AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Inner Peace ~ | Elizabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Inner Peace ~ | Elizabeth Sam 8 Déc - 21:27
Mardi 14 Septembre

Une main s'accroche fermement à la première prise qu'elle croise. Alexandre, accroupi sur le rebord de la fenêtre, tâtonne au dessus du cadre, l'air concentré, jusqu'au moment où ses doigts peuvent s'aggriper. Alors tire-t-il sur son bras pour assurer la prise, guette-t-il une fois encore les couloirs pour vérifier qu'aucun élève n'ait pu le voir, avant de s'élancer dans le vide. Et c'est avec une souplesse et une aisance remarquable qu'il parvient à gravir la paroi du mur d'enceinte, du septième étage jusqu'aux toits. Il serre ses doigts sur la goutière, se soulève à la force des bras, pose les pieds sur les tuiles, continue son ascension jusqu'à atteindre le point le plus haut possible. Ce n'est qu'à cet instant qu'il se laisse enfin aller et s'installe sur place, assis en tailleur, dans une position proche de celle du Lotus. Et qu'il laisse le vent s'engouffrer dans ses cheveux en bataille, sous sa chemise, alors que ses yeux se ferment.
Ce n'est pas par pure lubie que le directeur adjoint de l'école a ainsi décidé de réitérer les exploits – ahem – de son adolescence – ne vous ai-je jamais parlé de ce jour où il avait, depuis sa salle commune, escaladé la tour Serdaigle jusqu'aux toits, écopant d'une très belle retenue ? Ce n'était pas par hasard qu'il avait choisi ce lieu élevé pour s'isoler.
S'isoler...
C'était bien le mot.
Il avait besoin de l'endroit le plus isolé et le plus calme possible pour pouvoir méditer. Son bureau, son appartement, tout autant de lieux du château où non, il ne pourrait pas être tranquille. Il y avait toujours un élève, un collègue, un ami pour venir le voir. Pour preuve Matthew qui s'était imposé chez lui la veille...
Personne ne viendrait le chercher ici. Et même si quelqu'un en avait l'idée, il le mettait au défi de l'en déloger...

La respiration de l'homme se calme déjà, comme si l'effort physique fourni n'avait été qu'une vague formalité. La nouvelle de l'hospitalisation de Leelou l'ébranlait bien plus qu'il ne le laissait paraître. Incapable de penser à autre chose, il n'en avait pas fermé l'oeil de la nuit, et avait eu bien du mal à se concentrer sur ses cours le matin-même. Il faut dire qu'il avait passé plus de temps à veiller sur Duncan que sur les autres, inquiet de la façon dont il encaissait la nouvelle.
Alors que l'adolescent, jusqu'ici, encaissait bien mieux que lui. L'optimisme, sans doute, cette qualité qu'Alexandre avait laissée derrière lui quelque part au Moyen-Orient. Ou en Chine. Ou dans les montagnes de l'Est. Difficile de savoir. Toujours était-il que l'espoir que son ex-femme se remette de cette maladie qui la frappait de plein fouet avait du mal à faire son chemin. Trop peur d'être déçu et d'autant plus blessé par sa perte.
Il expire lentement l'air qu'il avait inspiré plus tôt, essaie de calmer son esprit. C'était le but de cette méditation, loin de l'agitation des élèves, loin des soucis de son travail. Juste... Le vent. Le calme. Le paysage de sa Patrie se déroulant devant lui, avec ses collines et, au loin, ses montagnes.
Inner Peace...
Tu parles.
C'était un vrai bordel là-bas dedans. L'esprit tourne à plein régime sans qu'il n'arrive à le ralentir, le coeur bat à toute allure, signe de son inquiètude, et c'est avec peine qu'il parvient à sauver les apparences. En même temps, il était difficile de faire face à la possible perte d'une personne qui avait partagé sa vie pendant de longues années...
Après plusieurs minutes – peut-être même une heure, peut-être plus – un long soupir lui échappe, et il rouvre les paupières, ses yeux bleus scrutant le paysage.
Les souvenirs l'assaillent, et il préfère couper court à cette méditation qui, au lieu de le calmer, lui fait broyer du noir. Bientôt songera-t-il à ce qu'il n'a pas fait avec elle, à ce qu'il aurait pu faire, à ce qu'il aurait pu vivre avec elle si des erreurs n'avaient pas été commises. Il s'étire, avant finalement de se laisser glisser sur les tuiles et de poser les mains sur les gouttières. Une fois encore, le voici qui s'élance sans peur aucune, redescendant sans crainte en s'aggripant aux pierres apparantes.

Il passe à côté d'une fenêtre sans la voir, bien qu'elle soit celle qu'il visait au préalable. Ce n'est que lorsqu'il approche de celle du sixième étage, juste dessous, qu'il attrape le cadre, pousse la vitre et...
Tiens. Quelqu'un d'un peu trop zélé avait fermé la fenêtre entre temps ?
Il assure sa prise, vérifie que ses pieds soient bien calés, avant de lâcher une main pour s'emparer de sa baguette et d'ouvrir la fenêtre. Il n'a alors plus qu'à s'engouffrer souplement à l'intérieur, ni vu ni connu.
Ni vu ?
Le terme est mal choisi pour quelqu'un qui tombe nez à nez avec Elizabeth... Ahin. De toutes les personnes qui auraient pu passer dans ce couloir, il avait fallu que ce soit sa supérieure. Son unique supérieure hiérarchique. Si ça c'était pas la poisse... Enfin bon, peut-être se douterait-elle qu'une raison motivait ce comportement si inhabituel dans une école.
Bien, bien, bien... Ne reste pas sans rien dire, Alexandre ! Ce n'est pas le moment.
Moui.
L'homme a déjà pour premier réflexe de s'éclaircir la gorge. Il se sent comme lorsqu'il avait dix-sept, et qu'il était pris en flagrant délit. Hmhm. Sauf que tu as trente-trois ans, maintenant, et que finalement, tu n'es pas tant en faute que cela. Et puis, aucun gamin ne t'avait vu. Sauf peut-être ceux qui trainaient dans le parc et qui avaient remarqué que quelqu'un faisait le piquet sur les toits, mais cht.

