AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 31

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldue
Baguette: crin de licorne, bois de châtaigner, 23 cm. Assez peu souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Dim 13 Jan - 16:18
Jeudi 16 Septembre

« Si, je te jure ! Un truc de fou quoi ! Et puis ça coule partout, c'est horrible comme c'est désagréable, mais l'infirmière a dit que c'était normal et que ça arrivait à toutes les filles une fois par mois ! »
Ah cette voix délicate, sucrée, avec ces intonations enfantines, cet accent des classes sociales supérieures, ne peut appartenir qu'à une seule personne. Et le sujet pas forcément ragoûtant qu'elle traite est soulevé avec une naïveté bien typique qui ne peut que conforter les personnes qui passent à proximité sur l'appartenance de cette petite voix fluette.
C'est qu'Autumn doit absolument faire un compte-rendu de sa vie palpitante à sa meilleure amie, vous comprenez. Il faut dire qu'un événement particulièrement important dans la vie d'une fille s'est passé dans sa petite existence.
Elle a eu ses premières règles.
C'est une femme maintenant, attendez ! Plus du tout une petite fille de rien du tout. Non, une femme, une vraie. Elle a même écrit à sa mère pour lui annoncer la bonne nouvelle quoi ! Ça ne pouvait pas rester secret.

« Tu te rends compte quand même ? Tous les mois, on se vide de son sang, comme ça, pouf ! A-troce j'te dis. Miss Orwell a dit que souvent, on est un peu lunatique, énervée, qu'on pleure beaucoup quand ça arrive, mais c'est juste normal ! J'te dis, j'ai du perdre au moins deux litres de sang depuis le début de la semaine ! »
D'un événement aussi banal, Autumn a le don d'en faire tout un plat.
Hey mais, je me rends compte que vous ne savez rien de la scène qui se déroule, à peine savez-vous avec qui la petite demoiselle se trouve !
PAUSE !
L'auteur situe la scène.
Nous sommes jeudi, le lendemain de la Grande Découverte d'Autumn. Il est environ seize heures et, après avoir subi deux heures de cours de potions – le supplice, et elle ne comprenait décidément rien à rien à ce cours ressemblant vaguement à un cours de cuisine – sa meilleure amie April et elles ont décidé de se promener joyeusement dans le parc de l'école. Bras dessus, bras dessous, comme des gamines de leur âge, quoi.
Il fait encore beau, en cette mi-septembre, mais le temps se rafraîchit. Aussi la petite Poufsouffle, soucieuse de sa santé et de son apparence, a déjà sorti son écharpe pour affronter le vent extérieur. Ses lunettes sont coincées dans leur boite, dans la poche de sa cape, et ses cheveux sont solidement attachés en queue de cheval, laquelle se balance au gré d'Éole.

« Pis ça fait mal quoi ! T'as l'impression qu'on t'enfonce des aiguilles dans le ventre, c'est juste horrible, et puis plus ça fait mal, plus ça coule, et c'est vraiment pas agréable. Tu m'étonnes qu'on est de mauvaise humeur et tout quand on les a, hein ? C'est vraiment pas juste ! Tout ça pour avoir le droit d'être une femme... Ça doit être bien mieux d'être un garçon, je te le dis moi ! »
Et bla, et bla, et bla ! Et le pire, c'est que ces deux piplettes se répondent l'une à l'autre, et donc s'encouragent à entretenir une conversation qui n'en finira probablement jamais. Monsieur MacFusty leur avait même fait la remarque le matin même, qu'il serait bon qu'elle arrête de bavasser de la sorte en permanence – et que si elles continuaient, elle seraient séparées.
Autumn, voyant que sa copine n'aime que très moyennement la voir parler de sang, la pousse gentiment d'un coup de hanche et serre son bras avec le sien, un grand sourire aux lèvres. « Et pis ça sent mauvais aussi. Pfuuuu, ça sent mauvais. J'te jure. Un truc de malade. »
Les voici qui arrivent près du lac noir, là où elles pourront s'installer et papoter autant qu'elles le voudront. Peut-être faire la course autour, voir si elles pouvaient marcher sur l'eau – comme par magie – ou voir le Calmar géant.
LA BONNE IDÉE !
« Oooooh viens, j'ai une super idée ! Et si on lançait des cailloux aussi loin que possible dans le lac ? Peut-être que le Calmar voudra bien se montrer ! Ouais, il paraît qu'il y en a un géant qui vit dans le lac, je veux le voir !! »

________________________


avatar

Messages : 6

Rappeltou
Statut de Sang :
Baguette:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Dim 20 Jan - 19:39
Emmitouflée dans son écharpe jaune et noire jusqu’aux oreilles, April dissimule dans le vêtement les grimaces que lui inspirent les paroles d’Autumn. Docilement, elle s’est laissée entraînée à la fin du cours et a commis l’erreur de demander à sa meilleure amie les détails sur cette légende urbaine que sont les règles. Elle en a entendu parler, en a subi les conséquences lorsque, une fois par mois, June devenait tout bonnement inapprochable ; mais jamais la puberté est restée éloignée de la fillette qui, maintenant, peut enrichir son savoir au contact de son amie.
Sauf que là, elle n’est plus si sûre d’avoir envie de savoir…
Brrrh…
Du sang.
Du sang qui coule entre ses jambes.
Yew, ça la fait frémir rien que d’entendre Autumn en parler.
Pourtant, ça ne l’empêche pas de répondre et d’encourager la jeune Lady dans son récit.

