AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Civilités en tous genres (PV Raph)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 13

Rappeltou
Statut de Sang : Sang mêlé
Baguette:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Civilités en tous genres (PV Raph) Jeu 25 Oct - 22:11
Dimanche soir, le couvre feu ne va pas tarder, c'est qu'il y en a du monde qui se bouscule pour rejoindre sa salle commune avant de faire perdre des points à sa maison. Surtout du jaune et du vert vu l'endroit du château. Mais pas que. En tant que soit disant jour saint - ou jour de fête suivant les personnes - Yusuke a décidé, et ce depuis sa toute première année ici, qu'il était absolument hors de question qu'il s'habille avec cette foutue robe jaune et noire bien trop triste à son goût une telle journée.

Et puis la nuit s'annonce plutôt longue. C'est qu'il n'a pas été très productif ce week end, il est temps de s'y mettre. Et pour ça, autant se mettre à l'aise. Un espèce de pantalon de jogging rouge pétant bien trop large, un marcel blanc avec une veste noire sans manches ouverte par dessus, le voilà qui déambule, grignotant quelques desserts dérobés dans la Grande Salle. Oui, il trouve ce genre de fringues plus confortables qu'une robe de sorcier, alors que objectivement, je ne suis pas sûr que beaucoup de personnes partagent son avis. Et en plus de ça, la chaleur n'est pas à son apogée, il pourrait sans doute se couvrir un peu plus. Mais il ne doit pas être sensible aux variations de températures.

Et comme s'il n'était pas suffisamment remarquable comme ça, le voilà en plus qui gesticule étrangement, comme s'il essayait de danser tout en marchant, chantant sans aucune retenue.

" I love rock'n'roll, nanananana nanana na na, I love rock'n'roll, mhmhmmhm mhmhm mhm" Non, il ne connait pas le reste des paroles, mais ce n'est pas si peu qui va l'empêcher de donner libre cours à son envie du moment.

Sauf qu'en fait, c'est même pas encore ça le pire. Non, le pire, c'est ce qui lui a traversé l'esprit quand il a décidé de la coupe de cheveux qu'il arborerait aujourd'hui. Un arc en ciel sur la tête, dressé à une hauteur à faire pâlir d'envie les gels moldus les plus puissants, il faut même faire attention pour ne pas finir embroché en le croisant d'un peu trop près.

Bref vous l'aurez comprit, au milieu de ce défilement d'élèves en tous genres, il y en a un qui est particulièrement voyant. Mais pensez bien qu'il ne s'en rend même pas compte. Ou s'en fout royalement...

Il salue quelques visages familiers en se dirigeant vers l'escalier menant aux sous-sols, esquisse un magnifique pas chassé pour éviter un élève paniqué qui a visiblement oublié quelque chose plus haut - qui remonte donc la marée - et laisse ses yeux traîner un peu partout. Il n'est absolument pas physionomiste, mais au bout de la sixième année, il y a forcément quelques personnes qu'il arrive à reconnaître.

Alors quand son regard croise le chemin de ces cheveux blonds, qui trônent fièrement au dessus de ce visage à l'air suffisant qu'il apprécie tant - attention ceci est ironique - il ne peut s'empêcher de fixer sa propriétaire avec insistance. Bah oui, vous l'aurez comprit j'espère, la discrétion n'est franchement pas le point fort de Yu.

Certes, la demoiselle possède un charme indéniable. Mais associé à son caractère absolument exécrable, cet avantage physique disparaît totalement. Aux yeux du nippon bien entendu. Bah eh, c'est pas un Poufsouffle pour rien l'garçon hein !

Toute son attention étant portée sur les faits et gestes de la demoiselle, le voilà qui percute un élève de taille minuscule - qui ne devait pas non plus faire très attention soit dit-en passant. Ah oui, c'est vrai qu'il a du mal à faire plusieurs choses à la fois. Ou plutôt, disons que dès qu'il fait quelque chose, il le fait à fond. Même s'il ne s'agit que de regarder - ou dévisager dans ce cas là - quelqu'un. Sûrement une des raisons pour laquelle a l'air aussi bêbête. Pourtant il n'en est rien, je vous assure, mais ce n'est certainement pas le moment pour vous en convaincre.

Il profite donc de cette rencontre brutale avec le pauvre malheureux pour marquer une pause, en s'excusant vaguement auprès du pré-ados qui repart bien vite. Non décidément, il n'a pas encore envie de bosser. Il a comme l'impression qu'il va y avoir bien mieux à faire pour le coup.

