AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Mer 28 Nov - 21:10

Catch me if you can ! ~


June montait les marches des dortoirs des filles en repensant au petit déjeuner avorté du matin même. Quel joyeux bordel cela avait été… Duncan était passé la voir à midi, pour la féliciter. « Franchement, c’était suicidaire d’avoir le culot d’aller à la table des Serpentards, mais qu’est-ce que c’était génialissime comme idée ! » Oui, mon bonhomme, sauf qu’elle ne l’avait pas du tout fait dans le but de provoquer un tel capharnaüm, loin de là. A vrai dire elle n’y avait même pas pensé ; tout ce qu’elle voulait, elle, c’était rendre sa lettre à Séraphine et récupérer la sienne. Sienne qui reposait toujours dans l’une des poches de la robe de son uniforme et qu’elle n’avait pas encore ouverte… Elle attendait d’être tranquillement assise sur son lit pour la lire, car elle sentait que cette lettre serait spéciale. Et elle s’en inquiétait d’ailleurs un peu. Qui pouvait ainsi lui écrire ? Il n’y avait pas de nom au dos de l’enveloppe, et surtout elle ne connaissait pas l’écriture légèrement penchée qui indiquait « June E. Macfallen, Poudlard ».

Elle arriva enfin en haut des marches de l’escalier, laissant les bruits venant de la salle commune devenir des murmures. Elle venait tout juste de rentrer de la Grande Salle où elle avait mangé en vitesse, en tentant de ne pas croiser Esther, ce qui n’avait pas été une mince affaire. Ty avait failli la griller, mais elle avait avalé sa dernière part de tarte aux myrtilles avec une rapidité effarante et avait bondit hors de la salle avant que le garçon ne puisse ouvrir la bouche. Avec un peu de chance, ils prendraient tous cette fuite comme un énième besoin junesque de faire bande à part, ce qui arrivait de temps en temps. Avec même un peu de chance, Esther n’aurait pas fait part à leur petite bande les plans qu’elle avait envers June pour ce soir. Des plans diaboliques que ladite June ne voulait guère voir se réaliser. Depuis qu’elle avait plus ou moins révélé à Esther que Séraphine avait été l’instigatrice de sa première fois, son amie n’avait plus déchanté : il fallait faire son éducation. C’était primordial. Et Esther comptait bien lui donner personnellement des cours de… Drague. Mais oui Esther. Des cours qui devaient démarrer ce soir même selon ses dires.

Secouant la tête, comme si son amie était là pour la voir, June jeta un dernier coup d’œil dans les escaliers et poussa un soupir de soulagement en constatant que personne ne la suivait. Ty n’avait peut-être pas vendu la mèche après tout, trop habitué aux sautes d’humeur de son amie pour les faire partager. Espérons.

Elle ouvrit la porte de son dortoir et, d’un bref regard, découvrit avec ravissement qu’il était vide. Après tout ce soir, après le banquet, les Gryffondors avaient prévu une petite sauterie – rien de sexuel avant minuit bien sûr – en l’honneur de la mémorable bataille de la matinée. Séraphine devait d’ailleurs passer un sale quart d’heure dans sa propre salle commune, mais c’était une grande fille et à part Gibbins, peu était assez stupides pour s’en prendre à elle. June ne s’en faisait guère pour elle, donc. Posant en vrac la robe de son uniforme sur son lit, elle retira son gilet et défit quelques boutons de sa chemise. Puis elle se débarrassa de ses collants et soupira de contentement en s’asseyant et en sentant la douce caresse des draps propres sur la peau nue de ses jambes. Ah, que c’était bon ce silence ! Et elle aurait surement le dortoir pour elle toute seule durant une grande partie de la soirée… Ô exquise joie ! Se penchant vers la robe négligemment étendue à coté d’elle, elle farfouilla dans une poche et en ressortit une enveloppe, celle à laquelle elle avait pensé toute la journée.

Passant ses doigts dessus, elle allait l’ouvrir lorsque des pas résonnèrent dans le couloir. La jeune femme sursauta. Elle jetait l’enveloppe sous les draps au moment où la porte du dortoir s’ouvrait en grand…

________________________


avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Dim 2 Déc - 19:58
Vendredi 10 Septembre

Une heure de colle, ce n'était rien. Non, ce qui faisait un peu plus mal, c'était les cinquante points de moins pour Gryffondor, qui l'avaient fait grimacer. Car même si, évidemment, elle les rattraperait rapidement en cours, ça ne faisait jamais plaisir de voir les points durement gagnés s'envoler comme ça. Mais bon, ça valait le coup, surtout vu le joyeux bordel que ça avait été. Et puis elle était certaine que si ça avait été Alexandre qui avait interrompu la bagarre, ça aurait été bien pire. Quelque chose comme cinquante points par élève ayant participé. Ce qui aurait été bien pire. Bref, les jeunes gens avaient échappés au pire et s'en étaient plutôt bien tirés au final. Même si elle s'était pris un sort de cette garce de Mistaken. A croire qu'elle était trop bête pour savoir qui était dans son camp. Oui, elle est de mauvaise foi, parce qu'elle l'a quand même un peu beaucoup cherché, mais ça... Je crois qu'elle ne l'admettra pas et préférera maintenir sa théorie selon laquelle c'était la faute de cette sale Serpentard. Mais avoir revu cette Morue avec June lui avait au moins permis de se souvenir qu'elle devait donner des cours de drague à son amie, parce que la pauvre quand même... Avoir eu Mistaken en premier coup, c'était triste. C'est vrai quoi, regardez-la, cette fille, avec ses grandes jambes, puis ses cheveux blonds (bon d'accord, c'était de son fait, et étrangement, ça lui allait diablement ben, ce qui était profondément injuste), son regard de vache morte... Non, décidément, elle n'avait rien pour elle. Oui, aujourd'hui Esther avait décidé d'être d'une mauvaise foi sans borne. Elle s'était donc fait une joie de rappeler à son amie ce qu'elle lui avait promis, lui disant que ce soir elle n'y échapperait pas. Foi de Nott !
Evidemment, elle n'avait pas trop tenu au courant les autres membres du groupe de ses intentions, dans la mesure où ça n'avait pas de quoi l'être. Il ne s'agissait que de quelques cours, rien de bien méchants, et puis bon... Y'avait pas de quoi en faire tout un plat quoi.

