AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 338


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2 Dim 31 Mar - 17:27
Samedi 2 Octobre
Un samedi comme un autre. Suite aux tensions dans l'école de Poudlard, face au deuil auxquels les élèves étaient confrontés, il avait été décidé que ce week-end, une sortie exceptionnelle à Pré-Au-Lard serait permise. Ainsi donc, le village sorcier grouillait de monde, entre sorties des élèves et du personnel, roulement habituel, et visites quelconques venues de familles, ministère veillant au grain, et autres petites choses.
Tout allait bien, alors qu'aux alentours de dix heures, tout le monde semble être arrivé sur place. Un couple boit un verre à la terrasse des Trois Balais, profitant du temps et de la température clémente de ce début octobre, deux jeunes filles gloussent en sortant d'une boutique de vêtement, un Serdaigle rentre dans un membre du ministère, trop occupé à regarder ses grimoires nouvellement acquis pour regarder où il allait.
Puis, un pop retentissant se fait entendre. Un son qui résonne dans les rues et ruelles, accompagné d'une apparition pour le moins remarquée.
Dans un monde de sorciers, où les capes et les robes amples, de toutes les couleurs, se côtoient, les jeans, baskets et autres lecteur mp3 font tache. Immédiatement, ces personnes apparues au beau milieu de la place principale, au sus et à la vue de tous, se font remarquer.
Des moldus.
À Pré-Au-Lard.



Les Jumelles Maggie & Stacy Kellington
18 ans tout juste – Londonniennes – Étudiantes

Le samedi, c'est trop cool. Le samedi, aucun cours à l'université, et c'est la tête vide de préoccupations et pleine d'insouciance que les deux jumelles suivent leur rituel journalier. Elles se lèvent à une heure plus tardive que de coutume, se succèdent l'une à l'autre dans la salle de bain, veillent à avoir des cheveux superbement coiffés avant d'aller faire du shopping dans la ville.
Et à midi, elles rejoignent les copines, mangent un hamburger et iront boire un verre ; et peut-être continueraient-elles à faire du lèche-vitrine, jusqu'à sortir le soir et aller voir si l'amour de leur vie se trémoussait sur un dance-floor. Une belle journée de week-end comme elles en vivaient régulièrement depuis le dernier mois passé à l'université.
La joie de découvrir encore les choses...
Apprêtées, les deux jeunes filles papotent, avalent un bol de thé au lait, et sortent de chez elles pour rejoindre le flot grouillant des rues de Londres. Elles s'arrêtent devant une vitrine, discutent de son contenu, s'offusquent du prix exorbitant avant de reprendre leur marche, complices. Elles croisent une de ces filles de leur promotion, la dévisagent à la dérobée, et commencent alors, sans sourciller, à critiquer son physique – son « gros cul » et son acné –, bras dessus bras dessous, jusqu'à ce qu'un homme bien étrange n'arrive près d'elles.
Stacy fait preuve de méfiance, là où Maggie le dévisage, cherchant à savoir si c'était un clochard ou un excentrique. L'homme, sous sa tenue ample aux couleurs chaudes, se met à leur parler avec une spontanéité qui réchauffe le coeur de l'une et suscite une méfiance accrue chez la seconde.
Pourtant le dialogue s'enclenche. Et finalement, l'homme sort une montre de sa poche, au cadran incroyablement original et au fonctionnement échappant aux jumelles ; il indique qu'il est en retard et s'excuse avant de tourner les talons et de se faufiler dans la foule. Le cherchant des yeux, Stacy arrive à le retrouver, un peu plus loin, vers un coin de ruelle et...
C'était elle ou il avait purement et simplement disparu?

« Hey Maggie, tu as vu... ?
- Mate, Stacy ! Il a laissé tomber une pièce c'est... Je crois que c'est de l'or ! »

La susnommée s'approche de sa jumelle, méfiante. Pourtant, d'un même geste, les deux filles tendront la main vers la pièce et dès que leurs doigts effleurent le métal froid ; c'est alors qu'une impression d'être tirées par le nombril se fait sentir, et qu'elles disparaissent des rues de Londres...
… Pour atterrir elles ne savaient où. Saisies d'un même sursaut, elles se serrent l'une contre l'autre sans comprendre, observant autour d'elles sans plus jeter de regard à la pièce en or, au gallion d'or qui les avait menées ici. Les yeux écarquillés, elles examinent l'environnement, plein de personnes étranges, comme un village sorti d'un autre temps.
La peur est la première chose qui les saisit, pauvres moldus qui se retrouvent perdues dans cet environnement inconnu. Une peur à laquelle succède vite une curiosité maladive, un côté fouineur et avide de potins qui ne tarde pas à se déclencher. Les deux jumelles s'écartent d'un enfant apparu non loin d'elle et qui chouine sa mère, profitant de l'attention qu'il attire pour s'éclipser et aller dans la foule. Elles voient bien qu'elles ne sont pas conformes au décor, qu'elles attirent le regard, mais arrivent tout de même jusqu'à la déventure de chez Zonko... et entrent dans la boutique.
Et là, c'est la catastrophe. Les farces et attrapes qui arrivent à leur regard, à portée de main, les multiples possibilités... Et c'est vers une boite des légendaires Feuxfous Buseboum des frères Weasley, vendus ici depuis l'attaque de leur boutique, que les jeunes filles se dirigent. Et c'est par accident qu'elles le déclenchent, hurlant de terreur puis s'émerveillant face à la magie déployée.


