AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Sam 22 Déc - 11:26
Séraphine claque la porte de son dortoir avec humeur ; ajustant son uniforme pour aller en cours, en ronchonnant autant que possible, l'adolescente laisse ses talons claquer sèchement contre le sol de la salle commune. Cinquante points en moins pour Serpentard, tout ça par la faute de Gibbins. Ooooh, elle était colère.
Hm.
Elle fait un rapide demi-tour en se rendant compte qu'elle a laissé son colis sur son lit. Relire le petit mot de son ours d'Irlande et fourrer une pâtisserie au miel dans sa bouche chasse un peu cette humeur de chiottes, avant qu'elle n'enfourne tout cela dans son sac pour reprendre le chemin premier. C'est qu'elle commençait par Défense Contre les Forces du Mal ce matin – avec Esther-je-sais-plus-parler, bwahaha – et poursuivait avec Sorts&Enchantements... Avant de devoir retrouver la directrice dans son bureau.
Elle monte les escaliers quatre à quatre, grognant toute seule à cause du miel qui collait aux dents. Et la voici partie pour une heure de cours avec MacFusty, lequel observe ses élèves arriver un à un. Elle ne se prive pas de fusiller Gibbins d'un regard assassin avant d'aller s'installer.
Rien de notable durant cette heure, ni dans la suivante. Malheureusement pour elle, cette sale morue de Gryffondor a retrouvé l'usage de la parole, et elle doit souffrir d'entendre sa voix dès qu'elle ouvre la bouche. Grmbl. Journée de merde. Vivement le lendemain, tiens. Puis vient la récréation, peu après dix heures trente, et la jeune fille ne tarde pas à ranger ses affaires, sortir une nouvelle douceur au miel – c'est qu'elle est gourmande – qu'elle grignote sur le chemin du bureau de la directrice...
… Gibbins sur les talons. Forcément.

« Si tu t'en étais pas mêlée, on en serait pas là. J'ai fait que défendre les intérêts de la maison, j'te signale. » lance-t-il en grommelant.
Typical. Il rejetait la faute avec une mauvaise foi impressionnante et se plaçait en victime. Pourtant, cette remarque n'heurte en rien la froide indifférence de sa camarade qui ne daigne même pas lui accorder ne serait-ce qu'un regard. Si leur maison avait globalement décidé de passer outre pour ne pas entretenir de tensions en son sein, la stratégie de Séraphine reposait sur l'ignorance pure et simple, pour ne pas s'énerver contre ce véracrasse puceau qui n'en valait même pas la peine. Ainsi, ils pourraient ne plus avoir à parler de cela, et tout irait pour le mieux. Ils avaient mieux à faire que de se bouffer le nez, pas vrai ?
Elle tourne au coin du couloir, enfourne le reste de sa pâtisserie sans écouter le serpentard qui continue de lui expliquer en quoi il avait réagi d'une façon tout à fait légitime et en quoi il n'était qu'une victime dans cette histoire. S'arrêtant devant la statue marquant l'entrée du bureau de la directrice, l'adolescente finit par tourner les talons et poser son regard glacial sur ce garçon qui le dépassait d'une bonne tête. Pourtant, la différence de taille ne lui donne pas l'avantage une seule seconde. Au contraire, il semble ne pas trop savoir où se mettre face à cette réaction qui n'était absolument pas celle escomptée.
« Tu veux bien fermer ta gueule cinq minutes et prouver au monde que tu as des couilles, oui? » grogne-t-elle, les dents serrées. « Je te rappelle qu'il ne s'agissait, à la base, qu'un putain d'échange de courrier. Alors pour une fois, sois un peu plus malin que ça, et ferme la. Tout ce que tu pourras dire ne fera que nous mettre encore plus dans la merde, amadàn. »
Nicolas grommelle de se faire ainsi disputer par plus petit que lui, ouvre la bouche pour protester – quel serpentard téméraire ! – mais la jeune fille ne lui en laisse pas le temps. Dans un mouvement de bouclettes d'or, elle se tourne vers la statue, penche la tête sur le côté. Ils n'avaient pas le mot de passe, mais ils avaient rendez-vous, alors peut-être que...
Oui mais non. La statue reste immobile. Voilà voilà. Comment ils allaient faire, eux, au juste ? Et les Gryffondors n'étaient pas encore là – elles allaient être à la bourre, elle en mettrait sa main à couper... – donc si l'une des deux avaient le mot de passe, ils seraient tous dans l'embarras.
Par chance et parce que ça m'arrange, qui voici qui passe dans le couloir, tasse de café dans une main, pomme bien rouge dans l'autre ? Monsieur MacFusty, bien sûr. Qui les regarde un instant avant de s'arrêter, et de faire un de ses sourires un peu inquiétant.

« Ah oui, vous avez rendez-vous avec la directrice... » commente-t-il pour lui-même avant de s'approcher de la statue et de lui souffler le mot de passe nécessaire pour passer, loin des oreilles des deux serpentards. Et la gargouille s'écarte docilement, laissant le passage s'ouvrir, avec ses escaliers. « Là. Filez, jeunes gens, ne soyez pas en retard. » ajoute-t-il après avoir ordonné à la statue de rester ouverte pour June et Esther.
Et, sans plus demander son reste, le directeur-adjoint tourne les talons, mord à pleines dents dans sa pomme, et disparaît dans les couloirs.
Séraphine, quant à elle, n'attend guère plus longtemps avant de s'engouffrer dans le petit couloir et de grimper les quelques escaliers la séparant de la porte du bureau de la directrice. Et, sans un regard pour son camarade de maison, elle lève la main pour frapper de quelques coups secs à la porte.

________________________


avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Sam 22 Déc - 17:30
Jeudi 10 Septembre

Esther avait attendu devant la salle de Défense Contre les Forces du Mal que le professeur rejoigne la salle pour qu'elle puisse entrer, arrivant ainsi la première. Et le tout en avalant des pancakes pris sur la table du petit déjeuner des Gryffondor, suite à ce qu'il s'était précédemment passé. Et là vous vous demandez sans doute de quoi il s'agit, Ô très cher lecteur. Hé bien il se trouve que ce matin a eu lieu dans la Grande Salle un bataille rangée. Gryffondor contre Serpentard. Avec cette parasite de Mistaken au milieu des rouge et or, certes, mais tout de même. Et tout ça à cause de ce crétin de Gibbins qui s'en était pris à June.
Elle lâcha un grognement mal maîtrisé, alors qu'une silhouette apparaissant au loin lui annonçait la fin de son attente dans ce couloir.

Les cours passèrent tranquillement, et Esther fut très heureuse de voir le sort lancé par l'autre Morue finir par s'estomper pour qu'elle puisse finalement reprendre la parole. Ahah ! Bien fait ! Comment ça, ça n'était pas de son fait ? Boarf, peu importe, tant qu'elle pouvait à nouveau bavarder tranquillement, elle s'en fichait un peu. Gibbins avait l'air bougon, bien que ce soit difficile de déterminer son humeur puisqu'il faisait toujours la gueule, ce pauvre type. Dire que c'était à cause de lui qu'elle avait perdu cinquante points... Enfin... Ce n'était pas qu'elle qui les avait perdu. Et heureusement, sinon ça voudrait dire que la punition aurait été bien plus lourde et ça aurait été une vraie catastrophe, alors que ce n'était que le dix. Enfin, elle se rattraperait de toute façon. Sinon elle allait se faire taper sur les doigts par ses camarades de maison, et elle s'en passerait bien, très sincèrement.
La pause de dix heure et demi arrive très rapidement, au final. Le cours de sorts et enchantements passe comme de rien. Bon, il est temps de se rendre chez la directrice. Et pour ça, elle doit franchir d'innombrables couloirs. Enfin... Quelques uns, puisque le bureau est au même étage que la salle de classe. Laissant Ty aux bons soins d'Ann, elle se lance dans sa traversé avec l'ami qui l'avait assisté ce matin durant la bagarre. Le pauvre s'était un peu retrouvé embarqué dans tout ça par hasard... Aaaah, pauvres victime, illustre PNJ... Que pour ce RP nous nommerons tout de même, afin de permettre à notre cher directrice de l'appeler « illustre PNJ » même dans ses discours. Appelons-le Grant. Justin Grant. Juste un grand. Bwouahahahah ! Bref, je m'égare.
Justin était un type sympa, fonceur, bagarreur, bref, le genre avec qui Esther s'entendait bien. Et puis il appartenait à l'équipe de réserve de quidditch, en tant que remplaçant. Donc raison de plus pour qu'ils s'apprécient, vous pensez bien.