Ceci dit, le reste de la journée s'était déroulée tout à fait normalement. Enfin, autant que pouvait l'être une journée d'un des membres du Crew, et en dehors de la convocation dans le bureau de la directrice, évidemment. Bref, ça n'avait pas été une journée normale. A croire que ça n'existait pas à Poudlard, ou du moins chez Esther, qui se retrouvait bien souvent impliqué dans des combines plutôt étranges et des coups pas toujours très réglementaires. Mais c'était ça la vie de cowboy ! De hors-la-loi ! Graouh ! Et oui, la narratrice sort très loin.
Ceci dit, une fois le repas du soir arrivé, la jeune femme se posa en compagnie du reste du Crew qui avait bien voulu se joindre à Ty et elle pour la soirée, sachant qu'ils n'étaient pas toujours collés les uns aux autres, étant des entités pouvant vivre séparément jusqu'à preuve du contraire (bon, sauf peut-être Ty, mais c'était plus lié à son problème de peur de solitude physique, tout ça. Esther avait alors commencé à fouiller la grande salle du regard, et plus précisément la table des Gryffondor histoire d'essayer de repérer sa pauvre élève qui ne pourrait pas s'échapper. Mais elle n'était pas là. Se tournant vers Ty, elle lui demanda si lui parvenait à la voir, et il lui dit avoir cru voir une forme familière partir tout à l'heure il ne savait trop où puisqu'il était alors occupé à manger. Donc il n'était pas particulièrement attentif à ce qu'il se passait autour de lui. Ainsi donc, elle avait fuit, la vile. De toute façon, elle n'avait pas trente-six solutions pour aller la retrouver. En fait, elle en connaissait une qui marcherait très bien, même si elle n'était pas là où Esther se rendrait. Elle n'aurait qu'à l'attendre au pire, en occupant son lit. Oui, elle pensait squatter son dortoir jusqu'à pouvoir la choper pour lui offrir les cours promis. Et oui, elle y tenait. Parce que Séraphine quoi... Non, mais non quoi ! Il fallait remédier à ça au plus vite, ça n'irait pas sinon !

Voyant ses plans ainsi lui échapper quelque peu, elle prit donc les choses en main et se leva du banc où elle se trouvait pour aller chercher son amie. Grimpant les marches, elle gagna rapidement la salle commune des Gryffondor, puis elle se dirigea vers la tour des dortoirs des filles, grimpant à nouveau les marches jusqu'à atteindre la porte du dortoir des septièmes années qu'elle poussa sans même toquer avant d'entrée. C'était une manie qu'elle devrait songer à changer. Ca allait lui jouer des tours un jour, sans qu'elle s'y attende trop. Et là, surprise, June est déjà là.

« Ah, June, tu tombes bien ! J'te cherchais ! Enfin... J'étais venue là t'attendre ! » Elle s'approcha de la jeune femme et vint s'installer à côté d'elle sur son lit, se laissant à moitié tomber, posant ses bras vers l'arrière pour lui servir d'appui. Le visage tourné vers elle, elle lui fait un grand sourire. « Alors, on va pouvoir commencer ces cours, t'en penses quoi ? Non parce que là, faut faire quelque chose quand même... Que tu puisses aller trouver quelqu'un d'autre que cette chose qui t'a servi de première fois ! » Oui, elle lui demande son avis, mais en fait, elle ne lui laisse pas vraiment le choix.

Un grand sourire aux lèvres, Esther s'attendait plus ou moins à la réaction qu'allait avoir June. Mais sincèrement... Là il fallait faire quelque chose.

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Lun 17 Déc - 19:57
June poussa un soupir intérieur en posant ses yeux sur la silhouette qui débarquait comme un boulet de canon dans la chambre. Ah, délicieuse Esther dont la manie de taper l’incruste comme en son bon droit s’apparentait à une sorte d’art quasi inné ! En même temps si la Septième année s'était cru ainsi à l'abri dans son dortoir, elle s'était bien fourvoyée... Elle aurait peut-être du s'exiler jusque dans la forêt interdite, et encore, cela n'aurait surement pas empêché cette chère Esther de la rattraper.

Elle la suivit du regard tandis que sa camarade s’installait tout tranquillement sur le lit, manifestement bien décidée à rester pour un long moment. Levant les yeux au ciel à son « tu tombes bien ! », elle fit la moue lorsque son amie évoqua les cours auxquels elle tentait pourtant tant d’échapper et à la mention détournée de Séraphine, se surprit à penser qu’Esther exagérait un peu. Elle allait ouvrir la bouche pour lui faire remarquer qu’il fallait vraiment qu’elles finissent par enterrer la hache de guerre, que Raph’ n’était pas si terrible et mal fréquentable que la Sixième année aimait à le laisser entendre, mais ravala rapidement ses mots : ce n’était pas son affaire après tout. Ce qui était un petit peu plus son affaire cependant, c'était l'enveloppe non loin de là sous les draps (donc quelque part sous ses fesses). Et Esther, avec son apparition inopportune, l'empêchait d'assouvir la curiosité qui l'avait démangée toute la journée durant. Ah, les amis, qu'est-ce qu'ils pouvaient être plombant parfois ! Ronchonnant intérieurement, elle finit par se dire qu'une heure de plus sans savoir qui lui avait écrit et pourquoi ne serait pas la fin du monde...

Une fois qu’Esther eut terminé son petit discours, June resta immobile quelques secondes de plus et sembla soudain comme se figer d’horreur. Mimant des convulsions, elle se laissa tomber de tout son long sur le lit et émit des râles de douleur assez peu convaincants car elle se mit bientôt à éclater de rire. Ou comment foirer une si belle représentation et perdre une excuse pour échapper aux griffes sa lionne d’amie…

« Oui, bon, D’ACCORD. Plus vite on commencera, plus vite ce sera fini », s’exclama t-elle, les cheveux éparpillés sur les draps. « Je suis prête, ô Grande Prêtresse. »

Elle esquissa une moue boudeuse devant le grand sourire d’Esther. Tant que cette dernière ne lui demandait pas d’aller s’exercer avec de pauvres innocents… Elle eut d’ailleurs une pensée pour Keith et paniqua à l’idée que la jeune fille, qui aimait bien l’asticoter avec ce dernier, n’en profite pour lui demander d’aller s’exercer avec lui. Plutôt mourir !

« Au fait, merci encore pour ce matin. C’était cool de venir ainsi à mon secours. Puis elle ajouta, sur un ton beaucoup moins sérieux : Je vois en tout cas que tu as enfin arrêté de babiller… C’est dommage, t’en étais presque mignonne… »

Elle ferma les yeux et attrapa un oreiller, faisant mine de s’en servir comme bouclier au cas où son amie riposterait à sa chatouille verbale, oubliant pour de bon l'enveloppe qui reposait sous les draps...

