AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Mer 24 Oct - 20:58
June émit un long bâillement qu’elle tenta de dissimuler derrière l’une de ses mains. Ah, c’était quand même dur de se lever de nouveau tous les matins à heures fixes après deux mois d’anarchie totale… Soupirant, elle attrapa son uniforme et cinq minutes plus tard elle était déjà sortie du dortoir, plus ou moins peignée, la tête toujours dans le guidon. La salle commune était déserte ; tous devaient déjà être au petit-déjeuner. Ronchonnant après les filles de son année qui n’avaient pas pris la peine de veiller à ce qu’elle se réveille à l’heure, June descendit jusqu’à la Grande Salle, le ventre grondant son mécontentement. Ca lui apprendrait à pester après les bonnes âmes qui avaient longtemps tenté de la réveiller le matin… Pas étonnant qu’elles ne se risquaient plus à faire cela lorsque le seul remerciement qu’elles obtenaient était un oreiller très expressif dans la figure !

Lorsqu’elle déboula dans la Grande Salle, les odeurs du petit-déjeuner assaillirent ses narines et son ventre redoubla de protestations. La jeune fille se dirigea comme un boulet de canon vers la table des Gryffondors et s’assit sans plus de ménagement à côté d’une fille de deuxième année qui sursauta à son arrivée. June émit un grognement de satisfaction lorsque son assiette fut remplie de toast et de porridge. Elle avala sa première bouchée en fermant les yeux de délices, et put enfin faire taire son estomac tapageur. Alors qu’elle entamait un deuxième toast, des battements d’ailes et des hululements caractéristiques de l’heure de la distribution de courrier attirèrent à peine son attention. Elle leva seulement un sourcil lorsqu’un paquet manqua de peu son assiette. Lâchant son toast, la jeune fille s’essuya les mains et attrapa la chose qui avait failli saboter son petit-déjeuner : c’était un paquet d’une jolie couleur verte, dont l’écriture au dos indiquait :

Séraphine Mistaken, Poudlard


June poussa un long soupire. Encore un piaf qui avait passé une mauvaise nuit… Elle jeta un regard infiniment désolé à son toast, puis se leva avec toute la détresse du monde sur les épaules. Plissant les yeux, elle chercha une tête blonde parmi la table des Serpentards et s’aventura en sa direction. Elle marqua cependant un temps d’arrêt, et jeta un regard curieux au paquet qu’elle détenait. Qu’y avait-il là-dedans ? De délicieux chocolats ou d’intéressants petits secrets ? June se mordit les lèvres. Après tout, si elle s’en allait, là, maintenant, personne n’en saurait rien, n’est-ce pas ? Oh, mais ce n’était pas très sympathique envers Séraphine. Après tout ce n’était pas comme si elles se détestaient… Au contraire, elles avaient plutôt partagé un lit (enfin un fauteuil, mais ne nous attardons pas sur les détails). Le pourpre vint aux joues de la Rouge et Or en repensant à cette soirée de début mai, en sixième année… Secouant doucement la tête, June sortit de ses pensées et se remit en route vers la table des Serpentards. Une fois arrivée à la hauteur de Séraphine, elle déposa le paquet près de la jeune fille.

« Bonjour bonjour, c’est le facteur ! »

Elle lui fit un sourire mais remarqua bien vite une jolie brioche et se désintéressa quelques secondes de son interlocutrice. Le petit-déjeuner chez June, c’était sacré !

________________________


avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Jeu 25 Oct - 20:33
Vendredi 10 Septembre


You know what ?
Séraphine est d'une mauvaise humeur toute particulière ce matin. En cause ? Elle ne s'est pas vraiment remise de la blague qu'Esther avait osé lui faire. Si elle l'avait en partie oubliée la veille, en papotant avec Vanessa, le souvenir était revenu brutalement quand elle avait croisé son reflet dans la glace.
Elle était blonde.
La veille encore, elle s'était levée avec ses belles boucles d'ébènes, ses cheveux noirs de jais tombant gracieusement sur ses épaules. Aujourd'hui, elle devait faire avec la paille qui lui donnait un air pour le moins vulgaire... Et ça l'agaçait profondément. Pourtant, elle était bien décidée à ne rien faire transparaître.
Oui, elle était de mauvaise humeur.
Oui, elle était blonde.
Mais elle serait la blonde la plus canon, la plus sexy, la plus désirable de toute l'école.
Fuck you, bitch.
Alors voici comment, malgré le reflet obscène qu'elle voyait, elle avait décidé de se faire jolie. Elle avait arrangé ses cheveux avec des boucles plus larges qu'à l'habitude, avait adapté son maquillage de façon à ce qu'il soit plus clair – et donc plus adapté à sa peau d'albâtre et à ses cheveux d'or – et avait changé la couleur de certains de ses vêtements. Bien sûr, son uniforme serait inchangé, mais croyez-moi que le reste du temps, elle allait s'efforcer de faire regretter son choix à Esther.
La blondeur la rendrait belle. Foi de Mistaken.

Elle desserre la cravate autour de son cou, défait les deux premiers boutons de son chemisier, enfile ses bas, ajuste sa jupe, met ses chaussures à talons. Les lèvres roses, les yeux soulignés de noir, la voici qui sort de la salle commune, le dos droit et le port altier, bien décidée à affronter cette journée avec toute la fierté qui seyait à sa personne.
Clac, clac, clac, les talons résonnent sur son chemin jusqu'à son entrée dans la Grande Salle où leur claquement est étouffé par le bruit des conversations. Elle remarque bien certaines personnes qui ont un temps d'arrêt en la remarquant, croise le regard de MacFusty qui semblait lui dire qu'elle avait intérêt à fermer ce décolleté avant son arrivée en cours, mais ne s'arrête pas pour autant, prenant le chemin de la table de sa maison.
Sa main se tend et attrape la carafe de jus de citrouille, breuvage qui constituera sa seule source de vitamines pour la matinée. Elle n'avait pas faim. Il faut dire qu'elle n'avait guère très faim, ces derniers temps... Et mangeait le strict minimum.
Enfin bon...
Voici que c'est l'heure du courrier. Verre au bord des lèvres, la jeune fille lève la tête dans l'espoir d'apercevoir Thor, hibou au mauvais caractère, qui lui apporterait quelques nouvelles de l'extérieur. Il lui semble l'apercevoir, en effet, mais aucun paquet, aucune lettre ne vient...
Hm ?
Une lettre vient de se glisser sous son nez. Séraphine l'attrape à la volée, la tourne, fronce les sourcils. Depuis quand Nioclàs lui écrivait-il avec ce genre de... June McFallen. Oh. C'était pas pour...
Mais la réflexion ne va pas plus loin. Voici qu'un hibou qu'elle identifie immédiatement se pose devant elle : Thor. Les ailes vides. La jeune fille hausse un sourcil ; certes ce hibou était intelligent et n'avait probablement fait qu'une erreur de visée mais quand même...