Grant récupéré, Esther se dirige donc vers la statue du bureau de la directrice, en discutant avec Justin qui avance aussi à son rythme. Elle n'a pas eu le temps de repérer June avant de quitter la pièce, et ne l'a donc pas attendu. Elle avait un peu l'impression que cette dernière l'évitait, pour le moment, mais bon. Ca ne durerait pas longtemps, et elle finirait bien par la coincer dans un coin un jour ou l'autre. Finalement, ils arrivèrent au bout du couloir où se trouvait normalement la statue et... Ils virent qu'elle était déjà ouverte. Sweet. Esther n'aurait pas à tenter de deviner le mot de passe pour la faire s'ouvrir, ou à aller rechercher un professeur pour ça. Pare que oui, c'était bien mignon de leur donner rendez-vous là, mais... voilà quoi. Par contre, il faudrait que la directrice fasse vite, parce que notre jeune femme avait encore des cours derrière ça. Et notamment celui d'étude des moldus, avec Donhogue. Et elle voudrait pas être en retard. Déjà que ses résultats ne sont pas fabuleux, inutile d'en rajouter une couche. Et puis elle l'aimait bien, la professeur. C'était la mère de Duncan, il faut dire, donc ça aidait un peu. Même si du coup elle n'était pas tout à fait objective. Mais je m'égare, voyez-vous.

Elle arive donc devant les marches, et commence à les monter, toujours en compagnie de son amie, pour finalement frapper à la porte du bureau de la directrice. Par Merlin, Esther vient de frapper à une porte ! C'est la fin du monde ! Ah non, c'est vrai, c'était hier, et il y a déjà une dizaine d'année pour notre jeune sorcière.
Bref, elle entre, et voit que Gibbins et Mistaken sont déjà là. Raaah, la barbe. D'ailleurs, les amis de ce crétin ne sont pas là ? Bizarre. Et plutôt injuste, soit dit en passant. Elle espérait bien qu'ils allaient se pointer en vitesse grand V, sinon elle les punirait elle-même plus tard. Non mais, elle demandait justice là ! Fallait pas abuser non plus.

Elle lance un regard noir aux deux Serpentard présents et attend la suite.

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Dim 30 Déc - 0:18
La matinée défilait un peu trop rapidement au goût de June, qui regardait d’un mauvais œil les minutes avancer et se changer en heure. Dix heures arriva bien trop tôt, et la cloche qui rythmait les heures de classe se fit meurtrière aux oreilles de la jeune Gryffondor lorsqu’elle résonna à travers le château. Avalant difficilement sa salive, elle attrapa ses affaires et se rendit lentement mais surement au deuxième étage, là où l’attendait le bureau de la Directrice et donc ladite Directrice en personne. Ô Joie…

Maudissant silencieusement la sale bande de Serpentard qui avait eu l’intelligence débile de l’attaquer deux heures plus tôt, elle s’arrêta devant la statue qui… Laissait libre le passage vers les escaliers menant au bureau tant redouté. Ah ! Soit on l’avait déjà devancée – pas étonnant avec la façon dont elle avait traîné des pieds – soit elle était la première, ce qu’elle n’espérait franchement pas. Soupirant une énième fois – ce qui, en ce moment, devenait sa spécialité – elle prit son courage à deux mains et gravit les marches, le menton levé et fier. Allez, elle était une Gryffondor et surtout, elle était innocente ! Une pauvre biche, voilà ce qu’elle était. Rien de plus.

Elle toqua de trois coups brefs à la porte du bureau qui était déjà entrouverte et, sans attendre de réponse, poussa le battant et s’avança dans la salle lourdement décorée. Certes, elle avait déjà eu l’occasion d’y faire un tour – pour des faits dont elle était entièrement responsable CETTE FOIS – mais elle ne put s’empêcher de contempler de nouveau les divers portraits accrochés aux murs, ainsi que l’incroyable bazar d’objets – pourtant ordonné croyez-le où non – en tout genre qui se concentrait dans la pièce. Son regard tomba enfin sur les autres personnes déjà présentes et elle adressa un mince sourire aux deux autres jeunes femmes ; quant à Gibbins, elle lui envoya sa plus hideuse grimace. Rrrrr, tout était de sa faute ! N’avait-il pas pu fermer sa grande gueule et gérer son orgueil mal placé de Serpentard en manque de reconnaissance ? Non, bien sûr. Ah, les garçons…

Elle se détourna du Serpentard et porta son attention sur la personne qui accompagnait Esther. Ah, Justin. Elle avait cru l’apercevoir durant la bataille générale, mais n’en avait pas été sûre. Maintenant, si. Lui aussi était convoqué ? Ah, le pauvre. Ils étaient tous dans de beaux draps, tiens.

________________________


avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Mar 1 Jan - 18:55
Elizabeth était absorbée par ses papiers en cette fin de matinée. Forcément, ranger le bazar que les élèves avaient fichu le matin même dans la Grande Salle avait retardé ses obligations. Ces enfants, je vous jure, parfois elle était lasse de devoir gérer une colonie échelle internationale. Mais cela faisait partie du boulot.
Il était donc 10h30, et elle avait un peu oublié que son rendez-vous approchait. Avouons qu'elle avait carrément oublié quelle heure il était. Alors lorsqu'on toqua à la porte, elle leva la tête, surprise. Elle regarda sa montre et se rendit compte de qui était probablement à la porte. Elle dit donc aux élèves d'entrer. Ce furent d'abord miss Mistaken et monsieur Gibbins qui furent leur entrée dans la pièce. Toujours assise derrière son bureau -par souci d'autorité-, elle les salua avec un sourire.

-Nous attendrons vos camarade avant de commencer notre entretien, annonca-t-elle en espérant que lesdits camarades ne tarderaient pas trop.

Et ils ne tardèrent pas trop, effectivement. Quelques minutes plus tard entraient Esther Nott accompagnée de son ami. Elizabeth dut se concentrer pour retrouver le nom de cet élève, toujours discret. Grant, ça devait être ça. Justin Grant. Enfin, miss June Mc Fallen entra dans la pièce. La petite troupe au complet! Les festivités allaient pouvoir commencer. Elizabeth avait déjà fait un semblant de sermon le matin même devant toute la Grande Salle, mais cet entretien devait mettre véritablement les points sur les i. Elle ne savait pas trop par où commencer, elle avait déjà une idée claire des coupables, notamment du coupable. Mais les autres avaient suivi, donc...oh, que c'était compliqué de sanctionner une bagarre! Elle détestait ce genre de moments. Enfin. Son regard parcourut les différents élèves, puis elle prit la parole.

-Bien, maintenant que vous êtes tous là. Vous avez déclenché une bagarre générale en plein petit-déjeuner, dans la Grande Salle. Je suis sûre que vous avez tous de très bonnes explications et excuses à me donner, et vous allez tous me prouver que vous êtes innocents.