_________

Instructions :
Ce sujet est ouvert au groupe 2 de l'intrigue, soit : Maximilian Thorne, Luthiel Haldir, Autumn Of St Johns, Nathan Mooncraft & Esther E. Nott
Vous êtes libres d'intervenir de la façon dont vous le souhaitez. Les PNJs sont à votre disposition, et le staff ne reprendra la main dessus que si vous bloquez ou que vous vous en éloignez trop.
Ici, vous êtes face à des jumelles infernales : filles d'une famille riche, elles n'ont pas d'autres frères et soeurs. Ce sont des pestes fouineuses et critiques, superficielles et hautaines. Elles pensent tout savoir sur tout, et veulent toujours avoir le dernier mot.
Bon courage !

http://thesorcererstales.forumactif.fr
avatar

Messages : 178

Rappeltou
Statut de Sang : Né-moldu
Baguette: Crin de licorne, bois de chêne blanc, 23cm

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2 Lun 1 Avr - 15:14
Le temps était long.
Il est des jours comme ça où il ne semble pas décidé à s'écouler et encore moins à vous offrir rapidement le repos tant attendu qu'offre le sommeil. Se couper de tout, dormir, tout simplement, et ne plus penser.
C'est souvent quand on a peu de choses à faire que le temps joue ainsi avec nos nerfs. Quand on est occupé, il nous tourmente généralement dans l'autre sens, filant plus que de raison et nous laissant en manque cruel de lui.
Mais Luthiel était loin d'être débordée... Avec le départ de son professeur de potion, l'arrivée du nouveau (spécial d'ailleurs, TRES spécial), la mort de leur professeur d'étude des moldus, et l'absence du directeur adjoint pendant une semaine, tout tournait au ralenti, y compris les devoirs. Certains professeurs avaient dû penser que leur laisser un peu de temps était nécessaire puisque la masse de travail était moindre qu'en temps normal.
Luthiel est une élève plutôt studieuse. Pas le genre de personne à toujours remettre au lendemain ce qu'elle peut faire ce jour-ci. Du coup, elle s'était beaucoup avancée dans ses devoirs et elle put sans la moindre hésitation décider de se rendre à Pré-au-Lard pour la sortie exceptionnelle qui avait été mise en place. Si le week-end avait été normal, elle aurait été bien plus excitée à l'idée de se rendre dans le mythique village, mais les choses étant ce qu'elles sont son enthousiasme était lui aussi ce qu'il était.
Mais tout valait mieux que de rester enfermé dans l’atmosphère pesante du château. Et même le grand parc et le lac semblaient moroses ces derniers temps alors... La jeune femme n'avait pas de plan précis, mais elle comptait bien s'arrêter aux Trois Balais, voir qui s'y trouvait et déguster une Bierreaubeurre. Depuis toujours le whisky Pur Feu lui faisait les yeux doux mais il ne fallait même pas espérer pouvoir s'en approcher.
Depuis le temps qu'ils tenaient l'auberge, les tenanciers étaient plus que rodés sur les mauvais tours que peuvent jouer les élèves. Sans évoquer le fait que Luthiel ne savait pas vraiment jouer de tour. Hormis récemment pour le Mouvement d'Ouverture, elle n'était pas du genre à faire des vagues ni à enfreindre des règles importantes. Trop heureuse d'avoir mis un pied dans le monde des sorciers, elle ne voulait surtout pas être forcé à le quitter...
Ce n'est que lorsqu'elle passa devant la boutique Zonko que l'adolescente songea à y entrer. Il y avait toujours de quoi se divertir ici et, même si elle n'achèterait probablement rien, elle pourrait toujours penser à autre chose le temps de la visite. Si elle la faisait durer au maximum, il se pouvait que les prochaines 45mn s'annoncent loin de toutes pensées morbides ou tristes.
LChez Zonko avait toujours tenu ses promesses envers Luthiel. Bien avant qu'elle ne puisse s'y rendre elle avait entendu parler de cette boutique hors norme et elle avait brûlé d'envie d'y mettre les pieds. Il lui avait fallu attendre d'être en âge de le faire, mais dès que l'école l'y avait autorisée, elle y avait foncé sans la moindre hésitation, comme à peu près tous les jeunes gens dans sa situation, qu'ils soient nés chez des sorciers comme chez des moldus.
Depuis, chacune de ses visites s'était révélée riche en surprises et en découverte et trop de fois Luthiel avait regretté que son argent de poche, surtout en monnaie magique, soit si limité. Mais aujourd'hui n'était pas un jour qui dérogeait à la règle bien que la surprise présentement allait être sans commune mesure avec le fait de découvrir un nouvel article à l'existence non soupçonnée.
Dès que les jumelles pénétrèrent dans la boutique, elles attirèrent le regard de Luthiel. Déjà parce que leur coupe de cheveux avec cette mèche était horrible, mais surtout parce qu'elles étaient très étrangement vêtues. Luthiel ne le remarqua pas de suite, étant donné que son esprit était en mode "je suis dans le monde des sorciers", mais leurs vêtements étaient précisément étranges parce qu'ils ne relevaient pas de ce monde. Non, ce qui intrigua Luthiel ce fut surtout la mine peu téméraire des jumelles ainsi que le fait de ne les avoir jamais vu.
Ainsi, Luthiel était certaine qu'elles ne suivaient pas de cours à Poudlard.
Bon, en y réfléchissant, elles auraient pu venir de n'importe où ailleurs et simplement visiter le prestigieux village, mais quelque chose clochait, point à la ligne. Du coup, Luthiel garda les yeux posées sur les deux étrangères et vit la maladresse avant même qu'elle se produise, c'est pourquoi elle ne fut pas, elle, surprise de ce qui se passa. Non, ce qui la surprit c'est lorsqu'un troisième année paniqué lui fonça dessus et la plaqua involontairement au sol avec la même force qu'un rugbyman désireux de remporter la coupe du monde. Le souffle un instant coupé, la jeune femme voulut se relever mais elle fut à nouveau bousculée.
Agacée, elle sentit une main l'aider à se redresser puis elle regarda tout autour d'elle, dans le chaos qui peut logiquement suivre quand on déclenche des Feuxfous Buseboom dans un magasin plein de farces et attrapes.
Au moins, la mission du jour était réussie : elle ne pensait plus du tout à la morosité du château.


