AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 63

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlée
Baguette: Bois de rose, plume de phénix, vingt-trois centimètres, souple

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Lun 24 Déc - 3:53
Evelina s'était levée décidée aujourd'hui. Depuis sa discussion avec le nouveau professeur de SACM, Fergus, elle s'était mis en tête qu'elle allait voir des Hippogriffes. Alors qu'elle soignait sa chienne, elle lui avait fait part de son envie d'en voir et il avait plus ou moins accepté. Mais notre infirmière, véritable tête de mule était bien décidée à faire de son voeu, une réalité. En ce beau samedi ensoleillé, ce qui commençait à se faire rare en ce mois de septembre, Eve se leva assez tôt, comme tous les jours et fila prendre son petit déjeuner. Après avoir discuté avec quelques-uns de ses collègues, elle se leva, vérifia que Fergus n'était pas en train de déjeuner puis se rendit aussitôt près de la cabane du jeune professeur. Quelques élèves la saluèrent au passage, elle s'arrêta rapidement pour parler avec une première année qui avait fait plusieurs crises d'angoisses depuis la rentrée, elle allait apparemment mieux et avait réussi à se faire des amies.

Il était vrai que s'intégrer dans cette école n'était pas toujours facile, surtout pour ceux qui n'avaient jamais entendu parler du monde magique, ou bien ceux qui n'avaient jamais eu l'habitude de rencontrer autant de gens, comme elle lorsqu'elle avait dû venir y étudier. Elle songea qu'il en était de même pour le professeur qu'elle désirait voir à l'instant. Bien que leur première rencontre -deuxième si l'on prenait en compte celle dont elle ne se souvenait plus - se soit relativement bien passée, elle sentait qu'il n'était pas un grand bavard non plus. D'un pas décidé dans ses ballerines blanches, Eve se rendit donc là où elle était presque certaine de le trouver : sa cabane. Elle frappa, mais elle n'entendit qu'un gémissement bestial, qui provenait certainement d'Alby la grande blessée. Il n'était donc pas là. Puisque l'homme jouait également le rôle de garde-chasse, peut-être le trouverait-elle dans la forêt.

Tout en vérifiant qu'aucun élève n'ait eu envie de venir s'y balader, elle pénétra les branchages épais. Elle grimaça en pensant que ses ballerines allaient mourir sous la boue. Elle les ôta donc pour les rétrécir et finalement les mettre dans sa poche. Elle allait avoir les pieds couverts de gadoue, mais tant pis. Des pieds ça se lave n'est-ce pas ? Tendant l'oreille pour tenter de voir s'il était dans les environs, elle n'eut en réalité besoin de ne faire que quelques pas. Il ne s'était pas enfoncé à travers bois et il se trouvait debout, l'arc bandé prêt à tirer dans la cible suspendue par magie à un arbre face à lui. Elle le laissa faire, un sourire aux lèvres. Elle savait qu'il pratiquait l'arc, connaissance non réciproque, elle voulait donc le voir à l'oeuvre. Elle ne bougea pas, se trouvant dans son dos, observatrice silencieuse. Il finirait bien par se rendre compte de sa présence.

________________________


avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Lun 24 Déc - 11:28
Fergus s'était réveillé aux aurores. Rien de bien surprenant pour le jeune homme étant donné que c'est la meilleure période pour observer une forêt et y dénicher la plupart de ses créatures. Aujourd'hui pourtant il n'avait rien à faire de la sorte. C'était simplement une habitude qu'il ne parvenait pas à perdre. Parfois, il dormait un peu plus longtemps, mais souvent il se réveillait tôt. C'est qu'il ne lui fallait que peu de sommeil, une qualité utile dans son travail d'avant. En tant que professeur, c'était un luxe plutôt inutile. Mais Fergus ne pouvait pas faire autrement.
Il avait donc commencé par mettre de l'eau à chauffer puis avait directement jeté dans la petite casserole des feuilles de thé avant d'éteindre le feu d'un coup de baguette. Ensuite, il avait nourri ses chiens qui appréciaient une bonne ration de viande et d'os récupérés en cuisine. Fergus avait eu beau dire aux efles que les restes ou les morceaux les moins bons suffiraient amplement, ses chiens avaient toujours droit à des morceaux de choix. L'homme avait renoncé à tenter de convaincre autrement en cuisine.
Il avait tranquillement bu son thé entre Alby que l'inactivité rendait bougonde et Hélios toujours aussi enthousiaste sans raison. Après ce moment de calme relatif, il était sorti avec ce dernier, sous les grognements agacés de la seconde donc la plaie n'était pas tout à fait cicatrisée. Fergus ferma sa porte à clef et ajouta un sceau magique. Dans l'état de nerfs où elle se trouvait en ce moment, Alby ne ferait qu'une bouchée de quiconque entrerait. Autant être prudent.
Hélios courrait déjà devant lui quand Fergus pénétra dans la forêt. Il inspecta les alentours et eut droit à plusieurs moments d'une rare intensité quand il vit certaines créatures et leurs petits. Un bébé sombral voulut l'approcher mais Hélios lui fonça dessus pour jouer et la créature prit son envol au loin. Fergus soupira et sermonna son chien tandis que la mère partait également.