Elle sourit. Elle avait été élève avant eux, elle savais comment se passaient ces entretiens.

-Mais il y a bien un coupable, pas vrai? Et vos deux maisons ont perdu cinquante points à cause de vous. Je pense donc qu'il serait temps d'agir en adultes et d'être honnêtes afin de tirer cette situation au clair.

C'était dit. Cinquante points, avec le recul cela lui paraissait beaucoup. Mais la décision était réversible après tout. Si les élèves faisaient preuve de sérieux, elle pourrait rajouter des points.

-Bien. Qui commence? Un a la fois bien sûr.

Et elle attendit. Elle attendrait patiemment jusqu'à avoir la version de tout le monde. Elle espérait que Gibbins ne prenne pas la parole en premier, parce qu'elle connaissait sa réputation et n'avait pas vraiment envie de démarrer par lui.

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Sam 5 Jan - 18:17
Il fallait être stratège. Fin stratège pour le coup, songe l'adolescente en entrant dans le bureau, puis en écoutant la directrice parler. Ils étaient cinq. Deux serpentards, trois gryffondors. Soit elle sauvait sa peau pour éviter la retenue et livrait Gibbins en pâture – après tout, c'était lui le responsable – soit elle se montrait solidaire avec lui pour livrer les gryffondors, et récupérer des points pour leur maison.
Pff.
Elle n'avait rien demandé à personne elle. Elle avait juste échangé son courrier avec June. Rien de plus. C'était cet abruti de consanguin qui n'avait rien trouvé de mieux que de venir réclamer justice là où il n'y aurait jamais du en avoir. Sérieux quoi. Ce type était complètement idiot.
Et c'était une vraie tafiole, avec ça.
Qui commence ? En toute logique, parole aux aînées. Et Séraphine ne comptait pas laisser le temps à June de la dévancer... Mais se fait quand même doubler par cette face de rat de Gibbins.
Ah l'enfoiré !
Ah le fils de...

« Si vous le permettez, madame... Je n'ai voulu que défendre les intérêts de ma-...
- Arrête de te permettre. » La voix sifflante de Séraphine a claqué l'air comme rarement, avec une autorité qu'on ne lui connait pas toujours. Reconnue peu bavarde, elle ne parlait pas ou peu, encore moins en présence d'autant de monde pouvant simplement parler à sa place. Serpentard typique et d'une indifférence rare, c'était encore moins courant de la voir ainsi agresser un camarade de sa maison pour le remettre à sa place et l'empêcher de s'enfoncer.
Mais là, c'était un cas d'urgence. Elle ne pouvait pas laisser ce moins que rien prendre les choses en main et les enfoncer, eux et leur maison, davantage. Sa peau était en jeu là.
Et pas un seul instant n'hésiterait-elle à le livrer en pâture.
« Les intérêts que mon camarade aspire à défendre ne sont que pulsions brutales et désir de briller. June... » Elle désigne sa camarade de la main. « … et moi ne sommes que victimes d'un malheureux échange de courrier. Sa venue près de notre table a heurté le grand orgueil de cet idiot et il a cru bon de... » Elle s'interrompt une seconde, se rendant compte que de se faire pousser du poil aux couilles n'était pas une expression adaptée à la situation. « … De s'interposer de façon tout à fait inadéquate. Je suppose que son idiotie doublée d'hormones l'a poussé à la violence pour tenter d'asseoir une domination illégitime sur le sexe opposé. De là est parti un premier sort duquel June et moi nous sommes défendues avant que le reste de la bande ne nous agresse. J'avoue que la suite est assez floue. »

Plusieurs fois, Gibbins tente de s'interposer dans le langage anormalement soutenu de Séraphine dont, il faut bien l'avouer, il ne comprend pas tout. Mais le regard noir qu'elle lui lance à chaque fois, avant de ramener ses yeux noisettes, d'une neutralité étonnante, sur la directrice, l'empêche de tenter le diable.
Comme beaucoup de Serpentard, il sait qu'il vaut mieux éviter de contrarier la Dame Vipère, au risque de voir les jours suivant s'assombrir sous le coup d'un malheur venu d'on ne sait trop où. La malédiction de la vipère, mwahahahah !
Hem, je m'égare.
En attendant, la jeune fille exprime la confiance en elle de toute sa stature, de tout son intellect, le port altier, le regard sûr, le dos droit. Elle a raison. Elle sait qu'elle a raison. D'autant qu'elle dit la vérité, la déforme à peine selon ses propres déductions et sans se priver de casser du sucre sur le dos de son camarade.
Son langage, son argumentation, la façon dont elle se tient, tout cela marque le brusque bond de maturité qu'elle a fait en l'espace de deux mois. Tout montre qu'elle a cotoyé des personnes (surtout une) plus âgées, qu'elle s'est frottée à d'autres façons de parler, d'autres façons de raisonner. Et c'en est carrément déconcertant.

________________________


avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Sam 12 Jan - 3:17
Hum... Il allait falloir réfléchir avant de parler, pas de doute. Elle ne pourrait pas dire ce qu'elle voulait pour le coup. Aussi choisit-elle de ne pas prendre la parole en première, afin de voir à peu près quelle direction allait prendre le tout. Si elle voyait qu'une fraction s'opérait entre Serpentard et Gryffondor, elle suivrait, en essayant d'équilibrer les choses pour que ça ne soit pas Gryffondor qui ait à payer les pots cassés, mais elle ferait aussi en sorte de le faire avec calme. Sinon, ça lui porterait bien trop de préjudice pour le coup. Et ce n'était pas ce qu'elle recherchait. Et si jamais au contraire les alliances restaient les mêmes, hé bien... Tant mieux, il n'y aurait qu'à écraser Gibbins avec le talon.
Et pendant qu'elle pensait à la stratégie à adopter face à la directrice, quelqu'un se décida enfin à prendre la parole. Et alors qu'elle s'attendait à ce que Gibbins tente de s'imposer malgré tout, quitte à couper Séraphine, mais là...
Woh. Attendez un peu quoi. Bien sûr, il ne parvient au final pas à en placer une, mais... elle ne s'attendait quand même pas à ça.

Esther avait conscience que Séraphine était une élève douée, intelligente, et qu'elle possédait clairement des qualités qui la poussaient à rechercher le meilleur d'elle-même et à briller, sans pour autant se soucier des autres. Loin de là même. Et elle la connaissait assez bien pour savoir dans quelle mesure elle parvenait à faire montre de son intellect, de manière assez générale. Mais là...
Ca n'avait plus rien à voir avec avant. Avec l'an dernier. Car elles n'avaient jusqu'à présent pas réellement eu l'occasion d'échanger. Sauf lors de ce malheureux échange de corps, mais ça ne comptait pas. Et là... Là il fallait avouer qu'Esther était soufflée de la voir mener avec tant de brio son discours. Ce qu'elle n'admettrait jamais, bien évidemment.
Et puis c'était sans même parler du reste. La présence qu'elle dégageait était étonnante, et la rouge et or sentait que quelque chose avait changé en elle. Mais elle n'aurait pas su dire d'où ça pouvait venir. Et ce bien qu'un lien ténu se formait dans son esprit. Etrangement, en cet instant précis, elle préférait à peu de chose près TOUT sauf y penser. Sans doute un réflexe post-traumatique...
Elle en resterait presque sans voix, s'il ne fallait pas faire taire Gibbins, qui allait probablement encore chercher à se plaindre et à être plaint.

Allez Esther, c'était ton tour de jouer. Lançant un regard en coin au pauvre petit, elle s'avança d'un demi-pas, pour signifier son désir de prise de parole. Sur ce même temps, elle se redressa à son tour, et passa une main dans son dos, pendant qu'elle prenait la parole, appuyant son discours de quelques gestes.