________________________


avatar

Messages : 31

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldue
Baguette: crin de licorne, bois de châtaigner, 23 cm. Assez peu souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2 Lun 1 Avr - 17:07
Aujourd'hui, exceptionnellement, ils étaient autorisés à aller à Pré-Au-Lard.
Et ça, c'était juste trop cool. Bon, les raisons étaient moins cool. Parce que bon, Mrs Donoghue était morte quand même... Ah ça, ça avait mis un coup à la petite adolescente, qui en plus avait vu l'un des nombreux garçons faisant battre son coeur disparaître pour rentrer chez lui, puis réapparaître avec une tête de déterré, un air qui n'avait rien de celui qu'elle aimait tant voir sur son visage.
Elle ?
Oui, elle était triste de se dire qu'elle ne verrait plus l'enseignante. Si elle était choquée, elle avait fait son deuil plus rapidement que beaucoup d'autres, en raison de l'absence de proximité réelle avec cette dernière. Du coup, elle retenait surtout les bons côtés de cette histoire, aka une sortie à Pré-Au-Lard un week-end où elle aurait du rester dans sa salle commune à potasser les cours les plus ennuyeux du monde.
Voici comment elle avait fini par siffloter joyeusement dans sa salle commune, les cheveux noués dans une tresse adorable, l'écharpe jaune et noire autour du cou, attendant que sa meilleure amie la rejoigne. Et c'était parti.
Bla, bla, bla, bla, les deux gamines, bras dessus bras dessous, n'en finissent pas de rivaliser d'histoires rocambolesques et autres conversations inutiles, gloussant bêtement et ricanant à la moindre petite plaisanterie.

Quand se sont-elles séparées ?
Boh. Autumn s'était tournée vers une copine de Gryffondor, avait lâché le bras d'April pour aller faire un gros câlin à sa camarade, et quand elle eut fini de raconter sa vie en long, en large, et en travers à cette pauvre fille à qui, vous comprenez, elle n'avait pas pu parler depuis au moins une semaine, elle s'était tournée vers sa meilleure amie...
… Qui avait alors disparu.
Probablement entrainée par un garçon – c'est qu'elle avait beaucoup de succès – ou bien en avait-elle eu marre d'attendre sa bavarde copine. Ou autre chose. En attendant, l'aristocrate se retrouve livrée à elle-même et décide donc de s'occuper comme une grande dans les rues de Pré-Au-Lard. Elle la verrait sans doute à Honeydukes, ou Chez Zonko, ou encore aux Trois Balais...
Mais oui !
La vie était belle, les oiseaux chantaient, c'était une superbe journée d'octobre, et elle était pleine de vie, à trottiner sur les pavés du village.

Quand les portoloins délivrent leurs colis, Autumn est en train de taper la causette avec une vendeuse de Zonko, sur l'utilité extrême de toujours avoir une Boite à Flemme avec soi quand on étudiait à Poudlard. Non mais comprenez, il fallait d'abord échapper à la tyrannie MacFusty, puis ensuite il y avait immanquablement l'ennui ultime en histoire de la magie, et comme si cela ne suffisait pas, il fallait qu'on les assomme avec l'astronomie !
Il fallait avoir des armes, et c'était pour cela qu'elle revenait faire le plein de nougats Néansang, et autres. C'est alors qu'elle était dans une tirade incroyablement longues au sujet des vertus des pastilles Gerbe qu'un bruit d'explosion lui parvient et...