« Aaaah mais ça doit être horriiiible ! Mais tu peux quand même être normale malgré tout le sang que tu perds ? Faut pas te faire une perfusion au moins, hein ? »
Et elle blêmit à chaque fois qu’Autumn va un peu plus dans les détails, perdant le peu de couleur sur son visage enfantin. Si on lui avait dit que c’était ça, être une fille, elle aurait fait un autre choix dans le ventre de sa mère !
Mais yeurk, quoi.
Heureusement, le coup de hanche d’Autumn lui arrache un faible sourire et elles se détachent de l’aspect sanguinolent de la chose, ce qui laisse le loisir à April de se reprendre un peu. Sauf que cette fois, April n’a pas le temps de répliquer qu’elle se fait entraîner par le bras alors que la divine inspiration touche l’esprit d’Autumn – ça doit être lié à la saison – et qu’elle propose une idée… brillante !
Tout bonnement brillante.

« Ooooh !! Oui, oui ! c’est trop une bonne idée, ça ! Puis on peut faire un sortilège d’expulsion aussi ! Tu sais, pour aller plus loin ! Même, le mieux du mieux ! C’est faire comme pour la pêche, on envoie des cailloux colorés ! Oranges ! et roses ! Parce que c’est les deux plus belles couleurs. On les colore et puis on les envoie, comme ça, ça attire le Calamar !! »
Surexcitée, April bat allègrement des mains en parlant, sautillant presque sur place alors que tout le génie de la proposition d’Autumn lui apparaît. Ah, ça, ce serait super de voir le Calamar ! Elles pourraient peut-être grimper sur son dos, aussi ? Et puis, il les emmènerait voir les sirènes, au fond du lac ! Et elles leur apprendraient à respirer sous l’eau et elles pourraient aller les voir quand elles voudraient.
Oh, ça, c’était une super super super idée.

Sans perdre de temps, April entraîne Autumn au bord du lac, et voici les deux petites qui sélectionnent les plus jolis cailloux – oh, regarde, celui-là à une forme de cœur ! – en bavassant sur la meilleure décoration à adopter ; les plus beaux finissent dans leurs poches, et une fois qu’elles ont constitué un petit tas de galets ovales, elles se posent enfin la question de… quel sort utilisé.
Eh ouais, mes amis.
Elles sont un peu nulles en magie alors là, c’est pas gagné.

avatar

Messages : 31

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldue
Baguette: crin de licorne, bois de châtaigner, 23 cm. Assez peu souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Lun 21 Jan - 14:52
Une perfusion ?
Oooooh non, elle n'y avait pas pensé ! Oh mon dieu, oh mon dieu, oui, ça serait sans toute utile ! Il faudrait qu'elle en parle à l'infirmière. Oh mais il n'y avait pas des potions pour ça ? Mr Summerton avait parlé d'un truc comme ça, l'autre jour, non ? Roooh. Il faudrait qu'elle en parle à Miss Orwell, quand même. Elle devait bien savoir. Mais c'était vrai, comment cela avait-il pu lui échapper, pourquoi n'en avait-elle pas demandé ?
Mais ces pensées alarmistes sont balayées à une vitesse surprenante quand les deux filles arrivent au bord du lac. Entre ça et le visage tout blême de sa copine, Autumn ne tarde pas à trouver un nouveau sujet de conversation, et surtout, une toute nouvelle activité : embêter le calmar géant.
Et puis, April avait l'air d'aimer. Et elle surenchérissait, atteeeeends ! Mais oui, ses idées étaient juste gé-niales ! Un sortilège d'expulsion c'était ex-ac-te-ment ce qu'il leur fallait. Et des cailloux colorés, parce que le Calmar pourrait venir parce qu'il serait plus attiré.
Mais ouiiiii !

« Et puis c'est forcé qu'il vienne, il sera trop subjugué par nos oeuvres d'art ! Ooooh ça va être trop bien ! » applaudit la petite lady, tapant dans ses mains en s'efforçant de ne pas sautiller en tous sens.
Et voici les deux demoiselles sur les bords du lac, ramassant des cailloux aux formes amusantes comme d'autres ramassent des coquillages sur la plage. Le caillou en forme de coeur disparaît dans une poche, bientôt suivi par plein de petits copains, plus ou moins ronds, plus ou moins plat – parce que les adolescentes n'ont pas l'air de savoir que pour aller loin, un caillou doit ricocher, et que pour ricocher, c'est mieux qu'il soit plat.
Et ça papote, et ça papote. C'est mieux si on met plusieurs couleurs sur un même caillou non ? Ça serait juste top si les petites pierres brillaient aussi, parce que comme ça le calmar pourrait les voir dans l'obscurité du lac, et qu'ils brillent de plein de couleurs, comme une boule à facettes des années quatre-vingts... Ou bien c'était les années soixante-dix ?
Peu importe.
Sauf qu'après tout ce débat plus ou moins utile se pose la question du sortilège à utiliser. Autumn regarde le beau tas de cailloux qu'elles ont fait, sort sa baguette tout en la regardant d'un air contrarié. Mais comment allaient-elles faire ?
« Je crois qu'il y a un sortilège comme ça, pour changer la couleur d'un objet... La formule c'est... Euh... » Elle lève sa baguette, avec un air incroyablement concentré. « Lutin malin, descends de l'arc-en-ciel et inonde nous de tes couleurs pastels ! »
Belle incantation superbement inventée par la jeune fille, spécialement pour l'occasion. Une incantation digne de la série Charmed mais qui n'est pas très adaptée au monde Harry Potter...