« J'avoue ne pas avoir assisté à toute la scène, néanmoins, je ne peux qu'appuyer les dires de... » Elle hésita un peu moins d'une seconde sur le nom à adopter pour parler de la Serpentard, avant de se décider bien vite. « ... Mistaken. Je suis arrivée peu de temps avant que le premier sort ne soit lancé, et j'ai pu voir clairement Gibbins menacer June et sa comparse de maison. Et tout ça pour quoi ? Si j'en crois celle-ci, pour un échange de courrier. Et à vrai dire, même si je l'ignorais à ce moment précis, lorsque j'ai vu le sort partir, je n'ai pas pu m'empêcher de prendre part au conflit. Je me devais de protéger mon amie, après tout, sinon je n'aurais pas été digne de l'être. »

One for all, all for one. C'était ça l'amitié, selon Esther. Mais ça ne suffirait sans doute pas à appuyer assez profondément Gibbins.

« Surtout que, pour une fois qu'une Serpentard se rangeait du côté d'une Gryffondor... Je ne pouvais tolérer de voir un si beau lien inter-maison être ainsi bafoué, alors même que Poudlard veut que nous soyons unis les uns aux autres. A croire que certains idiots sont incapables de comprendre une chose aussi simple, et de laisser de côté pendant cinq minutes leur intolérance. J'en aurais presque honte pour lui. »

Quel beau discours. Le ton était évidemment de la partie en plus. On sentait une profonde sincérité venir d'elle. Et à vrai dire, elle l'était. Bon, pas totalement, mais en grande partie. Puisque après tout, elle n'avait fait qu'énoncer des faits et faire preuve d'un minimum de logique, bien que ça ne soit pas l'habituelle scientificité qui prime, pour le coup. Mais elle ne faisait qu'exposer des raisons parfaitement recevables concernant son intervention, et mettant l'autre buse sur la touche. Puisque le credo de l'école devait primer sur celui de la maison. Simple question de hiérarchie des choses. Et il était particulièrement connu que l'école avait toujours voulu voir les élèves se soutenir, en dehors des conflits existant entre les maisons. Surtout concernant Serpentard et Gryffondor, qui avaient un peu trop tendance à se chercher des poux.
Ceci dit, elle se recula d'un pas, signe qu'elle avait terminé, et lança un regard vers Gibbins, puis à Séraphine, avant de revenir à la directrice dont elle observa l'expression dans le but de la déchiffrer, et de savoir si ce qu'elle venait de dire faisait son effet.

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Lun 14 Jan - 13:14
Comme elle s'y attendait, Gibbins ouvrit la bouche le premier, avec un respect teint d'une suffisance assez insupportable. Elle s'apprêta néanmoins à écouter sa tirade, armée d'une patience sans failles.
C'était sans compter sur sa comparse de Serpentard. Elle lui coupa la parole d'une voix et d'un regard qui ne laissait pas de place au doute : il parlait, il était mort. Enfin façon de parler. Elizabeth fut surprise de ce revirement de situation. Miss Mistaken ne portait visiblement pas son camarade dans son coeur. Néanmoins la directrice se reprit bien vite et porta son attention sur la blondinette, qui lui débita un discours très bien ficelé. Trop bien même. Jamais Liz n'aurait pu croire que Seraphine était capable d'une telle verve. Elle expliqua, non sans une grande ironie, que Gibbins avait attaqué June McFallen à l'occasion d'un malheureux échange de courriers.
Il était tout aussi surprenant de voir un Serpentard se désolidariser d'un autre Serpentard! Cette Seraphine était un vrai numéro. Elle avait, sous le langage qu'elle employait, usé d'une grande ironie pour témoigner de la personnalité machiste et extrême de Gibbins. Bien entendu, tout cela sonnait trop juste pour n'être qu'un tissu de mensonges. Pour ce qui était du reste, le combat général, comment tout cela avait dégénéré, bien entendu elle n'en avait aucune idée, trop occupée à se battre elle-même. Néanmoins Elizabeth lui fut reconnaissante pour son honnêteté. Lorsque Seraphine eut terminé, elle fit un bref hochement de tête, signe qu'elle avait écouté avec attention.

Esther Nott, Gryffondor de son état, prit la suite. Esther avait participé à la bataille générale, bien que n'étant pas membre du conflit originel. Mais elle défendit elle aussi très bien sa position. La solidarité avec Gryffondor, ça Elizabeth s'y attendait. C'était l'argument ultime chez les Gryffondor : la solidarité. Les Lions étaient de véritables mousquetaires, se soutenant mutuellement dans les situations pénibles. Mais Esther devait se douter que cela ne suffirait pas, car elle argua également la solidarité inter-maisons. Elle jouait sur les objectifs même de la directrice! Bien tenté. Bien joué, même.

Esther se tut et fit un pas en arrière. Elizabeth laissa son regard aller de l'une à l'autre, passant sur un Gibbins recroquevillé sur lui-même ou presque. Elle laissa échapper un sourire.

-Je suis face à deux oratrices redoutables, dites-moi. Cette qualité vous mènera loin.

Elle leur devait au moins ce compliment. Néanmoins son rôle reprit le dessus.

-Bien, donc tout cela est dû à un échange de courrier. J'aurais dû convoquer les hiboux aussi, suis-je bête.

Nouveau sourire, purement ironique cette fois. Elle soupira.

-Miss McFallen, avez-vous quelque chose à ajouter? J'aimerais vous entendre. Monsieur Grant, vous également. Et Monsieur Gibbins, pourquoi pas, vous n'avez pas eu l'occasion de réellement vous exprimer tout à l'heure.

Son regard se posa sur June, perçant. Serait-elle aussi forte que ses camarades?

avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Lun 14 Jan - 20:44
Lorsque Gibbins ouvrit la bouche, June crut bien que son regard le stupefixerait sur place. Elle allait parler pour lui intimer de se taire plutôt que de proférer des idioties plus grosses que lui, mais Séraphine la devança, et bien lui en prit ; quand June s’énervait, elle ne réfléchissait jamais avant de parler, et cela ne donnait jamais quelque chose de très poli. Elle eut un sourire néanmoins satisfait suite à la réplique de la Serpentarde ; outch, prends-toi ça dans les dents, abruti de Gibbins !

Elle écouta avec intérêt – comme toutes les personnes présentes dans le bureau – le discours posé et étonnamment mature de Séraphine. Quoi qu’étonnamment n’était pas vraiment l’adverbe le plus adéquat ; June avait remarqué le changement d’attitude de ce qu’elle pouvait à présent appeler son amie. Moins impulsive, plus réfléchie, plus adulte, Séraphine avait en effet changé, et la jeune fille eut un sourire fier face à sa démonstration pleine d’efficacité.

Ce fut Esther qui reprit le flambeau de la parole, et June ressentit encore une fois de la fierté ; elle avait de la chance d’être entourée de telles personnes, prêtes ainsi à la défendre sans hésiter. Quand tout cela serait terminé, elle leur paierait à toutes les deux une grande chope de bièraubeurre à la prochaine sortie à Pré-au-Lard, et qu’importe si les deux jeunes femmes se regardaient habituellement en chiens de faïence ! Oui, c’était une bonne idée. Et à Pré-au-Lard, il n’y avait pas de table réservée à une maison en particulier, nah !