« Hem... Hm. Vous n'avez rien vu. » Si, si, elle avait probablement tout vu. Mais bon, la carte de son humour carrément particulier était la seule qu'il puisse sortir, là.

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»

avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Dim 9 Déc - 13:25
Elizabeth avait décidé de prendre quelques heures loin des tâches administratives pour sortir et faire le tour du Château. Elle aimait se mêler aux élèves, surveiller les couloirs, s'assurer qu'il n'y avait personne en train de faire une ânerie monumentale. Elle connaissait bien les lieux, et ses locataires. Elle avait été élève ici, après tout, et bien que les élèves cette année n'était pas les mêmes que lorsqu'elle était arrivée, les comportements eux n'avaient pas tellement changé. Les idées de bêtises non plus d'ailleurs ne se renouvelaient pas tellement.

Parcourir ces couloirs lui rappela de nombreux souvenirs. Elle se rappelait sa première année, où elle s'était perdue plusieurs fois à cause des escaliers vivants. Sa septième année où, préfète, elle avait couru après des Serdaigle un peu partout dans l'établissement. Ses années en tant que professeur, où elle avait redécouvert le chateau après sa destruction partielle par les Mangemorts. Elle avait vécu la moitié de sa vie à arpenter ces couloirs et ces salles, après tout. Et elle était sûre que pourtant, ce château lui réservait encore des surprises.

Elle était donc en plein dans ses pensées nostalgiques, et sortez le vieil album photo, on va se mettre au coin de la cheminée. Mais quelque chose attira son attention. Une fenêtre qui n'était pas fermée, au sixième étage. Probablement un oubli. Mais le temps se rafrachissait, et à cette hauteur le vent s'engouffrait facilement et transformait vite tout l'étage en Freezer express. Elle referma donc conscienscieusement la fenêtre, puis continua son chemin.

Elle eut à peine le temps de faire un mètre que la fenêtre se rouvrit. Elle se retourna et se retrouva face à Alexandre MacFusty, son directeur adjoint.La surprise fut de taille ; que diable faisait-il là? Un remake de Spiderman?

" Hem... Hm. Vous n'avez rien vu. "

Mais encore!! Difficile de ne rien voir. Elizabeth resta sans voix quelques instants, encore hébétée par ce qu'elle venait de voir, puis referma la bouche, leva un sourcil et pris la parole.


-Alexandre, pendant toutes mes années dans ce chateau j'ai vu beaucoup de gens réaliser beaucoup d'exploits et de cascades en tout genre. Mais mon directeur adjoint qui entre par la fenêtre du sixième étage, ça, jamais. Vous auriez une explication sur ce que vous faisiez sur la façade de l'école?

Il n'y échapperait pas, ça non. Liz savait qu'Alexandre était...légèrement loufoque parfois. Il avait un humour très décalé, un comportement imprévisible, ce qui n'empêchait pas la directrice d'avoir un immense respect pour lui, et pas mal d'affection. Mais elle ne pouvait pas tolérer ce comportement, si c'avait été un élève elle aurait sévi de suite, elle se devait d'être un minimum juste. Et puis, avouons qu'elle était particulièrement curieuse de connaitre les intentions d'Alexandre. Prendre les escaliers, c'était bien aussi non?


avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Dim 9 Déc - 18:21
Ça, c'était inédit. Monsieur MacFusty, ce professeur si redouté des élèves pour sa sévérité, s'était fait chopé en beauté par la directrice.
Voilà voilà.
Loufoque ? Pas tellement. Différent, c'était certain, atypique plus encore. Son adolescence avait assez annoncé la couleur, et s'il s'était calmé avec les années, ça n'était que pour réfléchir davantage à ses agissements et les perfectionner. Il ne faisait rien sans raison, no doubt, et c'était sans doute la raison pour laquelle Elizabeth lui réclamait des comptes. Hey, il fallait s'y attendre ! N'aurait-il pas réagi de la même façon lui-même ?
Moui. Mais pour le coup, ça ne l'arrangeait pas. Il aurait préféré qu'elle le prenne au mot, et qu'elle le laisse filer sans demander son reste, comme s'il n'avait jamais confondu la façade de l'école avec une des nombreuses falaises qu'il avait pu gravir.
En tout cas, l'effet de surprise est avec lui. Ah ça, c'était pas tout le monde qui grimpait comme lui, le long des pierres apparentes. Lui aussi en avait vues – et faites – des bêtises dans cette école, mais là, il devait avouer qu'il n'avait pas de concurrent en matière d'escalade.
Après la surprise, c'est le reproche. Hm. Que répondre ? … L'humour, encore ?
Vous savez, pour ma part j'aurais donné un bonus d'une vingtaine de points à un élève pour une telle performance...
Mais non, ce n'était pas le moment. Du tout. Soyons raisonnable.