Lancé de Dés:
 

Oh, comme une douche d'eau froide ! Autumn sursaute, après que sa baguette ait vaguement émis un petit prout suivi d'un éclair de lumière bien palot. Elle se sent toute mouillée, comme l'autre jour où elle avait eu ses règles pour la première fois, mais de partout cette fois. Et puis c'était épais, et puis ça puait, et puis c'était dégoulinant et visqueux et...
Plein de couleurs, se rend-t-elle compte en ouvrant les yeux. Elle s'essuie le visage, comme si on y avait écrasé une tarte à la crème et lève les yeux sur sa copine, avisant l'étendue des dégâts.
« Oooooh t'es belle comme ça April, tout rouge... et orange... et rose... et jaune aussi, un peu, regarde ! » clame-t-elle avec un enthousiasme débordant, compte tenu de la situation. Autumn range sa baguette dans sa poche et avance vers sa copine, tout de même gênée par la sensation désagréable des vêtements mouillés et collant, et je ne parle même pas de l'état de ses si longs cheveux – qu'April devrait recoiffer, là, ça n'allait pas être possible. Par contre, ça lui faisait une super coloration, meilleure que celle de Maman, plus originale et vachement moins chère quand même !
Finalement, elle en avait oublié le Calmar Géant.
Pour le coup.

________________________



Dernière édition par Autumn F. of St Johns le Lun 21 Jan - 15:00, édité 1 fois

avatar

Messages : 338


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Lun 21 Jan - 14:52
Le membre 'Autumn F. of St Johns' a effectué l'action suivante : Hasard

'Hasard' :

________________________


http://thesorcererstales.forumactif.fr
avatar

Messages : 7

Rappeltou
Statut de Sang :
Baguette:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Mar 29 Jan - 21:05
Nolan était actuellement particulièrement occupé. Oh oui, il était vraiment, vraiment, vraiment très occupé. Se tenant dans le hall d'entrée, le jeune homme était assis sur les escaliers et regardait les vas et vient des différents étudiants qui se promenaient. Et plus précisément les jeunes femmes qui passaient innocemment sous ses yeux. Il laissait alors son regard se balader sur diverses parties de l'anatomie féminine, se penchant un peu sur le côté lorsqu'une jeune femme particulièrement bien fournies était sur le point de disparaître. Le tout en se cachant derrière un livre dont au final le jeune homme n'avait pas grand chose à faire. Mais il est évident que le jeune homme ne pouvait poursuivre impunément son activité sans que cela ne provoque des troubles. Après tout, il n'était pas toujours apprécié de se faire ainsi reluqué par un adolescent de treize ans plein d'hormone, qui ne rêvait que de pouvoir poser ses mains sur l'objet tant convoité pour partir à la découverte des terres inexplorées de l'école. Ses mains ou toute autre chose d'ailleurs.
Et c'était donc sans compter sur sa discrétion à toute épreuve et le mécontentement de certaines jeunes femmes victimes de son regard que les ennuis arrivèrent rapidement en la présence d'un mâle voulant imposer sa domination sur ce qu'il considérait comme sa propriété. A savoir le petit copain d'une des filles qui se trouvait ainsi sous l’œil scrutateur du garçon.

Le pauvre jeune homme fut ainsi victime d'un attentat contre sa personne, à travers diverses insultes, et tentative de coup qu'il esquiva tant bien que mal. Jusqu'à ce qu'il finisse sur le derrière, le poussant à sonner l'heure de la retraite face aux quelques moqueries qui fusèrent.

C'est ainsi que pestant contre l'injustice de ce monde, il décida de se retrancher à l'extérieur, dans le parc, où il espérait pouvoir profiter d'une plus grande tranquillité. Et surtout d'une distance plus raisonnable pour pouvoir fuir en cas de danger. Non parce que faut pas déconner non plus, il était pas fou. Ceci dit, il s'avança dans le parc, se disant qu'il aurait peut-être aller dû chercher Nathan, en fait. Ca aurait été plus fun de l'avoir avec lui. Bah... Tant pis. Il avait de quoi s'occuper de toute façon, vu qu'il faisait plutôt beau aujourd'hui. Il pouvait aller faire un plongeon dans l'eau du lac, par exemple, pour exposer sa merveilleuse musculature aux femelles passant par là. Et sortir de l'eau avec la beau gosse attitude. Ouais... Ca serait top ça, tiens. Il aurait trop la classe en remettant ses cheveux en arrière d'un simple coup de tête, l'eau ruisselant sur son corps parfait. Ouais, ça roxxait comme plan.

Le jeune homme descendit donc la pente du parc tranquillement, les mains dans les poches et le livre sous le bras, d'un pas assuré, passant de temps en temps une main dans ses cheveux de façon parfaitement désinvolte. On sait jamais, des fois qu'une jolie fille soit en train de regarder. Et en parlant de jolie fille... Il en voyait deux qu'il connaissait plus loin. Et qui... étaient couvertes de peinture ? Bon sang, elles avaient fichus quoi encore ? Après un temps d'hésitation, et sa curiosité piquée au vif, le jeune homme finit par se diriger vers elles, mais s'arrêta tout de même à distance respective, des fois qu'une d'elle décide de venir lui faire un câlin qui le recouvrerait littéralement de peinture. Quoiqu'il n'avait pas souvenir qu'elles soient trop de ce genre là. Mais il valait mieux se méfier. S'il y avait une chose qu'il savait sur elles, et sur les filles plus généralement puisque monsieur était un expert, c'était qu'elles étaient imprévisibles.

« P'tain, les filles, il vous est arrivé quoi ? » Il avait bien son idée sur la question, et il ne se gêna pas pour l'exposer, évidemment. Il prit un air un peu dégoûté. « Vous avez enfin chié des arc-en-ciel avant de vous rouler dedans ? » A vrai dire, ça ne l'étonnerait même pas. Bien qu'à la distance où il se trouvait, il pouvait deviner sans mal qu'il s'agissait de peinture. Ou du moins à un truc qui ressemblait à de la peinture. Et comme il valait mieux prévenir que guérir...