________________________


avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Jeu 20 Déc - 19:17
S'il y avait une chose à savoir sur June et Esther, c'était qu'elles étaient amies. Oui, ça vous me direz, vous le savez déjà. Mais ce que vous ne saviez pas, c'était qu'Esther avait des règles particulières vis-à-vis de ses amies, destinées à éviter toute méprise quant à ce qu'elle pourrait vouloir d'elles. Et June avait toujours été soumises à ces règles, sans le savoir peut-être, mais en tout cas la jeune Nott avait toujours essayé de faire en sorte qu'il ne puisse pas y avoir d’ambiguïté entre elles. Ce qui avait toujours bien fonctionné, il fallait le reconnaître. Aucune des deux ne s'étaient jamais considérés comme plus que des amies. Mais aujourd'hui, et de façon exceptionnelle, la jeune femme allait accepter de transgresser cette règle. Pour le bien commun, et notamment celui de celle qu'elle voyait comme une précieuse amie. Mais nous n'y étions pas encore, car pour le moment, la rouge et or était plus occupée à imposer sa volonté à la dite amie. Comment ça, ça ne se faisait pas ? Que nenni. Tout se faisait pour la jeune Nott, et surtout aider la pauvre jeune femme à se sortir d'une perte de virginité causée par cette sale vipère et morue de Serpentard qu'était Séraphine. Quoiqu'un croisement entre une vipère et une morue restait assez improbable, parfois la nature avait le don de créer des choses monstrueuses. Comme cette folle. Avec qui la hache de guerre ne serait probablement pas enterrée avant un long moment.

Ceci dit, Esther observait la jeune femme, attendant son aval pour pouvoir se lancer dans ses cours sur le meilleur sujet du monde, la drague. Mais ça ne semblait pas particulièrement plaire à la brune qui mima des convulsions jusqu'à la mort. La sale bête ! La jeune femme haussa un sourcil peu convaincu, un petit sourire au coin des lèvres. Hé bien, ça allait pas être de la tarte. Le rire fut tout de même contagieux, puisque la voix d'Esther vint rejoindre celle de son amie au final. Bien, finalement elle se décidait à l'écouter. Bien que la pointe d'ironie dans sa voix fit lever les yeux au ciel à l'anglaise. Bon, on a compris, elle n'est pas très chaude pour ces cours, mais... ça ne pouvait que lui être utile ! Surtout dans la mesure où elle en pinçait pour quelqu'un. Et ça... Il fallait arranger la situation aussi. Mouahahahahah ! June ne s'en sortirait pas si facilement ! Elle lui fit un grand sourire.

« Parfait ! » Bon. Il allait falloir commencer le cours. Et pas n'importe comment, de préférence. Fait une introduction détaillée, pour la mener vers les stratégies de chasse les mieux adaptées à ses proies et... Comment ça elle allait trop loin ? Non, pas du tout, la drague est un art tout particulier qu'il ne faut jamais négligé, et qui offre bien plus de pouvoir que les gens pensent. Non mais. Et ainsi elle réfléchissait à ça, laissant l'occasion à June de revenir sur ce qu'il s'était passé le matin même. Ah oui, cette histoire de bagarre... C'est vrai. Boarf. Elle avait rien fait d'exceptionnel après tout, elle ne voulait que défendre l'honneur des Gryffondor et... Hé ! Mais c'est qu'elle se moquait d'elle, la fourbe !

Néanmoins, Esther ne se départit pas de son sourire pour le coup, au contraire. Bon. Il était temps de lui rappeler pourquoi elle se trouvait là, et que repousser l'inévitable était bien impossible. C'est ainsi que la rouge et or haussa un sourcil, face au réflexe de défense de son amie, et elle se pencha vers elle, ne laissant que peu d'espace pour les séparer. Elle croisa ses jambes. Elle écarta le coussin de son chemin à l'aide de sa main, l'autre lui servant toujours d’appui sur le lit, puis elle vient poser la main qui écartait le coussin sur sa joue. Et enfin elle vint poser ses lèvres sur la joue de June d'un tendre baiser, un peu proche des lèvres. Le contact est court, particulièrement léger. Et elle s'écarte, lui lançant un regard un peu joueur, bien qu'on voyait également une pointe bien dissimulé de mesquinerie. « Merci à toi. Mais ça n'équivaut pas ta beauté. » Son pouce caresse la joue de June, l'effleure même. Le ton est charmeur, là encore. Plein de sous-entendus à peine dévoilés. Et elle plante son regard dans le sien, intense dans toutes ses nuances alors que leurs visages restent proches, Esther pouvant sentir le souffle de June sur sa propre peau.

Puis elle s'éloigne, comme si de rien était, reprenant un air un peu plus sérieux que celui qui venait de quitter son visage après ça. « Tu vois, ça c'est le genre d'attitude qui doit, en théorie, plutôt bien fonctionner. » D'après les diverses expériences qu'elle avait pu faire, si la fille était plutôt open, ça marchait bien, pour un peu ouvrir le bal. Donc théoriquement, Avec un garçon, ça devrait bien fonctionner également.
Comment ça c'était une logique purement Estherienne ? Bon. Peut-être un peu, il fallait l'avouer. Mais... Mais voilà. On pouvait pas rester insensible à ça. Même s'il faudrait sans doute reformuler un peu les paroles prononcer, afin de l'adapter au public visé, mais l'idée était là dans tous les cas. Donc elle n'avait pas le droit de se plaindre. S'tout.

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Jeu 20 Déc - 21:57
Naïve ou trop confiante, June ne sut pas vraiment comment se qualifier par rapport à ce qui arriva de façon un peu trop déconcertante à son goût. Les yeux toujours fermés, attendant le poing de son amie venir percuter l’oreiller qu’elle utilisait comme bouclier, elle ne vit pas le changement de comportement s’opérer et la lionne chasseresse s’avancer lentement vers elle. Lorsqu’Esther écarta doucement le coussin, June ouvrit un œil intrigué, relevant légèrement la tête. Elle ne comprit tout d’abord pas ce qui était en train d’arriver, se demandant simplement ce que faisait son amie si proche d’elle tout d’un coup.

« Qu’est- ce que t… », commença t-elle.