« Disons qu'il n'y a de lieu plus retiré du château que les toits. Et ils ne sont pas accessibles par les escaliers. » explique-t-il calmement, sans chercher à mentir plus avant – à quoi bon, ses raisons lui semblaient suffisamment valables pour ne pas avoir à choisir cette option, et puis, face à une legilimens, il fallait être gonflé pour oser... Non pas qu'il ne le soit pas, mais il ne fallait pas non plus pousser le bouchon.
Que serait-il arrivé s'il avait croisé un élève ? Hm, aurait-ce vraiment étonné un de ces adolescents ? Alexandre était connu pour être imprévisible, et pour être capable de sortir de nul part. Combien d'élèves avait-il surpris en écartant 'un pan de mur, et les attrapant sur le fait ?
Bref.
« J'avais besoin de m'isoler pour méditer et réfléchir en étant certain de ne pas être dérangé. Il n'y avait pas plus indiqué. »
La question suivante serait sans doute de savoir pourquoi il avait ressenti le besoin de s'isoler, mais ce serait aussi une interrogation à laquelle il ne répondrait pas. Il avait toujours été quelqu'un de réservé et plutôt secret – eh oui, il n'était pas allé à Serdaigle pour rien – et il ne lâchait pas ses états d'âme d'un claquement de doigts. Ses meilleurs amis avaient souvent du mal à percer la carapace qu'il avait érigé autour de lui, alors vous pensez bien...
Le roi des apparences.
Après, un esprit futé ferait sans mal le lien avec l'état actuel de la professeure d'étude des moldus, hospitalisée à Ste Mangouste depuis la veille. Mais encore une fois, si la question lui était posée, il ne répondrait sans doute pas. Au mieux resterait-il silencieux – qui ne dit mot consent – au pire éluderait le tout et détournerait la conversation. Courageux et téméraire, oui, mais pas fou ; il savait aussi fuir quand cela l'arrangeait. Et croyez-moi que c'est aussi un domaine dans lequel il n'est pas en reste.
Sale con, va. Te confieras-tu à quelqu'un un jour ?

« J'ai bien conscience que ce n'est pas un comportement habituel, Elizabeth, mais croyez-moi que j'ai fait mon possible pour ne pas être vu des élèves. » Pour ne pas leur donner de mauvaises idées, comprenez. Pas fou le bonhomme. Déjà qu'il s'étonnait que ni Duncan ni Esther n'aient encore eu l'idée de faire une chose pareille...
Enfin, là, ça serait pas la même. Il doutait que ces gosses soient capables d'assurer leur sécurité en grimpant le long d'une paroi sans être assurés ; ça demandait de maîtriser certains sorts et d'avoir de bons réflexes...
Et ça, c'était pas donné à tout le monde.

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»

avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Sam 29 Déc - 19:18
« Disons qu'il n'y a de lieu plus retiré du château que les toits. Et ils ne sont pas accessibles par les escaliers. «

Certes. C’était on ne peut plus vrai. Mais si Alexander considérait cela comme ue explication raisonnable et valable, il se mettait le doigt dans l’œil. Elizabeth leva un sourcil interrogateur, invitant son collègue à continuer. Mais elle n’en aurait pas réellement eu besoin. Il se justifia par un besoin de méditer. Méditer sur quoi ? Quel genre de sujet avait besoin de tant de réflexion qu’il faille aller jusque sur les toits ? Les cachots ou la tour d’astronomie faisait amplement l’affaire, non ? En tout cas, pour Liz les toits étaient un choix un peu…exagéré. Voire carrément suicidaire.

"J'ai bien conscience que ce n'est pas un comportement habituel, Elizabeth, mais croyez-moi que j'ai fait mon possible pour ne pas être vu des élèves. »

La directrice ne put retenir un sourire. Bien entendu, que ce n’était pas un comportement habituel, n’importe quel abruti aurait pu sortir cette banalité. Et bien entendu qu’il avait fait attention. Alexander était peut-être…spécial dans sa personnalité et sa manière d’agir, mais pas inconscient. Quoique, inconscient peut-être, mais il restait professionnel. Elle le connaissait bien, ils se cotoyaient depuis plusieurs années déjà, et elle savait qu’il n’aurait rien fait qui aurait pu ternir sa réputation professionnelle auprès des élèves. Ou de sa directrice.

-Je sais, Alexander. Et je pense effectivement que personne à part moi ne vous ai vu. Néanmoins…

Néanmoins vous êtes un triple idiot de jouer à Spiderman sur les murs du Château, c’est dangereux, digne d’un adolescent en pleine crise, et vous n’êtes plus un adolescent. Même si votre coupe de cheveux et votre attitude peut parfois montrer que vous êtes persuadé du contraire. Voilà ce qu’Elizabeth aurait voulu rétorquer à Alexander.
Mais elle n’en fit rien. Il y avait quelque chose chez lui qui l’en empêcha. Dans sa façon de se tenir, son regard, sa voix, ou la nature même du geste. Elle l’ignorait à vrai dire. Mais il semblait réellement différent. Perturbé, peut-être. Et s’il avait été assez inconscient pour se risquer aux toits, il devait avoir ses raisons, bonnes ou mauvaises, peu importait. Elle se devait de respecter ces raisons, bien qu’elle les ignorait. Alors elle ravala son sermon, et opta pour une approche plus diplomatique.

-Néanmoins, je vous saurai gré de choisir un autre lieu de méditation pour la prochaine fois. J’ai un immense respect pour vous, mais les règles s’appliquent à tous ici. Ne m’obligez pas à employer des sanctions, surtout envers vous. J’espère que vous comprenez ma position délicate.

Délicate, oui. Elle avait beau apprécier grandement Alexander, être sa collègue, elle était ici avant tout directrice de Poudlard. Elle se devait de faire appliquer les règles en toute impartialité, pour chaque résident, donc Alexander faisait partie. Elle détestait réellement réprimander les professeurs, ça lui semblait chaque fois un acte d’une méchanceté extrême, mais c’était son obligation. Elle regarda son collègue avec une moue désolée –ce qu’elle était- puis se risqua à poser la question qui voulait franchir ses lèvres.

