AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Une rencontre matinale [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 30

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-Mêlée
Baguette: Bois d'olivier, ventricule de coeur de dragon, 36 cm.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Une rencontre matinale [Libre] Mar 15 Jan - 21:55

Une rencontre matinale



19 Septembre




I
l est étrange de constater la sérénité si particulière que dégage cette stèle. J'apprécie le calme qu'il y règne autour. Tout dans cette pierre, qui semblait au premier abord inintéressantes, me fait ressentir ce sentiment de sérénité et de liberté intérieur. Je suis si bien, assise en face d'elle. Je me sens aussi sereine que la pierre tombale le semble. Pas un bruit ne règne. Seul le souffle du vent qui vient secouer mes longs cheveux blonds, teint en blond depuis peu. Le mois prochain, je serais certainement repassé à mon teint naturel. Ne sachant départager les deux teints, j'ai décidé d'accorder à chacun un mois. Et ce, depuis ma seconde année. Je fermais les yeux, et un sentiment de liberté m'envahit semblable à celui qui m'envahissait lorsque j'étais dans les airs, sur mon balai, libre d'agir à ma guise. J'aurais aimé rester ici durant toute une éternité, jusqu'à ce que la mort me fauche. Chaque nom gravé sur la pierre m'emplissait d'une tristesse sans nom. Ces combattants de la liberté semblant si brave, si courageux... mais, pourtant, ils avaient succombé avant leur heure. J'aurais aimé leur ressembler en tout point, mais moi je n'étais pas une combattante de la liberté. J'étais une combattante pour la paix. Cette paix si fragile, qu'ont peur de serrer trop fort au risque qu'elle se brise, et qu'une guerre prenne le dessus sur le monde des sorciers. Je ne voulait en aucun cas que des personnes innocentes semblables aux noms inscrits sur cette stèle meurent dans une guerre sanglante, qui ne ferait que hanter les âmes de peur. La guerre ne menait qu'à la haine, et lorsque cette même haine nous prenait, nous n'étions plus qu'esclave de ce sentiment qui prenait peu à peu possession de ton corps, pour finir par le guider totalement jusqu'à une mort certaine. Et cette même mort, engendrait ainsi de la haine pour une autre personne, et ainsi de suite, à n'en point finir. Je me battais pour la paix, et j'en étais fière. Certains ne m'aimaient pas. Mais pourtant je me battais pour leur paix également. Comme beaucoup de personnes. Je n'étais ni pour le mouvement d'Ouverture ni pour les sangs purs. J'étais pour la paix, au risque de me répéter. Une larme roula le long de ma joue pâle. J'étais si triste pour tout ces gens mort à la guerre. Triste pour leur famille qui devaient se sentir si seul. Triste pour notre monde, si cruel avec certaine personne. C'était pour tout cela que je me battais.
Le ciel adoptait un teint gris pâle, et le soleil qui venait tout juste de se lever, était caché par quelques nuages blancs comme neige. Le temps ne s'annonçait pas très torride, en conclusion. Je m'étais éveillé très tôt aujourd'hui. Vers 07h00, je me trouvais déjà devant cette stèle. L'envie m'avait pris de me dégourdir les jambes, puis mon regard s'était attardé sur la stèle, et je m'y étais finalement installé. Apparemment, Snow -mon chat- m'avait suivi, car il débarqua dans la petite cour, parfaitement éveillé, et vint s'installer à mes côtés, ronronnant sous mes caresses. Son pelage était si doux que ma main en frémissait. Il finit par se mettre à jouer avec mon bracelet qui pendouillait dans le vide, et comme je m'en étais douté, finit par l'arracher d'un coup sec. J'émis un petit rire en voyant son air consterné. Une fois le bracelet au sol, il n'y avait plus rien d'amusant. Il s'attaqua alors à mon second bracelet qui, protégé par un sortilège de ma confection, résista face aux innombrables attaques de Snow. Épuisé, il finit par s'allonger sur mes genoux et je me repris à la contemplation de la stèle, comme hypnotisé. Je n'avais jamais connu la mort. Je n'avais pas la moindre envie de la connaitre. mais, je comprenais avec aisance ceux qu'ils l'avaient connu, bien qu'ils nient le fait avec réticence. Aujourd'hui, je n'avais pas le moindre cours. Après tout, lors d'un dimanche, il était bien rare d'en avoir. Et bien rare d'être debout si tôt. Mais, une fois éveillé, il était bien difficile de se rendormir, malgré mes veines tentatives. Mes cheveux, lâchés sur mes épaules ne cessaient de venir sur mon visage. Mais, j'en avais à peine conscience. Je sentis Snow sombrait dans le sommeil au bout d'un moment, et caressait machinalement sa tête. La solitude, ce n'était pas mon truc. Alors, même la compagnie d'un chat parvenait à me réconforter. Dans mon esprit, flottaient toujours mes sensations face à la pierre. Mes appréhensions et les idées que j'en tirais. Une fois de retour dans ma salle commune, je n'aurais qu'à écrire dans mon journal intime, mis à jour la veille, mais je souhaitais confier les pensées qui dansaient dans mon esprit sur du papier. Une fois cela fait, j'aurais l'esprit libéré de nouvelles informations et ce dernier pourrait en accueillir de nouvelles. Je continuais de contempler la stèle, tout en caressant Snow qui s'était remis à ronronner, se réveillant peu après s'être endormi. Je tournais la tête et....