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase : la douce chaleur de la main d’Esther vint rencontrer sa joue qui crut bon de répondre à ce geste incongru en rougissant allègrement. Maudite pigmentation ! Tout le visage de la jeune femme s’embrasa à son tour lorsque la prédatrice – il n’y avait pas d’autre mot – déposa un savoureux mais léger baiser sur sa joue, que dis-je, quasi au creux de ses lèvres qui frémirent dans un frisson. Elle cligna des yeux plusieurs fois, puis les fronça, lançant un regard accusateur vers Esther. « Ca n’équivaut pas ta beauté », gniagniagnia. Gourgandine, ouais ! Mais son amie – pardon, ex-amie – ne lui laissa aucun répit : voilà qu’elle caressait à présent doucement sa joue avec le pouce, la regardant comme si elle voulait fondre en elle par la pensée. Par un réflexe dont la Rouge et Or se demandait d’où il pouvait bien venir, la bouche de June s’entrouvrit dans un soupir, comme frustrée de voir celle d’Esther à la fois si proche et pourtant déjà bien trop loin. Et que dire de ce petit chatouillis dans la région du bas-ventre ? Ô traitresse, elle allait le payer…

Traîtresse qui reprit une distance acceptable et un air plus sérieux, lui faisant littéralement la leçon. June secoua la tête, comme pour chasser toute sensation dérangeante.

« Mais, ce n’est pas un petit trop… direct ? »

Elle se sentit coupable d’y penser, mais elle ne se voyait pas aller voir Keith et lui servir le même numéro. Non seulement il se foutrait royalement de sa gueule, mais en plus se sentirait-elle totalement ridicule. Esther croyait vraiment qu’elle pouvait faire ça ? Que d’espoir !

Prenant un air boudeur comme elle savait si bien le faire, elle ajouta :

« Je ne pourrais jamais faire ça… Encore avec une fille, bon. Mais un garçon … ! Tu sais bien que je ne… Que je ne… Enfin. Tu vois. »

Ou pas. June n’en avait jamais vraiment parlé en détails, mais sa méfiance pour la gente masculine ne datait pas d’hier, et Esther le savait. Tentait-elle, par ces cours, de lui redonner un peu plus confiance en elle pour affronter cette espèce humaine dont le sexe pendouillait allègrement à l’extérieur ? Oh non, ne lui parlez pas de pénis, surtout pas. Depuis qu’elle avait appris, à l’âge de dix ans environ, que les garçons n’avaient pas de fente mais une espèce de limace entourée de deux boules de noel molles, elle ne pouvait plus regarder quelqu’un de la gente masculine sans l’associer à cette chose. Surtout depuis cet épisode répugnant quelques années plus tôt dans le couloir du deuxième étage… Elle en avait des sueurs froides rien que d’y repenser. Dégoûtant, vraiment ! Et pourtant, elle savait d’expérience qu’elle était beaucoup plus attirée par les hommes que par les femmes… Problème, donc. Et ce problème s’appelait Pénis. Pénis. Pénispénispénis.

________________________


avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Dim 23 Déc - 15:16
Aaaah, elle était mignonne June, à rougir de toute son innocence. Sincèrement, c'était juste trop chou. Un peu plus et Esther irait se moquer d'elle. Comment ça, elle le ferait sans doute dans un futur proche ? Bon, d'accord, c'était évident que ça reviendrait sur le tapis à l'avenir, quand elle voudrait la taquiner. Autant dire que ça arriverait souvent. Même si à vrai dire, elle ne s'attendait pas à ce que sa manœuvre fonctionne si facilement sur la jeune femme. Elle était complètement tombée dans le panneau. Et si elle l'avait voulu, Esther aurait sans doute pu aller plus loin avec son amie sans le moindre problème. Si on excepte un problème moral de son côté, et ce même si elle avait parfaitement, et surtout terriblement, conscience que la frontière entre l'amitié et le... plus, était particulièrement fine. Mais comme elle croyait dur comme fer en l'amitié, elle avait la foi de penser qu'elle était tout à fait en mesure de conserver une amitié sans ambiguïté aucune, et elle savait parfaitement qu'elle y arrivait, puisqu'elle avait de nombreuses amies femelles auxquelles elle n'avait pas touché. Et auxquelles elle ne toucherait jamais d'ailleurs. Et étrangement, dans son esprit s'imposa l'image de Samara, rapidement suivit d'une certaine frustration qui la prit aux tripes. Mais elle ne se laissa pas démonter pour autant. Car ce n'était pas franchement le moment de penser à ça.
Pourtant.. Bon sang... Elle se rendait compte qu'elle aurait aimé pouvoir faire la même chose avec sa meilleure amie de Serpentard, qu'elle aurait aimé la voir réagir de la même façon, dans l'attente d'un plus. Provoquer en elle des soupirs de désir, appeler son regard, la happer dans un monde qui n'appartenait qu'à elle. Et qu'elle lui offrirait sur un plateau.
Frustration.

June, qui reprit ses esprits avec l'éloignement réglementaire qui sied à deux amies, fit une remarque fort judicieuse. Le côté un peu trop direct de cette approche. Ah mais forcément, si mademoiselle commençait avec ça... Bon. D'accord. Elle connaissait assez June pour savoir qu'elle était une jeune femme timide, notamment avec la gente masculine, tout du moins dans tout ce qui concernait les affaires de cœur. Enfin.. Il lui semblait, dans ses souvenirs que c'était ça. Ce que son amie lui confirma en ajoutant qu'avec une fille, ouais, pourquoi pas, mais avec un mâle...
Esther fit un grand sourire assez peu rassurant à June. Elle voulait des méthodes douces donc. Bien bien bien... C'est vrai que les hommes aimaient souvent les petites créatures fragiles, et ce genre de choses. Question d'instinct protecteur. Comme ça ils pouvaient satisfaire leurs ego en se disant qu'ils avaient une jolie fille en détresse à protéger, et ce genre de chose. Etre une fille trop entreprenante était le meilleur moyen de finir avec une mauvaise réputation.

« Je vois ce que tu veux dire... Hum... » Elle réfléchit un instant. Elle repassait dans son esprit les images des filles qu'elle avait dragué par le passé, analysant leurs attitudes déjà à l'époque pour pouvoir repérer les éventuelles ouvertures. Et en tirer des enseignements. Après, la difficulté dans le fait qu'elle soit elle-même une fille, c'était que des attitudes que certaines pouvaient avoir envers elle avaient de quoi être mal interprété, puisque purement innocente et sans arrière pensée. Aussi devait-elle faire le tri au niveau des informations, recouper des choses, et en écouter d'autres. Il était plus difficile de draguer une personne du même sexe que soi que du sexe opposé. Il y avait bien plus de chances de se planter lamentablement. Bon.