« Oooooh la belle rouge ! » s'exclame-t-elle, des étoiles dans les yeux, alors que les feux d'artifice magiques bondissent de tous les côtés. Et l'adolescente saute sur place en applaudissant, s'échappe du comptoir pour s'approcher du spectacle, et aperçoit enfin les deux jumelles, serrées l'une contre l'autre, partagées entre l'ébahissement, la peur, et l'émerveillement, la bouche entrouverte en voyant les feux qui tonnent ça et là.
Et bien sûr, avisés de l'effet de ces feux, les élèves de l'école sortent leur baguette les uns derrière les autres pour augmenter les effets de la catastrophe.
« Waaaaaw c'est trop cool ! C'est vous qui avez fait ça ? C'était trop une bonne idée, mais bon, si y'a de la casse, ça va vous coûter un max de gallions, parce que déjà que les Feuxfous Buseboom sont pas donnés mais si en plus y'a des trucs qui explosent au passage... Oh les vendeurs vont être furax ! Mais ça valait trop le coup et … »
Elle aperçoit du coin de l'oeil quelqu'un qui aide Luthiel à se relever, mais revient aux deux filles... Et s'interrompt pour de bon.
Et là...
« Mais où elles sont vos capes ? Pourquoi vous êtes habillées comme des moldues ? Et pouaaaah, la mèche comme ça, c'est trop moche, c'est juste trop pas à la mode sorcière quoi. Vous êtes pas du coin vous... Vous êtes des françaises de Beauxbâtons ? Ça serait trop cool ça ! J'ai toujours voulu aller là-bas, il paraît qu'il y a pleeeeein de filles et que les garçons sont juste des amours ! Ooooh pis vous apprenez sans doute des trucs que nous on apprend pas... Et c'est vrai qu'en France vous avez pas d'uniforme ? Oh mais j'parle peut-être trop vite, c'est dur de comprendre une autre langue non ? Moi j'arrive jamais à suivre quand on m'parle pas en anglais et... »
Et bla, et bla, et bla.
Inutile de dire que les deux pauvres filles ne comprennent pas tout, toujours contre une étagère de produits, le regard partagé entre Autumn et ses paroles incompréhensibles – non mais de quoi parlait-elle ? C'était quoi un moldu ? – et les fusées qui éclataient toujours un peu partout.

________________________


avatar

Messages : 51

Rappeltou
Statut de Sang : Né-Moldu
Baguette: Bois d'ébène / 27, 8 cm /crin de sombral

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2 Lun 1 Avr - 20:54
Il n’y a avait pas que les Moldus présents à Pré-Au-Lard qui faisaient tache dans le paysage du petit village sorcier en cette sortie organisée conjointement entre Poudlard et le Ministère de la Magie. Autant dire que nos deux dirigeants avaient réellement quelques points en commun. Oui, Maximilian Ernest Thorne faisait toujours tache dans le paysage sorcier et il en était fier de surcroît. À bas les grosses robes qui le grossissaient et le faisaient passer pour un vieux magicien barbu des histoires que lui racontait sa mère. Non mais ! Notre cher homme préférait largement les complets vestons chics et parfait – à la Moldue – que ces habits sorciers étant passés mode depuis trop longtemps déjà. Il restait Thorne dans l’âme notre cher Maximilian. Que les médias trouvent cela choquant, qu’ils déclenchent une série d’articles journalistiques sur l’attitude rebelle du Ministre de la Magie il n’en avait cure.

Entouré de quelques Aurors, Maximilian n’échappait nullement aux moqueries gentilles de ses anciens collègues de travail. Il avait désiré les accompagné comme un véritable chef de guerre devrait le faire pour cette journée de festivités. Mais ces idiots n’arrêtaient pas de chuchoter des choses sur lui : comme l’habitude le laissait entendre. Depuis son recrutement des années auparavant, on se moquait de lui. Oui parce qu’il était le meilleur. On se permettait ce genre de blague, mais on l’adorait.

- Bon, je vais faire un tour.

Grommela-il semblant très prêt de remettre à leur place ses « amis ». Avec des amis comme ceux-ci, on n’avait pas besoin d’ennemi songea-t-il un large soupir sortit d’entre ses lèvres. Quoiqu’un sourire les parsema aussi. Comme si cela l’amusait. Maximilian aperçut un enfant pleurant qui retrouva vite sa mère, mais un sursaut le gagna à la vue de deux jeunes filles à la mode londonienne. En fait, elles étaient vêtues comme tout le monde. Exit les robes de Sorciers amples qui vous faisaient paraître trop gros. Fronçant les sourcils, l’homme était néanmoins intrigué surtout par l’attitude excitée des filles : une émotion qu’il avait ressentie souvent lors de ses jeunes années à Poudlard. Sur un bon pas, il tâcha de se faufiler entre les gens s’excusant au passage accrochant certains, pour entrer directement chez Zonko. Le magasin de Farces et Attrapes était bondé de gens comme à son habitude et le vendeur présent semblait fort gêné d’apercevoir le Ministre. Hé non ! Qu’il n’ait pas peur, je ne viens pas vérifier votre marchandise songea notre homme machinalement le regard plongé sur l’excitation des deux jeunes filles devant l’explosion commise. Une petite élève de Poufsouffle commençait à ouvrir la bouche même pour … Pour ne plus jamais l’arrêter. Dès qu’il s’avança curieux sur ces jeunes adultes, Maximilian aperçut une autre jeune fille tombée au sol. Sans même y penser, il aida la Gryffondor à se relever d’une seule main : c’était qu’elle n’était pas lourde la petite Luthiel Haldir.

- Fais attention. Les gens deviennent complètement fous lorsqu’ils peuvent rire des autres.

Lui dit-il dans un petit sourire le regard avenant et gentil. Oui, malgré son air intimidant – malgré que de petite taille pour un homme – Maximilian était un véritable chevalier. Un chevalier téméraire, impatient, colérique … Bon passons. Il entendit quelques rires – probablement nerveux – provenant des jeunes filles aperçues précédemment. Reportant automatiquement son regard sur elles, il redevint sérieux. Non, c’était trop étrange. C’était comme si sa sœur aurait une fille et que celle-ci vint se promener à Pré-Au-Lard. Pas normal du tout. Un regard désireux de connaître l’état de Luthiel, Maximilian lâcha doucement sa main pour enquêter d’autre chose, mais il n'en eut pas le temps. Il dut, tout simplement, protéger la jeune Gryffondor. Effectivement, les feux d’artifices devenaient de pire en pire.