« … Tu avais rien pour moi, espèce de piaf empoté ? » Le hibou, qui était régulièrement de mauvaise humeur – et qui battait jusqu'à Séraphine dans le domaine – ulule de mécontentement, claquant du bec. La jeune fille pince les lèvres, à deux doigts de lui envoyer son jus de citrouille au visage, quand un paquet d'un beau vert – vert Irlande, évidemment – est posé à côté d'elle. Ses yeux se lèvent et elle identifie June...
À qui elle tend la lettre qu'elle avait reçue à sa place.
« Bonjour, Madame la Factrice. » fait-elle calmement. « Vos hiboux sont particulièrement bigleux ce matin. »
Et Thor de ululer d'indignation, claquant du bec en réclamant récompense pour l'exécution de sa mission. La serpentard grogne et attrape un biscuit qu'elle émiette un peu précipitamment, mettant le tout dans une coupelle dans laquelle l'oiseau se met à piocher copieusement.
Morphale.
Tel maître, tel piaf.
Et puis voici que June 's'invite' plus ou moins à sa table, puisqu'elle attrape une brioche. Malgré son humeur, l'écossaise pousse une tasse vide vers la Gryffondor, ainsi que le pichet chaud de café. « Tiens, installe toi, tant qu'à faire... Des nouvelles de la famille? » questionne-t-elle en défaisant minutieusement son paquet.
Elle ouvre la petite boite, et découvre...
Oh.
My.
Fucking.
God.

Nioclàs avait repéré bien trop vite ses petites faiblesses, c'était pas du jeu ! Le jour avant qu'ils se revoient, lui envoyer des pâtisseries marocaines au miel ! Et vu leur tête, il les avait faites lui-même. Oooooh ! Là, il ne faut pas la prendre par les sentiments. L'adolescente glisse sa main dans le paquet, en chope une au hasard, et l'enfourne dans sa bouche – elle peut ouvrir la bouche en grand, uiuiui – et mâche joyeusement, des étoiles dans les yeux.
Mauvaise humeur ? Elle était de mauvaise humeur ? Ah bon ? Là, elle n'était plus que douceur et bonheur sucré.
Attendez, des pâtisseries au miel, quoi.
Un claquement de bec la ramène à la réalité alors qu'elle remarque la petite note de Nioclàs, lui donnant une heure et un lieu de rendez-vous pour le lendemain. Thor s'approche de la boite, et essaie d'y fourrer son bec... Et la jeune fille a tôt fait de tout fermer, fusillant le hibou du regard. Ah non. Non ! C'était ses douceurs rien qu'à elle, dégage l'oiseau ! Oh l'oiseau. La jeune fille attrape son sac, en sort un morceau de parchemin, une plume, de l'encre, écrit un petit mot à la va-vite, pour signaler son accord à Nioclàs et témoigner de sa hâte de le revoir, signe, fixe la lettre à la patte du piaf, avale les restes de pâtisseries qui collaient encore à ses molaires, et grommelle :
« Allez, magne toi, Thor, ouste, hop, au boulot ! » Nouveau ululement de l'animal qui s'envole d'un mouvement d'aile, laissant Séraphine à ses tendresses et à son jus de citrouille.
Et à June, aussi, accessoirement.

« Alors, Miss-je-squate-à-une-autre-table, toujours pas de nouveau plan cul pour commencer l'année? »

________________________


avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Mer 21 Nov - 19:42
La Rouge et Or émit un petit rire joyeux lorsque Séraphine lui tendit sa propre lettre, celle qu’elle aurait du recevoir à la place du petit paquet vert. Elle se contenta de hocher la tête – bigleux, oui, c’était le mot – et s’installa tout naturellement à côté de Séraphine, la bouche pleine de brioche, qu’elle pointait du doigt pour faire comprendre que c’était mal de parler la bouche pleine. Puis elle leva les yeux vers le plafond, y cherchant un plumage ambré, mais la plupart des oiseaux étaient déjà repartis, et il n’y avait pas une seule trace de la jeune chouette de la famille, Amber, toute récemment acquise par ses parents – le vieil hibou Alfred profitait actuellement d’une douce retraite bien méritée. Laissant échapper un soupir, la jeune fille reporta son attention sur ce qu’elle avait entre les mains : une lettre, donc. Elle fronça les sourcils lorsqu’elle ne reconnut pas l’écriture et se dit qu’elle avait peut-être accusé à tort la jeune chouette : la lettre ne venait pas de ses parents. Adressant un repenti silencieux à l’animal, elle allait ouvrir la lettre lorsqu’elle se rappela où elle se trouvait : à la table des Serpentards, en train de casser tout naturellement la graine avec Séraphine. Non, vraiment, ouvrir son courrier maintenant serait peut-être la provocation de trop – eh, passe-moi la gazette du sorcier pendant que t’y es, s’teuplait ! Elle se racla la gorge et fourra l’enveloppe dans l’une des poches de son uniforme, uniforme rouge et or qui tranchait dangereusement avec le vert et argent des autres personnes présentes. Jetant presque un regard honteux aux miettes de la brioche qu’elle avait récemment engloutie (miettes qui gisaient, provocatrices, sur une table ennemie), elle se tourna vers Séraphine, se convaincant qu’elle était en quelque sorte l’unique rempart qui la séparait des autres Serpentards qui commençaient manifestement à lui lancer des regards hostiles. Et ce fut en laissant tomber son regard sur la superbe chevelure blonde de la jeune fille qu’elle se rappela soudainement que c’était pile le jour pour ne pas se retrouver à la table des Vert et Or quand on était une Gryffondor. Oh.

Holy crap.

Elle maudit quelques instants Esther et sa baguette versatile, mais elle fut arrêtée par la voix de Séraphine. Le mot « plan-cul » lui fit promptement relever la tête et elle ouvrit bêtement la bouche (où il n’y avait plus nulle trace de brioche, Dieu merci) pour la refermer aussi sec. Puis elle eut un sourire faussement contrit, et pencha la tête vers le reste de la tablée, tentant de ne pas laisser la panique l’envahir : tout était une question de maîtrise, allons.