« Si tu veux que ça soit lui qui fasse le premier pas... Il faut y aller avec plus de subtilité. Créer le contact, doucement, prendre son temps... Adopter certains gestes. Qui sembleront naturels, même à toi, mais qui permettront de pousser l'autre à venir te chercher. » Elle parle posément, adoptant un ton doux, un peu plus bas que celui qu'elle usait habituellement pour forcer une sorte d'intimité, un rapprochement spontané. Un peu comme elle raconterait un conte ou une histoire. Elle avait la main posée sur le genoux de June, négligemment, l'abandonnant un instant lorsqu'elle faisait un geste, pour replacer une mèche de ses cheveux d'un geste qui se voulait négligé.
Elle s'arrêta de parler pour passer sa langue sur ses lèvres, simplement pour les humidifier, hésitant sur les prochains mots à prononcer. Néanmoins ce geste restait particulièrement suggestif. Et calculé dans ce cas, surtout accompagné de ce petit mordillement, comme si elle s'apprêtait à dire quelque chose de particulièrement important, pour mériter de telles considérations. Et pourtant... « Disons que là... Il s'agit de faire hésiter l'autre. De le faire basculer. » Elle fit un petit sourire, qui aurait presque pu passer comme timide. Et elle replaça une mèche de cheveux à June. « Tu dois utiliser un jeu très subversif, qui consiste à s'approprier les zones d'ombre de ta relation à l'autre, de les exploiter. » Sa main redescendit dans un geste qui aurait pu sembler lent, et vint attraper la main de son amie, comme pour jouer avec. En soi, ce n'était pas un geste provocateur, c'était un simple contact entre deux personnes. Mais si un doute existait chez l'une ou chez l'autre, ce simple geste pouvait prendre un nombre de signification incalculable.

« Après tout n'est que question de patience. Et si l'autre n'est pas un crétin opaque, il devrait rapidement s'interroger sur la proximité qui peut exister entre vous. Est-ce simplement de l'amitié ? Vraiment... La barrière se floutera d'elle-même alors que tu l'effaceras. » Tenant la main de June entre les siennes, caressant du pouce le dos de celle-ci, elle en détacha une pour venir effleurer du bout des doigts la limite entre le cou et la mâchoire de la jolie brune. « Et puis le temps passant, ces interrogations s'accumulant... Il achèvera l'esquisse de ces premiers pas. » Toujours sur le ton de l'histoire, elle s'était rapproché, à nouveau, le volume de sa voix descendant alors qu'elle portait son regard des yeux de June à ses lèvres, continuant de parler. « Il suffit d'un instant d'hésitation, June... Un seul. » Sa main se glisse dans sa nuque, et toujours elle la fixe, et se rapproche et...
Et ce qui devait arriver arriva.
Elle l'embrasse.

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Sam 29 Déc - 23:49
June avait en effet marqué un point en soulevant le fait que l’approche ainsi finement exécutée par Esther n’était pas des plus subtiles, pour ne pas dire un peu trop directe. Bien trop directe. Son amie se mit à réfléchir. Longuement. Puis, prenant un air résolu, se mit à lui exposer la solution nouvellement trouvée ; ce qui n’augurait absolument rien de bon. N’aurait-elle pas pu lui dire simplement que oui, son approche était géniale, blabla, merci du conseil, allez je vais dormir à demain, blabla ? Non, il avait fallu qu’elle ouvre sa grande bouche et lui fasse part de son désarroi. Ô misère...

Tout en parlant, les mains d’Esther se firent doucement baladeuses et June adressa une petite prière muette à on-ne-sait-quel-dieu-qui-voudrait-bien-avoir-pitié-d’elle-ce-soir-là. Pourquoi son amie parlait-elle soudain si bas tout à coup ? Elle ferma un instant les yeux, comme dans un réflexe pour se protéger, lorsque la Rouge et Or lui remit lentement une mèche en place derrière l’oreille, ce qui eut pour effet de la faire agréablement frissonner. Elle avait de plus en plus de mal à se concentrer sur le sens des paroles ; maudite Esther. Cette dernière attrapa alors sa main, et June se laissa faire, déjà prise dans les filets de la pêcheuse (dans tous les sens du terme). Puis subitement mais subtilement, des doigts vinrent effleurer sa nuque, déclenchant un second frisson, plus lent et plus intense que le premier, et la jeune femme n’eut pas le temps de formuler mentalement une insulte : alors que les mots murmurés d’Esther résonnaient sans grand sens à ses oreilles, de douces lèvres touchèrent les siennes avec une sensualité surprenante. Nom de…


SPAAAAAAAAABFF.


La claque partit de façon fulgurante et magistrale. Son auteur se retrouva un instant étonnée elle-même d’un tel geste, presque coupable, mais en se touchant les lèvres [CELLES DU HAUT HEIN] la trace chaude encore présente du baiser d’Esther lui redonna de l’aplomb. Nom mais ! C’était quoi ces manières ? Les cours ne devaient pas être un prétexte à faire n’importe quoi. On avait dit pas les amies proches, Esther, non, vraiment, c’était pas du jeu ! Toutes ces récriminations à la fois se lisaient dans les yeux de la Septième année qui avait bien failli se laisser totalement prendre au jeu de sa cadette. Un jeu divinement et appréciablement mené, certes, mais merde, on avait dit pas entre amies !

Et soudain June abandonna toute idée de s’en défendre. Très bien. Elle l’aurait voulu…

Attrapant doucement mais surement la main de son amie, la jeune femme prit un air contrit et, levant l’autre main, libre, vers la joue outragée d’Esther, elle lança dans un soupir :

« Toujours s’assurer que la personne sera réceptive. Et pour cela, on ne brûle pas les étapes. La patience est ton alliée. Non ? »

Sur l’intonation interrogative du « Non », elle effleura du bout des doigts la joue de son amie dont le rouge laissé par la claque commençait à s’estomper peu à peu. Puis ouvrant les lèvres sur un fin sourire qu'elle ne sut pas aussi charmeur, ajouta :

"Finalement le rouge sur les joues te sied autant qu'à moi."

Elle s'était gracieusement levée en disant cela, calculant consciencieusement l'étirement de son corps. June fit quelques pas de plus puis, douée d'une soudaine inspiration, se retourna vers Esther, un sourire satisfait collé aux lèvres.

"Attrape moi si tu peux."

________________________


avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Ven 4 Jan - 13:53
La douleur est vive. Et fulgurante. Elle ne s'y attendait pas vraiment, à celle là. Ou alors si, justement. Mais ça n'empêche pas que ça fasse mal. Bon, évidemment, Esther jouant au quidditch, elle avait déjà pris plus cher qu'une simple baffe mais quand même. Surtout que là, ce n'est pas juste une douleur physique. C'est aussi moral. Premièrement, parce qu'elle se rend compte de la connerie qu'elle a faite, et deuxièmement parce qu'elle se fait repousser. Et qu'on pourra dire ce qu'on veut, qu'on a fait ça juste pour le jeu ou pour le sport, ça n'empêchait pas que ça faisait mal quand même. D'autant plus que ça faisait écho pour la jeune femme à une possible autre situation et la renvoyait à l'impuissance qu'elle pouvait éprouver par moment. Bref, ça ne faisait pas plaisir.
Esther passe sa main sur sa joue encore brûlante, sous le choc, alors que June prend la parole. S'assurer que l'autre soit réceptif. Elle l'aurait été, si elle n'avait pas été son amie, et si ça n'avait pas été un cours de drague. Grunt. C'était pas du jeu là, c'était hors concours. En situation réelle, June lui serait tombée dans les bras.
Esther releva les yeux vers son aînée, dont le regard était lourd de sens. Oui bah ça va, pas la peine de la regarder comme ça. Elle n'y pouvait rien si son instinct avait été plus fort que sa raison. En plus, ce n'était même pas à elle qu'elle pensait en l'embrassant. Rah, ça l'agaçait là, c'est bon. Elle détourna son regard de son amie. C'est qu'elle se sentait honteuse, la jeune Nott, pour le coup.