« Et m'approchez pas tant que vous aurez ça sur vous surtout ! »

avatar

Messages : 6

Rappeltou
Statut de Sang :
Baguette:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Jeu 31 Jan - 14:59
Heureusement qu’Autumn est là, avec ses supers connaissances magiques, pour achever leur plan. Ça va être super, tout ça. Les cailloux colorés, le calamar, et tout et tout. La toute jeune fille a un sourire qui dévoile toutes ses dents blanches dans une joie qu’elle est incapable de réprimée. Elle est déjà toute excitée à l’idée des évènements qui vont suivre, et elle observe sa meilleure amie avec curiosité quand elle prononce sa formule.
Une très belle formule, d’ailleurs ! Parfaite pour leurs jeux d’enfants, colorée, mignonne… Fiouf. Elles vont bientôt nous faire des cacas papillons à ce rythme. Elles font même un début de métamorphose avec la peinture qui leur tombe sur la tête.

Et la petite April ne comprend pas tout de suite ce qu’il s’est passé ; couverte d’une substance huileuse, elle est occupée à s’essuyer les yeux quand Autumn commente son nouveau look coloré. Elle croit une seconde à une moquerie – après tout, sa passion pour tout ce qui est vif et coloré n’est plus à prouver – jusqu’à ce que ses yeux clairs ne captent les couleurs qui couvrent également l’autre pipelette blonde.
« Ohla ! Et regarde-toi ! On dirait un pot de peinture de Serpentard, mais en plus joli ! », rétorque-t-elle joyeusement. Oui, elle va devoir s’occuper des cheveux d’Autumn après ça, et c’est trop cool ! Elle a un prétexte en or pour s’amuser avec la longue chevelure. Ouh, elles vont y passer la soirée, ce sera trop, trop, trop bien !

Et elle lève subitement les yeux de sa camarade lorsqu’une voix connue s’élève. Ha ! Non, ça, c’était juste pas du jeu ! Pourquoi il fallait que ce soit à ce moment précis que Nolan débarque, hein ? Sans compter qu’il leur disait des choses tout à fait ragoûtantes.
« T’es dégueulasse, Nolan ! Non mais tu vas chercher des idées pareilles où ? »
Franchement. Chier des arcs-en-ciel et se rouler dedans… Si seulement c’était possible, au moins… Ah, les garçons sont vraiment idiots et dégoûtants. Il mériterait presque que…
Oh.
« Tu viens on l’attrape et on le pousse dans la peinture par terre pour se venger… ? murmure-t-elle alors à l’oreille d’Autumn, dans une messe basse d’une discrétion tout à fait relative. Si Nolan n’a pas entendu les paroles, il ne peut pas avoir manqué que les deux petites préparent un coup fourré.
Sales gosses.
« Puis d’abord de quoi t’as peur, hein, Wonderman ? J’pensais que rien ne pouvait entacher ta beauté, » fait-elle ensuite dans une évidente volonté d’attirer son attention sur ses paroles alors qu’elle se rapproche de lui.
En plus, elles sont deux contre lui. Et elles ont une réserve de cailloux colorés dont elles n’hésiteront pas à faire usage s’il essaye de fuir.
Avec un peu de chance, il sera tacheté de couleurs et ce sera encore plus mignon et plus drôle que d’être couvertes de peinture de la tête aux pieds. Ça fera un dalmatien arc-en-ciel !
Wouhou !

avatar

Messages : 36

Rappeltou
Statut de Sang :
Baguette:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Dim 3 Fév - 20:39
Nathan déposa ses affaires de cours sur son lit et s’étira allègrement : la journée de cours était terminée, et il était de franche bonne humeur, malgré les deux longues heures de Potion qui avaient précédé. Il avait laissé Nolan à ses contemplations douteuses une demi heure plus tôt et en avait profité pour se décharger un peu en se rendant dans les dortoirs. Le silence de la chambre lui fit du bien, et il ferma un instant les yeux, satisfait d’un tel calme. Puis un rayon de soleil de fin d’après midi vint lui chatouiller le bout du nez et il alla se coller à la fenêtre d’où il contempla le parc et une partie du lac. Ce fut là qu’une idée brillante lui vint soudainement à l’esprit : mais oui bien sûr ! Ou cacher le Diadème de la Madame Serdaigle ? Quelque part où on ne tomberait pas dessus de si tôt. LE LAC, BIEN SUR. EUREKA !

Il fit volte face comme si sa vie en dépendait, dévala les escaliers et parcourut en trombe la salle commune (où il lui sembla qu’un préfet le rappela à l’ordre mais il avait déjà atteint l’escalier qui descendait vers les étages inférieurs). Il continua à ce rythme effréné jusqu’au Hall où il fut bien obligé de marquer une pause sous peine de s’asphyxier tant l’air lui manquait. Haletant, il rassemblait ses pensées. Peut-être aurait-il mieux fait de passer par la bibliothèque pour tenter de trouver un moyen de plonger dans le lac sans 1. Mourir de froid (il était frileux, le Nathan), 2. Etre trempé 3. Se faire dévorer par une quelconque créature. 4. Se noyer. Cependant le temps pressait, et il était toujours préférable d’enquêter sur le terrain avant de s’embêter à apprendre par cœur la faune et la flore composant le lac ou un sort permettant notamment de respirer sous l’eau (et d’être au sec). Depuis la rentrée il était obnubilé par cette histoire de Diadème perdu, et il était bien décidé à en faire sa quête principale de l’année. Il n’en avait pas encore parlé à Nolan, parce qu’après tout Nolan était un Serpentard, et le Diadème avait tout de même appartenu à Rowena Serdaigle ; elle n’aurait sans doute pas aimé qu’un Vert et Argent mette aussi la main dessus. Non, cette quête revenait à un Serdaigle, et seulement à un Serdaigle. Et puis que ferait Nolan d’un peu d’intelligence en plus ? Ca ne l’intéressait certainement pas. Alors que Nathan, lui, il en avait besoin : il voulait tout savoir. C’était pour ainsi dire obsessionnel, chez lui. S’il savait qu’en vérité il ne pourrait jamais mettre la main sur ce diadème, pas plus que n’importe quelle autre personne…

