « Je n’ai pas quitté l’Irlande mais je ne regrette vraiment pas ces vacances, je me suis vraiment amusée ! » Vanessa ne s’attarda pas sur le sujet, désireuse avant tout d’entendre le récit de sa meilleure amie.

Finalement, Vanessa se redressa pour s’asseoir et regarda Séra avec insistance, comme pour lui faire comprendre que celle qui avait des choses à raconter c’était elle, et qu’il fallait qu’elle s’y mette rapidement. « Tu fais exprès ou tu veux juste me faire mourir d’impatience ?! » Vanessa la pinça gentiment au bras pour la faire réagir. « Allez, crache le morceaux et dis moi qui est cette personne que tu as rencontrée !!! »

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa Mar 30 Oct - 15:15
Comment tenir bon face à une famille comme la sienne ?
Séraphine vous dirait qu'il faut avoir de l'espoir et beaucoup de volonté. N'aurait-elle pas été sorcière qu'elle n'y serait sans doute pas parvenue. Poudlard avait été une véritable libération pour elle, ces dix longs mois où elle était plus ou moins livrée à elle-même, loin de cette famille de fous. Vous me direz, n'aurait-elle pas été sorcière qu'elle n'aurait peut-être pas eu ces problèmes avec sa famille... Ce à quoi je rétorquerais qu'avec son caractère, peut-être les choses n'auraient pas autant dégénéré, mais elle en aurait souffert tout de même. Il y aurait donc eu du plus, mais aussi du moins.
En tout cas, je mets qui que ce soit au défi de dire à ma petite Raph que sa famille est le pire du monde... Et de survivre à sa réaction.
Alors oui, sa nouvelle vie avait un petit goût de paradis, et avait quelques chose d'inespéré. Non seulement elle avait pu tourner la page, s'éloigner de manière définitive de ces fous qui lui servaient de parents, de ce couard qui lui tenait lieu de frère, mais en plus elle avait pu faire la connaissance d'un homme charmant, et avec lequel elle était comblée. Seule ombre au tableau : Poudlard. Cette école qui avait été sa libération pendant six longues années était désormais la prison qui la tenait loin de cette vie à laquelle elle avait pu goûter pendant deux mois.
Mais si elle avait réussi à tenir dix-sept ans au sein d'une famille de dingues, dans l'unique attente d'une vie meilleure après sa majorité, elle pourrait bien tenir dix mois loin de l'homme qu'elle aimait.
En tout cas, vis à vis de Vanessa, cette simple phrase avait fait mouche ; et sa réaction arrache un sourire à la toute nouvelle blonde, attendrie. Mais Séraphine ne serait plus Séraphine si elle n'essayait pas, au moins une fois, de se dérober comme une anguille, serpent des eaux, pouvait échapper à la poigne des prédateurs.

La brune s'allonge à côté d'elle et, sans trop réfléchir, l'adolescente tend une main, tête toujours appuyée sur son poing, pour jouer avec ses cheveux sombres. La réponse à la question qu'elle avait posée ne tarde pas ; bien sûr qu'elle avait passé de bonnes vacances. Même avec une famille complexe et invivable, elle avait pu s'amuser, faire la fête – et probablement s'envoyer en l'air, mais cht ! – et...
Et surtout, la voici qui se redresse, ses cheveux glissant entre les doigts de Blanche-Neige – qui n'en est plus une, peut-être ressemblait-elle davantage à Raiponce, maintenant – qui lève les yeux sur elle. On lui pince le bras, on insiste, et Séraphine sourit plus largement, se laissant de nouveau tomber sur le dos, incapable de garder une position statique plus d'une minute apparemment.
« Il s'appelle Nioclàs. » souffle-t-elle doucement en penchant la tête sur le côté. « Il est grand, brun, Irlandais, un peu plus âgé que nous... Et fait l'amour comme un dieu. »
Le détail qui tue. Hey ! Tout le monde sait que les filles partagent les détails les plus crus de leur sexualité, voyons. Sinon, constatez comme l'adolescente est adepte de l'euphémisme ; non pas dans les performances de Nioclàs au lit – ne lui en déplaise – mais plutôt dans son âge. Comme elle en parlait, on aurait pu penser à un homme d'une petite vingtaine d'années, et certainement pas au jeune trentenaire qu'il était en réalité. Mais ça, ça n'était pas vraiment le problème de Séraphine pour le moment. Ils n'avaient pas encore vraiment eu de problèmes vis à vis de cela, si ce n'est dans les décalages de mentalité qui se distinguait parfois ; mais, ignorante de l'avis des parents de ce dernier, de la réaction des siens propres face à lui, et de celles des mères sur le quai 9 ¾ le jour où elle avait pris le Poudlard Express, elle ne s'en souciait guère.
En même temps, si Séraphine se préoccupait des conventions, ça se saurait, n'est-ce pas ? Ce que pensaient les autres n'était pas tant son problème que ça. Elle s'en foutait totalement.
« Eeeet si, mes escapades le concernent, figure-toi. » ajoute-t-elle avec cet air malicieux qui n'appartient qu'à elle. « En fait, je l'ai rencontré tout juste deux jours après être partie de chez mes parents et... et... » La jeune fille cherche un moyen de s'expliquer clairement. Peu bavarde, elle n'a pas vraiment de talent de conteuse, malgré une mémoire qui lui fait rarement défaut. « … Et voilà quoi ! Il m'a accueillie chez lui début juillet et ne m'a plus laissée partir. »
Et on ponctue le tout d'un sourire, l'éclat dans le regard, trahissant les sentiments que l'adolescente refusera de formuler – inutile de lui demander si elle est amoureuse, donc.