________________________



avatar

Messages : 31

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldue
Baguette: crin de licorne, bois de châtaigner, 23 cm. Assez peu souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Une rencontre matinale [Libre] Jeu 17 Jan - 22:08
Dimanche 19 Septembre 2021
Dirla da schtroumpf lala ~

C'est gaiement que la petite Autumn se balade dans les couloirs. Levée de bon matin, comme souvent – parce que ce n'était qu'en se levant tôt le dimanche matin qu'elle pourrait rafler lait et cookies à volonté au petit déjeuner – elle était déjà sur le pied de guerre, prête à partir à l'aventure. Ses cheveux longs noués en une belle tresse, écharpe autour du cou, habillée très proprement, elle gambadait avec joie, sautillant, dansant dans les couloirs déserts.
Déserts ?
Presque.
Car en sortant de la Grande Salle, un cookie à la main, la petite jeune fille, ayant abandonné sa meilleure amie à la chaleur des draps du dortoir, tombe sur une blonde visiblement levée du mauvais pied.
Courage, fuyons.
Autumn, très précautionneuse, contourne ladite blonde, qui ne lui accorde pas même un regard. Fiou. Obstacle Mistaken passé sans encombre, wouhou ! Elle en sautillerait presque un peu plus, en riant sa joie au monde, chantonnant avec douceur – et avec une voix de crécelle – une comptine quelconque sur un air rappelant furieusement les dessins animés de son enfance.
Joie et bonne humeur !
Et c'est sans discontinuer qu'elle tournoie, encore et encore, comme dans une farandole, à la différence près qu'elle est seule. Ses yeux se ferment et elle avance ainsi, incapable d'être silencieuse, elle chante de plus en plus fort, de plus en plus faux, sans vraiment faire attention au lieu vers lequel elle se dirigeait. C'est ainsi qu'elle fut brusquement accueilli par le vent extérieur s'engouffrant dans les cours.
Huuu ! Heureusement qu'elle avait pensé à enfiler son écharpe ce matin – sale frileuse.

Et la voici qui poursuit son parcours sans vraiment se poser de question, jusqu'à ce que ses yeux se posent sur la Stèle, trônant au milieu d'une des cours.
Hm.
Oh mais !
Il y avait quelqu'un, près de cette stèle ! Quelqu'un qu'elle connaissait, en plus ! Ouuuh ! Voici donc Autumn qui s'approche en sautillant, et avec toute la discrétion du monde – c'est-à-dire en faisant de grands gestes et en criant sans penser aux autres dormant encore.

« Brooooklyyyyyyn ! » appelle-t-elle avec un grand sourire sur le visage. Elle enfourne son cookie survivant dans la bouche et s'approche en courant vers sa camarade, plus âgée, toute gentille, toute câline – et qui est quand même vachement plus pratique que Georges. Elle sautille encore un peu et se plante finalement devant la jeune fille, avec un immense sourire sur les lèvres.
« Il faut ab-so-lu-ment que je te diiiiise ! » Attention, Autumn a un grand scoop à lâcher. Elle en a pour un bon quart d'heure si personne n'a la présence d'esprit de l'interrompre. C'est que la petite adolescente est bavarde, mais alors plus bavarde qu'une pie ! Y avait-il seulement une personne dans cette école – outre April – capable de tenir la distance dans le domaine ?
Et quand elle déblatère sa vie avec son accent bourgeois, ça casse vite les oreilles. Mais elle ne s'en soucie pas outre mesure.
« Tu sais qu'il paraît que Monsieur Scott, bah, il fait des choses répress... Réprébsi... Répréhissen... Ré-pré-hen-sibles avec son caméléon, j'ai entendu des gens le dire dans le couloir hier ! Mais les grands qui l'ont dit ont pas voulu me dire plus, ils ont rigolé comme des crétins et ils sont partis, comme ça, pfiou ! Mais toi tu dois bien savoir, hein, t'es une grande, et les grands savent toujours ces trucs. Il fait quoi avec son caméléon ? Haaan c'est qu'il fait super peur cet animal, enfin moi il me fait peur, avec ses yeux qui bougent dans tous les sens, et sa langue qui sort comme celle d'une grenouille, pouah ! C'est vraiment dégoûtant quoi, et puis il est couvert de trucs, on dirait des boutons, enfin c'est quand même pas une raison pour faire des choses pas bien à son animal, quoi ! Il lui fait quoi, tu crois qu'il le tape ? »
Et croyez moi qu'elle peut tenir encore longtemps comme ça, la petite puce...

________________________


Une rencontre matinale [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Poudlard :: Extérieurs du Château :: La Stèle-