Une fois qu’Esther se fut tue, la directrice reprit la parole et félicita les deux élèves pour leur verve et ce fut à ce moment là qu’elle s’intéressa à June, un peu trop au goût de la jeune femme qui se mit immédiatement à rougir. Et merde. Heureusement pendant que ses amies parlaient, elle avait eu le temps de maîtriser ce qu’elle comptait dire, aussi toussota t-elle pour s’éclaircir la voix et répondit sans hésitation malgré son teint rouge tomate (maudite carnation !) :

« Il n’y a pas grand-chose d’autre à rajouter, je pense. Séraphine et Esther ont très bien résumé la situation. Si elles n’avaient pas été là pour me soutenir face à l’attaque soudaine de Gibbins, je crois que vous auriez eu une purée de McFallen à l’heure qu’il est ; je sais incanter des protego, certes, mais prise uniquement pour cible, je n’aurais pas pu tenir bien longtemps. Et à la vue des couleurs qu’avaient les rayons qui me visaient, je peux vous affirmer que ce n’étaient pas de petits sorts innocents qui vous font juste cracher des limaces. »

Elle lança un regard plein de colère à Gibbins à la fin de cette phrase. Elle aurait pu finir à l’infirmerie gravement blessée avec ses bêtises !

« Alors certes, ça a fini en bataille générale. Mais elle partait tant bien que mal d’une intention louable. Je ne peux pas me prononcer pour ceux qui ont suivi ensuite le mouvement ; peut-être certain en ont-il profité pour s’amuser, d’autres pour défendre l’honneur de leur maison. Dans tous les cas je suis encore entière, et je remercie sincèrement Séraphine et Esther de s’être mise en danger pour m’en sauver d’un. »

Elle se tut, jeta un bref coup d’œil reconnaissant aux deux jeunes femmes, et crut soudain bon de fixer un livre sur le bureau de Johnson, embarrassée par les regards que portaient les autres sur elle. Elle n’arrivait pas très bien à lire d’ici et à l’envers, mais ça commençait par « traité de… ». Oui, très intéressant, June.

________________________


avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Mar 22 Jan - 13:24
Visiblement, June n'avait pas la même aisance orale que ses camarades. A peine Liz avait-elle posé les yeux sur elle que la jeune fille se mit à rougir. Lizbeth comprenait cette réaction, elle l'avait eu étant petite, avant de prendre de l'assurance. Aussi ne fit-elle aucun geste de moquerie ou d'amusement, mais un sourire encourageant. June avait surement des choses à dire elle aussi, pas question qu'elle s'écrase devant les deux autres filles. A sa grande satisfaction, l'étudiante prit la parole. Elle confirma les dires de Seraphine et Esther. Et elle ajouta que les sorts jetés n'étaient pas gentillets. La directrice s'en était doutée en voyant les couleurs, elle était assez douée en magie pour reconnaitre les sorts jetés. Et elle avait bien vu des sorts dangereux. Et vu le regard de June à Gibbins, le Serpentard s'en était donné à coeur joie, avec l'intention de blesser. Ca n'allait pas améliorer son cas...

"Alors certes, ça a fini en bataille générale. Mais elle partait tant bien que mal d’une intention louable."

Même discours que les camarades, donc. Une simple erreur de courrier. Comment cela avait-il pu dégénérer de la sorte? C'était du jamais vu. Il faudrait peut-être carrément repenser le système de courrier? Non, après tout, une belle sanction aux trouble-fêtes devrait suffire à dissuader. June remercia Esther et Seraphine. Chose rare, une Gryffondor qui remerciait une Serpentard. Décidément, cette Séraphine sortait du lot des Serpentard. Son influence ne pourrait cependant qu'être bénéfique à sa maison, et Elizabeth se réjouit intérieurement de voir que certains serpents avaient une mentalité moins fermée que la moyenne. Oui, une directrice ne devrait pas avoir de préjugés sur les maisons, néanmoins Liz était persuadée que les Serpentards avaient tous en eux cette espèce de fierté mal placée. Peu importe, elle serait tout de même partiale.

-Merci pour ta sincérité, June.

Elle lui fit un sourire que la jeune fille ne vit pas, les yeux rivés sur son Traité d'intégrité magique des directeurs d'écoles de sorciers. Liz reprit donc la parole afin de détourner les regards de la jeune McFallen.

-Bien, jusqu'à maintenant les filles sont toutes d'accord sur ce qui s'est passé. Si je résume, il y a eu erreur de hibou entre miss McFallen et miss Mistaken. Monsieur Gibbins n'a pas supporté de voir une Gryffondor à la table des Serpentards et l'a agressée avec un sort. Seraphine a protégé June, ainsi qu'Esther en voyant d'autres Serpentards s'en prendre au duo. Et tout le monde a ajouté son grain de sel.

Elle soupira.

-Quand j'étais élève, on était conscients que l'on devait utiliser la magie comme un don, pas comme une arme. On réfléchissait avant de lancer des sorts.

Elle avait dit ça avec une voix plus froide que d'habitude. Ces gamins se rendaient-ils compte que quelqu'un aurait pu être vraiment blessé? Elle se reprit vite, et demanda pour la dernière fois :

-Quelqu'un a-t-il quelque chose à ajouter à cette version? Il faut bien que j'ai toutes les informations avant de prendre mes décisions.

avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Sam 26 Jan - 19:38
Comme un don.
Comme un don ?!
Les mâchoires de Séraphine se serrent dans une réaction immédiate à la remarque de la directrice, ses lèvres se pincent alors que son être tout entier fait savoir qu'elle est absolument révoltée contre ce qu'on vient de lui dire. Elle avait le plus grand respect pour Elizabeth Johnson, elle l'admirait même d'avoir pu, en tant que femme, accomplir tout ce qu'elle avait accompli.
Mais oser lui dire que la magie était un don était vraiment quelque chose qui ulcérait l'adolescente, pour qui ça avait été une malédiction, un fardeau plus qu'autre chose. Quelque chose dont elle se serait très sincèrement passé. Si la magie était un échappatoire et un moyen de réussir à l'heure actuelle, ça aurait été aussi quelque chose qui n'aurait pas été nécessaire si elle n'avait pas été soi-disant touchée par la grâce. Non mais sérieusement quoi. Si la magie ne s'était pas invitée dans son quotidien, elle n'aurait jamais eu de problème avec sa famille, elle n'aurait jamais...
RAH !
Mais comment pouvait-elle oser lui tenir ce genre de discours alors qu'elle savait que chaque année apportait son flot d'élèves qui avaient souffert à cause de la magie.

« 
Bullshit. » grommelle-t-elle d'une voix inaudible, entre ses dents, pendant que la directrice poursuit sa morale – et donc avec peu de chance qu'on l'ait entendue.
Par contre, la flamme de fureur qui brillait dans son regard ne trompait personne. Elizabeth avait dit quelque chose avec lequel elle n'était absolument pas d'accord et elle avait tout le mal du monde à s'écraser et à taire son indignation, pour le coup.
Et forcément, du coup, quand la directrice leur donne à nouveau la parole, l'adolescente saute sur l'occasion. Preuve que, malgré son bond de maturité, elle reste une jeune fille de dix-sept ans, blessée et aussi fragile qu'un bouton de fleur, d'autant plus fragile d'ailleurs que la plante qu'elle est semble sur le point de s'ouvrir et de s'épanouir.
« Avec tout le respect que je vous dois, Madame, je ne pense pas que la magie soit un don. » fait-elle sans doute plus sèchement qu'elle l'aurait voulu. Bien sûr, c'est le moment choisi par Gibbins pour ricaner bêtement, et elle fait preuve d'un self-control incroyable pour se retenir de lui lancer un bien vilain maléfice en plein visage. Le regard qu'elle lui lance, qui l'aurait tué sur place s'il l'avait pu, suffit toutefois à le faire s'étrangler par son rire et à devenir suffisamment blême pour qu'il cesse toute agression de la sorte. « Ensuite, quand on m'agresse, je ne peux malheureusement pas vraiment compter sur autre chose que la magie pour me défendre. Sans ce don de Dieu, je ne serais peut-être pas là pour vous rendre des comptes. »
Hm. Il manque quelque chose à ta phrase, Séraphine. « … Madame. » termine-t-elle enfin, retenant l'insolence qui hurle dans sa poitrine, qui lui intime de faire savoir sa façon de penser à cette femme qui ne semble pas saisir la portée de ses propos.
Ah, la mauvaise foi adolescente... Vous ne pouvez pas comprendre, tout ça...
Ceci dit, elle n'avait rien à ajouter à cela... Mais Gibbins, lui, par contre, avait encore des choses à dire. Et petit malin, il décide de s'appuyer sur l'éclat que Séraphine vient de laisser s'échapper. Évidemment.