_ Un jour, tu auras de sérieux ennuis toi. Je t'ai déjà expliqué que toutes les créatures ne sont pas amicales !

Hélios le regarda, un instant sérieux, puis repartit courir à droite à gauche.
Le soleil avait fini de se lever lorsque Fergus ressentit l'envie de s'entraîner un peu à l'arc. S'il ne s'imposait pas un programme strict, il allait perdre ses aptitudes. Un coup de baguette suffit à mettre en place un pas de tir, à l'écart dans la forêt. C'était ce qui lui permettait de retrouver tout son calme et de faire le point sur bien des choses. L'homme s'exercer à respirer profondément et régulièrement afin de se focaliser entièrement sur ce qu'il faisait. Il fit ralentir son rythme cardiaque et décocha lentement ses flèches.
Ce que cela pouvait lui faire du bien. C'était son moment à lui. Loin du château, loin des autres. Loin des tracas. Tirer à l'arc c'est simple et c'est mathématique. Si on le fait correctement ça marche. Pas comme dans la vie.
Il en était à sa dixième série lorsqu'un bruissement de pas attira son attention. Il décocha sa flèche sans effort puis se retourna lentement. L'instant d'après il vit venir la bêtise et s'écria d'un ton très ferme.

_ Non !

Hélios, coupé dans son élan pour bondir saluer l'étrangère, stoppa comme il put et glissa pitoyablement jusqu'aux pieds de la jeune femme, la heurtant doucement. Fergus passa son arc en bandoulière et approcha rapidement.

_ Hélios ! Aux pieds ! Pardonnez-le miss Orwell. Il ne voulait que vous saluer mais il n'a toujours pas compris comment il a le droit de le faire. Vous n'avez rien ?

Fergus se tenait assez près de la jeune femme, qu'il avait immédiatement reconnue. A ses pieds à lui, Hélios gémissait de la frustration de ne pouvoir aller saluer la nouvelle venue.

________________________


avatar

Messages : 63

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlée
Baguette: Bois de rose, plume de phénix, vingt-trois centimètres, souple

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Mar 25 Déc - 1:14
Plantée dans l’humus de la forêt, (tel un arbre qui pousse et à besoin de lumière pour s’épanouir… - Hum, excusez je m’égare.) Evelina se doutait bien que le jeune garde-chasse avait du l’entendre. Il tira cependant sa flèche d’un geste sûr et habile, la flèche allant se planter au centre de la cible. Elle secoua la tête d’un air entendu puis le vit se retourner. Allant pour le saluer, elle n’en eu cependant pas le temps. Un « non » ferme et autoritaire déchira l’air calme de la forêt. La jeune femme ne comprit pas tout de suite ce qui se passait et pourquoi il venait de dire ça. Elle recula cependant, surprise par un poil roux fonçant tout droit sur elle. Elle ne put retenir un rire lorsque le chien s’écrasa mollement à ses pieds. Il avait l’air tout doux et elle ne put s’empêcher de se baisser pour vérifier.

Fergus arriva alors prêt d’elle, il s’excusa pour son chien, mais elle trouvait ce dernier tellement mignon à gémir de la sorte, qu’elle ne lui en voulait pas du tout. Elle se releva et tendit la main à son collègue.

« Ne vous en faites pas, je vais bien ! Il m’a l’air surexcité celui-là dites-donc ! Mais c’est à moi de m’excuser, je ne voulais pas vous déranger. »

Elle observa durant quelques instants l'homme face à elle. Son arc en bandoulière, habillé de la sorte, avec ce petit air embêté, il possédait ainsi un certain charme. Elle chassa rapidement ces pensées de sa tête avant d’expliquer le pourquoi de sa présence. Et elle alla droit au but, le sourire aux lèvres, chose assez rare, mais sa demande la mettait mal à l'aise au point qu'elle ne pouvait s'empêcher de sourire comme une idiote, pour peu elle se dandinerait même sur place.

« Voilà, je ne voulais pas vous déranger, mais j’ai repensé à l’autre jour et j’ai vraiment envie de voir ces Hippogriffes, donc je me demandais si vous accepteriez de me les montrer… »

Comment le persuader la laisser voir ces animaux, là était la grande question, mais elle finirait bien par trouver un moyen d’arriver à ses fins, n’allez cependant pas chercher midi à quatorze heures, elle s’arrêterait au respectable. Elle enfonça un peu plus ses pieds dans la terre humide et se passa une main dans les cheveux, gênée d’avoir ainsi dérangé le professeur.