.

________________________


Bien et Mal ne forment qu'un même tout
Il n'y a que les idées et ce que vous en faites
Pourquoi ne suis-je pas pro-Moldus et anti sang-purs ?
Parce que je ne veux pas poser les mêmes gestes qu'un Mangemort.
Je ne suis pas Voldemort.

It's My Life

avatar

Messages : 36

Rappeltou
Statut de Sang :
Baguette:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2 Mar 2 Avr - 17:52


La matinée semblait bien commencer ; le ciel n'était pas menaçant, et l'air - quoi qu'un peu frais - était encore doux pour un début octobre. Nathan marchait lentement dans les rues de Pré-au-Lard, contemplant les maisons et boutiques d'un air absent. Sa cape nonchalamment serrée autour du cou le berçait d'une agréable chaleur et il évitait les autres passants avec un naturel déconcertant, sans même poser les yeux sur les divers obstacles. Absorbé par ses pensées, il cheminait sans but précis. Quelques minutes plus tôt, il avait abandonné Nolan à un groupe de serpentard de troisième année ; les deux adolescents se retrouveraient sans doute plus tard. Alors qu'il tournait à l'angle d'une rue, il aperçut du coin de l'oeil comme une silhouette particulièrement familière. Ses yeux se posèrent sur celle-ci dans un réflexe observateur quasi inné, et le nom "Autumn" se forma dans son esprit. Il eut un sourire espiègle et s'engouffra dans la boutique à sa suite. Il n'avait pas vraiment fait attention à la devanture de cette dernière, mais l'intérieur criait "zonko" sans doute possible. Il mit un instant à s'habituer au changement de lumière et, plissant les yeux, il chercha sa proie du regard. Il du cependant bien avouer qu'il l'avait perdue de vue. Lâchant un grognement du fond de sa gorge, il entra dans le premier rayon sur sa droite. Mauvaise pioche. Il fit volte-face, et faillit rentrer en collision avec une gryffondor rousse de sixième ou septième année. Il leva un sourcil du genre "Tu pourrais regarder où tu vas" puis reprit sa route comme si de rien n'était ; il avait d'autres chats à fouetter, et la politesse ne lui était pas vraiment utile dans ses recherches, il fallait bien l'avouer.

Alors qu'il se frayait un chemin à travers un autre rayon, Autumn réapparut enfin devant ses yeux. Elle était manifestement plongée dans une conversation des plus inintéressante avec une vendeuse, et Nathan ne pu s'empêcher de lever les yeux au ciel : quelle bavarde celle-la, on ne la changerait jamais ! Bien décidé à attirer l'attention de la jeune fille - il ne l'avait tout de même pas suivie ici pour rien - il lança, très sûr de lui :

"Au..."

Le reste du prénom s'évapora dans une série d'explosions sur sa gauche. Il fronça les sourcils, pas déstabilisé pour un sou, mais particulièrement mécontent d'être ainsi coupé dans son élan. Les feux d'artifice booboomaient avec allégresse, pour la plus grande exaspération du jeune homme. Alors qu'il reportait son attention sur Autunm, il du bien admettre qu'elle avait à nouveau disparu. Sale gosse..., fut le seul commentaire qui lui traversa alors l'esprit. Il tourna la tête et fut satisfait de remarquer qu'elle n'était pas allée bien loin. Cependant à son grand dam', elle était de nouveau plongée dans une conversation avec ce qui semblaient être deux jumelles... Pour le moins étrangement vêtues ! Il eut un sourire en se demandant si c'était une nouvelle mode de s'habiller comme des moldus et s'approcha pour en savoir plus ; il donnait sa main à couper qu'Autumn devait justement être en train d'interroger les jumelles à ce propos.

"Autumn, tu les assommes. Respire et laisse-les respirer", s'exclama Nathan dans un demi cri pour se faire entendre avec tout ce vacarme. S'étant positionné juste derrière la jeune fille, il se pencha pour souffler contre sa nuque, faisant s'envoler quelques mèches blondes. Satisfait de la réaction de la pouffy, il reporta son attention sur les deux jumelles et soudain ça fit tilt : ce n'était pas une nouvelle mode. C'était tout simplement des moldues. Ca alors...

Il essaya de rassembler ses pensées pour tenter d'aditionner A + B, mais le capharnaüm ambiant l'empêchait de vraiment se concentrer. Et ça, c'était bien quelque chose qui l'agaçait profondément : ne pas pouvoir se concentrer. Sentant vibrer Sauvage dans l'une de ses poches, il sortit la baguette d'un seul mouvement et la pointa sur l'origine des feux d'artifices. Il hésita l'espace d'un instant sur le sortilège de sa connaissance le plus efficace et s'écria :

"Finite Incantatem !"


Le jeune homme pensa tout d'abord que son sort avait à peu près fonctionné. Il sentit l'espace d'une seconde la satisfaction de Sauvage, mais cette dernière se transforma soudainement en exaspération. Fronçant les sourcils, il se rendit compte qu'il avait bien lancé son sort mais qu'il était loin d'avoir fait effet. Les paroles de Nolan résonnèrent alors à ses oreilles : "Le plus drôle avec les feuxfous Buseboom, c'est qu'aucun sort ne peut les arrêter. Ahahahaha !". Ahahaha, oui. Ah.