Loin de se douter que vingt-trois ans plus tôt certaines personnes avaient déjà mis fin à ses rêves de grandeur, il s’était mis à marcher rapidement en direction de la rive du lac lorsqu’il aperçut trois silhouettes familières. Les deux Poufsouffles étaient recouvertes de ce qui semblait être de la peinture (du moins l’espérait-il, sinon il ne voulait même pas savoir ce que c’était), tandis que le Serpentard – ce coquinou de Nolan qui en avait manifestement fini avec ses observations douteuses – semblait tenter de rester à une distance respectueuse des deux jeunes filles (et Nathan approuva sa sage résolution, on ne savait jamais avec April et Autumn, elles étaient capables de bien des traîtrises – « C’est inhérent aux femmes, la traîtrise » lui avait d’ailleurs un jour dit son paternel, et on était jamais trop prudents). Les trois joyeux lurons ne l’avaient pas vu approcher, bien trop occupés à se regarder chacun dans le blanc des yeux – apparemment se tramait-il quelque chose et il arrivait à temps pour sortir Nolan d’un mauvais pas ou pour assister au spectacle. Arrivé à quelques mètres des adolescents, Nathan finit par se laisser tomber au sol d’un gracieux mouvement pour quelqu’un d’aussi peu habitué aux caprices de grandeur de son corps, et s’assit en tailleur, un sourire aux lèvres. Il avait entendu le commentaire de Nolan sur un soi disant caca arc-en-ciel et il s’était empêché de glousser en imaginant les deux jeunes filles faire leur petite affaire ici, aux yeux de tous, puis se rouler dedans. C’était tordant, non, vraiment. Sacré Nolan !

Il secoua la tête de façon excédée quand son ami émit une remarque qu’il n’aurait surtout jamais du prononcer : demander aux filles de ne pas approcher, c’était justement signer son arrêt de mort ; surtout après les avoir rabaissées dans leur dignité… Non, même lui qui n’était pas un grand connaisseur des comportements humains le savait ! Il était fichu…

Les coudes sur les genoux, Nathan posa pensivement la tête au creux de ses mains, observant la scène avec curiosité, savourant le fait que ses amis ne l’avaient pas encore remarqué. A la réplique de totale diversion qu’avait lancé April, et prenant en pitié son plus fidèle allié, il ne put cependant s’empêcher de lancer :

« Nolan, reste pas planté là comme un botruc ! Cours. »

Evidemment le jeune garçon ne prit pas son propre conseil comme bon à exécuter et resta nonchalamment assis, prêt à regarder les filles courir après son ami. L’idée que les deux petites pestes blondes puissent avoir envie de changer de victime ne lui vint même pas à l’esprit : après tout, lui, il ne les avait pas accusées de faire des cacas arc-en-ciel. A vrai dire, même s’il est de couleur arc-en-ciel, un caca reste un caca, et les filles ne font pas caca, c’est bien trop sale pour elles. Et ça tout le monde le sait, qu’il faut pas dire à une fille qu’elle fait caca. Sauf Nolan, évidemment, mais Nolan a le goût de la provoc’. Et comme Nathan n’avait pas les mêmes goûts que son pote, il se pensait à l’abri, tel le gentleman qu’il était, bien sûr. Aussi crut-il bon d'ajouter pour son salut, au cas où :

« Au fait, vous êtes trop bonnes comme ça, les filles.»

Il avait entendu un Poufsouffle de Septième année qualifier une fille de cette manière, et apparemment c'était un compliment. Et lui aussi il pouvait faire des compliments. Il montrait l'exemple à Nolan comme ça !


avatar

Messages : 31

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldue
Baguette: crin de licorne, bois de châtaigner, 23 cm. Assez peu souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Mar 5 Fév - 15:53
C'était trop cool.
Elles étaient toutes poisseusses, mais c'était trop cool. Y'avait de la couleur, pis ça sentait les bonbons, ce truc tout gluant. C'était absolument génial, j'vous dis ! Et Autumn applaudit gaiment dans ses mains colorées, baguette encore dans l'une d'elle, sourire immense sur le visage. Sa magie avait fonctionné, et maintenant elles étaient dans un paradis coloré, tout beau tout mignon, il ne manquerait plus qu'un peu de sucre et...
Et en plus elle allait pouvoir se faire coiffer !
C'était trop cool. Elle allait avoir des tresses de fou après, avec des fleurs dans les cheveux, et pis avec les couleurs, ça rendrait un truc trop cool.
Mais voici Nolan qui arrive et Autumn ouvre de grands yeux, entrouvre la bouche avec un air hautement intelligent ; et elle rosit à vue d'oeil, incapable de prononcer un mot en la présence de ce mignon jeune homme. Roh, comment un mec aussi adorable pouvait-il prononcer des insanités pareilles ? Oh la la, sa maman ne voudrait jamais qu'elle ait un petit ami qui parle comme ça, non, non, non ! Alors avant de demander à April comment on séduit un garçon de manière à lui faire des bisous sur la bouche – mais sans la langue, c'est dégueu avec la langue – il fallait absolument qu'elle trouve comment faire en sorte que Nolan parle comme il faut. Peut-être qu'elle pourrait trouver une formule super cool pour ça.
Ooooooh oui !
Il faudrait qu'elle lui lance un enchantement tout mignon, du coup.