________________________


avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Jeu 27 Déc - 12:10
Parfois, certaines personnes disaient à Fergus qu'il était trop sévère avec ses chiens. Certains allaient même jusqu'à lui dire que, quand on n'aime pas les animaux, on n'en prend pas. Or, le jeune homme a une conception totalement différente des choses. Pour lui, aimer les animaux n'est pas un prétexte pour les laisser dicter leur loi, au contraire. Leur donner un cadre strict permet d'assoeir sa dominance et de coller au plus près du monde animal. Fergus et ses chiens formaient une meute, particulière, mais une meute quand même. Et il ne peut y avoir qu'un seul chef.
L'homme n'avait jamais usé de la force pour commander. Il avait une autorité naturelle qui apparaissait dans sa voix quand il le voulait. C'est pourquoi, au simple mot "non" son chien s'était arrêté net, en dépit de ce qu'il brûlait de faire. Ce n'était pas de l'égo mal placé ou du sadisme. Simplement, Fergus refuse que ses chiens sautent sur tout le monde sans permission, d'autant plus qu'il est bien placé pour savoir que les créatures ont beaucoup de forces et qu'ils peuvent sans soucis vous mettre à terre. Il aurait été plus que dommage de blesser une aussi joli jeune femme que celle qui se tenait, un peu indécise, devant lui.
Mais pourquoi pensait-il cela ?
Fergus s'était excusé mais visiblement cela était inutile. Elle faisait partie de ses gens qui craquent pour Hélios "le-chien-qui-ressemble-à-une-peluche". Ils auraient pu monter un fan club tant ils sont nombreux ces gens-là. Il faut dire que l'animal est beau. D'ailleurs elle le caressa alors l'animal se permit de se redresser en position assise, agitant frénétiquement la queue et léchant allègrement la main tendue. Il aurait bien été tenté de plus, mais le regard ferme de son maître l'en dissuada. Tant pis...
Evelina s'excusa à son tour ce qui surprit Fergus. Elle avait encore le droit de se promener. Il eut un semblant de sourire. Eh oui, ça lui arrive de plus en plus depuis qu'il est à Poudlard.

_ Etant donné que vous n'êtes pas une élève, vous avez le droit de venir dans cette forêt tout autant que moi.

Constat implacable comme toujours. Pas très sociable. Pas un "mais vous ne me dérangez pas" pour la rassurer ou "un peu de compagnie est toujours plaisante" pour l'encourager. C'est tout le problème avec Fergus, il ne se donne pas assez la peine de mettre les autres à l'aise, probablement parce qu'il ne voit aucune raison pour eux de ne pas l'être. Ah les écossais !
Elle reprit donc, s'excusant encore de le déranger et formula une requête qui le surprit. En effet, ils en avaient vaguement discuter la dernière fois qu'ils s'étaient vus mais pas depuis. Fergus avait donc simplement rangé l'information dans un coin de son esprit. Il se mit à réfléchir à toute vitesse. Il était censé patrouiller comme tous les jours d'ici une bonne demie-heure. Et sa séance d'entraînement n'était pas finie. Il ne pourrait pas la reprendre plus tard dans la journée parce qu'il risquerait de croiser des élèves, ou que des élèves croisent une flèche sait-on jamais avec les ados. Du coup, cela le reporterait à plus tard.
Mais d'un autre côté, la jeune femme voulait vaincre une de ses peurs, il ne pouvait pas simplement l'envoyer paître.
Fergus était donc un peu ennuyé.

_ Eh bien oui je peux vous les montrer, mais ce sont des créatures très particulières. Ils ont accepté ma présence, mais je ne peux garantir qu'ils vous toléreront vous.

Il réalisa qu'il n'était pas très rassurant de dire cela.

_ Mais le cas échéant je ne les laisserais pas vous faire de mal.

Bravo, Fergus. Vraiment...

_ Vous souhaiteriez les voir quand ?

Non, non, il n'est pas crétin, simplement c'est un homme, il lui faut un peu de temps pour comprendre les choses...

________________________


avatar

Messages : 63

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlée
Baguette: Bois de rose, plume de phénix, vingt-trois centimètres, souple

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Dim 30 Déc - 2:53
Evelina fut surprise de la première réponse de Fergus. Elle jeta un coup d'oeil au chien qui ne semblait avoir qu'une envie, lui sauter dessus. Certes, elle avait tout à fait le droit de faire ce qu'elle voulait, mais elle savait à quel point cela pouvait être énervant d'être dérangé pendant un entrainement. Elle ne dit cependant rien, se contentant d'observer le jeune professeur. Vu de l'extérieur, on aurait très bien pu se demander, ce qu'ils fichaient ces deux-là, plantés l'un devant l'autre, à ne rien dire, simplement à se regarder. Parce que Fergus avait beau ne pas être un monstre de sociabilité, il en était un peu de même pour Evelina, qui avait toujours du mal à discuter avec les autres. Il sembla réfléchir suite à sa requête. Sa présence ne semblait pas le déranger, ce qui n'était pas le cas de sa demande. Peut-être avait-il d'autres choses à faire et cela était compréhensible. Elle se tortilla sur elle-même tout à coup extrêmement gênée. Elle n'avait pas du tout pensé à ça. Au fait qu'il n'aurait peut-être pas le temps de lui faire voir ce qu'elle voulait, qu'il avait peut-être prévu autre chose. D'autant plus qu'il semblait chercher à la décourager de vouloir faire cette rencontre. Il est clair que savoir que les bestiaux pourraient être agressifs avec elle, n'était pas pour la rassurer. Il avait beau promettre que rien ne lui arriverait, elle avait tout de suite moins envie de voir les bestiaux. Elle se souvenait parfaitement de sa rencontre avec un Hipogriffe sauvage et de ce qui lui était arrivée. Une jolie cicatrice dans le dos le lui rappelait chaque fois très bien.