Furieux contre lui même, il se tourna vers Autumn, les yeux plein de reproches comme si elle y était pour quelque chose. Bon et puis, c'était quoi cette histoire de moldues... ?





Dernière édition par Nathan L. Mooncraft le Mar 2 Avr - 18:31, édité 2 fois

avatar

Messages : 338


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2 Mar 2 Avr - 17:52
Le membre 'Nathan L. Mooncraft' a effectué l'action suivante : Hasard

'Hasard' :

http://thesorcererstales.forumactif.fr
avatar

Messages : 249

Rappeltou
Statut de Sang : Sang-pur
Baguette: Noyer noir, 26,5cm, ventricule de dragon

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2 Mer 3 Avr - 14:51
Nolan était sans doute une des personnes les plus enclines à savoir comment mettre fin à ces feux d'artifice magique. Mais il était loin, très loin d'être l'un de ceux qui aurait voulu intervenir pour le faire. Au même titre qu'Esther Nott, qui se trouvait également être présente en ce jour.
Comme tout le monde, elle avait quitté le château assez tôt, entourée de quelques amies, et notamment suivie de Ty, qu'elle n'avait pas eu à harceler très longtemps avant de l'entraîner à sa suite dans la future entreprise qu'elle prévoyait. Car voyez-vous, face à la morosité ambiante du château, et ne tenant plus de ne rien faire, notre jeune Gryffondor s'était décidée à agir. Il était hors de question de laisser la déprime s'installer en se début d'année, quand bien même elle pouvait être justifiée.
Et puis en plus, elle ne s'était pas encore vraiment présentée auprès du professeur de potion, et il était plus que temps de lui faire comprendre à qui elle avait à faire. Même s'il était carrément (mais genre vraiment) flippant. Il aurait le droit à sa petite blague personnelle, comme tous les professeurs. Et ça serait grandiose, ça ne ferait aucun doute.

La jeune femme avait donc choisit de se rendre dans l'endroit où elle était pratiquement sûre de trouver de quoi créer un événement des plus grandioses en l'honneur du nouveau professeur, et afin de remonter un peu le moral de tout le monde. Y comprit le sien. Parce que même si depuis sa discussion avec Luthiel elle allait un peu mieux, le retour de Duncan avait été assez difficile pour elle, qui n'avait pas vraiment su comment se comporter avec lui. Et évidemment, ça s'était ressentit.
Et elle s'en voulait un peu.
Parce qu'elle aurait vraiment aimé pouvoir le soutenir correctement, comme il se fallait, mais elle avait tellement l'impression qu'elle allait faire une bêtise en faisant ça, comme si elle allait faire un faux pas au moindre mot qu'elle prononcerait. Et ça la frustrait telement...
Au final, arrivée au village, elle se dirigea immédiatement chez Zonko, bien que saluant quelques autres élèves qu'elle connaissait au passage, leur faisant rapidement la conversation avant de poursuivre son chemin et d'être arrêtée cinq mètres plus loin cette fois-ci par des membres de l'équipe de quidditch et... Raaaah, mais vous allez la laisser se rendre là où elle veut ?!
Elle atteint enfin la boutique et commence à s'y aventurer, regardant autour d'elle à la recherche de ce dont ils allaient avoir besoin. C'est qu'il s'agissait d'articles précis, vous voyez ? Elle tendit d'ailleurs une liste à Ty.

« Tiens, prends ça. Chaque fois que tu trouves quelque chose et que tu le prends, coche la case appropriée, ça sera noté sur la mienne également. Ca nous permettra d'aller plus vite dans nos recherches. »

La magie c'est vraiment le pied par moment. Vous imaginez à quel point ça serait plus pratique d'avoir ça dans la vraie vie ? Vraiment, être moldu ça craint.
Et en parlant de moldu...
Après une dizaine de minutes et des articles plein les bras, les jumelles trouvèrent la boutique, et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, elles commencent à provoquer des catastrophes. Notamment en ayant la merveilleuse idée d'ouvrir des Feuxfous Buseboom. Aïe. Le reste s'enchaîne assez rapidement, l'agitation naît faute d'un vendeur se trouvant pour le moment en arrière boutique pour contrôler tout ça (et de toute façon, comment aurait-il pu faire pour contrôler ça ? Aucun sort n'arrête ces trucs).
Ce qui attire évidemment l'attention d'Esther qui lève les yeux sur les feux, notamment sur un qui arrive dans sa direction et qu'elle renvoie grossit ailleurs d'un coup de baguette, avant de regarder d'où cela provient.
Son regard tombe sur les jumelles, et elle fronce les sourcils rapidement. C'était qui elles ? Elle ne les avait jamais vu dans le coin, et si elles étaient à Poudlard, vu la coupe, elle les aurait repéré il y a bien longtemps. Sans parler de leurs vêtements. Elles étaient habillées comme des moldues. Elle avait déjà vu des filles comme ça lors de son stage de tir à l'arc, avec ce même genre de vêtement, et elle-même devait en porter durant ces périodes là, et...
Attendez. Non. Le village avait un sort de repousse-moldu normalement. Mais... Leurs réactions... C'était trop bizarre. Le temps de réfléchir, elle remplit son sac vide pour le moment avec les articles qu'elle porte. Elle le viderait au moment de payer. Et puis elle commence à s'approcher des jumelles qui ont déjà été alpagués par deux élèves plus jeunes, dont un qui avait eu l'intelligence de tenter un finite sur les feux d'artifice. Bah bravo. Très intelligent. Claquant sa langue contre son palais en signe de désapprobation. Alors même qu'elle avait aidé à répandre la chose plus tôt.