« J'aimerais juste m'exprimer, si tant est qu'on me laisse le faire. » Regard à Séraphine et Esther, la première ne se privant pas de l'assassiner de ses yeux noisettes. « J'ai commencé, d'accord, jetez moi la pierre, mais la réponse a été totalement disproportionnée ! Je n'ai utilisé aucun sort qui aurait empêché Mistaken de venir vous rendre des comptes, malgré ce qu'elle raconte, j'ai vu des sorts plus dangereux que les miens sortir de sa baguette, de celle de Nott et de celle de McFallen ! Mes remarques justifiées m'ont juste valu de devenir leur bouc émissaire, vous voyez bien ?! »
Voilà voilà...

________________________


avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Dim 27 Jan - 21:30
Un petit sourire presque victorieux vint accueillir le compliment de la directrice au sujet des talents d'oratrices des deux jeunes femmes. Et nul doute que ses chevilles auraient enflées si on pouvait garder une trace visible de l'arrogance qui refaisait surface chez la rouge et or.
Justin quant à lui observait ce qui se déroulait en se tordant les mains nerveusement. N'étant pas vraiment un élève à problème, malgré quelques précédents conflits avec des verts et argents, il avait été galvanisé par la situation, plus tôt dans la matinée, et s'était laissé porté par l'appel de l'instinct. Et ça avait été une mauvaise idée, puisqu'il se retrouvait ainsi devant l'impressionnante directrice. Ce qu'il aurait préféré éviter à tout prix. Elle l'intimidait trop. C'est pourquoi lorsqu'on s'adressa de nouveau à lui, il se contenta d'un « Tout comme elles disent. » Quelle force de caractère. Heureusement qu'il possédait tout de même quelques traits des rouge et or bien caché quelque part au fond de lui. Comme sa tendance à foncer dans le tas sans vraiment réfléchir. Mais peu importe, le sujet n'était pas vraiment là pour le moment.

Esther était plutôt concentrée sur la directrice qui leur servit son discours sur le don de la magie. Et il faut bien avouer qu'elle ne pu retenir un haussement de sourcil. La magie ? Un don ? Evidemment, la Gryffondor n'avait pas eu les mêmes problèmes que sa Némésis quant à sa propre magie, mais elle ne l'avait jamais perçu de cette manière. Pour elle, c'était... difficile à expliquer, à vrai dire. Oui, vraiment très difficile. Elle l'avait toujours connu, toujours vu à l’œuvre, s'en était émerveillée et avait appris à l'apprivoiser. Ce n'était pas quelque chose qu'on lui avait donné, c'était quelque chose qu'elle avait toujours eu, qui n'appartenait qu'à elle, et qui ne regardait qu'elle, tout comme l'usage qu'elle en faisait. C'était purement personnel. Et ça devait probablement être pareil pour beaucoup de sorciers dans ce monde. Ce n'était pas quelque chose d'acquis, c'était inné, c'était là, on ne savait pas pourquoi, simplement.
La Magie était pour Esther plus un Fait qu'un Don.
Ca existait, et c'était la seule justification dont elle avait besoin, la seule preuve. Et c'était ce qui faisait que pour elle c'était tout sauf un don. Ce qui la fit plus tiquer en revanche, ce fut la réaction de Séraphine à ce sujet. Elle la sentit se crisper à côté d'elle. Et si elle ne savait pratiquement rien de l'histoire personnelle de la vert et argent, elle savait au moins une chose. C'était qu'elle était une née-moldue, et qu'elle avait, de ce qu'elle savait, quelques problèmes avec ses parents. Et si ça pouvait très bien être lié à son attitude de sale garce provocatrice, il fallait avouer qu'elle doutait que ça soit la seule chose. Quoique... Enfin bref, elle ne savait pas grand chose, mais elle pouvait toujours conjecturer, quand bien même elle savait qu'elle n'aurait probablement jamais le fin mot de l'histoire. Mais ça n'a pas d'importance pour le moment. Non, parce qu'Esther grince des dents en entendant les paroles de Séraphine.

Bon sang, elle n'aurait pas pu se taire ? Autant elle savait bien avancer des arguments, autant des fois, il faudrait sincèrement qu'elle sache quand il vaut mieux ne rien dire. A croire qu'elle se tait seulement quand ça l'arrange. Ou quand elle a la bouche pleine, mais ça... Le ricanement de Gibbins fit se poser le regard glacial comme la glace d'Esther sur lui. La ferme, petit con ! Fut plus ou moins le message qu'elle transmis dans son regard meurtrier.
Bon, définitivement Mistaken avait un soucis avec cette histoire de don... Enfin bref, peu importe puisqu'au final ça allait dans le sens qu'Esther voulait, donc autant la laisser parler. Sauf que soudainement ce crétin de Gibbins trouva le courage de parler. Enfin, le courage... Disons plutôt qu'il semblait oublier où était sa place, et que par conséquent il se permettait d'avancer des propos qui n'avaient pas lieu d'être. Il fut bien évidemment gratifié par des regards meurtriers.
Et évidemment, toute calme que soit la rouge et or, elle ne pu retenir la remarque qui suivit.

« Pauvre chou, on va se lever la nuit pour pleurer sur ton sort. » Le sarcasme est clair et non dissimulé. S'il y avait bien une chose qui l'énervait, c'était ces crétins qui se posaient en victime alors que ça n'avait pas lieu d'être. A croire qu'il venait de subir la pire injustice du monde. C'est bon, faut arrêter, y'a pas mort d'homme non plus ! Et puis il allait faire quoi, à quatre contre un, hein ? Bon, d'accord, la directrice semblait être du genre à donner du crédit à tout le monde, donc ça ne voulait rien dire, mais quand même. Elle n'allait pas croire ce petit idiot qui passait son temps à se plaindre de sa misérable vie qui ne l'était qu'à cause de lui-même. Bordel, qu'il grandisse un peu ! « Sérieusement Gibbins, arrête de faire ta victime et assume un peu tes actes. Si on avait voulu te blesser, crois-moi que tu le serais et que tu ne pourrais pas venir t'exprimer ici en cet instant. Et chacun ici sait que Mistaken est bien assez douée pour ça, ainsi que June, Justin et moi-même. Et ça on le sait tous. »
Y comprit la directrice. Bon, d'accord, elle exagérait un peu, June et Justin n'étaient pas des foudres de guerre, mais il n'empêche que s'ils avaient vraiment voulu, ils auraient eu bien plus mal que ça. Comment ça les professeurs avaient fait en sorte d’atténuer les dégâts ? Ca, Esther n'était pas obligée de le savoir. Et difficile de dire si la directrice avait remarqué les actions d'Alexandre et Matthew alors qu'ils commentaient la bataille qui se déroulait sous leurs yeux.
Le regard d'Esther revint sur Elizabeth, après avoir observé ce cloporte qu'était Gibbins avec un mépris non dissimulé.