« Non, mais figure-toi que d’ici quelques minutes je risque bien de me faire gang-banged par tes petits amis. Tu veux participer ? »

Petits amis qui continuaient à lui lancer des regards meurtriers… Ca ne sentait pas très bon pour ses fesses, sans mauvais jeu de mots avec le gang-bang précédemment cité, bien sûr. Se levant lentement et de façon maîtrisée (« C’est faux, j’ai pas peur ! »), June épousseta sa jupe de quelques tapes de la main, l’air de rien, et enjamba le banc.

« C’est pas tout, mais faut que j’y aille », lança t-elle à Séraphine. Puis prise d’un soudain élan de stupidité, elle ajouta : « Au fait, ça te va bien le blond, tu sais. »

Ce fut à ce moment là que, tournant le dos à la tablée des Serpentards, elle rentra en collision avec un objet non identifié. Poussant un petit cri de surprise, rouvrant les yeux qu’elle avait fermés sous la surprise, elle tomba le nez sur ce qui semblait être un blason de Serpentard, celui cousu sur le haut de l’uniforme de Poudlard. Ah oui, et accessoirement c’était bien un Serpentard qui lui barrait à présent le chemin.

Okay, keep cool.

________________________


avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Sam 24 Nov - 13:40
Pour l'ambiance du rp, parce que ça va bien à June là ~ : http://www.youtube.com/watch?v=IJNR2EpS0jw
N'hésite pas à me dire si quelque chose ne te va pas /o/


Gang-banged ?
Séraphine hausse un sourcil en entendant June faire sa remarque, et finit par se tourner pour balayer la table des Serpentards du regard. Ah oui. En effet. L'arrivée d'une gryffondor par ici n'était pas pour plaire à tout le monde dirait-on. La jeune fille pince simplement les lèvres avant de hausser les épaules, indifférente ; ils étaient idiots, elle n'y pouvait rien. Après, il était certain que pour son intégrité physique, il valait mieux que June ne reste pas trop longtemps installée ici, avec sa brioche et ses miettes provocatrices.
Et visiblement, la brunette pense la même chose, si elle en croit sa façon de s'épousseter la jupe et de s'apprêter pour un repli stratégique tout à fait indiqué.
Avec une ultime provocation pour la route. La blondinette lui lance un regard noir bien senti, du genre de celle qui n'est pas trop contente qu'on se moque de sa nouvelle et non-désirée couleur de cheveux. N'en rajoute pas, toi, si tu ne veux pas qu'il t'arrive des misères... Surtout venant de ta seule alliée à cette table. Car il faut dire qu'il n'est pas certain que la Gryffondor puisse repartir en un seul morceau, pour le coup. Peut-être ne perdrait-elle qu'un bras dans la bataille, mais rien n'aurait su le garantir...

Surtout quand on voit que quelqu'un a décidé de faire barrage. L'écossaise, silencieuse, lève les yeux sur Nicolas Gibbins qui, lui, a tout sauf une attitude amicale envers la septième année. Bonté divine, il avait mangé du lion – haha – ce matin ou quoi, Gibbins ? Lui qui n'était pas fichu de se prendre par la main... Ah mais il avait des potes avec lui, voici qui expliquait tout ! Il avait besoin de se sentir soutenu par sa bande d'idiots pour s'affirmer.
Évidemment. Ce type était lamentable.

« Hey la Bouffondor, tu t'es perdue? » fait-il d'ailleurs avec un air qu'il veut mauvais mais que Séraphine ne trouve absolument pas convaincant. Eh bien, il avait encore des progrès à faire le petit... Là, il était assez misérable. Mais il est gonflé d'orgueil, aidé par les rires gras de ses camarades qui le félicitent de sa remarque, et les hochements de tête approbateurs qui s'esquissent ça et là autour de la table.
Ah ça, elle n'est clairement pas la bienvenue...
Et voici que le Serpentard, enhardi par l'accord global qui l'obtient, renchérit : « Tu sais ce qu'on leur fait, nous, aux petites bêtes perdues dans ton genre? » déclare-t-il plus qu'il ne menace, ne se sentant visiblement plus pisser vis à vis de cette nouvelle et éphémère popularité qu'il acquiert à la table.
Ridicule. Et ça, c'était Serpentard. La petite édiombourgeoise aurait presque honte de porter le même blason que cet idiot du village. Enfin, pour une fois qu'il ne chouinait pas... Même si, pour cette dernière variable, rien ne garantissait que ça puisse durer.
Lentement, notre blondinette se lève, enjambe le banc, et vient se placer à côté de June. Sans un mot – elle n'est pas du genre à parler pour ne rien dire. Il faut dire que le simple fait de la voir s'allier – implicitement – à une Gryffondor était assez notable pour que ça se passe de commentaire. Et toujours sans un mot, elle porte la main à la ceinture de sa jupe pour empoigner sa baguette et la dégainer. Si ces messieurs voulaient employer la violence, ils auraient quelqu'un à qui parler en face, soyez-en sûrs.
Si cela ne dégénérait pas en bagarre générale, évidemment... D'ailleurs, du côté de la table des professeurs, tout cela attire le regard et on dirait que les sages adultes surveillent de près ce jeu de menaces plus ou moins explicites. Et si celle de Gibbins passait par la parole, celle de Séraphine passait par l'attitude et le regard. Clairement, elle était prête à lancer un maléfice bien senti au premier mouvement suspect.
Et justement, parlons-en, des mouvements suspects, mes amis les dés vont décider de la suite du jeu \o/ Bon courage à ma collègue pour s'occuper de tout cela par la suite !

Lancer de Dés:
 

________________________



Dernière édition par Séraphine E. Mistaken le Sam 24 Nov - 13:40, édité 1 fois

avatar

Messages : 338


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Sam 24 Nov - 13:40
Le membre 'Séraphine E. Mistaken' a effectué l'action suivante : Hasard

'Hasard' :

________________________


http://thesorcererstales.forumactif.fr
avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Lun 26 Nov - 22:26
Tandis que le Serpentard – un dénommé Gibbins si sa mémoire était bonne – ouvrait la bouche pour laisser sortir quelque ineptie, les lèvres de June se crispèrent sur un rictus. Ca va, pas trop le kiki tout dur, le mec ? La pensée d’aller lui chatouiller sa piètre virilité d’adolescent en pointant dessus sa baguette magique lui fut épargnée par le résonnement de rires gras autour d’elle. La jeune fille jeta un coup d’œil sur les côtés et perdit toute trace du rictus précédemment affiché au profit d’une grimace – ah non, c’était de la triche ! Mais les Serpentards n’étaient après tout pas vraiment connus pour leur sens de l’équité. Poussant un soupir mental, June fit très doucement glisser sa main vers la poche où se trouvait nonchalamment rangée sa baguette magique. Mais un mouvement sur sa droite devança parfaitement son intention : voilà qu’un éclair blond se rangeait près d’elle, baguette en main, œil noir et air féroce, Séraphine dans toute sa superbe. Lui adressant un rapide regard de reconnaissance (après tout la Vert et Argent aurait pu lui tenir rigueur de sa dernière réplique), June eut bien l’intention de finir ce qu’elle avait entrepris. Cependant elle esquiva de justesse une sorte d’éclair bleu qui passa très, très près d’une de ses mèches de cheveux.