« Je… je ne voulais vraiment pas vous déranger. Si vous avez des choses à faire, faites. Je comprends tout à fait. »

Elle s’amenait comme ça, certaine qu’il abandonnerait ses activités pour répondre aussitôt à ses envies. Il lui arrivait parfois d’être très naïve comme ça. Cependant, une idée lui vint à l’esprit.

« Ecoutez, pour les Hippogriffes, on aura qu’à voir une prochaine fois. »

Contradictoire, elle ? Rien qu’un peu tiens ! Mais que voulez-vous ? C’est une femme après tout.

« Par contre, si cela ne vous dérange pas, est-ce que je peux rester regarder ? J’aime beaucoup le tir à l’arc. Bien entendu, il ne faut pas que cela vous embête. »

Elle se gifla intérieurement, à croire que le seul mot un peu long qu'elle connaissait était « déranger », pourquoi devait-elle se justifier à ce point d'être là ? N'était-elle pas totalement libre de faire ce qu'elle voulait, sans avoir à demander la permission ? Certes, elle n'avait pas à s'imposer à Fergus, mais elle devait cesser de demander l'autorisation. Evelina se tripotât les cheveux en attendant une réponse.

________________________


avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Mar 1 Jan - 18:32
Fergus réalisa qu'il avait été indélicat quand il vit le visage de la jeune femme s'assombrir. Ce n'était qu'un voile dans son regard, mais pour qui était attentif, il était perceptible. Fergus s'interrogea donc sur ce qu'il avait mal fait pour provoquer une telle réaction. C'est que le jeune homme ne le savait véritablement pas.
Il avait beau réfléchir, il ne voyait pas. Il avait été poli, il avait stoppé son activité pour discuter avec elle. Il n'avait pas refusé sa requête, ni décourager de l'accomplir. Mais il l'avait reporté ! Il comprit que ce report avait dû être mal interprété. Il fallait donc se rattraper. Commencer par mettre les choses au point.

_ Oh, ce n'est rien, ne vous excusez pas. Parfois ce n'est pas si dérangeant d'être dérangé.

Ce qu'il venait de dire était idiot et redondant. Ca sonnait mieux dans son esprit que lorsque les mots avaient franchi sa bouche. Il fallait donc se rattraper, à nouveau. Concentration, concentration. La jeune femme reporta d'elle-même la visite pour les hippogriffes. Fergus tâcha donc d'aller dans son sens, non sans fixer une date, histoire de ne pas rejeter la proposition pour toujours.

_ Demain ? Si vous êtes disponible, on pourrait s'y rendre demain ? Ils sont de meilleure humeur quand il fait beau et il ne pleuvra pas demain.

Ce n'était qu'à demi vrai, mais peu importait. Ainsi donc, il lui laissait la possibilité de concrétiser, ou non, les choses. Il lui rendait la main, un bon moyen de faire amende honorable, non ?
Elle lui demanda de rester. Fergus commença d'abord par accepter.

_ Vous pouvez rester.

Sommaire, un peu trop. Aussi, ajouta-t-il la première chose qui lui passa par l'esprit.

_ Vous voulez essayer ? Je peux vous montrer si vous voulez. Ce n'est pas très compliqué.

Fergus devenait de plus en plus un professeur. En réalité, il prenait goût au fait de transmettre son savoir et il voulait véritablement se rattraper auprès de la jeune femme. Du coup, il espérait bien qu'elle accepterait, mais comme elle hésitait il prit le partie de lui forcer gentiment la main. Il n'avait jamais agi de la sorte auparavant.

_ Allez, venez par ici. Prenez l'arc, comme ça. Votre prise doit être ferme mais tout en restant souple. Prenez une flèche. A présent, voyez, vous avez trois plumes devant l'encoche, deux sont similaires. Placez la troisième dans cette position, puis encochez. Ensuite, visualisez la cible, faites-le avant de bander. Quand vous êtes prête, bandez, respirez profondément puis retenez votre souffle. Laissez l'arc devenir le prolongement de votre bras et ne pensez plus à rien. Tirez.

Fergus réalisa que pour tout expliquer il s'était considérablement rapproché de la jeune femme, aussi s'excusa-t-il avant de reculer de deux pas pour lui rendre son espace vital. Il regarda la suite en se demandant s'il n'avait pas été inconvenant en la forçant ainsi. Lui placer l'arc dans les mains et attendre qu'elle tire après lui avoir tout expliqué était peut-être un peu cavalier. Il ne savait pas ce qui lui avait pris. Enfin, elle ne l'avait pas repoussé non plus.