-Y’a-t-il quelque chose dont vous désirez que l’on discute ? Vous savez que je suis totalement ouverte à toute conversation et que vous pouvez compter sur moi en toutes circonstances, n’est-ce pas ?

avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Mar 1 Jan - 14:13
[Nota Bene : il s'appelle bien Alexandre, pas Alexander =) ]

Dangereux ?
Certes, pour un élève ne connaissant pas les règles élémentaires en matière de sécurité, ça l'était. Mais pour lui, grimpeur chevronné, escaladant tous types de parois depuis sa plus tendre enfance, c'était tout aussi naturel que de marcher. S'il tombait ? Oh, il y avait bien des sorts capables de freiner sa chute. Bien sûr qu'il se devait de les connaître et qu'il les connaissait... Ce n'était un secret pour personne.
Évidemment, si Alexandre a l'inconscience d'escalader un mur à mains nues, il n'a pas celle de tenir tête à sa supérieure comme il l'aurait fait adolescent. Calme et raisonné, il ne dit rien, visage complètement fermé, passe subrepticement la langue sur les lèvres. Songeur.
Les règles s'appliquent à tous.
Alexandre a une fugace pensée pour Matthew, qu'il entendait déjà dire il n'est marqué nul part dans le règlement qu'on n'a pas le droit de gravir les murs à mains nues !, et doit alors retenir un sourire en coin pour éviter un comportement qui n'a rien d'adapté à la situation.

« Évidemment. » fait-il calmement. La prochaine fois, sans doute ferait-il comme souvent, c'est-à-dire fuir les lieux, transplaner dans un endroit loin de tous regards, et aspirer au calme. Mais il quittait suffisamment l'école comme ça, s'arrangeant avec ses collègues pour que chacun réussisse à avoir une vie en dehors du travail, alors...
Enfin.
Tant pis. Il irait dans la volière. Là au moins, on ne l'embêterait pas s'il grimpait jusqu'à faire ami-ami avec les hiboux.

Mais c'est la réplique suivante de sa collègue qui vient toucher le point sensible. Très fugacement, dans un mouvement à peine perceptible tant il le comprime rapidement, une grimace tranche l'expression neutre de son visage.
Bien sûr qu'Elizabeth ne pouvait ignorer qu'une de ses collègues avait été hospitalisée la veille à Ste Mangouste. Bien sûr qu'elle n'ignorait pas qu'elle avait un fils scolarisé ici, et un ex-mari avec cela. Elle n'ignorait pas, elle ne pouvait pas ignorer, la relation qu'il avait eue avec Lou.
Alors quoi ? Voulait-elle le forcer à parler, pensant – comme beaucoup – que la thérapie passerait forcément par les mots ? Tentait-elle, par des moyens détournés, de lui faire cracher le morceau ?
Non, ne sois pas aussi paranoïaque, Alexandre. Les nouvelles vont vite, mais si elle sait sans doute l'hospitalisation de Lou, elle ne sait peut-être pas la gravité de la situation.

« Vous savez, Elizabeth, que je ne suis pas homme à me confier. » déclare-t-il simplement, sans reproche ni amertume, rappelant tout bonnement ce que les gens constataient rapidement à son sujet. C'était aussi, finalement, une façon détournée de décliner l'offre de sa supérieure, sans volonté de la froisser ou de paraître brute de décoffrage – un équilibre parfois délicat à conserver, surtout quand on tente de respecter les règles de la galanterie, tout ça.
« J'avais simplement besoin de réfléchir, vis à vis de ma situation familiale qui est délicate en ce moment, avec l'hospitalisation de Leelou. » Leelou, professeure d'étude des moldus. Son ex-épouse, donc. À noter tout de même qu'il lâche tout de même des bribes d'informations, trois fois rien, mais tout de même de quoi expliquer son geste, et pourquoi il n'avait absolument aucune envie d'en parler.
La plaie était à vif et allait probablement s'élargir de jour en jour, jusqu'à la rupture définitive. Alors le monument de contrôle qu'il était s'effondrerait sur lui-même, brûlant de l'intérieur pour mieux renaître, imitant le phénix. Mais pour remonter, il devait déjà attendre de se trouver au plus bas... ou attendre que cette femme, à laquelle il tenait tout particulièrement, se rétablisse. Chose que son pessimisme refusait d'envisager.
Pour se protéger, peut-être, car il savait qu'un espoir déçu était d'autant plus destructeur qu'un coeur brisé.

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»

avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Jeu 3 Jan - 19:41
[Ouuuuups! Pardon, je sais pas pourquoi j'ai mis Alexander à chaque fois...]

« Vous savez, Elizabeth, que je ne suis pas homme à me confier. »

Bien entendu qu'elle le savait. D'ailleurs qui l'ignorait ici? Quasiment tous s'étaient un jour frottés à la grande loquacité d'Alexandre McFusty. Elle en avait fais les frais plus d'une fois, elle qui avait une fâcheuse tendance à jouer les psychologues. Elle pensait que depuis le temps qu'ils se connaissaient, et s'appréciaient, son collègue lui ferait plus confiance. Mais visiblement la confiance de monsieur McFusty ne signifiait pas qu'il se confierait. Elle allait donc se résoudre à cette simple réponse, mais curieusement il continua sur sa lancée.

« J'avais simplement besoin de réfléchir, vis à vis de ma situation familiale qui est délicate en ce moment, avec l'hospitalisation de Leelou. »

C'était donc ça. Leelou était enseignante ici, en étude des moldus. L'autre matière qui n'intéressait qu'un dixième des étudiants de Poudlard. C'était l'une des raisons pour laquelle Elizabeth respectait cette femme. Et elle n'était pas sans ignorer qu'elle était l'ex-épouse d'Alexandre. L'histoire avait fait beaucoup parler au sein des professeurs, et des élèves qui étaient au courant. Elizabeth n'ignorait pas non plus que Leelou était actuellement hospitalisée à Saint-Mangouste. Elle ne savait pas pour quelle maladie, mais elle savait que c'était probablement sérieux. Elle venait d'en avoir confirmation, puisque c'était si sérieux que cela avait poussé Alexandre à s'isoler sur les toits. Et maintenant, que répondre à ça? A la détresse d'un homme qui voyait une femme qu'il avait aimé hospitalisée? Ca lui ferait de belles jambes d'avoir un "tout mon soutien" de la part d'une collègue. Elizabeth ne savait pas trop comment réagir face à un Alexandre assez renfermé sur le sujet de toute évidence, mais qui souffrait tout aussi évidemment.