Mais là, autre chose venait requérir son attention. April voulait se venger. Ouais, c'était cool aussi. Parce que bon, il parlait mal, peut-être qu'en le punissant elles pourraient corriger ce défaut. Bon, pour elle, c'était plus un honneur qu'autre chose, d'être roulé dans la couleur itou, mais...
Rah mais elle ne pourrait pas le toucher, en plus. Il ne fallait pas qu'il sache qu'elle avait le béguin pour lui quoi ! Si elle le touchait... Pfuuu, son coeur s'emballerait et il l'entendrait forcément et là ce serait la catastrophe de chez catastrophe, la plus totale, le drame ultime !
Pwaaaah !
Pourtant, Autumn prend tout son courage à deux mains, s'avance, et voici que le deuxième N se pointe et l'empêche d'intervenir ! Alors la petite trébuche, se casse magistralement la binette dans sa mixture – miam, elle ressemblait à un arc-en-ciel – mais arrive tout de même à attraper la cheville de Nolan dans sa main.
Bwaaaaah, elle l'avait fait ! Raaah c'était tout chaud, et pis elle était sûre qu'il avait la peau toute douce dessous, mais sans poils, parce que les garçons avec des poils, c'est juste trop moche. Ouais. Alors, enhardie par ce geste, elle tire sur la jambe du garçon, espérant qu'April pourrait venir l'aider de façon à rouler ce vil serpentard trop mimi dans leur mixture colorée.
Et c'est là qu'un compliment est fait. Autumn lève les yeux sur Nathan, surprise, et devient rouge pivoine. Elle baisse les yeux, songeant intérieurement que ce n'était pas très correct de dire ça à d'intègres jeunes filles, mais pour une fois, sa langue est coupée par sa timidité.
Nyyyiiih deux garçons super mignons, autour d'elle, dans un rayon de moins de trois mètres. Elle était tétanisée, la pauvre. Incapable de dire quoi que ce soit. Elle qui était si bavarde d'ordinaire...

________________________


avatar

Messages : 7

Rappeltou
Statut de Sang :
Baguette:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Mer 3 Avr - 17:02
Il remarque à peine le changement de comportement de la petite Autumn, trop occupé qu'il était à les observer avec consternation, et à vérifier l'étendu des dégâts, histoire qu'il sache comment ne pas finir comme elles. Jusqu'à ce qu'il note la messe basse des deux Poufsouffle.
Ooooh, il n'aime pas ce regard. Il ne l'aime même pas du tout, du tout, du tout.
Mais la remarque d'April ne peut rester impunie, vous comprenez ? Aussi passe-t-il une main désinvolte dans ses cheveux, assorti d'un « pff » dédaigneux avant de répondre.
« Bien sûr que rien ne peut entacher ma beauté, tu crois quoi ? J'suis trop awesome pour ça. »
Et malgré son instinct qui lui dit de fuir, il reste perplexe face aux filles, plus soucieux de ne pas trop se rapprocher de la zone pleine de peinture afin de ne pas s'en mettre sur ses chaussures qu'autre chose. Du coup, il n'avait pas non plus remarqué l'arrivée de son meilleur ami dans son dos, et ce ne fut que lorsque l'avertissement fusa qu'il constata sa présence, se retournant vers lui. Ce qui fut bien évidemment une erreur fatale, et qui allait lui coûter cher. D'ailleurs, il mettrait tout ce qui arriverait par la suite avec les filles sur son dos, disant que s'il ne l'avait pas distrait, il aurait pu gérer la situation avec un panache digne des plus grands sorciers, digne de Dumbledore lui-même.
Oui, Nolan est du genre à voir les choses en grand.
Ceci dit, le jeune homme est près à fuir quand il sent quelque chose entouré sa cheville. Oh, une Autumn sauvage ! Ah non mais... ! C'était de la triche ça. En plus elle était en train de mettre de la peinture sur son pantalon et... Non, non, non, il devait trouver une solution, fuir le plus loin possible. Il essaye de récupérer sa jambe, évidemment, mais a trop peur de faire mal à la pauvre blondinette en faisant ça. Il ne voulait pas blesser une fille surtout. Quoique si elle continuait, elle allait finir par se prendre un coup ou un sort... Et la remarque de Nathan vole.

« P'tain mec, c'est pas le moment ! Pis arrête de délirer, c'est juste des... des filles ! »

Et pas des femmes, des vraies, avec des seins, et des jambes épilées ! Nan mais fallait pas déconner quoi... Genre elles pouvaient être bonnes. Il avait de la merde dans les yeux ce con ou quoi ? Pis en plus y'en avait une à ses pieds en train de le retenir en rougissant comme une bécasse ! Raaaaah, mais casse-tooooooi !
Et alors qu'il tente de se dégager, profitant de l'inattention d'Autumn provoqué grâce à son bro, le jeune homme trouve le moyen de tomber lamentablement sur le sol, se faisant un croche-pied avec les bras de la blonde. Ennuyeuse jusqu'au bout. Il échappe ainsi de justesse à la flaque, mais se retrouve en position de vulnérabilité.

« Hé merde p'tain ! »

C'est ainsi qu'avec beaucoup de classe, il commence à ramper au sol pour s'éloigner.
Courage, fuyons.

avatar

Messages : 6

Rappeltou
Statut de Sang :
Baguette:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Sam 6 Avr - 23:00
Ohlala.
Ohlalalala.
Mais comment tout ça avait-il pu tourner dans un tel fatras mutli-colore ?
Alors que son plan était presque parfait, April voit bien qu’elle n’a pas la bonne co-équipière pour ces choses. Regardez ça, alors que Nolan est tout prêt à se faire piéger, avec ses jets de cheveux et ses airs pompeux, Autumn se laisse déstabiliser par un compliment aussi bas que vil de la part de cet idiot de cousin Mooncraft. Ah, ça ! On reconnait bien là les gênes fourbes de sang purs. Il mériterait bien qu’on lui lance un caillou coloré, ou qu’on…
Oh.
La belle idée.