« Ah ! Vous voyez, ils ont fait exprès de s'en prendre à moi ! Je suis sûr que c'était calculé. Un véritable complot ! »

Esther lâcha un grognement avant de venir plaquer la paume de sa main contre son front.
Facepalm.

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 84

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-mêlé
Baguette: Bois de cerisier recouvert d’écaille d’Opaloeil des Antipodes au manche ; plume d’Augurey ; 26,9 cm ; très bon pour la métamorphose.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Dim 3 Fév - 16:04
La directrice la remercia pour sa sincérité et June leva intérieurement les mains en l’air, rassurée et satisfaite. Tandis que Johnson reprenait la parole (ce qui soulagea grandement la jeune femme, heureuse de ne plus avoir tous les regards rivés vers elle), la Rouge et Or jeta un regard noir à Gibbins, le défiant de remettre en doute sa parole. Elle ignora la phrase « la magie comme un don », mais ce ne fut manifestement pas le cas de Raph’ qui bondit littéralement, exposant son avis radicalement opposé à celui de la directrice. June écarquilla les yeux, surprise d’une telle rebuffade à ce qui lui semblait pourtant une parole anodine mais elle se rappela l’origine du sang de sa camarade (moldu), et donc tous les problèmes qui pouvaient en découler. Ah…

Elle sortit de ses réflexions lorsque la voix de Gibbins résonna désagréablement à ses oreilles, et elle ouvrit la bouche d’indignation. Non seulement il remettait en question tout ce qu’elles avaient dit plus tôt, mais en plus il inventait totalement : elle, avoir lancé des sorts ? Mais quel petit menteur de veracrasse ! Le seul sort qu’elle avait lancé, c’était son protego ! Ah, si seulement on pouvait tuer par la pensée… Gibbins serait à cet instant raide mort sur le plancher du bureau.

Heureusement Esther intervint à cet instant, permettant à June de ne pas se jeter tout de suite sur sa baguette afin de commettre quelque meurtre précipité. Elle retint un rire lorsque son amie lui accorda une maîtrise magique irréprochable, mais le reste de sa réplique l’enchanta particulièrement, satisfaite du ton cinglant emprunté par sa camarade de maison qui se transformait en un véritable rugissement. HEAR ME ROAR !

Cependant à la réaction de Gibbins particulièrement pathétique, June craqua et se mit à rire d’un rire de gorge particulièrement incontrôlable et communicateur. Elle se tint un moment le ventre, une larme au coin de l’œil gauche, rouge sous les contractions de son abdomens sous les quintes de rire en même temps que de la gêne occasionnée par une telle démonstration si peu commune dans le bureau d’un directeur. Elle se reprit bien vite et, reprenant contenance autant qu’un air sérieux, elle commenta sans même jeter un regard au Serpentard :

« Si on avait voulu s’en prendre à toi, Gibbins, on l’aurait fait au détour d’un couloir vide, pas en plein milieu d’une salle bondée autant d’élèves que de professeurs. Tu réfléchis deux secondes ? Vu ce qui s’est passé, non, manifestement, sinon tu n’aurais pas tenté de me transformer en bouillie de boursouflets juste pour te donner de l’importance. Oh, et quand on ne sait pas faire la différence entre l’incantation d’un protego et celle d’un sort d’attaque, je pense qu’on ne la ramène pas. »

Les joues dorénavant rouge de colère, June se tut, mal à l’aise après tout cette démonstration d’émotions.

________________________


avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Lun 4 Fév - 15:14
Les choses commençaient sérieusement à partir en vrille, et Elizabeth vit avec un peu d'effroi la situation lui échapper. Seraphine lui renvoya sa réplique en pleine figure, avec beaucoup de respect mais aussi beaucoup de colère. Liz se gifla presque intérieurement, elle avait lancé sans le vouloir un débat qui n'avait pas lieu d'être. La magie était perçue différemment selon les sorciers, elle le savait, et Seraphine devait avoir un rapport difficile avec la magie. Mais après tout que pouvait-elle en savoir, elle, elle ne pouvait pas connaitre le passé magique de tous ses étudiants! Enfin, l'opposition n'alla pas plus loin que la réplique de Seraphine, ce qui soulagea la directrice. Au pire, elle en reparlerait avec la jeune fille plus tard.

Le problème le plus gros se posa lorsque Nicolas Gibbins ouvrit la bouche et donna son avis. Liz s'était demandé combien de temps le garçon aurait pu tenir sa langue. Pas longtemps, de toute évidence. Il se plaça tout de suite en victime, accusant les jeunes filles d'avoir lancé des sorts vraiment puissants et dangereux. Elizabeth haussa un sourcil. Il la prenait pour une idiote, là, non? Comme si elle n'avait pas pu voir la nature des sorts lancés, comme si elle n'avait pas parlé aux professeurs témoins avant. Mais elle se tut et le laissa parler. Et ce fut là que la situation dégénéra : Seraphine, Esther et June répondirent à Gibbins avec une telle hargne! Elizabeth voulut parler, mais l'échange vira à l'amer, voire au très amer. Chacun allait de son petit argument. Voire même d'une menace voilée. Au bout d'un moment, la directrice estima que c'en était assez.

-Je propose que tout le monde se calme, lança-t-elle avec un sourire à peine masqué. Les jeunes étaient décidément imprévisibles.

Elle posa son regard sur chacun des étudiants.

-Monsieur Gibbins, Je sais reconnaitre les sorts d'attaque des sorts de défense, tout de même. Et je suis d'accord avec miss Nott : si elles avaient voulu vous blesser, je suis sûre que ces demoiselles n'auraient pas manqué leur coup.

Elle se tut quelques instants, en pleine réflexion, puis reprit la parole.

-Vous venez d'avouer vous-mêmes avoir lancé l'attaque. Vous avez entrainé une bataille dans la Grande Salle, qui aurait pu faire des blessés. Pensez aux premières années, tout de même. Vous avez attaqué une autre élève. Ce qui est non seulement stupide, mais dangereux.

Voilà, ça c'était fait.

-Je ne dis pas que vous êtes seul coupable. Mesdemoiselles Mistaken, Nott et McFallen, ainsi que Monsieur Grant, ont eu la mauvaise idée de répliquer. C'est condamnable également. Néanmoins les témoins présents ont affirmé n'avoir vu que des Protego, Expeliarmus et autres sorts défensifs sortir des baguettes des Gryffondor. Contrairement aux Serpentards

Ce qui était à peine étonnant, les Serpentard avaient toujours cette tendance à bien maitriser les sorts d'attaque.

-En conséquence, monsieur Gibbins, vous viendrez faire de l'intérêt général en retenue tous les deux jours jusqu'à nouvel ordre. J'avais enlevé cinquante points à chaque maison, je retire cela. J'en retire vingt à Gryffondor, pour avoir suivi. Et quarante à Serpentard, pour avoir lancé. Je m'excuse, mademoiselle Mistaken, que toute la maison patisse des actes de monsieur Gibbins, mais je ne peux pas fermer les yeux. Quant aux autres, pas de retenue, néanmoins vous avez une semaine pour donner à votre directeur de maison une jolie dissertation sur l'intelligence de désamorcer un combat au lieu de répliquer. Ca vous fera réfléchir un peu.

Elle se tut, laissa le temps aux étudiants d'intégrer toutes ces informations.