________________________


avatar

Messages : 63

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlée
Baguette: Bois de rose, plume de phénix, vingt-trois centimètres, souple

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Jeu 3 Jan - 1:57
Observant le professeur, Evelina se demanda ce à quoi il pouvait bien penser. Elle se frappa mentalement, il devait être en train de chercher qu'est-ce qui pouvait la fermer à ce point. Les choses n'allaient pas être faciles. Autant elle n'avait pas vraiment envie de trop parler pour expliquer la chose, autant elle ne voulait pas qu'il se vexe ou s'énerve. A ce moment-là, Eve espérait simplement qu'il accepterait qu'elle reste et qu'il ne lui en voudrait pas trop de s'être incrustée de la sorte. Après l'avoir longuement observée, il finit par lui sortir une phrase étrange, mais qui eut pour effet de la rassurer. Il venait de lui dire qu'elle ne dérangeait pas, elle se décrispa donc, cessant de se tripoter les doigts. Il n'allait donc pas lui demander de partir, voilà déjà une chose. Ce qui n'empêcha pas Eve de reporter la visite aux Hippogriffes. Elle ne savait guère quand, puisqu'aujourd'hui était un jour creux où elle aurait eu le temps. Il lui donna cependant une date, le lendemain. Elle acquiesça d'un hochement de tête, après tout ça n'allait pas lui prendre la journée et elle pourrait très bien, faire ce qu'elle avait à faire aujourd'hui. Après avoir expliqué sa décision de reporter, il accepta qu'elle reste. Ce qui finit de la détendre. Elle ne sourit pas pleinement pour autant, mais une lueur de sourire passa sur ses lèvres. Elle allait pour le remercier et s'asseoir sur une pierre près d'un arbre pour observer la séance de tir, lorsqu'il lui proposa d'essayer. Elle le fixa, perplexe. Se moquait-il d'elle ou bien voulait-il vraiment qu'elle essaye. Bien entendu, il était stupide d'employer ce terme, puisque Evelina est loin d'être débutante dans la matière, mais il ne le savait pas. Elle réfléchit alors que si elle acceptait cette proposition, que si elle tirait, il se rendrait compte que ce n'était pas la première fois et mis à part Esther, une Gryffondor et son oncle, personne ne savait qu'elle maniait l'arc. Et lorsque les gens demandaient ce qu'un arc faisait d'accrocher à son mur, elle répondait que ce n'était qu'un objet décoratif.

« Je ne sais pas trop... »

Mais sa réflexion avait dû prendre trop de temps et alors qu'elle protestait, décidée à rester sur son caillou, il lui avait déjà mit l'arc entre les mains, placé devant elle à lui expliquer la constitution d'une flèche. A présent qu'elle avait l'arc en main, Eve se positionna d'elle-même dans cette position familière, prête à bander l'arc et à laisser partir la flèche. Elle se rendit compte de son erreur lorsqu'il s'éloigna un peu, certainement surprit de sa réaction automatique. Elle se laissa finalement faire, écoutant les conseils de son professeur qui était plutôt proche d'elle désormais. Eve étant une jeune femme plutôt normalement constituée, elle ne put empêcher son coeur d'accélérer tentant tout de même de le ralentir, se trouvant stupide de réagir de la sorte. Surtout que si ça continuait, elle n'allait pas réussir à viser correctement. Il s'éloigna, s'excusant de... de elle ne savait pas quoi. Elle le regarda alors.

« Donc je respire calmement et je tire c'est bien ça ? C'est bon là ? »

Oui, elle faisait sa débutante de première zone, comme si elle n'avait pas l'habitude, vu qu'il lui dit que c'était bon, elle se mit à respirer calmement pour arrêter les tremblements de sa main. Elle ferma les yeux un court instant puis les rouvrit. Tenant la flèche du bout des doigts, l'arc bien en main, elle cessa alors de respirer, elle oublia totalement la présence de Fergus, ne visualisant plus que la cible, rien que la cible. Elle lâcha alors la flèche, qui partit se planter pratiquement au centre de la cible. Elle relâcha ses muscles, son sourire s'élargit et elle se tourna vers Fergus, elle eut du mal à déchiffrer son expression, mais elle était contente d'elle, ce qui en soi était un peu inutile puisque ce n'était pas vraiment un exploit venant d'elle. Elle attendit une réaction du professeur face à elle.

________________________


avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Jeu 3 Jan - 15:44
Fergus était déjà en train de se fustiger pour avoir ainsi collé la jeune femme. Bien qu'ayant du mal à les comprendre, il savait que, souvent malgré lui, il provoquait un certain effet sur les femmes. Et la dernière chose qu'il avait voulu faire en cet instant était de la perturber. D'ailleurs, Fergus se demanda comment elle réagirait si elle visait à côté. Il est des gens qui ne supportent pas de rater quelque chose, surtout en présence d'un étranger. Pourtant, l'échec est nécessaire dans la vie, il permet d'avancer et de constater des progrès. Bien pris, il peut être une motivation incroyable.
Aussi, histoire d'être prudent, Fergus préparait déjà des encouragements et des phrases plates pour expliquer combien le tir à l'arc est délicat et qu'il aurait été surpris qu'elle touche la cible du premier coup. Il se préparait à la tranquilliser et cherchait de nouveaux conseils à lui donner si jamais elle acceptait de retenter sa chance. Il prendrait soin de ne pas trop s'approcher d'elle cette fois ci et tout se déroulerait au mieux.
Fergus resta absolument figé lorsqu'il vit la flèche se ficher au centre de la cible. Abasourdi, il mit une bonne minute avant de réagir. Sa première réaction passa de l'ahurissement au scepticisme. La chance du débutant, il n'y croyait pas. Mais il ne voulait pas non plus vexer à nouveau la jeune femme. Il tenta donc une approche un peu plus subtile que d'ordinaire.