A cet instant, la bataille à côté d’elle lui échappe totalement. Elle voit vaguement qu’Autumn peine à retenir le Serpentard qui, dans toute la superbe qui le caractérise, rampe à terre, plein de grâce, d’élégance, et tout autre adjectif que vous pourrez trouver évoquant la situation avec ironie.
« Surtout tu le laisses pas filer, Autumn !! »
L’ordre est dit sur un ton pressant, comme si un enjeu de vie ou de mort était lié à l’échappée de Nolan, et sans pour autant aider son amie, April marche sur Nolan – oui oui oui – et s’avance d’un pas déterminé vers Nathan, sans courir pour autant.
C’est qu’elle ne veut pas que le pauvre bichon se doute qu’elle a de mauvaises intentions. Elle ralentit à quelques mètres du bleu et bronze et le gratifie d’un sourire aussi chaud que les couleurs qui la couvrent de la tête aux pieds.
« C’est gentil de nous faire des compliments, dis donc, Nath’. » Le ton est léger, gentil, presque… caressant. « Tellement gentil que si tu me laisses approcher, je veux te faire un bisou ! » Tout le monde sait qu’April adore faire des bisous, surtout aux garçons. Encore plus aux beaux garçons. Parce que Nathan n’est pas vilain. Nolan non plus. Sauf qu’elle marche sur l’un et essaye d’embrasser l’autre, mais ça…
« Promis je fais attention à pas te faire de tâches… Je peux alors, dis ? »
Et attention, pour ponctuer cette superbe tactique, April gratifie Nathan de l’arme ultime de la femme : le regard du Chat Potté. Juste ce qu’il faut pour que cet idiot abaisse ses défenses et laisse la petite Poufsouffle s’approcher.
Elle pose alors ses lèvres sur la joue de Nathan et…

… Lui écrase ses cheveux pleins de peinture en plein sur la face.
Sa promesse ?
Boh, une promesse n’engage jamais que celui qui y croit, n’est-ce pas.

« T’es drôlement plus beau comme ça, dis donc !! »
Et sur cette superbe remarque, elle prend ses jambes à son cou en appelant Autumn à l’aide, présentant que la vengeance de Nathan ne saurait tarder.

avatar

Messages : 36

Rappeltou
Statut de Sang :
Baguette:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Dim 7 Avr - 9:13
Nathan nota avec satisfaction que ses remarques avaient au moins eue de l’effet sur Autumn. Il la regarda s’étaler par terre avec presque de la jubilation, très content de lui-même ; on ne devait reculer devant rien quand il s’agissait de sauver un bro, même quand il fallait pour cela entraîner une petite princesse plus bas que terre. Et puis il se reprendrait plus tard par des attitudes très chevaleresques envers la jeune fille, comme c’était sa spécialité. N’ayant pas bougé d’un pouce, toujours tranquillement assis à quelques mètres des trois adolescents, il continua à les observer, prêt à déguerpir au moindre mouvement brusque. Etrangement, Nolan semblait très mécontent de ses interventions, et Nathan haussa un sourcil : mais quel ingrat celui-là ! Il se mettait lui-même en danger pour les beaux yeux du blondinet, et voilà comment on le remerciait ? « Pas le moment » ? Ah, il avait beau aimer Nolan, parfois il se demandait si ce dernier n’était juste pas totalement idiot et si le Choixpeau ne s’était pas joliment fourvoyé en l’envoyant à Serpentard ; il aurait bien mérité une place à Poufsouffle… Pas le moment ! Non mais et puis quoi encore ?

Notre jeune homme regarda sans broncher son meilleur ami ramper vers lui, lui adressant un regard amusé du genre « Non désolé, j’peux pas t’aider, c’est pas le moment ». Au regard outré de Nolan, il sut qu’il s’était bien fait comprendre et en fut particulièrement satisfait. Bien fait !

Tandis qu’il était tout absorbé par les mouvements peu gracieux du serpent (mais qui pouvait bien être gracieux avec un blaireau accroché à ses basques, il se le demandait), il constata soudainement dans un petit sursaut qu’il avait complètement oublié de surveiller April. Furieux contre lui-même, il rencontra le regard de la jeune fille qui s’était arrêtée à deux bons mètres de lui. Prêt à bondir en arrière, Nathan banda ses muscles (des muscles qu’il entretenait depuis la rentrée non pas pour se la jouer beau gosse comme Nolan mais en prévision de telles fourberies à son encontre) et ne lâcha pas son amie des yeux, très soupçonneux à son endroit. Il fut quelque peu abasourdi par la proposition de la jolie April, et sentit un instant sa gorge devenir sèche. La jeune fille prit manifestement son silence pour un assentiment et, avant que Nathan ait pu réagir, elle avait déjà atteint son cercle vital. Même pour la fille dont il admirait secrètement la beauté, quelqu’un qui violait son périmètre de sécurité était considéré comme un homme mort. Ou une femme morte, au choix. Cette dernière était maintenant tout près de lui, et un sourire espiègle (qui alluma une sorte d’alarme dans la tête du jeune homme) remplaça le précédent regard de chat potté. Elle ne lui colla pas que ses lèvres sur la joue, elle en profita pour lui administrer une bonne dose de cheveux dégoulinants de peinture (ou d’autre chose, mais dans ce cas il ne voulait pas savoir). Une nouvelle fois furieux contre lui-même, cette fois Nathan réagit au quart de tour : s’il avait bien appris quelque chose, c’est qu’on devait pas laisser les animaux domestiques faire ce qui leur plaisait. Il fallait les punir, sinon ils ne comprendraient jamais rien. Pas du tout gêné par le fait de comparer April à une chienne, il bondit à sa poursuite et la rattrapa bien vite (finalement, entretenir son corps dégingandé, ça pouvait être payant).