-Des remarques? Si vous voulez protester c'est maintenant.




avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Mar 5 Fév - 15:07
Il était plus que certain que si une des filles avait réellement voulu s'en prendre à Gibbins, celui-ci ne serait plus là pour témoigner. Bon, okay, les professeurs avaient atténué les sortilèges et enchantements divers envoyés pendant la bagarre, mais Séraphine avait tout de même laisser un malheureux soumis au maléfice insectisant derrière elle, en plus d'empêcher Esther de poursuivre la lutte avec un superbe Babillage. Bwahahaha.
Entortillant une mêche de cheveux blonds autour de son doigts, comme dans le but de s'empêcher de faire savoir son indignation tant pour les affirmations de la directrice que pour les inepties déblatérées par son camarade de Serpentard, l'adolescente tente de se calmer et de rester concentrée sur les paroles de l'Autorité de la pièce. On ne grogne pas, on ne râle pas, on ne proteste pas. Soyons un sage petit pantin bien élevé qui fait les choses comme il faut.
Grmbl.
Elle encaisse les remarques sans broncher, sans regarder l'adulte non plus. Elle était plus occupée à tenter de tuer Gibbins avec son regard qu'autre chose, et était en bonne voie pour y parvenir, dans l'état actuel des choses. Ce dernier risqua un oeil dans la direction de la blondinette, mais ne tint guère bien longtemps, détournant alors les yeux pour ne pas supporter la tentative d'assassinat dont il était victime.
Pauvre petite chose.

Quand la sentence tombe, la jeune fille ouvre les lèvres pour protester. Comment ? Quarante points pour Serpentard ? Alors qu'elle avait voulu venir en aide à son amie, ce n'était même pas valorisé par des points en plus ? Ou par une sanction équitable, qui ne serait appuyée que par une retenue du vrai coupable ? Mais... Mais c'était carrément injuste ! Et son intégrité, mise en jeu dans cette bagarre où elle avait pris le risque de se battre avec les Gryffondors ? Quelle contrepartie pour son intégrité ?!
Où était l'égalité des traitements, hein ? La Justice ?
Raaah !
Elle grogne bien malgré elle, dans une imitation parfaite d'un homme qu'elle ne fréquentait que trop, manifestant de la sorte son désaccord avec une décision aussi arbitraire. Tous punis à cause de l'idiotie d'un seul ! Ooooh ça ne resterait pas impuni. Non madame. June avait bien raison, elle l'attraperait au détour d'un couloir vide, à une heure où tous seraient dans la Grande Salle ou dans les Douches, et le pendrait par ses bijoux de famille au fond d'un cachot. Personne à part les Serpentards n'aurait l'idée d'y jeter un oeil, et après tous ces points perdus pour sa maison, ils viendraient sans doute assister à cela avec délectation et sans le détacher.
Il faudrait qu'elle se trouve un crochet de boucher, pour un résultat optimal. Peut-être que Nott pourrait lui en métamorphoser un à partir de quelque chose... et elle pourrait s'occuper d'attraper Gibbins avec une potion bien dosée. Voici qui serait une bonne idée tiens. Maintenant, il fallait que Nott comprenne qu'elle avait tout intérêt à s'associer à elle, pour cette fois, et pour cette fois seule.

Et en plus elle écopait d'une dissertation !
Non mais sérieusement ?
« Comment étions-nous supposées désamorcer un combat qui avait déjà été débuté, Madame? » proteste-t-elle, ne tenant visiblement plus. « Ce n'est pas question de réplique mais de défense. Désamorcer me paraît un projet plus qu'ambitieux face à une attaque visant très clairement à nous faire mal, et dans une situation où le temps est compté. C'est une question d'instinct de survie à ce stade, et de sauvegarder son intégrité face à une menace plus que réelle. Il n'y avait pas d'autre solution possible que la riposte... » Elle jette un regard à Nicholas. « Et si vous me permettez, face à un idiot aussi notoire, toute tentative de raisonnement est fortuite ; il n'aurait même pas été capable de comprendre la moitié du quart du tiers de ce qu'on aurait pu lui dire.
- Hey ! Tu n'as même pas essayé de...
- Oh mais la ferme ! » s'énerve finalement l'adolescente, visiblement exaspérée par son camarade pour le coup. « Tu fous toute la maison dans la merde la plus totale, tu n'es pas fichu de faire preuve de retenue, tu es un con de la pire espèce ! Alors arrête de nier l'évidence cinq minutes et ferme ta putain de gueule ! »
Gibbins devient alors tout blanc face à la vulgarité brusque de sa camarade, qui, dans sa diathribe, lui épargne bien des choses. Elle aurait pu être pire encore, elle aurait pu s'en prendre à lui, et sa baguette la démangeait furieusement. Oouuuuh lui, attendez qu'ils soient dans la salle commune, et elle allait lui régler son compte.
Ouuuh pas contente.

________________________


avatar

Messages : 91

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlé
Baguette: Bois de noyer noir, coeur de crin de licorne

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine Mer 27 Fév - 13:35
« Comment étions-nous supposées désamorcer un combat qui avait déjà été débuté, Madame? Ce n'est pas question de réplique mais de défense. Désamorcer me paraît un projet plus qu'ambitieux face à une attaque visant très clairement à nous faire mal, et dans une situation où le temps est compté. C'est une question d'instinct de survie à ce stade, et de sauvegarder son intégrité face à une menace plus que réelle. Il n'y avait pas d'autre solution possible que la riposte..."

Liz retint un sourire, parvenant à garder une expression neutre. Mais vu ce que Seraphine avait déjà montré depuis le début de cet entretien, elle aurait parié que la jeune Serpentard serait la première à protester. Et c'était assez violent comme réplique, tout de même. Elle ne mâchait pas ses mots, la petite. C'était à la limite de l'irrespect. Mais passons, elle était énervée par la sentence, Elizabeth pouvait comprendre. Elle aurait simplement bien voulu voir la jeune Mistaken dans ce fauteuil prendre une décision à sa place!

Et ce fut encore plus violent lorsque Gibbins voulut intervenir. Il s'en prenait vraiment plein la tronche, le pauvre. Même s'il l'avait drôlement mérité. Liz fut cependant tellement surprise par la vélléité de la réaction de Seraphine qu'elle n'eut même pas le temps de calmer le jeu avant que la blondinette n'ait fini. Gibbins ne risquait pas de parler de sitôt.

-Et si on se calmait un peu, miss Mistaken? Ce n'est ni l'endroit ni le moment pour régler vos comptes avec monsieur Gibbins, et l'insulter n'est pas très malin.

Quoiqu'elle aurait peut-être dû rajouter qu'il n'y avait ni endroit ni moment où régler leurs comptes, du moins violemment. Il faudrait surveiller dans les jours à venir si Gibbins venait tous les jours entiers en cours.

-Et pour répondre à votre question, je vous rappelle que vous étiez en plein milieu de la Grande Salle. Avec les professeurs et moi-même à dix mètres de vous. Vous croyez que nous n'aurions pas été capables de désarmer trois élèves? Si j'avais été vous, j'aurai activé un Protego, sort largement accessible à votre niveau si je ne me trompe. Et en quinze secondes cela aurait été réglé. Au lieu de répliquer et d'envenimer la chose.

Elle sourit.

-Ca, c'aurait été de la défense. Vous avez quand même quelques uns des meilleurs sorciers du monde pour vous protéger, faites leur confiance. Trois élèves qui font feu, c'est gérable. Vingt élèves qui s'affrontent à coup de baguette, vous comprenez que nous ayons été décontenancés pendant une minute.

Il faudra qu'elle raconte ça autour d'elle, elle était persuadée que ce qu'elle avait à gérer était du jamais vu!

-D'autres remarques?

Personne ne broncha. Liz se leva donc de son Bureau.

-La sentence est donc appliquée. Vous pouvez disposer.

Et d'un geste elle invita les étudiants à sortir. Notant pour elle-même qu'il faudrait les surveiller à l'avenir.




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine

Vous avez rendez-vous avec la mort ~ | Elizabeth, Esther, June, Séraphine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Deuxième Etage :: Bureau du Directeur-