Bref, elle s'approche, pose sa main sur le sommet du crâne d'Autumn, puis son autre main sur celui de Nathan et fait un grand sourire à la fois charmeur et carnassier aux deux demoiselles. Hum. Même si leurs coupes de cheveux étaient nulles, elles restaient plutôt pas mal.
Hum...
Esther intéressée.
Mais non, ça serait mal, surtout si elle pensait ne pas se tromper.

« Hey, c'est la première fois qu'on vous voit dans le coin ! Je m'appelle Esther, et vous êtes...
- Moi c'est Stacy et...
- ... Moi c'est Maggie. »

Esther hoche la tête. Et voyant la gamine de Poufsouffle prête à prendre la parole, sa main glisse du haut de son crâne à sa bouche. Ce n'était pas le moment de laisser la parole à ces boulets de jaune et noir.

« Et qu'est-ce qui vous amène ici ? Le tourisme ? » Question piège. « Parce que si vous voulez, je me ferai une joie de vous faire visiter. » Et encore un piège. Elle est entièrement concentrée sur elle, essayant de comprendre ce qu'elles pouvaient bien faire ici et surtout : qui elles étaient. Même si ça ne serait sans doute pas si simple et qu'elles risquaient fort de poser des questions.

________________________



« Les enfants commencent par aimer leurs parents ;
devenus grands, ils les jugent ;
quelquefois, ils leur pardonnent. »

Spoiler:
 

avatar

Messages : 178

Rappeltou
Statut de Sang : Né-moldu
Baguette: Crin de licorne, bois de chêne blanc, 23cm

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2 Mer 24 Avr - 13:16
Nan mais...
Ce fut à peu près la première pensée qu'eut Luthiel quand elle réalisa que c'était le ministre de la magie en personne qui venait de l'aider à se relever. Que fichait-il donc ici ? Il n'avait pas pu arriver aussi rapidement en réponse à l'incident, ce dernier venait de se produire. Etait-ce donc une manœuvre du ministère et Throne était-il là pour limiter les dégâts ?
Luthiel réfléchit un quart de seconde puis en conclut que non. Si le politicien était idiot, il ne l'était pas au point de se trouver sur les lieux du crime, sous son apparence réelle. C'était donc un bien étrange hasard, ou une manigance mais orchestrée par d'autres personnes.
L'instant d'après, elle oublia tout puisqu'il la mit inutilement en garde. Luthiel lui lança des yeux ronds, interdits un moment, puis d'un noir d'encre quand elle sentit toute ses convictions politiques remonter. Throne savait-il seulement à qui il s'adressait ? Son dossier était forcément passé sur le bureau du ministre après la manifestation au ministère et l'émeute qui en avait suivi. Etait-ce pour cela qu'il la prenait de haut ainsi ? Lui parlant comme à une enfant de huit ans ? Ou était-ce la raison de sa présence, précisément pour la surveiller ?
Luthiel songea qu'elle ferait mieux d'abandonner un peu sa parano. Mais elle ne perdit rien de sa fougue ni de son tempérament.

_ Bah non je ne fais pas attention, j'adore me balancer au sol quand il y a des mouvements de foule, c'est mon passe-temps favori vous ne savez pas Monsieur le ministre ?

Plus ironique et glacial que ça tu meurs. Au moins, ça remet les choses en place. Si l'homme parut surpris, il n'eut pas de suite le loisir de répondre puisque d'autres feux d'artifices leur arrivèrent à la figure. Si lui prit la peine de la faire se décaler pour éviter les artifices, Luthiel le laissa volontiers se débrouiller et fut satisfaite lorsque l'homme fut pris à revers et ne put anticiper le coup. L'adolescente se délecta de le voir prendre l'étincelle, petite, en pleine figure. Ah la politique ! Ca fait ressortir le meilleur de nous.
Quand tout fut revenu au calme, Luthiel regarda le ministre et crut bon, à nouveau, de faire sa maligne. Pour le coup, elle ne songeait plus aux moldues, mais elle se donnerait bonne conscience plus tard quand elle verrait Esther avec elles. En attendant, elle avait du ministre à casser... Et tout un tas de frustrations qui ne demandaient qu'à sortir !
Cela donna donc un truc comme ça.

_ Oupss... Vous n'avez rien ? Dommage, vous auriez pu faire passer ça sur le dos du Mouvement d'Ouverture, ça vous aurait aidé dans votre politique arbitraire de chasse à l'homme. "Un attentat contre le ministre de la magie perpétré en plein Pré-au-Lard", je vois déjà vos larbins à la Gazette écrire un ramassis de conneries comme ça.

Teigneuse la petite ! Et ce n'était pas fini !

_ Mais je ne vous laisserais pas faire. Nous sommes dans un lieu public, il y a des témoins et vous ne pouvez pas faire tout ce que bon vous semble, même si j'imagine que c'est ce que vous croyez. Seulement, la tyrannie ne dure qu'un temps. Le Mouvement travaille activement à réveiller les consciences, prenez-garde....

Pauvre ministre, comme s'il n'avait pas déjà assez de soucis.