D'ailleurs, en parlant de se sentir honteuse, elle ne pu contrôler un rougissement accompagner d'un magnifique grognement au contact contre sa joue. C'est qu'en plus elle apprenait vite, June. Même si c'était sans doute grâce à ses merveilleux talents d'enseignante.
« Ouais bah si j'avais pu prendre mon temps... » Et greuh et greuh et greuh. Moi pas contente. Moi grogner très fort quand moi avoir honte.
Elle retint un nouveau grognement au compliment moqueur, et croisa les bras sur sa poitrine. Pfeu. Bien sûr que le rouge lui allait bien. Elle était une Gryffondor. Fallait pas abuser non plus quoi ! En tout cas pour le coup, niveau réceptivité, c'était pas tout à fait ça. Bon... June se lève et lui propose de l'attraper si elle le pouvait. Et là... La jeune femme lança un long regard à June. Avant de finalement se laisser tomber en arrière sur le lit. Non, elle n'avait plus envie de jouer. Surtout si c'était pour se prendre une nouvelle baffe. Autant dire que ça l'avait bien refroidie pour le coup, et même si ça avait été le but bah... Voilà quoi.

« Pffff, non, merci, je passe mon tour. De toute façon, tu as compris le principe. Et je peux te dire que presque n'importe quel mec serait open face à ce genre de comportement. C'est l'avantage d'être hétéro et jolie, t'as peu de chance de te prendre des vents. »

Elle se laisse tomber en arrière.

« Sauf si le mec est gay ou en couple et fidèle. » Mais June ne devait pas trop être du genre à aller chercher des mecs en couple. Non, elle était trop droite, trop franche pour ça. Ca restait donc peu probable. D'ailleurs, elle ne savait même pas qui visait June, au final. Enfin, elle s'en doutait, mais elle n'était pas sûre, du coup... « Même si je pense que pour toi « en couple » est un motif suffisant pour ne pas vouloir essayer. » Ce qui l'était aussi pour Esther, soit dit en passant.

« Au final, y'a pas vraiment de secret pour draguer, c'est une question de feeling plus qu'autre chose. Faut juste avoir le courage de saisir les opportunités qui se présentent. »

Voilà, fin de la leçon.
Elle poussa un long soupir, tout en observant le plafond. Elle se roula finalement en boule sur le côté, l'air de ne plus vouloir trop bouger. Faut dire, le lit de June était confortable, et puis il avait son odeur, et c'était cool. C'était sympa et tout.
Et surtout, ça allait probablement contribué au futur retournement de situation qu'elle préparait dans sa tête. Si elle s'en sentait l'envie de l'exécuter.

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Ven 4 Jan - 14:46
Esther n’avait pas particulièrement apprécié la baffe ; cela la mit même dans un état boudeur qui faillit faire rire June si cette dernière n’avait pas été responsable de la marque rouge sur la joue de son amie qui s’estompait peu à peu. Elle essayait de s’en dédouaner en se disant que la Rouge et Or l’avait parfaitement mérité, et qu’au moins cela lui avait remis les idées en place ; et son ego blessé se manifestait sous forme de boudinerie à laquelle June avait eu le temps d’être habituée depuis leur rencontre, bien des années plus tôt. Il n’était cependant plus l’heure de jouer pour Esther, qui s’était manifestement lassée de son petit jeu à cause de la claque. June, qui avait déjà parcouru la moitié de la pièce, se retourna vers elle, levant discrètement les yeux au ciel. Esther en mode boudage, ce n’était pas beau à voir… Mais elle ne pouvait pas lui en tenir rigueur, n’étant pas elle-même bien clean non plus de ce côté-là. Son amie se laissa tomber en arrière sur le lit, et June acquiesça à ses propos. Elle avait trop d’honneur et surtout de principe pour s’en prendre à un homme en couple. Enfin, fallait déjà préciser qu’elle n’osait pas s’en prendre à un homme tout court, alors bon !

A son plus grand étonnement, Esther mit fin à la leçon. Alors c’était fini ? Tout ça pour ça ? Si elle avait su, elle n’aurait pas pris autant de peine à tenter d’éviter ce qu’elle considérait auparavant comme une épreuve… Certes elle n’avait pas été des plus à l’aise (merci, Esther !), mais c’est vrai que c’était loin d’être aussi insurmontable qu’elle le pensait. Pourrait-elle reproduire ce qu’elle avait appris aujourd’hui sur Keith ? Elle empêcha ses joues de s’enflammer à cet instant en s’infligeant une gifle mentale. Quelle idée ! Pourquoi voudrait-elle faire une chose pareille ? Le jeune homme était un très bon ami, certes, mais cela s’en tenait seulement là. Elle aimait être avec lui, le voir sourire – ce qui était pourtant assez rare dans sa nature -, lui parler, bref, c’était normal et en toute amitié. Non ?

Le lent soupir d’Esther lui fit reprendre ses esprits, et elle regarda la jeune fille se rouler en boule et lui tourner le dos. Elle haussa les sourcils. Au moins ça avait le mérite d’être clair ! Prenant une inspiration résolue et levant les yeux au ciel, elle retourna vers le lit et s’assit sur le rebord de la couette, le buste tourné vers la Esther, et donc le dos qu’elle lui tournait résolument. Elle se pencha légèrement, comme si elle voulait vérifier que son amie était toujours vivante, puis elle marmonna :

« Désolée pour la gifle. Et merci pour le cours. »

Elle attendit quelques secondes, puis ne put s’empêcher de lancer :

« C’est bon, t’arrête de bouder ? »

Le tact légendaire de June, mes dames et messieurs ! Une parole plus rapide que la pensée, un soupçon de spontanéité (un soupçon on a dit, bordel), et le tour est joué…