_ Il me semble que ce n'est pas la première fois que vous tirez Miss Orwell, je me trompe ?

Il observa sa réaction et lut sur son visage la conformation qu'il ne s'était pas trompé. Beau joueur, il se sentit néanmoins un peu idiot.

_ Et moi qui vous ai tout expliqué comme à une débutante, vous avez dû me trouver bien bête...

Il n'était pas amer il craignait plutôt qu'elle l'ait cru condescendant à lui expliquer tout ainsi.

_ N'allez pas croire que je pense qu'une femme est incapable de tirer, bien au contraire, se justifia-t-il aussitôt. Je connais d'ailleurs d'excellentes archères, mais je ne pouvais pas deviner que je me trouvais en face de l'une d'elle.

Il guettait sa réaction, redoutant d'avoir aggravé la situation. Eh oui, Fergus est un homme plus délicat qu'il n'y paraît et il n'a pas une once de machisme en lui. Gentleman, oui. Mais ce n'est pas du tout la même chose. Un peu idiot, il se demandait ce qu'il était censé faire ou dire de plus.

________________________


avatar

Messages : 63

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlée
Baguette: Bois de rose, plume de phénix, vingt-trois centimètres, souple

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Ven 4 Jan - 2:42
Evelina souriait toujours, ce qui était assez rare. Elle espérait pouvoir faire passer sa réussite pour la chance du débutant, après tout, qui n'avait jamais bien réussit quelque chose alors qu'il essayait pour la première fois. Cependant, elle doutait fortement que ce mensonge passe puisqu'elle le savait parfaitement elle-même, le tir à l'arc était une discipline plus difficile qu'une partie de poker. Elle nécessitait de l'entrainement, de la rigueur et... de l'entrainement. Elle comprit alors qu'elle venait de gaffer. Fergus allait comprendre qu'elle n'était pas débutante. Or, son oncle lui avait toujours bien dit de garder ses qualités pour elle, car toute personne les connaissant est capable de s'en servir à mauvais escient. Elle ne savait pas si elle pouvait faire confiance à Fergus, mais désormais elle serait obligée de lui avouer. Elle ne voulait pas non plus le considérer comme un idiot, c'est pourquoi lorsqu'il confirma ses doutes, elle ne fit pas l'erreur de mentir. Légèrement penaude, elle avoua.

« Vous avez raison, ce n'est pas la première fois... »

Il s'excusa de l'avoir ainsi prise pour une débutante, expliquant que bien entendu il ne doutait pas un seul instant que des femmes puissent être douées dans cette discipline. Elle n'avait pas une seule seconde douté qu'il agissait par pure courtoisie de vouloir lui faire essayer et puis après tout ce n'était pas sa faute si elle ne lui avait pas dit qu'elle maîtrisait déjà le tir à l'arc. C'est pourquoi elle ne lui en tint pas rigueur. Elle lui expliqua même.

« Ce n'est pas de votre faute, vous ne pouviez pas savoir, après tout c'est moi qui aurait dû vous le dire dès le début, mais j'avoue que ce n'est pas dans mes habitudes d'avouer ceci. Je le garde pour moi, étant donné que je m'en sers surtout pour chasser, je n'aime pas vraiment faire savoir que je peux tuer d'un coup de flèche, si je puis dire. »

Voilà pourquoi elle ne disait jamais qu'elle pratiquait ce sport. Avoir grandi dans la forêt lui avait appris à subvenir à ses besoins seule et la chasse en faisait partie. Elle se sentait bête tout à coup et ne voulait surtout pas que Fergus pense qu'elle s'était moquée de lui.

« Je suis désolée, mon but n'était pas de vous faire passer pour un idiot ou je sais pas quoi, tout est allé tellement vite, que sur le coup je me suis dit que vous n'en tiendrez pas compte. Bref... excusez-moi, c'est ma faute. »

Elle lui tendit alors l'arc, mais le chien, Hélios trouva le moment opportun pour se glisser entre elle et son maître et alors qu'elle avançait pour pouvoir lui donner, elle trébucha sur le chien et au lieu que l'arc finisse dans les mains de son possesseur, elle finit dans ses côtes. Elle se sentit extrêmement maladroite tout d'abord parce que sa mini chute l'avait fait s'agripper au professeur, elle s'était donc extrêmement rapprochée, mais également pour le coup qu'elle venait de lui porter. Elle se confondit en excuses, espérant que le coup avait été minime. C'est ce qu'elle pensait, mais lorsqu'elle vit la grimace affichée sur le visage de Fergus, elle en fut moins sûre. Il semblait avoir très mal, ce qu'elle trouva disproportionnée par rapport à ce que l'arc avait pu faire, après tout elle ne lui était pas tombée dessus avec une flèche. Elle comprit alors que la cause de cette douleur n'était pas elle. Reprenant son rôle d'infirmière, bien qu'à ce moment-là sa proximité avec l'homme pouvait paraître suspecte, elle prit un ton doux, mais non moins autoritaire.