« Qu’est-ce que… »

Elle n’eut pas le temps d’en dire plus, car un autre éclair – cette fois rouge – vint lui lécher le coude gauche. Elle sursauta et saisit sa baguette avant de la brandir vivement droit devant elle, tandis qu’elle croisait le regard d’un des Serpentards qui semblait chuchoter tout en pointant sa baguette vers elle. Chuchoter, baguette ? Oh my…

« PROTEGO ! » s’exclama t-elle dans un réflexe tandis qu’un rayon se dirigeait à toute vitesse vers elle, droit sur sa poitrine. June recula de deux pas sous la puissance du sortilège ennemi, mais son bouclier tint finalement bon. Elle poussa un énième soupir de soulagement mental, bien vite débordé par un rayon qui venait… En sens inverse. Elle se retourna aussi sec pour voir que ce dernier venait de la baguette d’un Gryffondor. Et allez, bataille générale ! Elle n’eut pas le temps d’apercevoir les autres visages qui venaient se joindre à cette joyeuse embardée matinale car un nouveau rayon menaçant la frôla de peu et alla défoncer un bout de banc. June blêmit légèrement en pensant que cela aurait pu faire la même chose à sa jambe, puis chercha Séraphine du regard. Ce qui n’était pas une mince affaire au regard du capharnaüm général qui régnait à présent dans la Grande Salle… Bon, certes, c'était le résultat de tensions depuis longtemps exacerbées. Mais une petite voix dans sa tête lui chuchota que quand même, si elle n'était pas venue s'asseoir à la table des Serpentards... Oui, mais si elle était venue, c'était à cause de l'échange de courriers, et rien d'autre ! Donc, c'était la faute des piafs, et uniquement des piafs. Problem solved !

Un nouveau rayon rouge qui venait de lui raser la tête lui fit remarquer que, non, le problème n'était pas résolu. Et qu'il était loin de l'être tandis qu'une espèce de bête à quatre bras et quatre jambes s'affalait à ses pieds dans des grognements quelques peu vulgaires. C'est qu'on en venait littéralement aux mains... June releva la tête et contempla le désastre qu'elle avait bien sûr aidé à réaliser.

C’eeest une beeeelle jouuuurnéééée !

________________________



Dernière édition par June E. McFallen le Lun 26 Nov - 22:45, édité 3 fois

avatar

Messages : 338


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Lun 26 Nov - 22:26
Le membre 'June E. McFallen' a effectué l'action suivante : Hasard

'Hasard' :

________________________


http://thesorcererstales.forumactif.fr
avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Lun 26 Nov - 23:01
Esther jubilait. Vraiment. Parce qu'elle allait enfin pouvoir contempler le merveilleux résultat de sa dernière manœuvre à l'encontre de cette fichue Serpentard de Séraphine, à cause de qui elle avait vécu la pire expérience possible au monde. Non, je ne parle pas de ce qu'elle avait surpris dans le Poudlard Express (quoique), mais de cet échange d'enveloppe corporelle qui avait eu lieu. Arg, ça avait été vraiment horrible, immonde et... beurk quoi. Heureusement qu'elle avait pu redevenir elle-même. Mais n'ayant pas apprécié ce qu'il était arrivé à ses vêtements, elle avait décidé de se venger, dans toute l'illustration de son esprit fourbe et inventif. Et si l'idée avait eu du mal à faire son chemin – parce qu'après six ans passé à se pourrir la vie, forcément, on finissait par plus avoir grand chose à faire – elle lui était finalement tombée entre les mains telle l'illumination salvatrice de l'élu. Pour finalement atterrir dans une bouteille de shampoing.
Néanmoins elle ne s'était pas levée plus tôt pour autant. Parce qu'il fallait qu'elle la joue cool, surtout en arrivant dans la Grande Salle. C'est la raison principale qui avait fait que la jeune femme ne s'était pas levée particulièrement tôt pour le coup, prenant son temps pour goûter à la grande liberté qu'elle pouvait trouver dans son lit à dormir, notamment. C'est ainsi qu'elle finit tout de même par quitter Morphée, pour se préparer pour le petit dej', parce qu'elle avait cours quand même. Et qu'elle commençait avec Alexandre en plus, alors il valait mieux pas qu'elle soit en retard, et pour ça, elle aurait à récupérer Ty notamment, et se connaissant l'un comme l'autre, ça risquait de traîner un peu à la table du petit dej', tout ça. Bref. Je vous passe les détails de la préparation et le chemin jusqu'à la Grande Salle, où elle doit s'arrêter de temps en temps pour saluer des élèves qui montent ou qui descendent plus ou moins vite qu'elle et son compagnon de toujours.