-Je vois. J'ai appris son hospitalisation, on ne m'en a pas dit plus. J'espère qu'elle se rétablira.

Elle avait dit ça avec toute la sincérité dont elle était capable, et avec beaucoup de sympathie. Elle espérait réellement que sa collègue se rétablisse, elle était une bonne enseignante, qu'elle appréciait, et visiblement son état rendait Alexandre malheureux. Elle allait souhaiter une bonne journée à son collègue et tourner les talons, sans en demander plus, sans risquer de faire plus de mal que de bien, mais elle ne put s'y résoudre.

-Alexandre, si vous désirez un congé, n'hésitez pas à me demander, je m'arrangerai pour trouver un remplaçant.

Bien sûr, trouver un remplaçant n'était pas chose aisée. Et un professeur de DCFM aussi bon qu'Alexandre McFusty était quasiment mission impossible, son collègue était l'un des meilleurs dans son domaine et un excellent pédagogue. En plus, les remplaçants subissaient le même sort à Poudlard que dans des établissements scolaires moldus : s'ils ne faisaient pas autorité et n'éveillaient pas l'intérêt le premier jour, c'en était fini d'eux. Donc trouver un remplaçant demanderai effectivement de "s'arranger". Mais s'il avait besoin de ça, Elizabeth accorderait à Alexandre du temps, c'était la moindre des choses qu'elle puisse faire.

avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Mer 9 Jan - 14:03
Renfermé ? Peu locace ?
Ah oui, nous parlons bien d'Alexandre. Un homme qui ne parle presque pas, qui se confie encore moins ; une forteresse qui ne laissait jamais – ou presque – transparaître les sentiments les plus profonds qui l'animent. Un problème dès qu'il commençait à s'engager dans une relation, on ne lui répétait jamais assez, mais plus encore vis à vis des diverses épreuves qu'il avait pu traverser.
Que ce soit le désespoir, la peine, ou toute émotion forte qui aurait pu laissé des traces indélébiles en son âme, tout cela restait enfoui et ne sortait pour rien au monde. Sans doute une histoire de fierté, et de difficulté à s'ouvrir aux autres. Un problème de confiance au final.
Quand sa collègue évoque l'hospitalisation, elle réussit à lui arracher une grimace fugace, certes, mais qui en dit long sur l'état des choses. On ne lui en avait pas dit plus, mais c'était grave. C'était bien assez grave pour qu'il se sente horriblement mal, pour que la détresse l'envahisse tout entier. Qu'on se le dise, l'idée de perdre une femme qui avait eu une telle place dans sa vie, et de savoir que sa perte détruirait également le fils qu'ils avaient eu ensemble, ça faisait des dégâts avant même que l'impensable se soit produit.
Se rétablira-t-elle ? Pour le moment, cette éventualité était en suspens, même si les médicomages étaient plutôt pessimistes. Certains préféraient croire encore un peu – comme Duncan – et d'autres se préparaient déjà au deuil – comme lui, et ses deux amis venus lui tenir compagnie pendant la nuit.

La proposition suivante le laisse silencieux quelques secondes encore, comme s'il réfléchissait. Prendre un congé ? Hm. Il avait comme une hésitation, sur le sujet. Mais il savait tout aussi bien que ça ne lui serait d'aucune aide. Que se perdre dans le travail serait un bon moyen pour se préparer, se vider la tête... Et sans doute faire son deuil.
S'il prenait un congé, sans doute irait-il se battre contre des dragons, ou se perdre quelque part dans les Alpes.
« Je décline mais merci, Elizabeth. » fait-il calmement. « J'y reviendrai si cette histoire finit de façon dramatique. » avoue-t-il finalement, dévoilant son pessimisme notoire sur la question. C'était juste évident. « Pour moi comme pour mon fils, bien sûr. »
Mais cette demande était purement formelle. Administrativement, il savait qu'une telle perte les conduirait à un congé pour que l'un et l'autre puissent se remettre... Et qu'on ne leur laisserait sans doute pas le choix. Ce serait plus sage, sans doute... Mais il souhaitait bien du courage à sa collègue pour trouver un remplaçant, dans de tels délais, qui saurait tenir ses classes. Lui absents, les gamins s'en donneraient sans doute à coeur joie...
À moins qu'elle réussisse à s'arranger avec le reste de l'équipe pour veiller sur eux le temps de ses absences. Matthew saurait les tenir, peut-être même poursuivre ses cours sans mal. Et sans doute d'autres pourraient-ils tourner avec lui, au besoin.
… Hm. Il faudrait qu'il prévoit des exercices, des devoirs, pour occuper les jeunes le temps de son absence et ce sans que ses collègues n'aient trop à réfléchir à sa progression dans les cours et à ses méthodes d'enseignement pour ne pas perturber les classes.
Encore un beau casse-tête.
« Ne vous inquiétez donc pas pour moi. » conclut-il calmement, par cette phrase typique qu'il sortait dès qu'il allait mal, en général. « Il y a plus important à s'inquièter. Je voulais vous parler de Miss Haldir, justement... » Hop, jolie pirouette de la part de l'enseignant, qui change totalement de sujet de conversation pour noyer le poisson.
« Je l'ai surprise en plein craquage. Elle est mise sous pression par ses camarades à cause de son engagement et de ses opinions. J'en ai parlé à Shayan... » Son meilleur ami et directeur des Gryffondors. « … mais il me semblait important de vous en informer. Elle inquiète déjà beaucoup depuis ses déboires de l'été, mais cela ne semble pas aller en s'arrangeant. »