« Je m'excuse sincèrement de ce qui vient de se passer, mais je crains fort qu'il va falloir me montrer ce que vous avez là, je doute que ce soit moi qui ai déclenché une douleur aussi vive que celle que j'ai pu lire sur votre visage. »

Il semblait assez réfractaire à lui montrer et pourtant s’il n’acceptait pas, elle irait jusqu’à lui retirer son tee-shirt d’elle-même, foi d’Evelina.


________________________


avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Dim 6 Jan - 12:54
Fergus observait la jeune femme et écouta avec attention ses explications. Un léger sourire éclaira son visage, fait miraculeux. En effet, il ne pouvait que la comprendre. De nos jours, le fait de chasser est souvent mal vu par les sociétés modernes. Pourquoi tuer délibérément quand on peut simplement acheter sa viande prête et déjà morte dans un magasin ? Simplement parce qu'il y a le plaisir de la chasse, le goût d'une viande particulière, et pour des raisons pratiques parfois. Fergus avait été envoyé en mission aux quatre coins du monde dans les endroits les plus sauvages aussi chasser avait été indispensable à sa survie. Pas de supermarchés au bout du monde.
Ce que les gens ne comprennent pas, c'est qu'on peut avec force de respect tuer une bête. On fait le maximum pour la tuer du premier coup ou au moins rapidement. Ensuite, eh bien on ne gâche rien. Fergus, par exemple, avec ses chiens, rentabilisait toute la bête. S'il salait la viande, un cerf pouvait le faire tenir pendant une grosse semaine. Enfin bref, il comprenait parfaitement la jeune femme.

_ Je suis chasseur moi aussi. D'ailleurs, la forêt ici offre des perspectives intéressantes. Si cela vous tente, peut-être pourrions-nous aller chasser un jour ? Si cela ne vous met pas mal à l'aise naturellement.

Il la considéra un moment puis ajouta.

_ Il n'y a aucune raison que vous le soyez d'ailleurs.

Elle s'excusa ensuite de l'avoir induit en erreur et voulut lui rendre son arc. Fergus tendit la main pour le saisir et l'instant d'après la jeune femme le percutait, déséquilibrée par son idiot de chien. L'homme retint un juron mais pas un souffle plus qu'appuyé montrant une vive douleur. Saisissant ses côtes, l'homme mit plusieurs minutes à retrouver le contrôle de lui-même. Dès qu'il put parler, Fergus se tourna vers son chien qui ne fit pas le fier.

_ Hélios ! File !

Pas besoin de dire plus, l'animal s'éloigna en gémissant et se tint à bonne distance, près à revenir dès qu'il sentirait que son maître ne lui en voulait plus. Mais ce n'était pas vraiment près d'arriver. D'autant plus que l'idiot avait attiré l'attention de l'infirmière sur une blessure que Fergus tenait soigneusement secrète. Il tenta le bluff.

_ Vous n'y êtes pour rien, Hélios est stupide par moment. Quant à moi, ça va aller. Une petite brûlure causée par un phoenix qui venait de se réincarner. Rien de grave.

En réalité, ça n'aurait été rien de grave si Fergus avait pensé à soigner immédiatement la plaie, mais au lieu de cela il était parti s'occuper d'autres créatures et avait reçu de la bave de véracrasse sur la brûlure. Ce qui avait été douloureux d'ailleurs. Et depuis, les choses ne semblaient pas vouloir s'arranger.
Oui, au fait, j'ai oublié de le dire, Fergus a peur des médicomages et même des infirmières... Qui l'eut cru !

________________________


avatar

Messages : 63

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlée
Baguette: Bois de rose, plume de phénix, vingt-trois centimètres, souple

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Lun 7 Jan - 10:04
Evelina qui appréhendait assez la réaction du professeur face à ce qu’elle venait dire, certaines personnes prenaient très mal de savoir que certaines personnes chassaient pour se nourrir, or, Fergus sourit. Ce qui rassura Eve. Elle se fit au passage la réflexion que ce geste était rare sur le visage du jeune homme, elle n’était donc pas la seule à économiser ses sourires. Il la rassura complètement, lui assurant qu’il comprenait étant chasseur lui aussi. De cette manière il lui proposa d’aller chasser avec lui un jour si elle voulait. Evelina était plutôt d’accord avec cette perspective, d’autant plus qu’après avoir dormi plusieurs fois dans la forêt, elle savait que cette dernière permettait des chasses plutôt sympathiques.

« J’accepte volontiers ! Si vous êtes silencieux bien entendu ! »

C'était de l'humour, mais vu qu'elle réussissait facilement à froisser les gens et qu'elle avait un peu de mal depuis le début de leur conversation, elle ajouta tout de même.