Ceci dit, les voilà qui gagnent finalement le hall, et alors qu'ils s'apprêtent à entrer, une certaine Serpentard qui sort de la Grande Salle s'approche pour la saluer. Il s'agit évidemment de Samara. Aaaah, la douce Samara qui fait battre le cœur de la Gryffondor sans même que celle-ci s'en rende compte. Ou ne l'admette, plus simplement. La conversation s'engage entre elles, alors que Ty, un peu bougon de se voir voler ainsi son amie, continue son chemin pour rejoindre la table afin de manger, libéré de la contrainte de sa peur d'absence de présence étant donné la foule qu'il y avait là. Bah ouais, c'était l'heure un peu de pointe, celle où tout le monde était déjà arrivé, sauf quelques retardataires. Finissant par replacer quelques mèches de cheveux de la jolie blonde, parce que « ça lui donnait un petit air plus sympa », Esther décida finalement de poursuivre sa route alors que sa meilleure amie s'éloignait, à son grand regret, qu'elle ignorait éperdument. Et c'est ainsi qu'alors que notre brune s'apprêtait à rejoindre sa table, tout en fixant la table des verts et argents pour repérer une autre fille désormais sans doute blonde (ou d'une autre couleur, suivant la quantité de shampoing utilisé), quelque chose attira son attention, un peu plus loin. Bon, elle avait trouvé Raph, avec sa nouvelle couleur, éclairant ainsi son visage d'un large sourire fier, avec... June. Gosh. Qu'est-ce qu'elle allait faire là-bas, cette grande folle, dès le matin ? Elle voulait se faire tuer or what ? Bon, c'était son choix, mais bon, autant aller se jeter dans la gueule du Serpent, ça allait plus vite. Et visiblement c'était plus ou moins ce qui était en train de se passer, puisqu'un bref éclat de rire de la table plus tard, les choses finissent par prendre des tournures intéressantes, qui amènent Esther à se tapir derrière l'ombre de la table voisine à celle des charmants Serpents. De l'action dès le matin, attendez, c'était Noël avant l'heure là les enfants ! Et elle est vite rejoint par un autre Gryffondor qui constate aussi la situation en arrivant. Et c'est là que ça dégénère. Un premier sort est lancé par les Serpentard.

YES ! On peut presque voir le bonhomme qui lève les bras au ciel en cet instant. Car là, pour le coup, les Serpentard ont déclarés les hostilités, et ça serait injuste de laisser toute une table se battre contre deux pauvres jeunes femmes, après tout. En tant que protectrice des faibles, Esther se devait d'intervenir et de... Bref. Un regard avec son voisin plus tard, la voilà qui débarque. Il est le premier à brandir sa baguette, et à lancer un sort, rapidement suivit d'Esther qui envoie un incarcerem sur son adversaire, qui se cache derrière la première personne qui lui passe sous la main. Aka un pauvre Serdaigle qui se retrouve ainsi emprisonné. Et vu comme son sort et particulièrement bien exécuté, il faudrait une intervention extérieur pour le libérer.
Un protego plus tard, puisque sa présence ne passe plus inaperçue, et que d'autres Gryffondor arrivent alors que des Serpentard se lèvent pour rejoindre la bataille, elle s'avance un peu plus dans la mêlée. Si on pouvait appeler la petite dizaine de pélos qui se battaient alors une bataille... Quoique, dans un espace réduit comme ça, ça faisait pagaille. Bref, ceci dit, des bancs se dégagent à cause des élèves qui se planquent ou qui se joignent au tas, et, après avoir repéré June dans la foule, elle va l'attraper par le bras pour l'écarter de sa cible.

« 'reste par là, l'temps que j'balance mon sort ! »

Ca allait devenir l'anarchie, après ça. Surtout si elle réussissait bien son sort. Elle prend donc un peu de recule, se concentre alors qu'un sort lui frôle la joue et...

« Animare mobilis ! »

Le banc s'anime soudainement, sautillant sur ses appuis, et fonçant à travers les élèves, en renversant quelques uns qui ne s'y attendaient pas. Et il s'ébroue, avant de s'enfuir par la grande porte. Mais l'effet de surprise est là, et durant un bref instant la plupart des élèves s'arrêtent, se regardent, puis reprennent finalement. Esther avait alors pris un pas de recule, puis encore un, en profitant pour se replacer, mais aussi se retrouvant dos à dos avec quelqu'un. Notamment une blondinette qu'elle était heureuse de voir avec cette couleur de cheveux. En sentant le contact, elle se retourne vivement, baguette brandit et se stope. Attendez, pour une fois qu'elles sont dans le même camp...

« Hey Blondie ! Quelle coïncidence ! Super ta couleur de cheveux ! »

Oui, c'était trop le moment de se moquer là.

Du côté des professeurs, des regards s'échangeaient pour savoir qui allait arrêter tout ça, tandis que le professeur Scott poursuivait de boire son thé tranquillement, pas plus perturbé que ça alors qu'il se penchait tranquillement sur la côté pour esquiver un sort perdu. Well done, miss Nott, well done... Elle semblait en pleine forme aujourd'hui.

***
Niveau de métamorphose et de DCFM = 6
Jet de dé = 5
Sorts lancés = 11
Well done – Sorts quasiment parfaitement exécutés

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 


Dernière édition par Esther A. Nott le Mar 27 Nov - 3:46, édité 4 fois

avatar

Messages : 338


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Lun 26 Nov - 23:01
Le membre 'Esther A. Nott' a effectué l'action suivante : Hasard

'Hasard' :

________________________


http://thesorcererstales.forumactif.fr
avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Mar 27 Nov - 11:20
Le dos droit, les doigts serrés autour de sa baguette magique, Séraphine a tous les signes avant-coureur de l'animal sauvage s'apprêtant à attaquer, le lion prêt à saisir la gazelle, le loup qui s'apprête à planter les crocs dans la gorge du mouton, l'ours qui envoie valser le saumon d'un coup de pattes – ouais, l'ours est pas fou, il s'attaque à plus petit que soi, c'est bien connu. Sauf que pour le coup, elle s'attaque à plus gros qu'elle, la petite écossaise. Enfin, grand par la taille, petit par le talent.
Ces types là, elle les écraserait tous avec la seule aide de sa baguette magique.
Ça allait chier.
Sauf que Gibbins n'a pas l'air d'avoir envie de parlementer, ni d'utiliser sa tête. Comment, peu de Serpentards arrivent à rivaliser avec l'adresse de la jeune fille – enfin, ça, c'était surtout parce qu'elle était en septième année, mais chut – et il arrive encore à espérer l'avoir ? Et en plus il ne sait pas viser, et son lamentable éclair de lumière finit contre la table. Ka-boom, par ailleurs, mais qu'importe. L'adolescente n'attend guère bien longtemps pour réagir, fait tourner sa baguette entre ses doigts fins, et, lèvres closes, réalise à la perfection un sortilège qu'elle avait pratiqué tout l'été dans un certain jardin rempli de gnomes : le sortilège d'expulsion.
BANG ! Nicolas vole avant d'avoir vu venir l'attaque, mais la toute fraîche blondinette ne prend pas le temps de voir si ça a fait du gros dégât ou pas – heureusement pour le Serpentard, si les professeurs semblent avoir la flemme, ce matin, d'intervenir, le professeur de DCFM avait quand même eu la présence d'esprit de le frapper d'un sort de coussinage pour l'empêcher de s'écraser lamentablement contre un mur. Par la suite, une rumeur circulera dans les couloirs selon laquelle MacFusty et Scott auraient commenté les divers sorts comme étant de la belle magie et que le directeur des Serdaigles aurait même ajouté qu'il était content de voir que certains [avaient] parfaitement intégré les informulés.