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»

avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Jeu 17 Jan - 0:37
« Je décline mais merci, Elizabeth. »

Forcément, il déclinait. Elizabeth s'en doutait. Alexandre n'aurait pas accepté, même s'il l'avait voulu. Ca aurait signifié accepter sa situation, son état d'esprit, sa détresse. Alexandre avait trop de...fierté pour ça. Bien que fierté ne soit pas réellement le mot. Trop de volonté plutôt. De toute façon, Liz ne pouvait pas l'en blâmer, elle-même n'aurait pas accepté un congé dans une telle situation. L'occupation du travail nous offrait parfois un si bel échappatoire, y renoncer revenait à se retrouver seul avec ses problèmes. Peu importait, elle ne s'opposerait pas à ce refus. De toute façon, comme Alexandre le dit quelques secondes plus tard, il reviendrait sur sa décision si tout cela se finissait mal. Sous-entendu si Leelou ne se relevait pas. Elizabeth prit un peu plus conscience de l'ampleur de la situation. Sa collègue se portait vraiment très mal. Et oui, dans le cas où elle devait mourir, un congé serait de toute façon imposé. Par elle, s'il le fallait.

« Ne vous inquiétez donc pas pour moi. »

Non, bien sûr. Ne vous inquiétez pas pour Alexandre, Alexandre gère tout lui-même. Combien de fois avait-elle entendu cette fameuse phrase? Son ami était un grand garçon, certes, mais tout de même. Il espérait vraiment que Liz ne s'inquiète pas? Il la connaissait mieux que ça. Liz s'inquiétait quand un proche rencontrait des soucis, c'était dans sa nature. Comme c'était dans la nature d'Alexandre de tout garder pour lui, d'enfiler ce masque de constance. Bon Dieu, comment faisait-il? Là résidait un autre des mystères d'Alexandre MacFusty.

Miss Haldir vint dans la conversation, telle une fleur qui nous distrait du loup qui rôde. Alexandre dévia la conversation sur la jeune femme. Il fallut quelques secondes à Elizabeth pour se rappeler qui était la miss Haldir en question. Luthiel, de son prénom, très joli prénom en passant. Une Gryffondor, sixième année, rousse. Un visage tout en douceur, tout en grâce. Une jeune femme qui avait toujours paru timide à Liz, mais qui s'était révélée redoutable.

Ainsi donc Alexandre s'inquiétait pour la jeune Luthiel, mise sous pression, et donc potentiellement instable. A cause de son engagement. Et quel engagement! Miss Haldir était une fervente partisane du Mouvement d'Ouverture. Elle ne le cachait pas, et si la propagande ouverte était autorisée elle serait l'une des premières à distribuer des affiches. Elizabeth se souvenait avoir entendu et lu à propos de Luthiel Haldir cet été, lors de l'incident au Ministère. Ca avait fait tout un bazar à Poudlard. Une étudiante, impliquée à ce point? Pas étonnant qu'elle soit mise sous pression, Gryffondor comme toutes les maisons comptait dans ses rangs des Sang-Purs, ou des amis de Sang-Pur, ou des partisans anti-Mouvement. Elle devait être une cible. C'était embêtant. Elizabeth réfléchit quelques secondes, soucieuse.

-Vous pensez qu'elle va faire une bêtise? Etre un danger pour elle-même, pour les autres?

A cet âge, on ne sait jamais, Elizabeth en était parfaitement consciente. Jedusor avait viré du côté obscur de la For.....de la magie plus ou moins à cette époque. Certains étaient passés pas loin d'une dépression, d'un mauvais comportement, d'une gaffe énorme. Alors avec le Mouvement qui venait s'ajouter à une période déjà délicate dans une vie...

-Vous croyez qu'on devrait agir?

Agir, oui, belle idée, restait à voir comment. Liz ne pouvait pas sanctionner ou surveiller une élève juste parce qu'elle soutenait ouvertement le Mouvement. Tant qu'elle ne faisait pas de propagande ou de recrutement, tant que ses paroles n'étaient pas offensantes envers un tiers, elle n'était pas sous le coup du règlement. Elle avait le droit d'exprimer ses idées lors des nombreux débats qui se faisaient en salle commune.

avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Sam 19 Jan - 19:02
Il y avait des jours où on pouvait se poser tout un tas de questions sur Alexandre. Le choixpeau avait du être le premier sur la liste, hésitant entre diverses maisons, et c'était sans doute ce qui faisait de lui un si bon professeur... Et quelqu'un de parfaitement adapté à son boulot de directeur-adjoint. La vivacité du Serdaigle, la violence du Gryffondor, la patience du Poufsouffle...
Et la sournoiserie du Serpentard.
Et c'est ainsi qu'il se dérobe, changeant de sujet de conversation comme si de rien n'était.
Ne pas rester sur les sujets délicats pour garder son calme.
Ne pas céder à la panique.
Ne pas perdre son sang froid.
C'est ainsi qu'il agissait, et qu'il avait toujours agi, plus ou moins. Et il utilise ce sujet qu'il avait dans la manche pour parvenir à ses fins. Il faut aussi avouer que le problème Luthiel avait besoin d'être abordé, entre les problèmes de l'été et ceux qu'elle s'attirait ici à vouloir trop s'engager. Et comme il le lui avait dit, s'engager ainsi était tout à fait admirable, mais inapproprié au contexte scolaire, d'autant plus dans un moment aussi tendu. Ils étaient au milieu d'un épisode de scission au sein du monde sorcier, c'était délicat pour tout le monde. Pour elle, pour eux, professeurs, pour ses camarades, pour les parents.
Gérer tout cela allait vite devenir compliqué.
D'un mouvement calme et parfaitement contrôlé – fidèle à lui-même – Alexandre fait non de la tête.

