AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Ouvrir le journal | PV Albus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ouvrir le journal | PV Albus Jeu 20 Déc - 16:43
Lundi 13 Septembre
Les sourcils froncés, Séraphine rattrape son retard dans la presse sorcière. Avec la bagarre du vendredi, son rencard du samedi, et sa félicité du dimanche, le délai qui la séparait des actualités s'allongeait. Et ce n'était pas avec sa vie sociale qu'elle allait rattraper tout cela... Nioclàs aurait pu, oui, lui faire la conversation là dessus, mais il faut comprendre que le pauvre n'a pas toujours envie de parler boulot... Et puis ils avaient été fort occupés d'une autre manière, la dernière fois qu'ils s'étaient vus.
Fallait pas déconner. Dix longs jours sans le voir, fallait pas s'attendre à ce qu'ils papotent pendant cent sept ans. Sa langue avait été plus occupée à explorer la bouche de son Irlandais qu'à s'agiter en des jeux d'esprit tout à fait avisés.
Et le fait que sa vie sociale autre était réduite à un petit nombre de personnes n'avait pas aidé à se tenir au courant. Elle avait bien entendu parler d'une histoire d'explosion et tout et tout, mais rien dans le détail.
Alors, pendant l'heure de midi, éditions de la Gazette du Sorcier de vendredi, samedi et lundi sous le bras, l'adolescente se pose dans une salle vide et se met au boulot. Une salle vide ? Pas tout à fait. Ce qu'elle entendait par vide était absence de personnes susceptibles de la déranger, un détail qui avait son importance, tout de même. Le problème étant que les salles vraiment vides étaient déjà occupées... Elle avait jeté son dévolu sur la salle des trophées, déserte à cette heure.
L'uniforme de Serpentard sur le dos, cravate déserrée et premiers boutons défaits, la jeune fille s'avance dans la salle et s'installe dos contre une armoire vitrée, avant de déplier l'édition du vendredi 10 septembre. Et ses sourcils se froncent immédiatement : ah ouais. Elle avait un sacré retard, en fait. Lèvres pincées, elle parcourt rapidement les lignes du retard : attentat sur le Chemin de Traverse, nombreuses victimes... Les interventions de divers politiciens sont soulevées, des articles annexes se permettent quelques analyses pertinentes de la situation, sur les positions politiques, et autres détails qui attirent son attention. Ses yeux accrochent, à la fin d'un des papiers, un nom chéri, qui lui arrache un sourire tendre, signe de sa brève déconcentration. Agissant un peu stupidement, comme une ado amoureuse finalement, la jeune fille déchire l'article écrit par la plume de Nicholas O'Toole, lisant une seconde fois son cynisme et ses mots aux griffes acérées. Et puis elle plie le morceau de journal, avec un soin tout particulier, le glisse dans son décolleté – ouvert par la cravate desserrée et les boutons défaits du chemisier – pour le dissimuler dans son soutien-gorge, tout contre son coeur – n'est-ce pas mignon ?

Et la voici qui se replonge dans ses lectures, se concentrant à nouveau, tordant son adorable minois en une bouille pleine de sérieux. Il ne manque plus que les lunettes pour compléter le tableau de l'élève modèle... Même si Séraphine n'a absolument pas la dégaine d'une élève modèle : ses boucles désordonnées tombent de ses épaules, son col laisse apercevoir sa poitrine, ses jambes repliées soulèvent sa courte jupe, dévoilant le haut de ses bas à quiconque désire y poser les yeux. Et ses talons hauts...
Bref.
Délaissant son édition du vendredi après un temps, elle attrape celle du samedi, et continue sa lecture en se disant un instant qu'un chocolat chaud aurait été le bienvenu pour accompagner tout cela. Mais la pensée ne fait que passer, alors qu'elle se laisse aspirer par le tourbillon de mots. Jusqu'à être interrompue par le bruit d'une porte qu'on pousse.
La Serpentard lève alors les yeux vers la nouvelle personne qui vient d'entrer.
Potter.
Les lèvres de la jeune fille se pincent ; oui, elle connait les Potter – qui ne les connait pas ? – lui y compris. Non, elle ne les aime pas plus que les autres Gryffondor. Seule la petite dernière, Lily, trouvait grâce à ses yeux ; sans doute était-ce pour cela qu'elle l'avait prise sous son aile, petite couleuvre qui veut devenir vipère... Mais elle ne l'avait pas fait avec l'accord fraternel, en tout cas. 'Manquerait plus que ça, tient.
Enfin bon... Retournant à son journal, dont les gros titres parlaient de l'attentat à la boutique Weasley, elle ne se préoccupa pas plus de cet intrus venu la déranger dans son havre de paix.

________________________


Ouvrir le journal | PV Albus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Deuxième Etage :: Salle des Trophées-