________________________


avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Jeu 17 Jan - 17:58
Oh oui, il était évident qu'elle l'avait mérité, la baffe qu'elle avait reçu. Mais il n'empêche que ça faisait toujours un choc. Ceci dit, la leçon prit fin, et il ne tenait alors plus qu'à June d'appliquer les quelques conseils de son amie. Et puis ça marcherait comme sur des roulettes. Il n'y avait pas de raison que ça ne marche pas de toute façon. Même si c'était de son meilleur ami, ou quelque chose comme ça, qu'elle était... amoureuse, il n'y avait rien qui empêchait les choses de fonctionner entre eux. Et puis au pire, si jamais ça échouait, ce n'était pas si grave. Elle avait peu de chance de perdre le jeune homme, après tout. C'était normal, c'était habituel que deux personnes de sexe opposé, libre, finissent par ressentir de l'attirance entre eux. Ca finissait toujours par arriver, c'était comme ça, et ça n'avait pas de raison de changer.
Et parfois, elle regrettait vraiment de ne pas pouvoir avoir ces mêmes facilités, en un sens, quand bien même il fallait avouer que la plupart des filles restaient plus ouvertes quant à la possibilité de sortir avec une personne du même sexe. Mais il n'empêche qu'elle se voyait vraiment mal essayer de draguer ses amies. Question de confiance. Parce qu'en présence les unes des autres, s'il n'y avait pas de tension entre les deux personnes, elles pouvaient se relâcher et se confier, laisser tomber ses défense, et... elle aurait l'impression d'en profiter. Et voilà, zut. Pourquoi elle avait cette fichue conscience ? La vie est un long fleuve d'injustice, parfois. Oui, elle exagérait. Mais qui n'avait pas exagérait la situation, à son âge ?

Ceci dit, elle sentit le lit s'affaisser lorsque June vint s’asseoir et se pencher par dessus elle. Esther regardait en face d'elle pour le moment, et écouta ce qu'elle avait à dire. Des excuses et des remerciements. « Hum. » Elle continua de fixer un point devant elle. Puis à la question de June, la jeune femme releva les sourcils, et se tourna finalement vers son amie. Elle la fixa longuement avant de faire un grand sourire et de se redresser pour venir attraper la jeune femme et coincer sa tête sous son bras. Le tout dans une action calculée et impossible à décrire, raison pour laquelle la narratrice en restera là dans sa description du tout.
Passant sa main dans les cheveux de June pour la décoiffer, Esther répondit à la question de la jeune femme pleine de tact.

« Bien sûr que je boude plus, espèce de sauvage ! »

Elle la relâcha rapidement, parce qu'elle craignait tout de même de lui faire un peu mal. Et elle s'installa à nouveau en tailleur sur le lit en l'observant. A tout les coups ça allait partir en bagarre entre les deux. En gentille bagarre, évidemment. Elles n'allaient pas se faire de mal, évidemment, ou en tout cas pas sciemment.
Et d'ailleurs, elle allait le chercher, en saisissant un coussin et en le balançant sur la jeune femme. Ca allait sans doute partir en représailles, mais peu importe, ce n'était pas grave, ni intéressant, ni rien de tout ça. C'était simplement des trucs d'adolescentes, et puis... Elle n'en voulait pas vraiment à June, ça aurait été stupide de sa part. Même si elle était évidemment blessée dans son orgueil. Bah, elle s'en remettrait. C'est ainsi qu'après probablement une courte bataille, elles se posèrent tranquillement, pour reprendre leur souffle.

« Et dooooonc... Tu as l'intention de draguer qui, après tout ça? »

Bah oui, Esther restait curieuse malgré tout, fallait pas abuser non plus. Elle était une fille comme une autre, et les potins et les ragots l'intéressaient particulièrement. Même s'il était évident que c'était plus pour savoir qu'autre chose, et qu'elle ne s'y fiait pas non plus tout le temps. Mais là c'était une information qu'elle aurait directement à sa source, et qui ne sortirait sans doute pas de ce dortoir.

« Non parce que je serais triste si mon merveilleux savoir, que je viens de te transmettre, ne t'aidait pas vraiment dans tout ça. Tu crois pas ? Alors ? »

Et c'est qu'elle insiste en plus. Ca y était, nul doute qu'elle ne lâcherait plus la pauvre jeune femme qui allait avoir à cracher le morceau. Quoiqu'elle pouvait aussi mentir à la rouge et or, ça ne devrait pas poser de problème. Sauf si elle le découvrait.

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Lun 18 Fév - 15:28
June tenta de se débattre quand son amie eut la brillante idée de vouloir lui répondre en l’étouffant. Elle grimaça quand le poing de la Rouge et Or frotta contre son cuir chevelu, sentant des nœuds se former dans ses cheveux (cheveux qui n’étaient déjà pas dans un très bon état après toute une journée de cours, alors on peut imaginer le désastre qu’engendrait à ce moment précis le poing vengeur d’Esther). Son amie en profita pour la qualifier de sauvage, et June essaya bien de formuler un « c’toa la sauvage », mais fut bien obligée de constater que toute tentative de parole était vaine puisque sa tête était coincée contre elle ne savait pas quoi, le buste d’Esther ou peut être sa cuisse, difficile à dire avec des cheveux plein les yeux.

La suite resta assez floue puisque lorsque la traîtresse la lâcha enfin, June reçut pour tout présent de cessez le feu un magnifique coussin dans la tronche. Autant dire que cela ne lui donna pas envie de lancer un « temps mort ! » mais bien de pousser un cri guttural très peu féminin et de renchérir avec son propre coussin vengeur. Les coups de traversin se mirent aussi à pleuvoir, et le conflit dura encore quelques minutes avant que les deux teignes ne finissent par tomber à cour de souffle. June se laissa tomber contre la tête de lit et laissa l’air circuler correctement dans ses poumons. La question soudaine d’Esther la fit grimacer mais elle consentit finalement à répondre, après s’être assurée qu’elle pourrait parler correctement sans coupure à cause de son manque de souffle.

« J’ai rencontré un garçon cet été. Mais il ne connait que mon nom, et je ne crois pas qu’il puisse se douter que je suis élève à Poudlard. Et moi je ne connais rien de lui, à part qu’il bosse au ministère. Donc pas sûre de pouvoir rapidement mettre en application tout ce que tu m’as appris… »

Voilà, à présent, Esther savait. Elle espérait qu’elle n’allait pas sauter sur l’occasion pour la harceler avec ça, sinon elle l’étoufferait pour de bon avec un oreiller, foi de McFallen ! Elle jeta d’ailleurs un coup d’œil au coussin le plus proche, pour s’assurer qu’elle avait bien une éventuelle arme à portée de main ; on ne savait jamais, traîtresse une fois, traîtresse deux fois…

Un énorme « BOOM » retentit soudainement, faisant sursauter June. Des cris suivirent la détonation qui venait manifestement de la salle commune. Un flash de lumière doré s’était même manifesté sous l’interstice de la porte du dortoir. Ouvrant la bouche, la jeune fille sauta du lit en lançant un bref : « Un lumos qui a mal tourné ou quoi ?! ».