Etant donné qu’il avait déjà la tête aspergée de peinture, il ne vit pas l’inconvénient de se salir en saisissant la jeune fille par la taille. Il la souleva et lui renversa les jambes de sorte à ce qu’elle fut incapable de lui donner des coups (on ne savait jamais avec une telle traîtresse) et une fois le colis bien callé entre ses bras, il se dirigea tout tranquillement vers le lac où, une fois l’eau lui arrivant au dessus du genou (outch, elle était froide quand même) il la jeta de toute ses forces au loin. April atterrit dans l’eau dans un grand splatch retentissant et Nathan lui lança, fier de lui :

« Voilà, maintenant tu es doublement lavée : et de tes crimes, et de tes immondices ».
Il se permit même un grand rire, constatant qu’il avait bien sûr les chaussures emplies d’eau. Bah, pour laver son honneur, son père lui avait toujours dit qu’il fallait parfois se salir. Quelques instants plus tard il se rappela dans quelle position ingrate et indélicate il avait laissé son meilleur ami, aussi se retourna t-il…


Dernière édition par Nathan L. Mooncraft le Dim 7 Avr - 20:02, édité 1 fois

avatar

Messages : 31

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldue
Baguette: crin de licorne, bois de châtaigner, 23 cm. Assez peu souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Dim 7 Avr - 11:09
Ooooh non ! Non non non non ! Nolan ne devait pas s'échapper ! L'ordre d'April parvient vite aux oreilles de la petite Poufsouffle, qui essaie de se remettre du vil compliment aussi vite que possible. Elle s'élance alors, le bras vers l'avant, couverte de peinture mais aussi, désormais, de boue – voilà voilà – et attrape fermement le tissu du pantalon de Nolan. C'est alors une lutte sans pitié qui s'engage – enfin presque – entre le serpent qui rampe sur le sol et le blaireau qui, de ses lourdes pattes, tente de l'empêcher de lui échapper. La maladresse du gros animal se bat donc contre la souplesse du reptile, mais le lourd mammifère peut vite prendre le pas sur l'agile bestiole.
Autumn, motivée par les encouragements – si on peut les qualifier de la sorte – de sa meilleure amie, parvient à passer outre son amour inconditionnel pour Nolan – et la moitié des garçons de l'école – par solidarité féminine. Elle laisse April gérer le beau Serdaigle, et va se venger de la critique peu élogieuse que le vert et argent a eu précédemment.
Que des filles, hein ?
C'est sans hésitation qu'elle grimpe sur Nolan, s'accrochant à ses vêtements pour 1) l'empêcher de se relever, 2) être sûre qu'il ne s'échappe pas, 3) ne pas perdre son emprise. Inutile de vous dire qu'elle fout de la peinture et de la boue partout, qu'elle bascule parfois dans la terre aux gesticulations probables du garçon, … Pour mieux revenir sur son cheval, désormais agrippée à son col.
Le sourire victorieux, elle redresse le visage vers April et...

Bah elle est où ?

Ses yeux la cherchent et voient avec horreur l'attaque basse du garçon sur sa personne. Haaaan le vil ! Le... Le... !! Sa politesse – et la voix de Maman dans sa tête – l'empêchent de formuler l'énorme vulgarité qui sierait à la situation. Mais elle n'en est pas moins outrée de voir le comportement de Nathan et décide qu'elle ne peut pas rester ainsi à ne rien faire.
Alors que fait Autumn ?
Attention, la voici qui sort à nouveau sa baguette.
Comme si elle n'en avait pas assez fait, encore.
Assise plus ou moins fermement sur les reins de Nolan – pas pour bien longtemps, à mon avis – accrochée d'une main au col de ce dernier, la voici qui lève sa baguette, alors qu'on commence à peine à pouvoir discerner ce qu'elle s'apprête à faire, laisse entendre sa superbe voix.

« Empêche le sang de se verser, que j'aide mon amie à se dépêtrer ! »
Admirez, une fois encore, l'incroyable lyrisme d'Autumn en matière d'enchantements ; elle a trop regardé la télé, pauvre petite. Il faut dire que sa baguette lance quand même des sorts quand elle fait ça, même si on n'atteint jamais l'effet escompté alors... Pourquoi s'arrêter ?


Spoiler:
 

Le temps s'interrompt pendant une bonne seconde.
Plus rien ne bouge.
Autumn encore moins. Elle reste immobile, sérieuse, baguette à la main, attendant visiblement que quelque chose se passe. Mais rien n'arrive. Son sort a fait autant d'effet qu'un magicarpe endormi. Voilà, voilà... La petite jeune fille fait la moue, toute déçue d'avoir failli à son rôle d'amie.
Non, elle ne pleure pas. Pas encore.
Mais elle est toute désolée, regardant April d'un air un peu désespérée, comprenant alors son inutilité. Bon. Et en attendant, sa prise sur le col de Nolan se desserre, lui laissant une énorme possibilité de désarçonner la pauvre gamine, qui, outre par ses bavardages, se trouve bien incapable de briller.

________________________



Dernière édition par Autumn F. of St Johns le Dim 7 Avr - 11:14, édité 3 fois

avatar

Messages : 338


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April Dim 7 Avr - 11:09
Le membre 'Autumn F. of St Johns' a effectué l'action suivante : Hasard

'Hasard' :

________________________


http://thesorcererstales.forumactif.fr



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April

Puberté, sang, et bla, et bla, et bla | Autumn & April

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Extérieurs du Château :: Le Lac-