________________________


avatar

Messages : 51

Rappeltou
Statut de Sang : Né-Moldu
Baguette: Bois d'ébène / 27, 8 cm /crin de sombral

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2 Jeu 25 Avr - 5:01
Malheureusement, d’autres clients lui cachaient la vision. Il ne pouvait plus apercevoir les deux jeunes filles à la coiffure plutôt extravagante. S’il n’avait pas eu une aussi faible confiance en lui, Maximilian se serait certainement retrouvé avec les cheveux d’une autre couleur, une coiffure originale voir même saupoudré de petits tatouages durant ses années d'adolescence. Quoique la coiffure de ces jeunes filles était bien le cadet de ses soucis actuellement. Son instinct de combattant lui demanda d’aller chercher les Aurors restés dans la rue. On aurait besoin d’être à plusieurs pour faire la lumière sur ces jeunes personnes. Si elles étaient réellement des Moldues, le sortilège repousse-moldu jeté sur Pré-Au-Lard ne fonctionnait probablement plus. Un coup du Mouvement d’Ouverture songea avec colère notre homme.

Il se mit, juste à temps, devant Luthiel pour qu’elle ne reçoit rien … Galanterie masculine peut-être s’apercevant d’un autre garçon souhaitant, semblait-il, lancer un sortilège sur les feux de buseboom pour … Il réussit à sauver une partie de son visage. Néanmoins, le fait de s’être retourné par réflexe lui fit ressentir ces malheureux picotements et la chaleur habituelle de cette mauvaise plaisanterie. Il y était habitué ne vous en déplaise. Alors que la jeune fille s’amusait à se moquer de lui. Une fois qu’il se tourna à nouveau vers la jeune Gryffondor, Maximilian soupira fortement. Mais quelle petite peste songea-t-il désireux de s’avancer pour venir en aide aux autres – aux jumelles ? – et oublier celle qu’il venait de sauver sans avoir eu le moindre petit remerciement. Il se frottait le visage machinalement avec la manche de sa veste éliminant, ainsi, toute trace de suie ou peu importe pendant que cette chère Luthiel n’arrête pas de parler pour ne rien dire.

- Vous pourriez me remercier au lieu de vous moquer de moi jeune fille. C’est la moindre des choses et la base de tout comportement en «public» comme vous l’avez très bien mentionné.

Affirma-t-il sur un ton fichtrement intimidant. Il appuya sur chacune des syllabes, mais surtout sur le mot «public». Sa voix se faisait encore basse, mais la poigne ressentit dans celle-ci était foudroyante. Si la Gryffondor ne déchantait pas, eh bien, il ne resterait plus rien à faire. Encore ces petits adolescents qui pensaient le monde plus facile de là où ils étaient. Poudlard était un lieu sécuritaire et puis, vous avez vos parents : ils travaillent, ils paient votre matériel. Vous étiez le petit Roi ou la petite Reine. Maximilian ne rétorqua point sur les insultes concernant le Mouvement d’Ouverture sortant de la bouche de Luthiel. Il ne connaissait pas cette jeune fille. Ce fut une manifestante parmi tant d’autres et elle n’était pas la seule rousse en Angleterre de surcroît. Un autre soupir sorti fortement d’entre ses lèvres alors qu’il tourna le dos à la jeune fille rebelle qui ne savait, apparemment, rien du véritable monde.

Sur un pas rapide, le Ministre de la Magie joua des coudes pour se rendre enfin près des « feux d’artifices » comme les jumelles les avaient nommés. Il remarqua trois élèves dont une plus âgée. Tous étaient surpris par l’accoutrement moldu. Maximilian se l’imaginait bien. Lui-même faisait tache dans le paysage, mais cela si vous lisez un tantinet la Gazette du Sorcier vous devez être déjà habitué. Il écarta les trois élèves et appuya les poings sur ses hanches.

- Stacy et Maggie ? Comment êtes-vous arrivées ici ?

À cette question de Maximilian alors que son ton semblait dire un souhait total d’avoir une réponse précise, les deux jeunes filles haussèrent les épaules à l’unisson. Elles semblaient clairement un peu intimidées par lui. Certes, elles le détaillaient aussi énormément. Tiens, en voilà un qui ne participait pas à la fête foraine songeaient-elles alors qu’un rire se pointait sur leur visage.

- Nous avons marché monsieur. Cela paraît logique non ? Et vous ? Vous ne portez pas de déguisement ? Cela semble être la fête ici pourtant.

Déclara Stacy sur une petite ironie alors que son regard miroitait un peu partout dans la pièce désirant attraper une autre surprise du regard. Maggie souriait à pleines dents. Elles ne connaissaient pas ce lieu, mais au moins, les gens semblaient sympathiques surtout la jeune Esther. Elles pourraient tenter de s’amuser un peu comme les autres avant de repartir. Non ? Toutefois, ces dernières paroles confirmèrent les inquiétudes de Maximilian. Il aurait bien voulu mettre les choses au clair et continuer dans l’interrogatoire, mais vous savez les jeunes … Ça parlait trop vite.


________________________


Bien et Mal ne forment qu'un même tout
Il n'y a que les idées et ce que vous en faites
Pourquoi ne suis-je pas pro-Moldus et anti sang-purs ?
Parce que je ne veux pas poser les mêmes gestes qu'un Mangemort.
Je ne suis pas Voldemort.

It's My Life




Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2

L'enfer dédoublé | Intrigue, Groupe 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Pré-Au-Lard :: Les Rues-