« Bien que je ne doute pas une seule seconde que vous devez être un chasseur confirmé ! »

Puis se passa ce qui se passa, l'arc tendu, la chute, le chien un peu foufou. Eve se demandait si elle arriverait un jour à avoir une discussion normale avec Fergus, sans chute ou chien ou autre chose qui n'arrivait jamais d'habitude. Elle avait parfaitement remarqué que le jeune homme se tenait les côtes et paraissait avoir assez mal pour mettre un certain temps à s'en remettre. Il lui assura que ce n'était pas de sa faute, que son chien était idiot par moments. Ce qu'elle trouva un peu dur tant il était mignon, du moins, elle n'aurait pas pu le bouder bien longtemps, mais Fergus semblait savoir ce qu'il faisait. Elle vit de l'embarras passer sur le visage du professeur, ce qui confirma ce qu'elle pensait. Il ne voulait pas qu'elle sache qu'il avait un problème à ce niveau-là. Il lui sortit que ce n'était pas bien grave, une petite brûlure. Elle opina du chef. Certes, cela pouvait être une blessure simple, mais elle savait pertinemment pour en avoir vu maintes et maintes fois qu'une petite brûlure pouvait vite se transformer en chairs putréfiées et je vous passe les détails. Surtout lorsqu'on travaille dans le domaine qu'est celui du soin aux créatures magiques. Les microbes prolifèrent dans ce genre d'endroits. Dans tous les cas, elle désirait voir. Si ce n'était rien, elle le laisserait tranquille, mais vu sa réaction, elle doutait que ce ne soit rien.

« Excusez-moi d'insister, mais même les plus petites blessures peuvent s'infecter, d'autant plus dans l'environnement dans lequel vous travaillez. Je suis infirmière ici et mon but est que les professeurs tout autant que les élèves puissent continuer à suivre les cours. »

Ce n'est pas qu'elle voulait l'embêter, loin de là, mais elle devait jouer son rôle. Elle se rapprocha légèrement pour lui faire comprendre qu'elle regarderait de toutes manières. Elle ajouta même pour rire - dites donc ! c'est qu'elle en fait de l'humour aujourd'hui !

« Faites attention, je pourrais bien user de la force pour pouvoir faire mon métier ! »

________________________


avatar

Messages : 285

Rappeltou
Statut de Sang : Sang pur
Baguette: Plume de phoenix, 21cm, bois d'aubépine.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus Mer 9 Jan - 14:39
Fergus fut satisfait que la jeune femme accepte sa proposition. Il ne lui était que rarement arrivé de chasser avec quelqu'un à ses côtés mais l'aventure le tentait. Après tout, Fergus était venu à Poudlard pour faire de nouvelles choses et se lancer des défis. En voici un qui serait a priori facile à réaliser. Il faudrait juste se méfier des chiens. Fergus se demanda d'ailleurs comment réagirait Alby, plus accoutumée à lui qu'aux autres. Néanmoins, elle ferait ce qu'il lui dirait, mais il se demandait si elle le ferait de bon coeur ou non.
Vont ensuite le léger incident puis le mensonge sur la blessure qui n'en était qu'à moitié un. En effet, il s'était blessé, en effet c'était bien une blessure de phoenix. Il n'avait juste pas précisé la suite avec la bave de véracrasse. Donc ce n'était pas un mensonge, juste un oubli volontaire. D'ailleurs, elle avait senti l'embrouille puisqu'elle insista. Fergus se sentit de plus en plus mal à l'aise. Il sut qu'il n'arriverait pas à s'en tirer sans lui avoir montré un peu ce qui se passait. Le soucis c'est que l'homme savait très bien ce qu'elle allait dire : la blessure n'était pas belle.
Elle insisterait probablement pour le soigner au plus vite ou pire elle l'enverrait voir un médecin ! L'homme aurait presque blêmi. Mais il dut bien céder au regard de la jeune femme et il soupira avant de relever un peu son tee-shirt. Fergus est un homme musclé. Aussi, son ventre dessinait-il parfaitement les abdominaux qu'il a beaucoup travaillé. Non pas fac de gonflette pour le plaisir de se croire beau, l'homme est quelqu'un de physique. Il a travaillé sa musculature et l'entretien aujourd'hui dans un but professionnel (et aussi parce que faire du sport lui fait un bien fou !).
Du coup, il est musclé, mais sans outrance. Toutefois, force est d'avouer qu'il a un corps d'Apollon. Ses pectoraux, pour l'heure dissimulés par le tissu sont également développés, à l'instar de ses biceps ce qui fait qu'il est plutôt tentant de se blottir contre lui. Ses hanches sont fines, comme la plupart des hommes, sans qu'il n'ait fait le moindre effort pour cela (hormones obligent). Somme toute, ce n'était pas un spectacle désagréable qui s'offrait à l'infirmière qui, il faut bien l'avouer, ne voyait pas ça tous les jours. Les ado boutonneux, c'est autre chose !
Tout aurait été séduisant sans la grande brûlure et son teint purulant, vaguement dissimulée sous une compresse et du sparadrap. Fergus n'en était pas spécialement fier, mais il avait sincèrement cru pouvoir se soigner tout seul. Il savait qu'il n'aurait pas dû attendre mais bon, allez comprendre...

_ Je ne voulais pas vous déranger pour si peu, ça ne fait presque pas mal.

Mensonge, mensonge... Ca faisait horriblement mal ! Pensez-donc ! Une brûlure, infectée de plus ! Soyons sérieux...

_ Je mets un onguent dessus, je pense que ça devrait bientôt passer...

Il lui sourit vaguement pour la rassurer, mais il n'avait guère d'espoir de duper une professionnelle comme elle. C'est pourquoi, il retint un nouveau soupir.

________________________





Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus

Tu vas voir c'que tu vas voir ! - Fergus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Extérieurs du Château :: La Forêt Interdite-