« Non, pas vraiment. Pas pour le moment en tout cas. » répond-t-il. Le problème venait plus des autres, pour le moment, car elle semblait en minorité – dans les années supérieures du moins, il avait entendu Miss of St Johns clamer que ça serait bien que les moldus nous connaissent, quand même assez récement encore. Et de fait, ça sous-entendait qu'elle pouvait vite se faire embêter par les Sang Pur qui, eux, se sentaient tout particulièrement menacés depuis la mort de Drago Malefoy.
« Je l'ai avertie des problèmes qu'elle pouvait s'attirer, pour le moment, vis à vis de son engagement parfois inapproprié dans ses copies par exemple. Mais je pense qu'il faut juste la garder à l'oeil, éviter qu'elle s'attire les foudres des autres élèves. Parce qu'eux peuvent vite devenir un danger pour elle, on l'a vu avec la bagarre qui a récemment éclaté entre Miss Nott et elle... »
En soi, elle n'était pas dangereuse – tant qu'elle ne s'acoquinait pas avec des personnes peu recommandables, du moins – mais si les autres l'y forçait, en la poussant dans ses derniers retranchements, ça pourrait vite tourner à la guerre civile chez les Gryffondors. Et se propager, comme un virus, à toute l'école.
Et s'ils voulaient que Poudlard reste un terrain neutre, il allait falloir garder sérieusement un oeil là-dessus. Ça, parmi tant d'autres choses. Ça pouvait vite dégénérer, et les Gryffondors ne seraient sans doute que les premiers, bientôt les Poufsouffles, puis les Serdaigles suivraient. Les Serpentards ? Il ne savait pas trop. Ces élèves là étaient imprévisibles, avec leur solidarité, mêlée par les différents statuts de sang qu'on pouvait y trouver depuis la fin de la guerre. Allez savoir s'ils feraient bloc ou s'ils se diviseraient, comme tous les autres...
À voir. Lui s'inquiétait pas mal de ses Serdaigles, qui pourraient très vite s'engager dans une véritable guerre de position, voire une guerre froide. Ça ne l'étonnerait pas d'eux.
Enfin bon.
Eux n'étaient que les garants d'une paix relative. Ils ne pouvaient pas empêcher les adolescents de vouloir s'affirmer, de jouer aux adultes en parlant de sujets qui les dépassaient et dont, pour le plus souvent, ils ne comprenaient pas tout.

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»

avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Mer 30 Jan - 14:35
« Non, pas vraiment. Pas pour le moment en tout cas. »

C'était le "pour le moment" qui était inquiétant pour Elizabeth. Elle se battait au quotidien pour préserver l'école et ses élèves de l'opposition qui sévissait dans le monde sorcier. Mais combien de temps avant que le Mouvement ne trouve une brèche et ne s'engouffre à Poudlard? Combien de temps avant qu'elle doive sévir réellement, et de fait prendre un parti elle aussi? Luthiel Haldir savait-elle au moins que son engagement pouvait avoir des conséquences beaucoup plus grandes que ce qu'elle imaginait? Bien entendu elle n'était pas à la seule étudiante à être acquise au Mouvement. Le nombre semblait croitre de semaine en semaine d'ailleurs.

« Je l'ai avertie des problèmes qu'elle pouvait s'attirer, pour le moment, vis à vis de son engagement parfois inapproprié dans ses copies par exemple. Mais je pense qu'il faut juste la garder à l'oeil, éviter qu'elle s'attire les foudres des autres élèves. Parce qu'eux peuvent vite devenir un danger pour elle, on l'a vu avec la bagarre qui a récemment éclaté entre Miss Nott et elle... »

Liz acquiesca. Alexandre prenait soin des étudiants de Poudlard. La directrice avait entendu parler des copies de mademoiselle Haldir, des remarques pro-Mouvement dans ses devoirs. Garder un oeil sur elle? Bien entendu, qu'il fallait garder un oeil sur elle. Mais à force, Poudlard n'aurait plus assez d'yeux pour surveiller tous les élèves qui soutiennent le Mouvement. Elizabeth soupira.

-Nous garderons un oeil sur elle, oui. Je ne voudrais pas qu'elle soit blessée. Mais cela devient compliqué. Je ne sais plus trop que faire, j'essaie de gérer l'influence du Mouvement. Mais entre eux, le Premier Ministre, les étudiants, je ne vais bientôt plus savoir où donner de la tête.

Elle eut un sourire las. A défaut d'avoir un Alexandre loquace, elle-même était plus prompte à se confier. Heureusement qu'Alexandre était une oreille attentive.

-Nous trouverons bien un moyen, n'est-ce pas?

La question était purement rhétorique. Il lui faudrait trouver un moyen de garder Poudlard loin de tout cela. Elle n'avait pas d'autre choix, elle était la directrice, elle devait préserver son école.