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Civilités en tous genres (PV Raph) Sam 27 Oct - 11:18
Dimanche 12 Septembre – Soir


Ce matin, Séraphine s'est levée du bon pied. Fait assez rare pour être soulevé, par ailleurs.
Raison ?
Hier, c'était samedi. Samedi, elle avait eu une journée riche en émotions ; et parmi elles, elle comptait un grand Irlandais, qu'elle avait eu le loisir de retrouver après dix longues journées de séparation – et avant deux nouvelles semaines loin de lui. Des retrouvailles qui s'étaient faites dans une certaine euphorie, soyez en sûrs, mais pas que. Hey, entre deux adultes consentants, il ne fallait pas s'attendre à ce que ça soit un événement d'une chasteté marquée...
Du coup, fatalement, après plusieurs jours à tabasser une libido qui refusait de se taire, la jeune fille était étonnamment bien lunée. Ne vous leurrez pas, ça va pas durer, elle va bientôt avoir ses règles.
En attendant, si elle avait été aussi discrète qu'à son habitude, Séraphine avait eu une plutôt bonne journée. Elle n'avait -presque- pas râlé sur ce deuxième année qui avait failli renverser son encrier sur son devoir de potions. Elle s'était contentée de grogner en voyant passer Esther Nott à l'heure du déjeuner. Et elle avait même souri à une de ses amies, sans raison particulière, juste parce qu'elle était contente de la voir.
Autant vous dire qu'elle avait surpris certaines personnes aujourd'hui.

Et puis était arrivée l'heure du repas du soir. Elle avait mangé plus copieusement que ces derniers jours, discutant tranquillement avec ses copines, ses cheveux blonds élégamment relevés au dessus de sa nuque. Elle n'avait même pas fait remarquer, aujourd'hui, qu'Esther Nott était une sale garce qui lui avait volé ses beaux cheveux noirs pour les transformer en une honte de blondeur.
Pouah.
Elle traine un peu à table avec ses copines, larve dans la Grande Salle dans l'attente de l'heure du couvre-feu. Annonce du début d'une nouvelle semaine... Séraphne se lève et se dirige vers les dortoirs, dans la foule – grmbl, elle n'aimait pas la foule – et perd ses amies.
Bon tant pis. Elles se retrouveraient dans les dortoirs, elle n'était pas non plus perdue en étant séparée d'elles... Ou quand elle était seule. L'adolescente poursuit donc sa route, calmement, au milieu des poufsouffles – veracrasses – et des verts&argents qui retournaient à leurs salles communes. Elle se glisse entre deux personnes, telle la vipère, ou l'anguille plutôt, qui tente de s'échapper avec le plus de souplesse possible. On pourrait presque penser qu'elle danse.
C'est alors qu'elle rencontre le regard d'un...
D'un...
Fuckin' hell, mais il était vraiment timbré ce mec pour se trimballer avec un truc pareil sur le crâne... Et une tenue aussi... Aussi... Ah ça, rien à voir avec la volonté constante de Séraphine d'avoir une apparence soignée, elle qui ne portait jamais de pantalons, qui était toujours parfaitement coiffée et maquillée. Autant dire qu'elle se retint de grimacer en remarquant que cette chose la dévisageait littéralement. Elle s'arrête même, ayant la présence d'esprit de ne pas tenter le je marche sans regarder où je vais et laisse un sourire moqueur ourler ses lèvres lorsqu'au final, monsieur la chose percute un sale gosse de première année.

« Ça t'apprendra à ne pas fixer les gens, amadan. » Les mots lui échappent spontanément, suffisamment fort pour qu'il ait pu l'entendre. Pour autant, elle ne bronche pas, restant dos contre le mur, manifestant un calme serein, le visage n'exprimant rien d'autre qu'une pincée de moquerie, de cynisme et d'indifférence. Enfin cynisme... Pas encore, mais ça pourrait vite venir si Yusuke avait le malheur de venir la chercher dans son coin.
En attendant, un nouveau flot d'élèves passe, coupant le contact visuel entre eux par intermittence, sans qu'elle ne manifeste l'envie de bouger, d'avancer vers lui, ou de chercher le conflit. Elle avait encore un peu de temps avant le couvre-feu, elle n'était pas pressée pour le moment.
Et le petit qui avait percuté son aîné plus tôt de filer à toute vitesse, n'ayant visiblement aucune envie de rester ici.

________________________


Civilités en tous genres (PV Raph)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Rez-de-Chaussée :: Hall d'Entrée-