Elle s’approcha de la porte, l’entrouvrit et passa la tête dans l’embrassure, guettant le moindre mouvement dans le couloir. Personne. Cependant un brouhaha indescriptible régnait en bas des escaliers.
« On va voir ce qui se passe où on reste sagement ici et on fait genre on rien vu rien entendu ? » demanda t-elle en se tournant vers Esther, les sourcils levés dans une moue d'interrogation. Elle avait personnellement assez eu d'aventures et de points en moins pour aujourd'hui...

________________________


avatar

Messages : 14

Rappeltou
Statut de Sang : Pur
Baguette: Bois d’érable et plume de phénix

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today ! Lun 18 Fév - 17:16


Le matin du Vendredi dix septembre, Mia s'était levée du mauvais pied. Elle n'avait pas très bien dormit et avait encore la tête assez embrumée. Les ombres et différentes créatures maléfiques avaient hantés ses cauchemars et, l'avaient réveillé de nombreuses fois dans la nuit. N'arrivant plus à se rendormir, elle passa le reste de la nuit à fixer le plafonds du dortoir sous sa couette douillette. Elle s'était finalement assoupit vers les cinq heures du matin et avait été réveillé par les rayons du soleil à sept heures. Sachant qu'il était inutile de traîner plus dans son lit, elle se leva pour aller faire un brin de toilette.

Le miroir qui ornait la pièce lui refléta son visage et, exaspéré de voir que la nuit avait laissé de lourdes marques sur son visage, Mia commença à se préparer. Uniforme sur le dos, une légère cape resserré au niveau du col pour se protéger des légers courants d'air froid des couloirs du château, elle s'attaqua finalement à son visage.
De grandes cernes ornaient ses yeux. Elle ne pouvait pas sortir comme ça, elle aurait pu faire peur à un strangulot. Adoptant un maquillage discret elle rattrapa les effets de son insomnie et mit en valeur ses deux yeux bleus-verts.
L'heure tournait et, voyant sa montre lui indiquer huit heures, Mia décida de descendre dans la grande salle pour manger un bon petit déjeuné avant son premier cour de Défense contre les forces du mal à neuf heures.


L'heure du déjeuné passa vite et Mia avait dût avaler une dizaine de toast tellement son ventre criait famine. Alors qu'elle allait partir pour aller chercher ses affaires de cours dans son dortoir, il y eut du remue ménage. Que se passait-il ?
Une bagarre venait d'éclater. Une élève de sa maison et une autre de Serpentard. Comme toujours les élèves des deux maisons ne pouvaient s'empêcher de montrer leurs différents au grand jour. Ils agissaient comme cela depuis l'époque de la création de Poudlard, ils n'allait pas arrêter maintenant.
Ne faisant pas très attention à cette bagarre qui n'avait pas réellement d’intérêt pour elle, Mia prit le chemin de son dortoir. Il ne fallait pas qu'elle soit en retard.

Ni une ni deux elle fut finalement devant la porte de son cour. La journée passa très lentement entre une heure de DCFM une seconde en sorts et enchantements où elle se demandait parfois comment elle arrivait à suivre ce que disait son professeur. Mais, ce qui l'avait exténué le plus était l'heure d'études des runes et les deux heures d'Arithmancie. Assise sur sa chaise, le coude sur sa joue pour maintenir sa tête et sa plume parcourant lentement son parchemin pour prendre des notes, Mia avait faillit y finir sa nuit.

Le doux bruit de le délivrance avait enfin résonné, annonçant la fin des cours. En un soupir soulagée, la blondinette avait ramassé ses affaires, évitant soigneusement les couloirs bondées pour arriver sans encombre à la tour de Gryffondor. Demi-somnolente, sur le trajet, Mia avait faillit s’étaler de tout son long sur la pierre glacial au moins deux ou trois fois pour enfin se rendre compte d'une chose...Elle s'était encore trompé de chemin...

En effet, face à une grande rangée de livre, Mia venait de comprendre qu'elle avait peut-être voulu trop éviter le moulons d'élèves dans les couloirs les amenant à leurs dortoirs. S'enfuyant rapidement de la bibliothèque, Mia était maintenant sûre que les couloirs étaient vidés. Pendant qu'elle faisait sa petite promenade censée l'amené à la tour de Gryffondor, qui au final l'avait malencontreusement amenée au quatrième étage, les autres élèves avaient dût déjà vider les couloirs.
Soupirant face à ce manque d'attention grotesque, elle reprit son chemin, en faisant bien attention cette fois à où elle allait.

Elle arriva enfin dans la salle commune et s’effondra dans un fauteuil libre près de la cheminée. Soupirant quelques minutes, elle attrapa finalement sa baguette et décida de s'amuser un petit peu avec celle-ci pour s'occuper l'esprit et les mains. Portant qu'un tiers de son attention à ce qu'elle faisait, Mia réfléchissait à ce qui s'était passé ce matin dans la grande salle et de sa main formait de petits cœurs à l'aide du sort Flambios. Toute cette rivalité lui faisait penser à celle qu'on l'avait accusé d'avoir pour sa grande sœur. Quelle stupidité ! Resserrant son emprise sur sa baguette elle murmura un lumos maxima qui …

« BOUM »

Le fauteuil sur lequel elle était assise venait de se renverser en arrière sous la force de l'explosion du à son sortilège. Les cheveux en vrac sur la tête, du noir sur les joues et les jambes en l'air, Mia avait réussit son coups. Elle venait de se faire exploser la figure avec un simple petit « lumos maxima ». Quel honte ! Se relevant précipitamment, remettant en ordre ses cheveux et ses vêtements, la jeune fille regarda l'étendu des dégâts : Un pauvre première année qui avait eut la malchance de travailler à ses côtés avait vu tous ses parchemins carbonisés et éparpillés dans toute la salle et, avait par chance échappé à l'envol de sa plume, qui s'était planté droite comme un i dans le mur derrière lui à la manière d'une fléchette.
Assez gênée, Mia passa sa main derrière sa nuque en murmurant quelques excuses au petit garçon et, se retient de ne pas hurler de rire face à sa propre maladresse.

Elle venait tout de même de créer une explosion à cause d'un sortilège apprit en première année...

________________________






Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today !

What do we say to Esther's lessons ? ... Not Today !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Tours :: Salle Commune de Gryffondor-