En attendant, Séraphine avait décidé de prendre son rôle très à coeur et évitait grâcieusement les sortilèges qui fusaient, tant du côté des Gryffondors – ces idiots ne pouvaient pas se mêler de leurs affaires, bordel de merde ?! – que du côté de sa propre maison.
Solidarité ? Mais elle faisait preuve de solidarité envers une de rares personnes qu'elle ne détestait pas ! Oh, complicité au sein d'une même maison ? Oui, normalement, oui... Mais pas aujourd'hui. Et puis, c'était Gibbins qui avait déclenché les hostilités. Ce n'était, pour le coup, que de la légitime défense.
Les yeux de l'adolescente, alors qu'elle se planque derrière la table des Serpentards – qui s'est lamentablement cassé la gueule – cherchent June, mais ne la trouve pas. Par contre, elle voit un banc se carapater dans le couloir, alors que certains professeurs semblaient trouver le spectacle tout à fait réjouissant.
Mais Raph' ne voit pas les professeurs. Elle entend plutôt une voix criarde s'adresser à elle, cette voix responsable de sa nouvelle condition de blonde et...
Hm ? Comment ça, Esther & elle, pour une fois, étaient dans le même camp ? Qu'importe, si vous voulez tout savoir. Séraphine n'en a absolument rien à carer. Esther n'a rien à foutre là. Si elle et ses crétins de camarades rouge & or n'étaient pas intervenus, ça ne serait pas un tel bordel. Alors un petit sort perdu ne ferait pas de mal à cette garce, histoire de la remettre gentiment à sa place.
Et hop, un nouveau tour de baguette et l'éclair violacé s'échappe. Sortilège de babillage. Voici qui devrait empêcher Esther de parler correctement pendant un certain temps – suffisamment pour l'empêcher de lancer ses sorts, ou tout du moins pour se défendre quand elle aurait à se justifier devant les professeurs.

« Fuck you, Nott. » commenta-t-elle simplement avant de se tourner vers un autre de ses assaillants, autrement plus urgent à l'heure actuelle, lui lançant un Sortilège Insectisant qui lui fit pousser des antennes et l'obligea à ramper sur le sol. Bien, what else ?
What else ?
Alexandre MacFusty, depuis sa chaise, pousse un soupir. Ça commençait à devenir vraiment n'importe quoi. Baguette en main, pour limiter les dégâts – ces gamins ne se faisaient aucun cadeau... Au moins, on voyait que ses cours portaient leurs fruits – et rattraper les adolescents qui volaient, il posa une main sur la table pour se lever et appeler au silence...
Mais interrompit son geste en voyant que sa collègue et supérieure était sur le point de prendre les choses en main.


Lancé de Dés:
 

________________________



Dernière édition par Séraphine E. Mistaken le Mar 27 Nov - 13:21, édité 2 fois

avatar

Messages : 338


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Mar 27 Nov - 11:20
Le membre 'Séraphine E. Mistaken' a effectué l'action suivante : Hasard

'Hasard' :

________________________


http://thesorcererstales.forumactif.fr
avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Ven 30 Nov - 20:31
Quoi de mieux pour bien commencer une journée qu'une bataille générale dans la Grande Salle? Une bataille générale dans la Grande Salle sous son nez! Elizabeth l'apprit à ses dépens ce matin là. Pourtant tout avait bien démarré. La directrice s'étaient tranquillement installée à la table des professeurs, avait saisi son bol de café et son petit pain, et avait entamé le petit déjeuner. Les élèves, au fur et à mesure, emplissaient la Grande Salle dans leur brouhaha habituel, mais que voulez-vous, les adolescents ont ce besoin vital de discuter à longueur de temps. Elle discutait avec le professeur de Potions quand les hiboux avaient fait leur entrée. Liz adorait ce moment, d'un coup les élèves interrompaient leurs conversations pour lever les yeux au plafond et chercher avidement leur hibou personnel, dans l'attente des dernières nouvelles de leurs parents, amis, d'un cadeau. Curieux, comme tous les enfants. Elle observa la foule de volatiles quelques secondes puis reporta son attention sur sa discussion avec son collègue ; après plus de dix années à voir ce moment on finit par s'y habituer.

Par contre, ce à quoi elle n'était pas habituée, c'est à sentir une bagarre éclater. Du coin de l'oeil elle aperçut une Gryffondor partir de la table des Serpentards après avoir visiblement rétabli un problème d'envoi. Mais elle se retrouva face à Nicola Gibbins et sa bande. Liz connaissait Nicolas, et elle savait qu'il n'allait pas lui souhaiter juste bonne journée. Décidément, ils ne peuvent pas enterrer la hache de guerre, pour un an ou deux, entre les lions et les serpents? Certaines choses ne changent jamais. Les Serdaigle ont toujours été tellement plus calmes, ils devraient être suivis...oui, Liz était très fidèle à son ancienne maison, et peut-être un peu chauvine. Peu importe. La première surprise fut de voir une jeune Serpentard se ranger en soutien aux côtés de la Gryffondor. La deuxième, beaucoup plus grande, fut de voir les deux sorts lancés presque simultanément par Nicolas et l'un de ses amis. Des sorts? Ils se lançaient des sorts en plein milieu de la Grande Salle?
Chez les Gryffondor on ne mit pas longtemps à répliquer. Hébétée, Liz ne réagit pas tout de suite lorsque tout cela dévia en bataille générale de sorts. Des éclairs de toutes les couleurs fusaient dans la salle. Quand même, ils n'étaient pas si inconscients, ils allaient stopper d'eux-mêmes après deux trois sorts?

Et bien non. Personne ne stoppait rien. Pire, cela dégénérait presque. Où voulaient-ils arriver? A un blessé, ou pire? Au bout de deux minutes de stupéfaction, alors qu'on commençait à bouger à la table des professeurs, elle agit.

-Sonorus, murmura-t-elle avant de s'avancer d'un pas devant la table.

Elle brandit sa baguette en l'air, inspira à pleins poumons, puis s'écria :

"SILENCE!!"

Ce fut très efficace. Elle se brisa les oreilles elle-même. Elle y était peut-être allée un peu fort sur le Sonorus. Tant pis! Ca leur apprendrait. Elle prononça un Surdinam -élever la voix n'était plus nécessaire- puis pointa sa baguette en direction de la mêlée.