avatar

Messages : 115

Rappeltou
Statut de Sang : Mêlé
Baguette: Bois de cèdre, ventricule de coeur de Noir des Hébrides, 30 cm, très souple et très solide.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Ven 1 Fév - 23:25
D'un lent mouvement de la tête, Alexandre fait savoir son accord avec sa collègue, la laissant se confier en quelques mots porteurs de sens. Gardant sa loquacité bien typique, il se montre toutefois attentif et se contente de quelques signes de main ou de tête pour encourager Elizabeth à poursuivre.
« Nous ne pourrons pas empêcher les élèves de vouloir prendre parti, et ils continueront de s'informer par la presse pour confirmer leurs idées premières. La seule chose qu'on peut faire, c'est continuer d'incarner les valeurs de neutralité pour leur permettre de mener une vie d'adolescents normaux... Sans avoir à encore se soucier d'opinions politiques. » fait-il avec calme. Il s'approche et pose doucement la main sur l'épaule de sa collègue, brièvement, en signe d'un soutien réel. « N'hésitez pas à déléguer. Toute l'équipe pédagogique est là pour ça. »
Allez, monsieur conseils est de sortie.
Il ne peut pas s'en empêcher. Allez savoir si c'est de l'altruisme, de la démagogie, ou une façon de toujours avoir le dernier mot. Si je penche plutôt pour un comportement solidaire, on n'est jamais trop sûr avec lui.
« Ne vous en faites pas, en tout cas. Vous gérez la situation d'une façon exemplaire, et tout ce qui peut être envisagé est la poursuite de ce qui a été engagé. »
C'était sa conviction, et la façon la plus logique d'envisager la situation ; le Serdaigle en lui n'était jamais bien loin et aimait à voir les choses de manière organisée, claire, raisonnée. Un vieux réflexe, pour contrebalancer son côté impulsif et tête brûlée.

Mais bon, en attendant, à part tenter de rassurer Elizabeth, il ne faisait pas grand chose. Certes, il noyait le poisson vis à vis de son propre malaise, oubliait ses problèmes en tentant de soutenir sa collègue dans les siens... Et la prochaine étape serait de s'occuper l'esprit en maximum en se perdant dans le travail, les préparations, les projets, la paperasse et autres trucs abrutissants. Il irait peut-être même se faire un footing dans la nuit si l'insomnie continuait de le tourmenter.
L'homme détourne le regard de sa collègue finalement, alors qu'il retrouve un visage neutre après l'expression un peu grave qu'il avait pu avoir jusqu'ici.
« Je dois vous laisser, Elizabeth. Mais n'hésitez pas à venir me voir si besoin d'aide... Je suis là pour ça, après tout. » conclut-il finalement avant de faire un signe de la main à la directrice et de tourner les talons.
Pas de problème pour son escalade sauvage.
Pas de questions indiscrètes.
Et la tentative de détournement de conversation réussie.
Mission complète. L'enseignant pouvait alors retourner à ses occupations, et aller s'occuper l'esprit de diverses façons. Et il le fit, guettant Duncan au coin d'un couloir, se perdant dans les rayons de la bibliothèque, attrapant des ouvrages, s'enfermant dans son bureau pour trier des papiers, se perdre dans des copies, lire un roman... ou un essai de type universitaire un peu plus demandeur en concentration.
L'attitude typique d'un homme tentant de ne pas penser au pire qu'il voyait se dessiner à l'horizon.

________________________


« He is worth nae weel,
That can bide nae wae.
»

avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth Lun 11 Fév - 8:10
"La seule chose qu'on peut faire, c'est continuer d'incarner les valeurs de neutralité pour leur permettre de mener une vie d'adolescents normaux... Sans avoir à encore se soucier d'opinions politiques. »"

Alexandre avait raison, et Elizabeth le savait pertinemment. Elle aurait voulu pouvoir protéger tous ses étudiants de cette guerre qui se préparait peut-être dans le monde sorcier, mais elle devrait bien se rendre à l'évidence. Elle n'en serait pas capable éternellement. Tout ce qui était en leur pouvoir, à eux professeurs, c'était d'empêcher le Mouvement de gangréner Poudlard. C'était le plus important, car si l'Ecole tombait, que resterait-il comme terrain de neutralité? Néanmoins aux yeux de Liz, cette évidence n'était pas satisfaisante. Elle apprécia le soutien que son collègue lui témoigna. Il lui rappela qu'elle avait une équipe, qu'elle pouvait déléguer. Oh, elle le savait, elle voyait toute son équipe de professeurs prêts à la soutenir, et c'était un réel honneur. Il faudrait aussi qu'elle apprenne cela: déléguer. Elle n'en avait pas encore tout à fait pris l'habitude ; elle estimait qu'elle pouvait très bien s'en sortir seule, comme du temps où elle était professeur.

Alexandre lui dit encore quelques mots rassurants et pleins de....philosophie, si l'on puis dire. C'était son côté incroyablement serein et philosophe qui refaisait surface de temps à autre, facette de lui qui surprenait mais faisait plaisir à voir. A ses yeux, elle gérait la situation. Elle lui sourit, d'un sourire plein de reconnaissance.

-Merci, Alexandre. Peut-être suis-je un peu trop exigeante envers moi-même ces derniers temps.

Puis elle vit le visage de son collègue reprendre son masque silencieux.

« Je dois vous laisser, Elizabeth. Mais n'hésitez pas à venir me voir si besoin d'aide... Je suis là pour ça, après tout. »

Evidemment. Ils avaient parlé d'elle, il avait évité de parler de lui, et maintenant il s'estimait satisfait. Elle ne pouvait pas le retenir, tout de même, il traversait une période difficile et avait probablement besoin de solitude, pas d'une collègue qui jouait aux Jiminy Cricket. C'est un personnage de dessin animé moldu. Un criquet, qui donne des conseils à un gamin en bois dont le nez s'allonge quand il ment. Mais nous débattrons de la logique de ce scénario une autre fois. Tout ça pour dire qu'avec toute sa volonté de libérer Alexandre d'un poids et de l'aider par des paroles, elle ne pourrait pas le faire aller mieux. Elle acquiesca donc d'un signe de tête, lui rappela en souriant de marcher dans les couloirs, et non sur la facade, puis le regarda tourner les talons. Elle resta quelques minutes, seule dans ce couloir, en réflexion sur cette conversation et ce qu'elle impliquait pour l'avenir. Puis retourna s'occuper l'esprit ; elle aussi en avait besoin.




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Inner Peace ~ | Elizabeth

Inner Peace ~ | Elizabeth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Sixième Etage :: Couloirs-