________________________





Invité

MessageSujet: Re: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa Lun 19 Nov - 16:43
C'est en entendant Seraphine parler de l'homme qu'elle avait rencontré durant ses vacances, que Vanessa réalisa que c'était la première fois que sa meilleure amie lui parler d'un homme de cette façon. Jamais encore elle ne l'avait vue si.... Amoureuse ? Oui, amoureuse semblait être le mot juste, même si Vanessa n'en connait pas le sens exact. La jeune fille et l'amour n'étaient pas deux notions qu'il était possible d'associer, mais à présent elle ne pouvait plus en dire autant de sa meilleure amie qui semblait complètement mordue de cet homme qui l'avait recueillie chez elle durant les vacances scolaires. Voir ainsi Séraphine n’était pas pour déplaire à Vanessa qui sentait à quel point son amie était heureuse. Elle était sincèrement contente pour elle, même si la voir connaitre ce bonheur la mettait irrémédiablement en garde contre les risques que cela impliquait. Aimer n’était pas de tout repos, et pouvait rendre autant heureux, qu’il pouvait vous couper les ailes et vous conduire tout droit en enfer. Voilà ce que n’aimait pas Vanessa avec cette notion. Devoir souffrir pour quelque moments de bonheur. Est-ce que ça en valait la peine ? Car à ses yeux, l’amour amenait toujours la souffrance, et pour ça il suffisait de voir sa famille qui en était la représentation même. De ce fait, Vanessa avait opté pour une option bien moins compliquée, s’amuser, profiter, mais ne jamais s’impliquer. Prendre seulement les bons côtés et oublier les contraintes et les souffrances assimilées à cette notion d’amour que tout le monde semblait mettre sur un piédestal. Elle était heureuse ainsi et la situation lui convenait parfaitement. En revanche, Séraphine avait opté pour une voix différente à présent, et même si Vanessa était contente pour sa meilleure amie, elle ne pouvait s’empêcher de redouter qu’un jour les choses se compliquent. Voir Séraphine souffrir à cause d’un homme... Une idée qui était loin de rassurer Vanessa qui décida de tout de même se réjouir pour sa meilleure amie. Cette dernière souriat bêtement, ce qui fit sourire Vanessa. «Arrête de sourire comme une idiote, ton Nioclàs ne va pas surgir du plafond !» Répondit La jeune fille en rigolant, une fois que sa meilleure amie eut terminé de lui raconter son été. Elle prit un cousin et le lança à la figure de la Serpentarde afin qu’elle remette les pieds sur terre.

Vanessa se leva et commença à faire les cent pas dans la chambre, un sourire toujours accroché à ses lèvres. Elle adorait taquiner sa meilleure amie et la savoir amoureuse était un sujet parfait pour gentiment se moquer d’elle. « Je suis sincèrement désolée Séra, mais l’heure est grave et je dois te révéler quelque chose qui va probablement te choquer....» Commença Vanessa sur un ton des plus sérieux, et tout en continuant à faire les cents pas. «Tu ne vas certainement pas me croire quand je vais te l’annoncer... C’est tellement improbable en même temps....» Vanessa s’arrêta soudainement et se tourna vers Seraphine l’air grave. «Je suis vraiment désolée d’avoir à t’annoncer une chose pareille, mais c’est mon devoir en tant que meilleure amie...» Elle s’approcha de sa meilleure amie et se mit à sa hauteur. « Je crois que.... t’es foutue Séra.... t’es officiellement mordue... Pour ne pas dire... Amoureuse....» A deux doigt de se mettre à rigoler, Vanessa mit sa main devant sa bouche faisant mine de retenir des larmes de peines, alors qu’il s’agissait plus d’un fou rire. «Quelle immense perte pour la ligue des croqueuses d’hommes dont tu ne fait plus partie....» Vanessa reprit son sérieux un instant, retira sa main de devant sa bouche et un sourire malicieux se dessina sur son visage. « Remarque ça signifie une concurrente en moins, donc plus de choix pour moi !»