-Je peux savoir où vous vous croyez? Vous vous rendez compte que vous avez la stupidité de vous battre dans la Grande Salle devant la quasi-totalité des professeurs?

Elle soupira.

-Monsieur Gibbins, vous et votre ami viendrez m'expliquer votre version des faits dans mon bureau tout à l'heure. Mesdemoiselles McFallen et Mistaken également. Oh et Mademoiselle Nott, vous vous joindrez à nous avec votre ami, nous expliquer pourquoi c'était si intelligent de répliquer. Tous à dix heures.

Voilà, comme ça, tous les instigateurs y passaient. Elle ne pouvait pas laisser les deux demoiselles s'en aller, parce que si elles en étaient les véritables déclencheurs, il fallait qu'elle ait leur version. Elle allait passer une superbe matinée, elle en avait déjà hâte! Mais elle n'avait pas fini.

-Je retire cinquante points à Gryffondor ainsi qu'à Serpentard, et bloque les comptes de ces deux maisons jusqu'à nouvel ordre. Maintenant, chacun va retourner tranquillement retourner à sa place et finir son petit-déjeuner. Recurvite

Elle observa les élèves reprendre leur place à leur table, pendant que la salle se rangeait d'elle-même et que ce pauvre banc reprenne son rôle habituel. Puis elle soupira de nouveau, leva les yeux au ciel et s'assit de nouveau face à la salle.

avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Mer 12 Déc - 19:51
Après le premier échange de sorts, tout avait été très flou pour June. A vrai dire, cela l’avait tellement prise de cour qu’elle avait eu l’impression de vivre toute la scène sans le son ; des éclats multicolores qui virevoltaient un peu partout, des élèves qui s’agitaient dans tout les sens, mais pas le moindre pet de mouche à l’horizon de ses tympans. C’est comme si elle était devenue sourde. Elle se rappelait bien avoir été agrippée par Esther à un moment ou un autre, mais elle n’aurait su dire quand. Non, vraiment, il n’y avait pas à dire, provoquer un tel capharnaüm pour avoir seulement voulu échanger une lettre et, certes, avoir été un peu trop gourmande, cela avait de quoi vous en boucher un coin ! Par ailleurs, le spectacle qui se déroulait sous ses yeux (elle était trop subjuguée pour y prendre ne serait-ce qu’un instant part si ce n’était son maigre protego) avait de quoi faire ouvrir de grands yeux à n’importe qui : une bataille générale dans la grande salle, et ce sous le nez des professeurs et … De la Directrice. Oui, mes chatons, parfaitement. La Directrice. McFusty chantant un God Saves the Queen ou racontant la blague du steack caché ne l’aurait pas plus étonnée que cela, en comparaison.

Mais le monde retrouva bientôt toutes ses charmantes sonorités lorsque la voix de Johnson alla résonner contre les murs de la grande salle. Un décibel de plus, et c’était les pauvres tympans de la Rouge et Or qui explosaient... Il était cependant justement temps d’user de ses oreilles pour tenter de discerner le discours de la Directrice dans ce silence quasi religieux – chose relativement aisée en conséquence. S’ils se rendaient compte ? Ahahaha… ah. Ah.

Elle chercha du regard Séraphine et Esther, puis la bande de l’autre idiot de Gibbins et un léger sourire se dessina sur ses lèvres : les Serpentards allaient se prendre la fessée de leur vie ! Mais elle perdit bien vite son sourire en entendant soudainement son nom, puis celui de Séraphine et d’Esther prononcés par Johnson. Quoi ?!

GOD. FUCKS. THE. QUEEN.

Et elle grimaça de plus bel lorsque la Directrice retira 50 points à Gryffondor. Mazel tov !

Elle regretta durant quelques instants de s'être levée ce matin là. Pourrait-on vraiment lui imputer le début des hostilités ? Cela serait parfaitement injuste ! Autant s'était-elle faite coller de nombreuses fois, mais ces nombreuses fois avaient toutes été largement justifiées. Ici, elle n'avait fait que venir s'asseoir de façon parfaitement amicale à la table des Serpentards (dont elle se fichait parfaitement ce matin là, Keith manquant à l'appel et Séraphine étant son seul intérêt), et surtout on ne pouvait pas dire qu'elle ait vraiment pris part à tout le bordel qui en avait suivi... Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

[C'est pas top, mais j'avais promiiis. Et suiiis maaalaaaaade ;;]

________________________


avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Lun 17 Déc - 13:50
… AH LA PUTE ! AH LA GARCE ! AH LA... ELLE ALLAIT LA TUER !
Nan mais sérieusement, ça se faisait pas de lancer un sort à quelqu'un qui était avec toi quoi ! Ah ! La traîtresse ! Elle allait se venger. Oui, encore. Parce que là du coup, elle se retrouvait dans une sacrément mauvaise situation. Bordel... Aucun honneur ces Serpentard... P'tain. Elle allait faire quoi maintenant ? L'autre saloperie s'était éloignée, alors qu'Esther grognait de façon peu convaincante, sans doute à cause du sortilège. Elle ne pouvait plus trop sortir de sa planque pour le coup. Bon... Bloquée là, elle ne vit pas la directrice qui s'était levée, ni le sort qu'elle lança sur sa propre gorge avant d'hurler un « silence » digne de Dumbledore (sauf que ce dernier n'avait nullement besoin d'un sonorus pour se faire entendre et cesser ce genre d'agitation). Esther porta ses mains à ses oreilles, histoire d'éviter l'explosion de tympan. Sérieusement, elle voulait tous les tuer ou quoi ? Non parce que ça pouvait être super dangereux. Genre les rendre sourd ou transformer leurs cerveaux en bouillie. Quoique concernant le cerveau en bouillie, vu les spécimen que l'école se trimbalait, ça ne changerait pas grand chose.

Esther sortie sa tête de dessus la table pour voir ce qu'il se passait du coup. Tout s'était soudainement arrêté, et on se serait presque attendu à voir le temps s'être suspendu, au même titre que certains objets qui avaient pris des sorts à la place de certains élèves. Bon... Elle commençait à les engueuler, alors qu'Esther sortait de derrière sa table, l'enjambant pour venir se tenir dans ce qui servait d'allée encore dans la salle. Elle vint se poster à côté de June, sa baguette toujours en main. Si elle se rendait compte ? Bien sûr ! Gibbins s'en était pris à une de ses amies, et par voie de conséquence, elle n'avait pas pu laisser passer un tel affront ! Ca aurait été déshonorer sa maison que de laisser une telle chose se produire. Les profs avaient qu'à pas laisser cette tâche de Serpentard s'en prendre à June, et y'aurait pas eu de problème. C'était leur faute, elle n'avait fait que défendre ses intérêts puisque personne ne le faisait ! Comment ça elle ne leur avait pas laissé le temps ? Foutaises, ils étaient profs, elle était sûre qu'ils avaient largement eu tout le temps de le faire. Elle leur avait laissé au moins dix secondes ! Fallait pas abuser non plus hein.

