AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Livres & Parfum de rentrée | Siobhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Messages : 532

Rappeltou
Statut de Sang : Née Moldu
Baguette: Bois de cerisier, ventricule de coeur de dragon, 27,5 cm, très souple.

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Livres & Parfum de rentrée | Siobhan Lun 23 Juil - 22:40
Le bruit des vents soulevant les flots est l'un des sons les plus agréables aux oreilles de Séraphine. Assise dans le jardin donnant vue sur la mer, au niveau de Kenmare, elle lit un roman trouvé dans la bibliothèque de son compagnon. Elle est tranquille, ici. Les gnomes ne reviendront pas de si tôt, après les maléfices qu'elle leur a lancé, White ne sort jamais de la maisonnette, Nioclàs est au travail. Elle a nettoyé toute la maison, qu'elle tient sans trop de mal, en s'organisant bien. En fait, à part quelques poils qui trainent dans la douche et qui valent à l'homme de la maison des jets d'objets divers, elle n'avait trop rien à faire. Elle avait tout récuré la veille, de fond en comble, à l'aide de sa baguette. Elle avait jardiné aussi, donc aujourd'hui, elle pouvait rester avec plaisir dans ce jardin qu'elle avait défraîchi, profitant du soleil avec un chapeau sur la tête.
Elle savoure ce calme, ce bonheur qu'elle découvre seulement ces dernières semaines. Loin de ses parents et de leur sacro-sainte religion, loin de tout. Certes, il y a régulièrement des éclats entre Nioclàs et elle, plus ou moins violents, mais c'est aussi le signe d'une passion qui les lient étroitement. Qu'attendre d'autre d'un couple aussi atypique, qui s'est rencontré par hasard, en pleine nuit, sous un pont ?
La jeune fille relève le nez, consulte l'heure à la montre qui enserre son poignet – une montre moldue, évidemment. Quinze heures. Son Ours Poilu ne rentrait pas avant le début de soirée, peut-être même le croiserait-elle sur le Chemin de Traverse. Elle devait faire ses emplettes de rentrée. Quelques grimoires pour les cours, des ingrédients de potions qu'elle n'avait plus... Séraphine ferme son roman, après avoir marqué la page et se redresse. Sa robe blanche et noire, fluide, ondule sous la brise fraîche qui vient de l'océan, alors que le soleil du mois d'août réchauffe sa peau encore pâle malgré un bronzage léger. Étonnant, d'ailleurs, vu le temps qu'elle a passé à l'extérieur à s'occuper de la jungle sauvage que Nioclàs avait laissé s'étaler dans son jardin...

Elle se dirige vers l'intérieur de la maison, enjambe le chat qui somnole par terre, là où il pourra se refraîchir, pose le roman sur la table de la cuisine avant d'aller mettre des chaussures. Elle fait venir sa liste de fourniture jusqu'à elle, et guette, dans son sac sans fond, la petite bourse de gallions qu'elle a en sa possession. Oh il n'y a pas grand chose là-dedans. Comment a-t-elle eu ses gallions ? Peut-être est-ce un reste de sa bourse de l'an passé, ou une petite bourse généreusement donnée par Nioclàs pour couvrir ses dépenses. Une chose qui l'aura faite grogner, n'aimant pas se faire entretenir, mais qu'elle n'aurait pu refuser compte tenu de sa situation.
Mais foi de Mistaken, elle ne se ferait pas entretenir longtemps. Dès septembre, elle aurait sa bourse scolaire spéciale enfants de moldus, et dès la fin de Poudlard, elle entrerait en formation pour travailler au ministère, donc rémunérée. Donc elle aurait son indépendance. C'est qu'elle y tient, à cette liberté, et que notre petite pourrait se fâner à ainsi se sentir liée par le besoin.
Enfin actuellement, ce n'était pas le cas.

Affaires en main, sac au bras, chapeau sur le haut du crâne, cheveux lâches dans son dos, Séraphine lance un sort pour protéger la maison des intrusions non désirées, et transplane juste après, direction le Chemin de Traverse. Et elle y parvient, juste à son entrée, de l'autre côté du passage menant au Chaudron Baveur et voit alors la véritable fourmilière qui, comme tous les ans, prédit la rentrée prochaine.
Et pour la première année, elle y retournerait à reculons. Habituellement Poudlard était son havre de paix, loin de cette famille qu'elle détestait, et qui le lui rendait bien. Et depuis un peu plus d'un mois, vivre était devenu un plaisir de tous les instants. Comme quoi, se battre jusqu'au bout et faire preuve de patience pouvait parfois payer.
Observant, indifférente, les jeunes adolescents qui se bousculaient, elle se fait violence et s'enfonce dans la foule pour aller faire ses emplettes. Silencieuse, comme toujours, elle ignore les réflexions de quelques personnes qui la connaissent, se moquant superbement de leur présence. Et finalement, la voici qui parvient à entrer chez Fleury&Bott, et s'enfonce dans les rayons déserts. Hey, pas fous, la plupart des autres sont allés se fournir chez Weasley, farces pour Sorciers Facétieux...
À son aise parmi tous ces livres, la Serpentard se glisse aisément entre les étagères, la main courant sur les tranches des livres. Quel bonheur ! Qu'elle est bien, enfin, ici dans cet environnement qui lui colle tant ! Ah quel été merveilleux ~
Définitivement, elle vivait les plus beaux instants de sa vie, depuis cette nuit de juillet, passée sous un pont d'Irlande.

Et alors qu'elle tourne un coin de rayon, elle aperçoit cette chevelure brune, qu'elle connait bien. Ces cheveux sombres d'une amie de sa maison, au sang aussi pur que le sien ne l'est pas. À ce même instant, un livre tombe d'une étagère, et, en s'ouvrant sur le sol, éveille un cri à glacer le sang qui se répand dans toute la boutique. L'écossaise sursaute, et s'approche du livre pour le fermer précipitamment et le remettre sur une étagère, avant de se tourner vers Siobhan, sans un sourire pour autant ; rien d'anormal, Séraphine a toujours été particulièrement avare en sourire, comme en mots qu'elle économie précieusement – excepté quand il s'agit de jurer.

« Bonjour, Siobhan. Alors, tes vacances se finissent déjà, que tu viens acheter les fournitures? » souffle-t-elle entre ses lèvres carmines, habilement empourprées.
Siobhan. Elle représentait, avec Vanessa, toute la liberté qu'elle avait pu trouver à Poudlard. Et la joie d'être libre.

________________________


Livres & Parfum de rentrée | Siobhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Sorcerers' Tales :: Monde Sorcier :: Londres :: Chemin de Traverse-