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa Jeu 22 Nov - 13:25
Le coussin, qui avait préalablement trouvé le nez de la blondinette en percutant son visage, vole à nouveau dans la pièce, pour aller s'échouer sur la seconde Serpentard dans un pof tout doux, tout faible. Séraphine n'a jamais eu de force, et ce n'était pas en s'armant d'un pauvre oreiller qu'elle allait arranger les choses...
Les moqueries de sa meilleure amie la vexait-elle ? Pas le moins du monde ! Elle se prend au jeu, cesse de fixer bêtement le plafond, se reprend même, et observe même le manège de Vanessa, toute occupée qu'elle est à vouloir lui annoncer la nouvelle... À savoir : la plaisanterie suivante. Et la belle comédie qu'elle ponctue, donc, comme dit précédemment, d'un superbe jeté de coussin tout droit sur la belle brune.
L'adolescente esquisse une moue adorable avec ses lèvres, à mi-chemin entre celle qui tente de bouder et celle qui se retient de glousser aussi bêtement qu'une oie de Gryffondor. Ah ça, on oublie souvent que, derrière leurs attitudes de séductrices, ces deux jeunes femmes fatales sont des adolescentes avant tout, et qu'elles sont aussi capable de rire d'idioties, de glousser idiotement en pensant à un garçon, ou de pleurer dans les bras l'une de l'autre.
Des jeunes filles comme les autres, si sorcières ou torturées soient-elles.
Sans se redresser, cette fois, les cheveux blonds formant une bien ironique auréole autour de sa tête, Séraphine observe sa camarade qui se retient de rire, et ne peut s'empêcher de sourire plus grandement.

« Tu parles d'une concurrente ! Nous ne jouons pas dans la même cour, très chère, garde donc tes jeunes chiots à peine capables de trouver leur queue dans leur caleçon ! » raille-t-elle gentiment. La préférence de l'écossaise pour les hommes plus âgés ne datait pas d'aujourd'hui, après tout, et même si Nioclàs remportait la palme à ce jeu-là, la petite croqueuse d'hommes avait toujours eu un faible pour les plus âgés... De préférence même n'était plus à Poudlard.
C'était bien plus pratique pour se faire offrir des cadeaux, qu'on se l'dise. Mais cht.
Le sourire moqueur s'efface partiellement, pour qu'elle puisse retrouver son habituel air songeur, bien que cette fois-ci ses pensées ne soient pas occupées à imaginer mille et une manière de torturer Esther Nott. C'est peut-être même là ce qu'il y a de plus inquiétant. L'Amour l'obligeait, pauvre petite chose, à développer sa pensée de façon à pouvoir réfléchir à plusieurs procès en même temps. Et ça n'était pas si simple ! Imaginez comme cela peut être difficile d'avoir un esprit focalisé sur le manque créé par l'absence d'un homme, en même temps qu'on le tiraillait vers les jeux d'esprit tendant à la moquerie, ou que la volonté d'une vengeance lente et douloureuse s'instillait en ses entrailles !
Dur dur d'être Séraphine, n'est-il pas ?

« Eh oui, je crois bien que je suis amoureuse mais... » Elle tourne doucement la tête vers elle, repliant un bras sur son buste, redevenant brusquement sérieux. « … Mais je ne sais pas si c'est une mauvaise chose. Après tout, si les gens courent après l'amour tant que ça, ça ne peut pas être si mauvais. » Après, il y avait toujours les disputes, les doutes, les craintes, les ruptures... Toutes ces choses qui pouvaient faire souffrir autant que l'amour pouvait ennivrer. Mais contrairement à Vanessa, Séraphine pensait que le jeu en valait la chandelle – chose qu'elle ne pensait pas avant d'avoir mordu à pleines dents dans le Fruit Défendu. Elle n'avait pas pensé, avant de croiser les yeux bleus d'un Mor'Du aux airs de Papa Ours, que le bonheur était quelque chose d'aussi précieux et d'aussi reposant. Se sentir enfin apaisée, vivre sans se poser trop de questions, sans que la crainte ne ponctue le quotidien... Tout cela avait été nouveau pour elle, et sans doute était-ce ce qui avait donné une douceur supplémentaire à la tendresse de l'expérience.
Non, rien de rien, non elle ne regrettait rien.
« Je n'ai même pas eu le temps de comprendre ce qu'il se passait, tu sais. Tout est allé tellement vite, maintenant que j'y pense... Enfin. » Ah. Elle conclue. On dirait qu'elle veut fermer la conversation. Pour dériver sur leur opinion de l'amour – pourquoi pas ? – ou sur quelque chose concernant plus Vanessa ? Il n'était pas nouveau que la jeune fille n'aimait pas vraiment parler d'elle. Tous ses proches en avaient un jour fait l'expérience, de cette façon énigmatique et elliptique d'aborder les choses, comme si elle était incapable de les formuler dans leur totalité.
Et pour certaines, c'était bel et bien le cas.
« Tu restes bien trop vague sur ton été à mon goût. Je veux du détail, du croustillant, des numéros de téléphone, bref, la totale ! » Ah, elle se relève. You won't ride away from me, semblent dire ses yeux curieux, dardant la brunette de leur éclat. Elle voulait tout savoir.
Tout.
Chacune son tour.

________________________





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa

Les hommes préfèrent les blondes ? | Vanessa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Cachots :: Salle Commune de Serpentard-