Mais je ne m’appesantirais pas sur le fait qu'Esther trouve tout ça particulièrement injuste, et d'ailleurs, elle tente bien une protestation, mais ça ressemble plus à quelque chose comme « Blblblurg » que vraiment des mots, elle se tait donc bien vite. Sérieusement, elle allait tuer cette morue de Mistaken... Elle pouvait même pas balancer une blague un peu salace à base de « Oh, un rendez-vous... Nous passons donc à la vitesse supérieure madame ? » La vie était juste terriblement injuste pour le coup... Et... CINQUANTE POINTS ?! QUOI ?! Sérieusement ?! Mais... Mais... Mais... Putain ! Non quoi ! C'est dégueulasse, c'est la faute de Gibbins ! C'est lui qui devrait prendre des points en moins ! Les Gryffondor y étaient pour rien eux ! Aaaaaaah ! Mais non quoi ! C'est... C'est...
L'air choqué, Esther fixe la directrice. Cinquante PUTAIN de points quoi ! Raaaaaah !
Bon, elle exagérait un peu, car elle savait qu'elle pourrait les rattraper en quelques jours en cours, mais putain... C'est pas juste quoi. Même si, dans le cas où ça avait été MacFusty qui avait tout arrêté, ça aurait sans douté été cinquante points chacun, mais ça... Ca restait injuste quand même. La directrice les laissa finalement, et Esther lança un regard mauvais à Gibbins, puis à Séraphine avant de choisir de s'éloigner pour rejoindre sa table. P'tain... Sérieusement quoi...

Elle ne prit même pas la peine de s'installer, elle embarqua à manger et s'échappa rapidement en direction de sa première salle de cours. Dans l'incapacité de parler, elle préférait ça que de se ridiculiser avec des babillages. Sérieusement, elle en ferait baver à cette garce de Serpentard. C'est ainsi qu'elle en était déjà à penser à sa prochaine bêtise alors qu'elle avait à peine été punie pour la première. Sérieusement, Esther était irrécupérable. Mais elle aurait sa vengeance, foi de Nott !

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph Jeu 20 Déc - 15:21
Ouh, ses oreilles. Ses pauvres petites oreilles. Séraphine sent un frisson remonter le long de son échine, froid comme la mort, annonciateur de mauvaise nouvelle. Cette voix n'était pas de celles qu'elle entendait très souvent, pour être franche. Élève plutôt sage et ayant tendance à éviter toutes sortes de conflits, elle n'était que rarement face à l'autorité – qu'elle fuyait comme la peste, à défaut de la reconnaître... Du coup, se faire disputer par la directrice n'était pas vraiment quelque chose qui lui arrivait tous les jours.
Devait-elle en vouloir à Nott – uiui, vous lisez bien Nott et pas Gibbins – pour se retrouver dans pareille situation, sachant très bien que retenue et points en moins l'attendaient à la fin de cette histoire ? Des sanctions tout à fait injustifiées, d'ailleurs, si vous lui demandiez son avis : elle n'a fait que se défendre, elle et sa coupine de courrier. Oui, bon, d'accord, elle n'était pas obligée d'expulser un de ses camarades comme elle l'avait fait. Okay, il n'était pas très fair-play d'avoir lancé un sortilège de babillage à Esther. Certes, ce n'était pas très réglo de réduire l'un de vos camarades à l'état de larve avec un maléfice insectisant. MAIS c'était de l'autodéfense, rien de plus !
Par contre, Mrs Johnson marquait un point sur une chose : se battre au milieu de la Grande Salle n'était pas la chose la plus intelligente à faire. Mais après, on l'avait agressée, elle n'avait fait, encore une fois, que se défendre avant que ça tourne à la bagarre générale...
Hey, c'était de la faute des enseignants si ça avait dégénéré ! Gibbins n'aurait même pas du être en mesure de lancer son sort ! Et pis ils auraient du empêcher les Gryffondors de s'en mêler de la sorte ! Alors OUI, l'annonce de la directrice était totalement injustifiée !
Adolescente grommelant d'indignation, elle a toutefois la présence d'esprit de s'écraser. Elizabeth n'était pas un de ses parents lui faisant la morale en toute impunité, malgré son statut d'autorité. Et puis, à dix-sept ans, elle ferait bien de s'écraser face à la hiérarchie... Ça ne pourrait que lui être utile. Pour autant, elle ne parvient pas à retenir un grognement mécontent digne des ours irlandais.

Ronchonnant, elle se contente de soutenir le regard de sa directrice un instant avant de tourner les talons. La solidarité des Serpentards poussa la tablée à se la fermer et à ne pas se pourrir les uns les autres face à cette perte de points, elle entendait même des première année souffler à toute vitesse qu'il faudrait impérativement rattraper ça dans les prochains cours. De toute façon, prendre parti ne serait pas une bonne idée, dans cette histoire, pour leur maison ; deux camps étaient en jeu, un idiot incapable de se tenir, et une autre qui avait eu la bonne idée de le remettre à sa place – comme si elle allait se laisser faire par ce manchot de sixième année...
Et puis, au passage, elle s'était vengée d'Esther. Incapable de parler pour le moment, voici qui ferait du bien aux oreilles de tout le monde. Il faut dire que ça ne pouvait pas faire de mal, après l'engueulade de Mrs Johnson...
Dans un soupir, l'adolescente remonte la rangée de la table, pour retourner dans sa salle commune en attendant le début des cours. Seule et loin de cette fichue agitation. Loin de Gibbins et Nott. Loin de ces adolescents stupides et de ces professeurs incapables de comprendre la vie.
Tout cela dans le but de méditer sur sa condition de jeune fille quittant lentement l'adolescence pour basculer dans le mode de pensée des adultes, alors qu'elle oscille entre une mauvaise foi typique – qui est aussi un bon trait de son caractère – et un mépris certain pour les jeunes âmes à la maturité toute relative.

- RP Terminé -

________________________





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph

Les fondements de la métaphysique des toasts ~ Raph

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Rez-de-Chaussée :: Grande Salle-